Projet Adreis

Forum de discussion autour de ce futur RPG en PHP.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Bonjour et bienvenue sur Adreis.
Pour plus de commodités, n'hésitez pas à vous inscrire dans les groupes qui vous correspondent.
N'hésitez pas faire des demandes aux administrateurs si vous avez des questions ou suggestions.
Passez un bon séjour !
Vous voulez communiquer entre vous ?
Plutôt que d'utiliser les moyens du bord, optez pour notre Voxli : https://www.voxli.com/Adreis
Que ce soit oral ou écrit, vous pourrez de cette manière rencontrer tout le monde plus facilement.

Partagez | 
 

 Manoir Elorande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Elorande   Dim 17 Fév 2013 - 14:26

L'assassin l'étudia, appréciant les courbes et les formes de la jeune femme. C'était, effectivement, à sa convenance. Il opina donc du chef avec un sourire gourmand, et lui fit signe de les rejoindre dans la couche.

Après tout, il aurait été mal vu de ne pas profiter de l'hospitalité de leur hôte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Elorande   Dim 17 Fév 2013 - 16:09

Un bon moment plus tard, un valet vint à nouveau toquer à la porte pour anoncer l'arrivée du tailleur et de sa livraison.

Le statut de serviteur avait ses quelques avantages, et Syld laissa Soghann s'occuper de recevoir le digne artisan. Avec un ronron de satisfaction, il nicha le museau entre les seins de la soubrette.
Il fallut que son compère tire les draps puis lui fasse dégringoler sur la tête le contenu d'une pile de cartons pour qu'il daigne rouvrir l'oeil.


- Mais keskya ? bâilla-t-il tandis que le tailleur détournait le regard avec quelque embarras.
- Si... messire... voulait bien se donner la peine d'essayer quelque vêtement, afin de m'assurer qu'aucune retouche supplémentaire n'est nécessaire...

L'homme avait hésité mais se cantonnait à la plus grande déférence : insulter l'esclave intime d'un seigneur lorsqu'on était simple commerçant revenait à insulter le seigneur lui-même.
Etouffant un soupir contrarié, Syld se prêta au jeu des essayages avec une réjouissante impudeur. Voir le visiteur piquer du nez vers le dallage, le plafond, ou tout autre endroit décent dès que son client ne l'était plus était plutôt amusant.
Tout se révéla remarquablement bien coupé et taillé dans les étoffes les plus luxueuses, cependant l'assassin ne put s'empêcher de tiquer face aux chemises qu'on lui destinait. Resserrées à la moitié des avant-bras, elles découvraient largement les bracelets verrouillés à ses poignets, comme tous les autres hauts, y compris les manteaux épais adaptés à la froidure humide de Lévitas. Plus inhabituels étaient l'échancrure très large sur le torse et le capuchon qui prolongeait le col. En somme il n'y avait qu'à tirer un peu pour le dénuder jusqu'à la ceinture, mais on pouvait aussi dissimuler son visage, le réduisant à ce torse généreusement découvert. Ce vêtement avait un côté pervers. Le porter, c'était se présenter comme un objet de luxe, un objet qu'on montre aux autres pour afficher sa richesse, un objet que tout un chacun pouvait admirer parcimonieusement, et qui restait à entière disposition de son propriétaire et de ses caprices soudains. C'était autrement plus malsain que les tenues volontairement minimalistes qui faisaient fureur à Shalanos.
Syld dissimula son vague dégoût derrière un sourire gamin.


- Cela semble parfait.

Il jeta un coup d'oeil à son maître, comme pour quêter son approbation, et le tailleur fit de même, un peu anxieux.

Ce fut à cet instant que la porte s'ouvrit au grand et sans aucune annonce. Valakan considéra la soubrette endormie dans le lit avec la même indifférence que le commerçant. Le pauvre homme s'était pourtant courbé presque à s'assommer sur sur le dallage. Pour mieux fuir le regard hautain du jeune seigneur, peut-être.


- Ah, Veradis. Mes excuses pour ce retour soudain, mais je viens d'apprendre que le plus grand de mes navires ne pourra être mis en câle sèche pour réparation, puisque le nouveau jouet de ce fichu blanc-bec d'Adenon s'y trouve déjà. Tch !

Voilà qui expliquait cette irruption et les cents pas rageurs qu'il faisait claquer sur le sol de marbre. Il s'arrêta tout aussi brusquement pour considérer son hôte.

- Vous êtes présentable, à ce que je vois.

Tant la remarque que le ton sur lequel elle était formulée frisaient l'insulte.

- Je suppose que vous ne verrez aucun inconvénient à participer à une réception ce soir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Elorande   Lun 18 Fév 2013 - 13:00

"Veradis" portait en effet un pourpoint de velours noir réhaussé de fil d'argent qui faisait paraître la blancheur de ses cheveux encore plus étincelante. Le contraste donnait une prestance naturelle à l'ensemble, tandis que l'argent de la tenue se chargeait d'en rappeler la richesse. Il fit quelque pas, éprouvant la solidité et la souplesse de l'ensemble : comme il l'avait deviné, tout était parfait. La tenue comportait même son lot de poches secrètes, qu'il n'aurait même pas besoin d'adapter pour y loger quelques petits couteaux de lancer. D'autre part, sa ceinture était munie d'un fourreau ouvragé, dans lequel il put loger une dague "d'apparat", dont le manche ouvragé s'accordait parfaitement avec la tenue, mais dont le tranchant n'avait rien de décoratif.

Valakan fit irruption tandis qu'il s'observait dans le miroir, aussi fit-il mine de poursuivre, ignorant ostensiblement la mauvaise humeur de leur hôte et ce qu'il pouvait penser de ce qu'il se passait dans le reste de la pièce.


- C'est parfait. Inutile de vous dire que vous savez vous entourer des meilleurs.

Se retournant enfin, il exécuta une parodie de révérence qu'il acheva par un grand sourire.

- Ma foi, c'est pour cela que je suis ici ! Qui donc réceptionne ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Elorande   Lun 18 Fév 2013 - 13:21

Valakan haussa les épaules.

- Effron Reyald. Sa conversation est devenue positivement ennuyeuse depuis qu'il brigue le poste de Chancelier, mais au moins a-t-il gardé le goût des distractions. Même s'il faut attendre que certains vieux collets-montés aient débarrassé le plancher.

Il avait d'avantage l'air de se parler à lui-même qu'à un petit cousin de province qui ne devait rien saisir au fonctionnement de Lévitas.
Tout en essayant les manchettes de velours bordées de fourrure destinées à remplacer les gants un peu élimés qui empêchaient les lourds bracelets de lui entailler les poignets, Syld l'observa du coin de l'oeil.
Curieusement, la colère lui donnait un air plus humain. Lorsqu'il n'avait pas cette beauté lisse et froide de statue, il avait presque un vague air de ressemblance avec...


- Oh, et vous pourrez emmener votre esclave.

Valakan eut un geste impatient de la main.

- Veillez juste à ce qu'il reste discret pendant le dîner. Le moindre cliquetis de bracelet risquerait de rappeler à certains le projet de taxation sur l'import de main-d'oeuvre gratuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Elorande   Mar 19 Mar 2013 - 16:27

Sans même accorder un regard au dit esclave, Soghann répondit :

- Ne vous en faites pas, il sait se tenir. Qui d'autre sommes nous susceptibles de croiser ? Si c'est la chancellerie qui vise, certainement un bon nombre de potentiels appuis politiques. Et d'autres moins politiques mais plus riches, tirant des ficelles auxquelles ils ne devraient pas avoir accès... Des lobbys, en somme. Certains, de vos propres amis, probablement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Elorande   Mar 19 Mar 2013 - 19:08

La voix de Valakan avait fini par éveiller la soubrette qui cilla, avant de se redresser brusquement, les draps levés sur la poitrine, pâle et effarée. La fille était tout simplement terrifiée de découvrir son maître dans la même pièce.

Caressant avec satisfaction la bordure de fourrure de ses manchettes, Syld revint tranquillement s'asseoir au bord du lit. Sans tenir compte des autres plus qu'ils ne tenaient apparemment compte de lui, il prit la main de la servante et déposa un baiser au creux du poignet, juste là où la peau si fine laissait deviner le lacis bleuâtre des veines. Le drap glissa entre les doigts pâles, arrachant un drôle de petit couinement au tailleur qui n'avait finalement pas perdu une miette de la scène.
Sans interrompre son manège, Syld décocha un regard provocateur vers l'artisan qui vira à l'écarlate. La manière dont le bonhomme changeait de couleur était des plus divertissantes.


- Sait se tenir, hein...

Valakan avait fini par tourner la tête vers le lit pour observer la scène sans émotion apparente. Il reporta son attention vers son "cousin".

- Curieux. J'avais ouï dire que vous étiez un simple viveur plutôt imbécile. Pas le genre à poser ce genre de question, en tout cas.

Le visage à nouveau fermé, il considéra le faux Véradis en silence. Un petit gémissement que la soubrette ne put contenir en dépit de l'effroi qu'elle continuait à éprouver détourna ses pensées bien à propos.

- Ah, Mirlena...

Renversée dans les bras de Syld, la servante rouvrit les yeux en sursaut.

- Mons...

Sa voix était presque mourante. Si au moins ce démon avait daigné interrompre ses caresses... Et Valakan qui les fixait avec hauteur depuis la pas de la porte...

- Monseigneur ?
- Tu viens ce soir aussi. Habille-toi en conséquence.

Elle écarquilla les yeux de stupeur, mais le jeune homme avait déjà quitté la pièce.
La clochette signalant que le repas de midi n'attendait que le maître de maison et ses invités résonnait dans les couloirs.

Syld lâcha intérieurement un soupir de soulagement. Il avait réussi à détourner temporairement l'attention du trop clairvoyant Lévitis, et de surcroît ce dernier ne semblait pas avoir mal pris son manège évocateur. L'assassin ressentait un peu de compassion envers la malheureuse soubrette, mais les réactions d'un homme tel que Valakan restaient difficilement prévisibles : il semblait du genre possessif, avec une pointe de sadisme si on en jugeait par les frissons de la jeune femme. Il aurait pu aussi bien décider de la punir pour s'être trouvée là. Syld avait d'ailleurs cru percevoir un éclair de jalousie dans ses yeux gris acier.
Le jeune homme hocha la tête.
Il avait quand même fait prendre un risque cruel à la soubrette ; ce n'était que par chance que les choses avaient bien tourné.
Mais ils avaient une mission. Sacrifier le bien-être d'une fille parmi tant d'autres rentrait dans la catégorie des risques acceptables.
Avec un sourire tendre, il effleura du bout des doigts une des joues de porcelaine.


- Il me semble qu'il est déjà l'heure du déjeuner, maître...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Elorande   Mer 20 Mar 2013 - 16:33

Le repas qui s'ensuivit fut aussi court que silencieux. La mauvaise humeur de Valakan, qu'il semblait traîner depuis le matin, poussait les serviteurs à s'écarter de son chemin encore plus rapidement que d'habitude, et le murait dans un silence morose.

Sans chercher à dérider son hôte, "Veradis" fit honneur au repas, réfléchissant par devers-lui comment parvenir au délicat équilibre qu'il avait visiblement dérangé ce matin : comment être à la foi proche du Veradis original, sans pour autant passer pour un benêt, et gagner la confiance de la noblesse. A commencer par Valakan.

Aussi fit-il mine de boire un peu plus de vin que de raison, ce qui aurait grisé un homme normal mais ne fit que peu de choses à l'alcoolique chevronné qu'était l'assassin. Et, le repas approchant de la fin, il fini par déclarer d'une voix beaucoup plus assurée qu'avinée :


- Vous savez, Valakan, dans le monde d'en bas comme dans celui d'en haut, on ne survit pas longtemps sans certains avantages. Naître sous un blason en est un. Mais une fois les dorures fondues et vendues, le blason devient un fardeau, qu'il faut alors compenser par d'autres talents.

Puis, adoptant un ton plus mielleux.

Mais vous le savez, n'est ce pas ? Vous n'auriez pas accordé votre toît et votre confiance à un "simple viveur plutôt imbécile". Vous n'êtes pas du genre à vous embarrasser de parasites. A moins de les considérer comme un pion à sacrifier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Elorande   Mer 20 Mar 2013 - 17:47

Le maître des lieux avait à peine desserré les dents de tout le repas ; repas auquel il n'avait d'ailleurs presque pas touché. Lui aussi avait fait honneur à la bouteille et un serviteur restait prêt à lui remplir à nouveau son verre dès que le niveau baissait un peu. Malheureusement il ne semblait pas plus affecté que s'il avait s'agit d'eau plate et son regard restait aussi sombre qu'un ciel d'orage.
Il consentit à reposer sa coupe de cristal blasonné puis à tourner la tête vers son invité.


- Fine déduction.

Il claqua des doigts à l'intention du serviteur qui reposa la carafe et sortit en silence pour revenir presque aussitôt avec un plateau de bois noir. Valakan le regarda déposer une sorte de cuillère d'argent sur un verre au fond duquel se trouvait déjà une liqueur d'un vert brillant, puis verser goutte à goutte l'eau d'une carafe sur le sucre posé sur le plateau de la cuillère.

- Il serait en effet très divertissant de vous sacrifier. La perspective de vous voir ramper dans une fange encore plus puante que celle dont vous avez l'habitude serait particulièrement distrayante à mon goût.

Parlait-il ainsi parce qu'il considérait son cousin comme trop aviné pour comprendre clairement ? Ou était-ce simplement parce que le cousin en question n'avait pas vraiment d'autre voie de recours à part lui ?
Difficile à dire.

Le serviteur déboucha une fiole au bouchon d'améthyste et en versa délicatement le contenu dans le verre. A la deuxième goutte, un geste de la main de son maitre l'arrêta.


- Après tout, lorsqu'on a déjà tout ce qu'on désire, le seul problème est de trouver comment se passer le temps.

Toujours muet, le serviteur au plateau fit le tour de la table pour proposer la même liqueur à "Véradis".
Un léger courant d'air fit tinter les pendeloques des chandeliers et Valakan tourna les yeux vers un des portes.


- Ah, il ne me semble pas vous avoir présenté ma soeur. Reyna, viens ici.

Sans bruit, la jeune femme vint glisser ses doigts diaphanes dans la main qu'il lui tendait. Elle était pâle, les cheveux aussi immaculés que ceux de son frère, mais là s'arrêtait la comparaison. Alors que tout dans l'apparence et l'attitude de Valakan était aussi froid et éclatant que de la glace, la dénommée Reyna paraissait n'être qu'un lambeaux de brouillard presque transparent. Encore un peu et on l'aurait prise pour un spectre. On avait même le plus grand mal à focaliser suffisamment son attention sur elle pour déterminer la teinte de ses yeux. Impossible même pas dire si elle était jolie ou non.

Elle regarda son frère, puis son invité, et, sans émettre un son ou laisser paraître la moindre expression, elle repartit silencieusement d'où elle venait comme si elle avait glissé sur le dallage. Selon toutes les apparences, elle n'était pas complètement équilibrée. Les enfants faibles ou instables devenaient tare fréquente chez les familles les plus anciennes qui avaient limité les unions à leur cercle privilégié. Tous étaient parents proches à des degrés divers depuis plusieurs générations. De temps à autre, quelque vieux seigneur sans descendance faisait l'effort d'adopter un rejeton bâtard dans l'espoir d'apporter du sang neuf, mais de plus en plus de branches de l'arbre antique finissaient par pourrir et tomber malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Elorande   Ven 5 Avr 2013 - 16:47

Veradis eut à peine le temps de se lever et de s'incliner raidement, comme le voulait l'étiquette, que la soeur (ou était-ce une illusion ?) avait disparu, ayant remporté avec elle son aura fantomatique. Encore heureux que Soghann n'ait pas eu le temps de la gratifier d'un baisemain, il aurait eu peur de passer au travers...

Se rasseyant, il se demandait quelle relation entretenait le frère et la soeur. La complicité fraternelle semblait quelque chose d'impossible entre celui qui était un monstre froid et calculateur et celle qui ne semblait guère plus qu'une ombre. Mais si vivre à Shalanos apprenait quelque chose, c'est qu'il fallait se méfier des ombres...

Sans accorder plus d'importance à l'interruption que Valakan ne semblait l faire lui-même, l'assassin répondit, tandis qu'il indiquait d'un geste au serviteur de le servir de la même façon.


- Avoir tout ce que l'on désire ? Il n'existe pas de telle chose. Il y a toujours quelque chose d'inaccessible, même au plus fortuné des marchands ou au plus puissant des seigneurs. Des choses comme la jeunesse, la beauté, l'immortalité, la femme du voisin, l'amour de quelqu'un... Ou tout bêtement la richesse et le pouvoir : ce sont deux choses qu'on a jamais en quantité suffisante.

Une pause, tandis qu'il observait le curieux liquide qui emplissait son verre. Il le prit, le leva à hauteur de visage comme pour porter un toast, tout en observant son convive.

- En ce qui vous concerne, cousin, je table sur la distraction. Ou peut-être n'est-ce qu'une image pour couvrir votre quête d'autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Elorande   Ven 5 Avr 2013 - 18:29

Valakan continuait à fixer la porte qui s'était refermée sans bruit derrière sa soeur, les sourcils froncés. Il semblait contrarié, ou bien s'agissait-il de dépit ?
Il se retourna avec raideur vers son cousin. Ses longs cils sombres s'abaissèrent sur ses joues à la pâleur de porcelaine tandis qu'il portait le verre de liqueur à ses lèvres.


- Dans mon cas, les femmes des voisins sont à peu près tout sauf inaccessibles.

Une ombre de sourire avait réussi à poindre fugitivement dans sa voix rendue plus rauque par la brûlure de l'alcool.

- Enfin, encore faut-il en vouloir. Soit ce sont de vieilles haridelles corsetées, soit elles sont aussi molles qu'une méduse échouée sur la plage, le piquant en moins. Et puis les maris jaloux sont d'un ennui... il n'y a que les petits bourgeois effrontés qui osent de temps en temps manifester leur désaccord, mais c'est moins par courage que par stupidité.

Il se rencogna contre le dossier tissé de fil d'or de son siège.

- Je crois que vous avez déjà fait usage de ce qui reste le plus pratique en la matière : les esclaves. Si c'est la bagatelle qui vous intéresse, je ne peux que vous conseiller de vous en tenir à cette option. On peut les forcer à nos désirs, leur faire ce qui nous chante. Sans limite. Et lorsqu'ils nous ennuient...

Les doigts fins gantés de fil blanc balayèrent élégamment l'atmosphère alourdie par le parfum capiteux des boissons.

- Mais vous ? Quelle est votre raison ? Redorer le blason familial, blabla... c'est très... noble, tout cela, cependant je serais curieux de savoir ce à quoi vous comptez employer toute cette dorure...

Même si les convives avaient laissé repartir la plupart des plats sans y toucher, le repas avait duré assez longtemps. L'après-midi s'avançait et une pluie fine pianotait à nouveau contre les carreaux, forçant un valet à allumer les candélabres pour donner un peu de lumière dans la salle. Laissé désoeuvré par sa visite écourtée au port, le jeune seigneur semblait chercher un quelconque sujet de distraction pour le faire patienter jusqu'à l'heure de la réception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Elorande   Mer 29 Mai 2013 - 17:13

Le Shalos prit le temps de goûter le nectar avant de répondre. Une brûlure feutrée se répandit dans sa bouche, portant en elle l'essence d'épices inconnues au commun des mortels. Il fini par avaler la substance, qui accompagnait son trajet vers l'estomac d'une nouvelle brûlure. On était loin des alcools certes puissants mais à l'arôme fade que l'on tirait des champignons Shalos. L'assassin fit claquer sa langue avec satisfaction, marquant ainsi son approbation, puis daigna enfin répondre :

- Le blason, le blason... C'est avant tout une excuse. A quoi sert un nom de grande famille si ce n’est à accéder aux hautes sphères ? Et lorsqu'on est là, il suffit de tendre le bras pour prendre ce que l'on veut. Argent, pouvoir... Tout ce qui peut me permettre de sortir de la fange dans laquelle ma famille a fini par se traîner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Elorande   Mer 29 Mai 2013 - 18:14

- Mmh. Bien vague que tout cela.

Une mouette poussée par le vent marin vint heurter une des hautes fenêtres avec un craquement sonore. Les nuages chargés de pluie s'étaient abaissés sur les toits de la cité. La pluie projetée sur les pavés des rues par les rafales ressemblait à des embruns arrachés à l'océan gris ardoise qui mugissait en contrebas. Le ciel rejoignait les vagues sur un horizon indistinct, si flou qu'on ne séparait le bas du haut qu'en regardant de quel côté ses pieds se posaient.

- Enfin, je suppose que quelqu'un qui n'a connu que la "fange" ne peut décemment avoir d'idées précises sur le reste.

Valakan avait beau être aussi morose que le temps, sa langue restait pointue. Il semblait se demander jusqu'à quel point il pouvait piquer son inestimé cousin avant que celui-ci ne commence à regimber sous l'insulte.
Il laissa filer un soupir impatient.


- Fi des idées nébuleuses ! Laissons cela à la politique. Ce sujet est à la mode et il suffira bien d'avoir à supporter pareil caquet ce soir.

Le jeune homme mordilla le bord délicatement ourlé de sa tulipe de cristal. Ses dents aussi blanches et régulières que des rangées de perles crissèrent sur le verre.

- Voyons, un sujet sur lequel vous pourriez avoir quelque chose de concret à dire... Ah ! Votre gracieux esclave. A-t-il un nom, d'ailleurs ? Je suppose que vous n'êtes pas son premier maître. Il a l'air un peu trop sauvage. Il a goûté à la liberté, cependant...

Il pencha la tête pour étudier les reflets diamantés des chandelles dans son verre.

- ... il y a sous son menton une cicatrice presque effacée qui m'a appris que ce délicieux spécimen avait connu fut un temps le collier et la laisse de fer. Je serais curieux de savoir par quel miraculeux hasard pareil trésor à pu échouer entre vos mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Manoir Elorande   

Revenir en haut Aller en bas
 
Manoir Elorande
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» zone noir
» [Horreur] Le petit chaperon Rouge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Adreis :: Vie d'Adreis (Rôle Play) :: Histoires d'Adreis :: Zone des peuples :: Levitas-
Sauter vers: