Projet Adreis

Forum de discussion autour de ce futur RPG en PHP.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Bonjour et bienvenue sur Adreis.
Pour plus de commodités, n'hésitez pas à vous inscrire dans les groupes qui vous correspondent.
N'hésitez pas faire des demandes aux administrateurs si vous avez des questions ou suggestions.
Passez un bon séjour !
Vous voulez communiquer entre vous ?
Plutôt que d'utiliser les moyens du bord, optez pour notre Voxli : https://www.voxli.com/Adreis
Que ce soit oral ou écrit, vous pourrez de cette manière rencontrer tout le monde plus facilement.

Partagez | 
 

 Auberge des Quatre vents

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Auberge des Quatre vents   Sam 18 Fév 2012 - 2:01

Venant du manoir Adennon...

La plupart des auberges dignes de ce nom avaient pignon sur l'avenue principale menant au pont, ou aux rues adjacentes. L'auberge des Quatre vents se tassait dans une rue qui longeait la muraille. L'endroit semblait assez propre, mais devait être en quasi permanence plongé dans l'ombre des remparts. L'humidité devait s'en donner à coeur joie dans les montants gonflés des fenêtres disjointes et dans les matelas des lits.

- De fait, les chambres ne doivent pas être chères.

Syld remonta son col, tant pour se préserver du vent que pour se dissimuler. Par bonheur, capuchons abaissés sur les yeux et cols levés semblaient de rigueur dans ce secteur.
L'assassin leva le nez vers l'enseigne en bois flotté puis étudia l'allée qui filait le long d'un des murs, menant sans doute vers une arrière-cour ou un potager. Cette courette devait communiquer avec une autre rue parallèle.


- Dans les quartiers les moins aisés, les puits se trouvent à des croisements de rue et déservent en eau tout un paté de maisons. Le puits utilisé par cette auberge doit se trouver sur une place derrière. Une voie de sortie possible, donc. Mais il y a pas mal de va-et-vients autour des points d'eau.

Il esquissa un mouvement machinal pour s'ébouriffer les cheveux, mais le cliquetis étouffé d'un des bracelets dissimulés sous les manches du manteau de voyage le fit se raidir.
Syld ne rajouta rien jusqu'à ce qu'ils aient poussé la porte.

Deux marches descendaient vers la salle principale. Des couches de poussière centenaires scellaient les dalles du sol, et les voûtes basses du plafond étaient noircies par les flammes de torchères fichées dans les pilliers de soutènement.
Des tables disparates tâchaient piteusement de meubler l'espace. Quant aux clients, ils n'étaient guère nombreux : deux ou trois groupes fort occupés à parier de rares zoris sur des dés louches ou des cartes élimées plutôt qu'à manger.

Syld donna un petit coup de coude à Soghann et indiqua du menton un dîneur solitaire qui contemplait les zoris échangés avec envie. Son manteau encore détrempé et taché de boue lui collait au corps, lui donnant un air famélique. Mais peut-être n'était-ce qu'une impression due à sa grande taille. Il devait grelotter, mais il avait aussi gardé sa capuche.
Rien qu'à voir la façon dont l'homme se penchait en avant pour observer les joueurs près de la cheminée, on sentait qu'il brûlait de se mêler aux paris. Quant à ce qui le retenait... le fait de se joindre à des marchands crasseux, de simplement montrer son visage à des gens du commun ou le poids trop léger d'un zoris orphelin dans son escarcelle, qui pouvait savoir ?

Syld se pencha vers son partenaire et souffla :


- Tu préconises une tactique d'approche particulière ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Auberge des Quatre vents   Lun 12 Mar 2012 - 4:51

L'assassin épousa la salle du regard, sans se fixer sur l'individu en question. Autant ne pas se faire remarquer : moins de gens faisaient un lieu quelconque entre eux, mieux cela valait. Sans se presser, il alla s'installer à une table, et fit signe à la serveuse (bien moins accorte que celles auxquelles ils étaient habitués, faut-il avouer) de leur apporter deux bières.

Fronçant le nez d'avance à la seule idée de la qualité du dit breuvage, Soghann adopta une posture similaire à la cible, étudiant du coin de l'oeil ses mouvements, sa manière d'être.


- Visiblement, il a des points faibles que nous allons pouvoir exploiter. Etant donné qu'il faut qu'on le garde en vie pendant un certain temps, il va falloir réfléchir à comment l'escamoter, le planquer -où d'ailleurs, au manoir ?-, et ce sans trop attirer l'attention.

Il s'interrompit en voyant les deux choppes se poser de façon fort peu délicate devant leur nez, arrosant au passage copieusement la table qui n'en avait guère besoin de plus pour pourrir sur place. Fronçant derechef le nez, il préféra se frotter le menton du bout des doigts que de se tenter immédiatement au goutage.

- A moins que l'on ne provoque justement un coup d'éclat, et qu'on ne profite d'une certaine confusion pour l'escamoter et intervertir les rôles au cours d'une situation profitable pour nous.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Auberge des Quatre vents   Lun 12 Mar 2012 - 19:29

- Mmh... j'aimerais bien... discuter avec avant. Enfin voir de quel bois cet oiseau-là est fait. Nous aurons tout le loisir de lui poser quelques questions après mais ses réactions manqueront sans doute de naturel à ce moment là.

Syld renifla le bord de sa chope avec méfiance.
Tssk. Dans la plupart des bouges de Shalanos, les verres étaient plus propres que ça.


- A vrai dire j'ai une petite idée amusante. Dans un premier temps, je suppose que la maison du marchand en voyage fera l'affaire... Ysell aura sûrement une idée pour la suite.

Il se décida à mettre le nez dans son verre et eut du mal à réprimer un frisson. Beuh, comme il s'y attendait. Pas vraiment de la fleur de baril...

Laissant là la peu ragoutante boisson, le jeune homme se leva et alla droit à la table des joueurs. Enfin "droit"... sa démarche était assez typique de celui qui a juste pris une tournée de trop dans le coin du gosier.

Deux ou trois mots échangés, et il se fit tout naturellement une place dans le cercle, apparemment inconscient des regards entendus qui s'échangeaient par dessus la capuche qu'il avait légèrement repoussée en arrière.
Deux ou trois donnes plus tard, les joueurs eurent cerné leur client. Un occasionnel, pas trop maladroit mais assez peu rôdé à toutes les subtilités du jeu, et surtout pas à cent pourcents de sa lucidité. Il y avait à peine besoin de forcer la chance pour le pousser à la faute.

Les joueurs semblaient beaucoup s'amuser et avaient de toute évidence décidé de prendre leur temps pour plumer ce gentil petit pigeon. Au final, la partie n'était pas dénuée d'intérêt. Quelques coups astucieux observés avec avidité amenèrent un tremblement convulsif dans les mains du dîneur solitaire resté bien tranquille jusque là... et, brusquement, il n'y tint plus et se mit à farfouiller frénétiquement dans son escarcelle, à la recherche d'un zoris orphelin.

La serveuse ne perdit rien de la manoeuvre et s'avança vivement.


- Hey, vous aurez de quoi payer ce repas ?
- Pour qui est-ce que vous me prenez ?

Ah, il avait un accent traînant assez similaire à celui d'Earl dès qu'on le mettait en rogne. Mais il semblait un peu forcé. Ce garçon là n'avait de toute évidence pas vraiment vécu à Lévitas.

La serveuse avait amorcé un demi-tour, lorsque la fin de la phrase du jeune homme lui heurta les oreilles :


- ... souillon.

Le retour de flamme ne se fit pas attendre et se matérialisa sous la forme d'une main vengeresse qui claqua admirablement sur une des joues si bien dissimulées par la capuche râpée.
Syld dut faire un effort immense pour ne pas éclater de rire à ce spectacle, et en oublia complètement de poser une carte prometteuse. Les autres joueurs ne cherchèrent nullement à réprimer leur hilarité, ce qui fit monter une brusque rougeur aux joues pâles piquetées d'un début de barbe pas très net. Le jeune homme parut un instant sur le point de faire volte-face, blessé dans son orgueil... mais un tintement de piécettes chanta agréablement à ses oreilles.
L'ouïe affûtée de Syld crut même percevoir le grondement d'un estomac vide en réponse à cette aimable musique. Avec une belle insouciance, il donna un bon coup de chaise dans le tabouret de son voisin, et les joueurs se tassèrent docilement pour faire une place à leur nouvelle victime.

Une lueur de convoitise s'alluma dans les yeux des habitués lorsque l'arrivant tendit la main vers la pile de cartes qui s'était tout naturellement formée devant lui. Une bague massive, sans grâce mais de toute évidence précieuse brillait à un de ses doigts. Il avait eu l'intelligence de la tourner pour dissimuler les lourdes armoiries frappées dans le métal, cependant la valeur monétaire du bijou restait un peu trop évidente.

"Stupide. Trop orgueilleux pour cacher complètement une des uniques preuves de son ascendance, hein ? En voilà un qui va avoir de la chance finalement... les serpents de mer ne feront pas bombance sur son cadavre balancé par dessus les remparts demain matin."
Syld secoua la tête en pensée puis commença à se concentrer un peu plus sur son jeu.

Le nobliau famélique savait jouer... mais en l'occurrence, il fallait plus que ça pour gagner. Les roublards trichaient de concert et n'étaient pas manchots en la matière.
Dès les premiers tours de table, la situation du jeune homme prit un tour critique. Les brigands sourirent de toutes leurs dents... puis la chance commença à tourner. En dépit de toutes leurs astuces, de toutes leurs tricheries, la fortune souriait à présent à l'arrivant. Leurs manoeuvres commencèrent à perdre de leur subtilité, des dents se mirent à grincer, les poings à se crisper...
La dernière carte tomba sur la table avec un bruit sec.
Tremblant de joie, le Lévitis tendit la main vers les mises. Mais une solide poigne stoppa net son geste. Les habitués avaient repoussé leurs sièges.


- Hélà damoiseau, tu ne te ficherais pas un peu de nous ? Il n'y a pas moyen que quelqu'un ait une veine pareille.

Le "damoiseau" libéra son poignet d'une secousse, une moue écoeurée aux lèvres.

- Je ne vois vraiment pas ce que vous voulez dire.

Tout doucement, Syld repoussa sa chaise à son tour et entreprit de s'écarter discrètement... jusqu'à ce qu'une grosse patte large comme un battoir ne l'arrête à son tour.

- Reste là aussi, toi !

Une bousculade confuse, le craquement d'une poche déjà usée qui cède, et une demie douzaine de cartes subtilisées à point nommé dégringolèrent sur le sol.
Les joueurs considérèrent les cartes quelques secondes, interdits par tant d'audace, puis celui qui avait réussi à intercepter Syld le plaqua brutalement contre un mur.


- Foutue petite ordure ! Alors comme ça tu étais de mèche avec l'autre blanc-bec !
- Mais je ne l'ai jamais vu de ma vie ! protesta le blanc-bec en question avec véhémence, ce qui ne fit qu'enrager d'avantage les autres tricheurs.
- Sale...

Le reste de la tirade fut perdu à jamais, noyé dans un borborygme étranglé : avec une précision dépourvue de toute élégance, Syld venait d'envoyer un genou entre les jambes de celui qui le tenait épinglé au mur.
Le contenu d'une chope vola presque tout seul dans la figure d'un des brigands, le pied d'un autre se posa sur une bouteille renversée là comme par hasard et, étouffant un rire, l'assassin attrapa l'aristocrate par le bras et le tira vivement hors de la mêlée.


- Par ici, vite !
- Mais enfin...
- Ah mais bouclez-la et courez !

D'une bonne bourrade, il expédia le jeune homme par la porte de l'arrière-cour et s'empressa de la bloquer derrière eux à l'aide d'une vieille chaise qui traînait là. Cela n'allait pas tenir très longtemps... en fait elle cèderait avant que les brigands écumants de colère ne songent à faire le tour. Mais cela suffirait.

- Mmh, vous devriez vraiment courir, là.
- Mais...

Après une hésitation, le jeune homme se décida enfin à filer vers la première porte dans la palissade qui formait le fond de la cour.
Syld le regarda faire, appuyé contre la porte qui craquait de ton son bois.


- Pfuit, à se carapater comme ça il se ferait rattraper au premier carrefour... J'espère que Sogh va vite le cueillir au vol.

Le haut de la porte céda et un entremêlement de bras se tendit entre les planches brisées, tentant de l'agripper.

- Il est là, attrapez-le !

Syld recula vivement hors de portée et leur adressa un pied de nez narquois.

- Essayez donc, mes agneaux !

Et il partit dans la direction opposée à celle empruntée par le "colis", prenant tout son temps pour que les lourdauds pensent avoir une chance de lui mettre la main au collet.

Hum, comme quoi Lévitas pouvait être amusante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Auberge des Quatre vents   Lun 16 Avr 2012 - 0:31

Soghann avait observé le manège de son compagnon avec un large sourire dissimulé sous sa cape. Touchant à peine à sa bière, juste suffisamment pour ne pas se faire remarquer, il attendit que la bagarre éclate et fini par se lever pour se diriger tranquillement vers la sortie, laissant quelques pièces sur la table.

Quelques minutes plus tard, il rattrapait le jeune damoiseau qui courait à en perdre haleine, visiblement sans trop savoir où aller. Il l'interpella par son vrai nom, ce qui ne manqua pas d'attirer son attention.


- Je suis un ami de votre famille. Suivez-moi, je sais où vous cacher. Dépêchez, ils sont sur vos traces !

Crédule, le jeune homme le suivi, venant donc de son plein gré et avec une bonne vitesse, droit dans le piège...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Auberge des Quatre vents   

Revenir en haut Aller en bas
 
Auberge des Quatre vents
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour à l'auberge au lieu d'un game over
» Ecran noir et 4 carrés- rien a faire
» ATI Eyefinity : L'évolution du Multi- Écran !
» Problème Bbox TV
» Probleme initialisation bloquee decodeur TV - BBox (4 petits carreaux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Adreis :: Vie d'Adreis (Rôle Play) :: Histoires d'Adreis :: Zone des peuples :: Levitas-
Sauter vers: