Projet Adreis

Forum de discussion autour de ce futur RPG en PHP.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Bonjour et bienvenue sur Adreis.
Pour plus de commodités, n'hésitez pas à vous inscrire dans les groupes qui vous correspondent.
N'hésitez pas faire des demandes aux administrateurs si vous avez des questions ou suggestions.
Passez un bon séjour !
Vous voulez communiquer entre vous ?
Plutôt que d'utiliser les moyens du bord, optez pour notre Voxli : https://www.voxli.com/Adreis
Que ce soit oral ou écrit, vous pourrez de cette manière rencontrer tout le monde plus facilement.

Partagez | 
 

 Manoir Adennon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Earl



Réputation : 935

MessageSujet: Manoir Adennon   Ven 16 Sep 2011 - 23:55

Tic, tac, tic, tac...
La longue aiguille d'argent ajouré se déplaça dans un cliquetis ténu puis s'immobilisa. Dans les profondeurs de l'horloge, les rouages se mirent à tourner, et un petit marteau vint heurter une clochette, quelque part derrière le cadran d'émail blanc.
Les tintements légers firent échos dans le salon, dans les couloirs silencieux.

Le manoir semblait presque inhabité. Ne manquaient que la poussière sur les meubles précieux, quelques toiles d'araignées sur les lustres, une ou deux traces d'humidité verdâtre sur les murs d'un blanc toujours aussi éclatant. Cependant les domestiques continuaient à entretenir les lieux. Le manoir semblait attendre, attendre le retour de ses maîtres, le retour de la vie. Pourtant le seigneur des lieux était toujours là. Mais il n'y avait plus de discussions animées, plus de musique, plus de courses d'enfants, plus de rires dans les corridors du manoir Adennon ; plus depuis bien des années.

Les serviteurs qui marchaient sur la pointe des pieds, comme craignant d'éveiller quelque fantôme, en venaient presque à regretter l'éclat des disputes entre Aelred et le jeune maître. La demeure était vaste et, quand Earl revenait y passer quelques jours, il se cantonnait généralement dans une des ailes du manoir, là où il ne risquait pas de croiser le vieux seigneur.
Dernièrement, le ton des disputes avait changé. C'était moins l'affrontement de deux points de vue opposés que des exhortations, presque des suppliques.

Tout d'abord c'était pour la vie d'Aelred qu'on avait craint. A la surprise générale, Earl avait fait montre d'un dévouement remarquable, ne ménageant pas sa peine pour soigner le vieux seigneur. Oh, le jeune homme s'absentait régulièrement, et revenait à chaque fois plus pâle, les traits plus tirés... mais il commençait toujours par rendre visite à son tuteur.
Aelred s'était remis.
Il accusait le poids des ans, cependant la volonté de fer qui l'avait mené jusqu'au poste de Chancelier n'était pas morte encore...
Il s'était remis.
Puis Earl avait commencé à décliner à son tour, cédant face à l'épuisement de nuits blanches innombrables et de soins qui avaient été jusqu'à puiser dans sa propre vie. Et lorsqu'on l'avait ramené d'Ilymir...
On avait cru pendant plusieurs jours que ce serait le vieux seigneur qui présiderait aux funérailles de son héritier.
Mais Earl s'était remis.
Et il avait une nouvelle fois quitté le manoir sans un mot.
Les serviteurs ne savaient trop quoi penser des relations entre l'ex Chancelier et l'ex capitaine. Tantôt on croyait voir les signes de l'affection filiale et paternelle la plus profonde, tantôt ces deux là semblaient se vouer une haine absolue.

Le dernier tintement de clochette retentit. L'aiguille avança d'un cran supplémentaire sur son cadran.

Les yeux presque blancs d'Aelred pesèrent lourdement sur le visiteur à qui il n'avait pas daigné offrir un siège.


- Il n'est pas ici, et vous le savez pertinemment.

Demetrius lâcha un soupir.

- En effet, nous le savons. Mais il pourrait avoir laissé des indices sur les lieux où il pourrait se rendre, les gens qui pourraient l'abriter...

Aelred posa ses mains décharnées de chaque côté du sous-main et se leva. Il était si voûté que cela ne faisait pas tellement de différence par rapport à quand il était assis derrière le bureau de bois noir, mais sa présence restait imposante.

- Vous pouvez fouiller ses quartiers si cela vous chante, Général. Mais mon fils adoptif n'est pas assez stupide pour avoir laissé quelque chose de ce genre derrière lui... et cela aussi, vous le savez pertinemment.
- Je ne fais cela que pour sa propre sécurité.

Le viellard plissa les paupières en considérant le militaire.

- Vous, peut-être.

Demetrius attendit vainement autre chose mais finit par battre en retraite face au silence obstiné d'Adennon. Aucun domestique ne prit même la peine de le reconduire à la porte.
Il ralentit le pas en arrivant au milieu du hall monumental, et se détourna pour contempler les trois portraits qui accueillaient les visiteurs. Ou, plus exactement, les deux portraits qui prenaient la peine de poser le regard sur les visiteurs.

L'image exquise d'une toute jeune femme si pâle et si fine qu'elle en paraissait presque diaphane, souriante et ravissante comme une poupée de porcelaine assise sur un banc moussu dans un jardin. La défunte épouse d'Aelred.

Juste à côté, le portrait d'une petite fille qui avait les mêmes boucles blanches, les mêmes yeux d'un bleu d'azur... et la même pâleur. L'enfant n'aurait sans doute jamais été qualifiée de "jolie", même si la maladie n'avait pas creusé ses joues : ses traits étaient un peu trop durs pour une jeune fille.

Ces deux tableaux avaient récemment changé de place, comme en témoignait la teinte légèrement plus claire de la tapisserie de fil d'argent juste derrière. Un troisième cadre les avait rejoints, et celui-ci ne faisait pas mine d'accorder un regard aux arrivants : Earl, en grande tenue de capitaine, semblait fixer le bord de son cadre doré avec le plus profond ennui. Rien qu'à la petite moue qui lui rabaissait le coin des lèvres, on sentait qu'il ne s'était prêté à l'exercice de portraiture que contraint et forcé.
Mais ce n'était pas cela qui retenait l'attention de Demetrius ; il était plus qu'habitué aux humeurs du jeune clerc. Non, ce qui retenait son attention, c'était la similitude frappante de traits entre son portrait et celui de l'enfant souffreteuse. Contrairement à Aesheera, les traits un peu durs convenaient merveilleusement à Earl.

Demetrius secoua la tête.

Comment expliquer pareille ressemblance entre ces deux là ? Officiellement, seul Earl avait été adopté, et pourtant...

Le militaire fronça les sourcils en se remémorant certaines rumeurs qui avaient couru au sujet du Chancelier, des années plus tôt.
Il finit par tourner les talons et quitter le manoir dont les hautes portes claquèrent sourdement dans son dos.
Décidément, les Adennon représentaient une des plus anciennes et des plus riches familles de Lévitas, mais ils comptaient aussi parmi les plus difficiles à cerner.


- Par Ael, Earl, mais qu'est-ce qui t'es passé par la tête ?

La mine sombre, le général de Lévitas rejoignit les gardes qui patientaient sous la pluie, et sauta sur son cheval.
Cette histoire était en train de devenir si possible encore plus déplaisante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead


Réputation : 1428

MessageSujet: Manoir Adennon 2   Mer 19 Oct 2011 - 9:25

Syld tenta un sourire qui sembla bien pâle dans l'ombre de sa capuche.

- Si tu n'étais pas là, j'aurais probablement déjà tourné bride depuis un moment.

Il passa sous silence le dégoût qu'il ressentait à propos de lui-même, lui qui ne demandait qu'à fuir alors que son plus vieil ami, quelqu'un envers qui il avait une dette inestimable, avait besoin de lui. La loyauté n'était pas précisément une valeur estimée ou même judicieuse à Shalanos, à part envers la cité elle-même et son souverain. Et pourtant...

Un cliquetis un peu plus sonore du côté de la grille le tira de ces encombrantes pensées.

Sans piper mot, Ysell entrouvrit le portail.

Les deux assassins se glissèrent à l'intérieur, mais la voleuse ne fit cette fois-ci pas mine de les suivre.


- J'ai accepté de vous servir de guide à Lévitas, mais là c'est un pas que je refuse de franchir. Et puis de toute façon vous avez l'air de très bien savoir où vous allez.

Sans attendre la moindre bénédiction de la part des Shalos, elle tourna les talons et jeta par-dessus son épaule :
- Je passerai à la maison du marchand plus tard... à tout hasard.

Puis sa silhouette fut avalée par les rideaux de pluie.

Syld y prêta à peine attention.
A contrecoeur, ses pas le menèrent jusqu'au bout du large tunnel voûté, puis au travers de la première cour dont la fontaine commençait à déborder sur les dalles, et enfin jusqu'à la cour d'agrément. Des rafales poussaient la pluie avec d'avantage de force contre les hauts murs de pierre blanche, libres de tout obstacle du côté de l'océan. Les lierres grimpants dans les vasques de pierres sur le muret ondoyaient follement, et on entendait distinctement le grondement des vagues en contrebas.
Les semelles des assassins crissèrent sur les graviers, puis clapotèrent dans la couche d'eau qui recouvrait les dalles de la terrasse. L'imposante porte-fenêtre choisie par Syld n'offrit pas la moindre résistance et les laissa se réfugier dans un salon sombre et silencieux sans même émettre un grincement.
Syld repoussa sa capuche et, après un instant de réflexion, se débarrassa de son manteau qui alla choir avec un bruit mou sur le parquet de bois précieux. Il était à peu près aussi détrempé dessus que dessous, mais sans le vêtement alourdi par l'eau, il avait au moins l'impression de respirer.

La demeure était terriblement silencieuse, de ce genre de silence palpable qu'on hésite à briser et qui incite à ne parler qu'en chuchotant, effaré soi-même par pareil sacrilège. Dans un tel manoir -ou palais-, pareil calme en pleine journée n'était pas normal. Il s'agissait de toute évidence d'une demeure vaste, trop vaste pour son seul et unique occupant du moment et son peu de goût pour les réceptions et les fêtes pour lesquelles les nombreuses chambres et salles avaient été conçues à l'origine.
Seuls les couloirs étaient éclairés avec parcimonie, essentiellement à l'usage des domestiques qui continuaient à aller et venir dans cette trop calme demeure.
Cependant, lors de la brêve traversée de la terrasse inondée, Syld avait eu le temps de noter que quelques unes des fenêtres à l'étage étaient illuminées par une lueur un peu vacillante qui devait provenir d'un simple chandelier.
Ses souvenirs de la disposition des lieux étaient fragmentaires, mais suffisants pour deviner qu'il s'agissait du bureau d'Adennon.

Des couloirs interminables, de larges escaliers, encore des couloirs... et le carré de lumière d'une porte laissée ouverte sur le corridor.

Le jeune homme marqua un arrêt.


- Soghann, je...

Il fit de son mieux pour avaler sa salive, alors qu'une boule semblait s'être bloquée juste derrière sa pomme d'Adam. Puis il reprit de ce murmure presque inaudible qui était l'apanage des voleurs, assassins, et autres gens discrets :
- Quoi qu'il arrive, j'aimerais... que tu n'interviennes pas. Si jamais ça tourne mal, va-t-en, c'est tout. Je ne veux pas que...

Il secoua la tête sans achever, puis prit une inspiration.

- Eh bien, qu'attends-tu pour entrer ?

Cette voix un peu chevrotante mais glaciale le fit se raidir.
Il l'aurait reconnue entre mille.

Son murmure n'aurait pas dû être perceptible à plus de quelques centimètres, alors comment... ?

Renonçant à y réfléchir, Syld franchit les deux pas qui le séparaient de la porte, et s'immobilisa sur le seuil.

Il s'en rappelait comme d'un beau grand vieillard à peine courbé par le poids des ans et celui, ô combien plus important !, des responsabilités et des chagrins passés.
L'homme qui se trouvait assis derrière le bureau de bois noir et massif était si voûté, si frêle, presque déséché... Ses yeux voilés par l'âge posaient cependant un regard perçant sur le visiteur, un regard qui suffit à Syld pour reconnaître l'ex-chancelier.

Le patriarche aurait pu sembler ridicule derrière ce bureau énorme, mais il n'en était rien. Sa présence était telle que le meuble semblait au contraire précisément à la bonne taille. Cependant cette présence était tout sauf bienveillante.

Avec un calme dangereux, Aelred croisa les serres parcheminées qui lui tenaient à présent lieu de mains sous son maigre menton.


- Eh bien, je commençais à me demander si tu aurais ou non l'audace de venir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann



Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Mer 19 Oct 2011 - 12:33

Toujours aussi silencieusement, l'assassin se glissa derrière Syld lorsque celui-ci pénétra dans la maison. Il se débarrassa à son tour de son manteau afin de gagner une certain liberté de mouvement, et fit le tour de la pièce du regard.

C'était incontestablement riche, meublé avec goût et d'une façon qui était loin d'être extravagante ou tape-à-l'oeil. Mais l'ambiance de cette maison... Était lourde, inquiétante. Les lames de Soghann se mirent à le démanger. Pas de gardes, presque pas de serviteurs, se déplacer dans le manoir vide était beaucoup trop facile.

Enfin ils arrivèrent devant le patriarche. Guère impressionnant physiquement, mais il était entouré de l'aura toute particulière que portent les hommes ayant exercé un grand pouvoir. L'aura qui pousse ses interlocuteurs à baisser les yeux, sinon à mettre un genou en terre. Soghann n'en fit rien, se contentant de se tenir légèrement en retrait derrière Syld, ne voulant pas interrompre la "conversation".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead


Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Mer 19 Oct 2011 - 13:19

De longues, d'interminables secondes s'égrenèrent dans un silence pesant, rythmées par le tic tac discret d'une pendule quelque part dans la pièce. Une rafale plus appuyée fit vibrer les carreaux des fenêtres dans un mugissement sourd, et Syld se secoua brusquement.
Il déglutit avant de prendre une courte inspiration un peu étranglée.


- M-votre Seigneurie...
- Tssk.

D'un sifflement dédaigneux, Adennon balaya ce titre. Il haussa les épaules puis se rencogna contre le haut dossier de son fauteuil.

- Eh bien ?

Syld retomba dans son mutisme, trop ébranlé par l'attitude du vieillard.
Les doigts maigres du Lévitis se mirent à pianoter avec impatience sur l'accoudoir de son siège.


- Je peux savoir ce pourquoi tu es ici ?
- Heu je... Earl a...

Un geste sec coupa cet élan timide.

- Mon... hum... Jeune "homme"...

Le ton vaguement écoeuré d'Aelred indiquait assez clairement qu'il ne considérait nullement son interlocuteur comme une créature humaine, mais qu'il le désignait ainsi à défaut d'autre chose.

- Je ne te demande pas ce qui t'a poussé à venir -ce jeune idiot, toujours aussi prévisible dans ses actions, décidément-, mais ce pourquoi tu te trouves dans cette pièce.

Syld ferma un instant les yeux et serra les poings, s'enfonçant les ongles dans la paume. Il finit par lâcher d'une traite, presque avec défi :
- Je souhaiterais que nous... enterrions la hache de guerre, au moins le temps que cette affaire soit réglée.
- Hors de question.

L'assassin sursauta face à cette réponse aussi sèche que définitive. Il se retint de jeter un coup d'oeil vers Soghann, que l'ex-chancelier ignorait avec superbe. Au lieu de cela, il fit un pas en avant.

- Mais enfin, dans l'intérêt d'Earl...

Voyant Aelred secouer à nouveau la tête, Syld craqua et s'exclama avec colère :
- Mais enfin vous préférez perdre le seul proche qu'il vous reste, tout ça en souvenir d'un proche que vous avez déjà perdu ?

Il referma vivement la bouche.
Le Lévitis s'était levé, les deux mains posées sur le bureau.


- Justement. Ce qui a été perdu l'est pour toujours, alors qu'on -pas seulement toi- peut encore modifier l'avenir. Il s'agit d'un choix entre une certitude et une possibilité.

Il y eut comme un courant d'air tiède dans la pièce et Syld fit deux pas en arrière, jusqu'à ce que le mur dans son dos ne l'arrête. Il avait encore pâlit d'avantage, et un mince filet de sueur coulait le long de se tempe, tandis qu'il crispait une main sur sa poitrine, au niveau du coeur.

Aelred contourna calmement le bureau pour venir se pencher sur l'assassin qui s'était voûté, le souffle court.


- Dis-moi, Syld, que ressens-tu, maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann



Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Dim 23 Oct 2011 - 21:24

Avant d'avoir même conscience du danger, Soghann sentit les lames sortir de ses bracelets, et réfréna la pulsion d'un effort de volonté. Attentif mais aussi immobile qu'une statue, il observait la scène se dérouler sous ses yeux, un vrai drame qui n'avait pour témoin que lui-même... Qui avait accepté d'être impuissant.

Syld devait régler cela seul. Lui n'était qu'un étranger, une autre partie de l'histoire de l'assassin. Ceci appartenait à son passé, et ils en avaient besoin maintenant. De plus, l'assassin ignorait complètement comment réagir : malgré son âge avancé, l'homme semblait posséder une puissance encore redoutable, et s'il aurait été peut-être facile de le tuer, cela leur aurait fermé toutes les portes.

Aussi l'assassin muet resta-t-il immobile, son visage éclairé par intermittence par la lueur tremblotante des chandelles, et dont seuls les yeux paraissaient taillés dans autre chose que du marbre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead


Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Lun 24 Oct 2011 - 8:53

Syld fit un effort pour desserrer les dents.

- De la... peur.

Adennon tressaillit et la main parcheminée qu'il avait levée comme pour finir d'arracher le cœur de l'assassin lui-même retomba mollement.

- De la "peur" ? répéta-t-il lentement comme s'il n'en croyait pas ses oreilles.

Ses yeux d'un gris laiteux s'étrécirent et il réitéra, avec colère cette fois-ci :


- De la peur ?

Ses doigts maigres se crispèrent, et son poing vint frapper le mur juste à quelques centimètres de l'oreille de Syld. Le jeune homme reprit une courte inspiration encore pénible pour poursuivre d'une voix rauque :

- Ce jour-là, j'ai eu peur de ce que je pouvais gagner. Aujourd'hui, j'ai... j'ai juste peur de ce que je pourrais perdre. Ce... c'est tout.

Aelred le fixa bien en face quelques secondes, écumant de rage. Puis il leva la main.
Syld serra les dents, persuadé que cette fois-ci les mâchoires invisibles allaient finir de broyer son cœur...
Et la gifle claqua sourdement, l'écho aussitôt assourdi par les tapisseries soyeuses des murs et les épais rideaux.

Syld resta abasourdi, les yeux fixés sur le plancher, la joue fourmillante.
Une des lourdes bagues qui scintillaient faiblement sur les phalanges squelettiques avait réussi à lui érafler la joue, mais le coup restait tout sauf suffisant pour sonner un garçon bien portant. C'était surtout la surprise qui pétrifiait le Shalos. Une gifle ? Mais...

Lorsqu'il parvint à reprendre ses esprits, Aelred avait regagné son bureau pour se laisser tomber lourdement dans son fauteuil.


- Tu as changé.

La rancoeur n'avait nullement disparu de sa voix, simplement l'ex-chancelier avait retrouvé son calme. La menace planait toujours.

- Soit. Qu'est-ce qui amène deux assassins shalos ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann



Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Lun 24 Oct 2011 - 13:12

Soghann tressailli légèrement au bruit que fit la gifle d'Adennon. Il ne s'y attendait pas, mais c'était toujours mieux qu'un gifle d'elixia. La réponse de Syld avait de toute évidence calmé l'ancêtre, mais celui-ci restait dangereux et -semblait-il- prêt à exploser.

Il ne releva même pas le fait qu'il les avait directement identifié comme "deux assassins Shalos". C'était relativement évident, surtout s'il les avait fait surveiller et s'était renseigné sur eux... Autant pour la discrétion.

Toujours les bras croisés et dos au mur, Soghann toisa son compagnon. Il était secoué, mais encore capable de s'exprimer. Et lui saurait davantage que lui par quel bout prendre Aeldred, aussi se tint-il coi une fois de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead


Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Lun 24 Oct 2011 - 23:27

Syld dut faire un effort pour remettre les rouages de son cerveau à peu près en place.
Aelred était des mieux placés pour connaître les circonstances qui avaient poussé son fils adoptif à l'exil loin de la cité aérienne. L'assassin décida donc d'aller à l'essentiel... et moins il aurait à s'exprimer, mieux cela vaudrait : il avait la nette sensation qu'au premier mot ayant le malheur de déplaire à l'ex-chancelier, il reperdrait le peu de terrain qu'il avait réussi à gagner.


- Earl a estimé que deux assassins shalos étaient aussi fiables que n'importe lequel des Lévitis de sa connaissance en mesure de se mêler à la haute société de la ville. Il nous manque juste quelqu'un... quelqu'un capable de nous entrouvrir la dernière porte.
- Et il a eu la sottise de penser que je pouvais être cette personne ?

Syld se râcla la gorge sans oser approuver.
Les longs doigts maigres d'Aelred recommencèrent à pianoter sur le sous-main.


- Si vous tenez à vous rapprocher suffisamment de la noblesse de Lévitas pour parvenir à apprendre quelque chose, il n'y a que deux moyens rapides.

Le vieux seigneur haussa ses épaules décharnées.

- Les aristocrates de Lévitas ont toujours conçu une réserve particulière envers leurs domestiques, ou même leurs gardes. La tradition du secret dans les anciennes familles est trop bien ancrée pour qu'ils en viennent à considérer leurs valets comme des meubles incapables d'entendre et de répéter ce qu'ils ont entendus. Pour résumer, ils ne se dévoilent qu'entre eux, et encore... Mais ils restent des êtres humains, et ils peuvent aussi baisser leur garde avec ceux qui partagent régulièrement leur couche.

Les Lévitis n'étaient guère réputés pour leur goût des plaisirs physiques -ils étaient d'avantage du type cérébral-, mais Aelred n'avait laissé transparaître aucun sentiment particulier en faisant mention de la morale un peu lâche de certains de ses concitoyens.
Syld avait l'impression d'une boule se formait dans sa gorge.


- Vous ignorez les subtilités qui leur sont propres. Vous ne feriez pas illusion plus de cinq minutes dans un salon.

Syld sentit le poids du regard gris pâle posé sur lui, et se mordit la lèvre inférieure pour rester à peu près impassible. Le vieux le testait, il le savait. Parler de ça, de cette façon détachée... Aelred cherchait à savoir jusqu'où il était prêt à aller au nom de son amitié pour Earl.
Il s'efforça de maîtriser sa voix en répliquant :

- C'est précisément parce que c'est tout sauf évident que nous avons besoin de votre aide, d'une façon ou d'une autre.

Aelred balaya sa déclaration d'un geste impatient de la main.

- Je n'ai pas le moindre doute sur vos compétences respectives pour ôter la vie de telle ou telle personne le plus discrètement du monde, mais pour de l'espionnage de longue haleine dans un milieu aussi codifié, aussi fermé que celui des nobles de Lévitas, je doute que pour puissiez vous montrer efficaces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann



Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Mar 25 Oct 2011 - 0:02

Soghann osa enfin s'immiscer dans la conversation. Il voyait que Syld marchait sur des oeufs, et qu'il n'arriverait pas à convaincre Aeldred par peur de ce que le vieux pouvait lui faire. Lui, n'hésiterait pas à se défendre, et le vieux ne le connaissait pas. Il n'avait pas l'ascendant sur lui qu'il avait sur Syld. Aussi haussa-t-il les épaules.

- L'efficacité, c'est notre métier. L'espionnage et l'assassinat requièrent de multiples compétences communes. Le code, ça s'apprend. Une société, ça s'infiltre. Avec vous de notre côté, toutes les portes peuvent s'ouvrir à nous.

Même s'il restait adossé à son mur, son regard était désormais fixé sur Aeldred. Et même s'il semblait détendu, le moindre de ses muscles était prêt à s'actionner pour bondir hors de portée de quelque danger que ce soit.

- Et surtout, nous sommes le dernier espoir de votre fils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead


Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Mar 25 Oct 2011 - 9:34

- Humpf.

Adennon s'était appuyé contre le dossier de son fauteuil, les bras croisés.

- En voilà d'un discours... et déclamé avec une assurance tout à fait impressionnante.

Il daignait enfin fixer Soghann avec un peu plus d'attention qu'un élément du décor, mais le vieillard restait aussi indéchiffrable qu'auparavant. Difficile d'affirmer s'il était en colère, méprisant, ou bien amusé face à pareille audace.

- Vous êtes encore bien jeunes. Les codes dont je parle ne sont pas des choses qui s’apprennent du jour au lendemain. Et ce que j'essaye de vous dire, c'est qu'un politicien est un espion autrement redoutable qu'un assassin. Surveiller la moindre expression, la nuance du moindre mot, c'est très précisément ce qu'ils font tous les jours. S'il suffisait d'"apprendre", pensez-vous réellement que mon fils n'aurait pu trouver une personne plus appropriée, au moins déjà familière avec les usages de Lévitas ? Nous aussi nous avons des voleurs, des assassins, des espions... en avoir à son service est même courant. Le problème de la loyauté est une question plus délicate, mais je dois accorder à Earl qu'il a un certain flair dans ce domaine.

Aelred secoua la tête.

- Je suis quasiment certain que ce n'est pas lui qui est allé vous recruter pour cette besogne. Et qu'il a tenté de vous dissuader. Ce garçon n'est pas stupide, même s'il a la tête plus dure que les fondations de Lévitas quand il s'y met.

Syld retint de justesse un rire nerveux en entendant cette description si juste. Ce n'était pas le moment idéal pour rappeler sa présence, alors que le vieillard semblait enfin décidé à discuter un peu.
Le regard voilé d'Aelred sembla soupeser Soghann, puis le vieux seigneur ajouta lentement :

- Il y aurait peut-être une solution, mais...

Il allait rejeter l'idée qu'il lui était venue, clore la discussion.
Syld le pressentit aussitôt.
Déjà, le Lévitis fronçait les sourcils, furieux d'avoir songé un instant avec sérieux à un moyen de mettre en action un plan dont les acteurs n'avaient nullement son approbation.
L'assassin s’éclaircit discrètement la gorge, et s'appliqua à fixer un tableau sur le mur, tout en parlant d'une voix douce, comme ne s'adressant à personne en particulier :

- Si nous étions démasqués, cela n'affecterait personne d'autre que nous-même. Les assassins de Shalanos sont rarement bavards lors des interrogatoires, dès le moment où ils savent que leur sort est scellé. Mais cela vous le savez.
- Je le sais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann



Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Lun 7 Nov 2011 - 2:57

L'assassin haussa les épaules, et continua sur son ton le plus convainquant.

- Vous voyez, vous avez déjà une idée. Vous voulez faire quelque chose. Ce qu'il vous manque, ce sont les instruments. Vous les avez à présent, nous nous mettons à votre disposition pour régler ce problème. Aider votre fils.

Plus il s'écoutait, plus l'assassin riait de lui-même. En était-il arrivé à ce point, d'aider les gens juste pour la beauté du geste ? Parce que cette personne compte pour Syld ? Mais après tout, si leurs compétences devaient servir à quelque chose d'autre qu'amasser de l'or, n'était-ce pas la réponse ?

Dans quel pétrin s'étaient-ils mis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead


Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Lun 7 Nov 2011 - 8:16

- Il serait plus exact de dire que mon fils est un problème, rétorqua Adennon en pianotant sur ses accoudoirs.

Il finit par hausser ses épaules décharnées.


- Soit. Cela pourrait être amusant. Et si jamais cela tournait mal, eh bien, cela ferait toujours un problème de moins.

Il s'interrompit assez abruptement, le sourcil froncé, comme si quelque chose dans ses propres paroles le troublait, et Syld tiqua sur sa formulation. Un "problème" ?
Mais déjà le vieillard se reprenait :

- Bien, dans ce cas, vous allez commencer par "escamoter" quelqu'un. L'aristocratie lévitis est un panier de crabes... ou plutôt de requins. Mieux vaut ne montrer aucune faiblesse si on veut s'en tirer. Or il se trouve qu'une des faiblesses communes est l'argent. Maintenir le faste d'une ancienne famille est coûteux. Il y a pas mal de branches prestigieuses de ce vieil arbre qui sont tombées pour cette raison. Vient un moment où un grand nom ne parvient pas à effacer les dettes accumulées par plusieurs générations un peu trop dépensières.

Le vieux seigneur n'avait pas vraiment l'air de prendre en pitié ceux qui avaient chu avec ces fameuses branches. Dans le genre requin, il n'avait pas la réputation d'être le moins féroce, après tout...

- Certains rejetons désargentés ont tenté leur chance en exil, avec en général un succès assez relatif. J'ai d'ailleurs ouï dire qu'un des derniers descendants d'une de ces familles a réussi à toucher le fond... ou plutôt à le creuser tant et si bien qu'il a décidé qu'il valait mieux pour lui revenir à Lévitas. Sans doute dans le fol espoir d'apitoyer quelque lointain cousin. Les anciennes familles sont toutes parentes à un certain degré... ce qui a parfois eu des résultats peu brillants.

Aelred secoua la tête avec une moue.

- Nous avons donc un garçon né dans la misère de l'exil, mais élevé dans l'idée qu'il porte un nom prestigieux qui le place bien au-dessus du commun. Bref, nous avons donc un joueur, un viveur aux goûts de luxe et de grandeur qui n'a réussi qu'à faire ce que ses parents avaient commencé avant lui : s'endetter. Il n'a jamais mis les pieds à Lévitas, et ses parents étaient déjà trop déchus pour qu'un seul des marchands d’ascendance plus ou moins noble s'étant établis "en bas" daigne leur ouvrir sa porte... et sa bourse. Nul ici ne le connait, et je doute qu'un de ses compères de débauche le remette une fois débarrassé de sa couche de crasse et habillé décemment.

Adennon émit un reniflement dédaigneux.

- Je n'ai gardé un oeil sur sa famille que parce que j'ai à l'époque racheté la plupart de leurs dettes.

Ce qui signifiait assez clairement qu'il était celui qui avait "poussé" la famille dehors, pour quelque raison que ce soit.

- Il ne possède rien, si ce n'est l'unique clef indispensable pour se mêler aux cercles de l'aristocratie de Lévitas : un nom. Mais quand nul ne vous connait, ce nom ne tient guère qu'aux quelques papiers sans valeur financière que vous avez pu conserver. On m'a rapporté que le jeune homme va sur ses vingt-quatre ans, et que comme quelques uns de ses aïeux de l'époque glorieuse...

Les yeux pâles du vieillard se posèrent sur Soghann.

- ... il est de haute taille, et présente belle figure, quoique cela reste parfois malaisé à dire sous la saleté et un début de barbe typique des buveurs.

Aelred cala le menton dans une de ses paumes, le coude sur le bras de son fauteuil.

- Le garçon devrait arriver incessamment, seul et avec tout juste assez de zoris en poche pour se payer la plus miteuse des auberges pendant un ou deux jours. Il a sans doute l'intention de prendre le temps de se décrasser et de défroisser ses nippes avant d'avoir l'audace d'aller frapper à une porte ou de revendiquer quoi que ce soit.

Le vieillard eut un demi-sourire bien digne d'un des requins auxquels il avait fait allusion un peu plus tôt.

- Je suppose que vous saisissez où je veux en venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann



Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Ven 23 Déc 2011 - 22:54

A mesure qu'Aeldred expliquait la situation, le sourire non moins carnassier de Soghann, dissimilé derrière une main qui se frottait une barbe inexistante, s'élargissait. Effectivement, le vieux renard avait déjà un plan, parfait pour eux, comme par hasard. Soit il savait très bien improviser, soit il avait prévu beaucoup de choses : dans tous les cas, cela dénottait une intelligence peu commune, à la hauteur de son rang.
Le regard brillant déjà par anticipation, l'assassin se frotta doucement les mains.


- Voilà qui me paraît parfait. Attend-t-on que l'un de vos petits doigts vous dise où l'oiseau va aterrir, ou allons-nous à sa rencontre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead


Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Sam 24 Déc 2011 - 1:09

Aelred esquissa une moue, ses doigts pianotant sur la surface lisse du bureau.

- Rien ne sert de se précipiter. L'oiseau, comme vous dites, à tout intérêt à faire profil bas jusqu'à avoir trouvé un appui solide. Il va se fondre dans la foule qui descend des navires au port, passer le pont... puis aboutir dans une des rares auberges assez miteuses pour être à la portée de ses moyens actuels. Là il sera facile à repérer. Ne tiendra plus qu'à vous de l'escamoter tout en douceur.

Les doigts du vieillard suspendirent leurs mouvements.

- Je ne veux pas d'effusion de sang. A ce que j'ai pu en juger, le garçon est un imbécile, au même titre que son défunt père. Ce ne serait pas une grande perte, mais il n'est coupable de rien, si ce n'est de tricher aux cartes et de gaspiller sa vie au fond d'une bouteille. Faites juste en sorte qu'il ne soit pas dans nos pattes le temps de régler tout ça.

Le Lévitis se leva avec raideur et tapota du bout de sa canne une des étagères de la bibliothèque qui occupait tout un mur de la pièce.

- J'ai à ma disposition des lettres, des rapports, divers écrits... tout ce qui peut être nécessaire pour connaître sa lignée sans doute mieux que lui même. Quelques copies de portraits de famille, aussi. Libre à vous de les consulter si vous tenez à jouer le rôle correctement. Sauf erreur, votre cible devrait se présenter demain, dans le courant de la soirée. Faites ce qu'il faut, et nous pourrons réfléchir à la suite des évènements. D'ici là...

Il gagna le seuil à petits pas.

- Employez votre temps à bon escient.

Et il quitta la pièce sans autre salut. Le claquement de la canne s'éloigna dans le corridor avant de s'éteindre tout à fait.
Syld resta un moment à fixer l'encadrement de la porte ouverte, avant d'expirer un bon coup et de poser son arrière-train sur le bord d'un guéridon qui n'était certes pas destiné à cet usage.


- Bien, bien, bien... et moi, je sers à quoi, dans tout ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann



Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Ven 30 Déc 2011 - 18:47

L'assassin resta quelques instants le regard dans le vide, réflechissant à ce que le vieillard avait bien voulu leur lâcher comme information. Puis il sorti de sa léthargie, et se détacha du mur d'une impulsion des épaules, tout en toisant l'étagère remplie de paperasse. Du bout des doigts, il se mit à caresser la tranche des livres et des feuilles qui la garnissait.

- Déjà, tu va pouvoir m'aider à absorber ces histoires de lignées... M'expliquer certaines coutûmes Levitis...

Son ton penseur se teinta d'une pointe d'amusement lorsqu'il poursuivit :

- Quant à ton rôle, tu n'aura qu'à jouer le compagnon de beuveverie de notre cher jeune noble...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead


Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Ven 30 Déc 2011 - 19:19

Syld émit un reniflement peu enthousiaste, les bras croisés.

- On ne va pas dire que j'aie vraiment été immergé dans la culture lévitis... enfin si, immergé dans les infiltrations méphitiques des cachots, mais c'est pas ça qui va nous avancer.

Il décocha un coup d'oeil méfiant vers les étagères menaçantes surchargées de féroces paperasses.

- D'un coup je suis content d'avoir passé les cours d'alphabet de la Guilde au piquet pour avoir trop joué à l'imbécile -ou avoir essayé de te taper dessus-... Humpf. Je n'en sais que ce que j'ai pu observer de loin et ce qu'Earl a bien voulu en dire, même si le sujet a généralement tendance à le hérisser au plus haut point.

Le jeune homme se décala pour s'éloigner un peu plus de la bibliothèque avant s'esquisser une moue.

- C'est bien gentil, mais si d'aventure l'un venait à être soupçonné de jouer un rôle, l'autre se trouverait dans la mouise aussi. Et si j'ai bien saisi ce à quoi ressemble notre "client", m'étonnerait qu'il aille traîner un "camarade" de basse caste chez ses petits copains de la haute. La plupart de ces fichus collets-montés ne s'abaisseraient jamais à entretenir autre chose qu'une relation d'autorité avec quelqu'un qui n'est pas de leur rang. Maître à serviteur, voire maître à esclave. A priori celui-là a eu le crâne bourré des pires principes de l'aristocratie depuis qu'il est sorti de par dessous les jupons de sa mère. Enfin, on pourra toujours vérifier sur pièce, mais on mon avis on n'aura besoin que de quelques minutes pour être fixés sur son compte.

Il considéra le vaste bureau de bois noir qui semblait soudain beaucoup moins imposant sans le maître des lieux installé derrière, puis alla s'asseoir sur le coin opposé aux étagères. Le non moins vaste fauteuil était bien tentant, mais Syld ne se sentait pas encore assez audacieux pour aller tester le moelleux de la garniture tissée de fil d'argent.

- J'ai l'impression que je vais me coltiner un rôle désagréable... vraiment désagréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann



Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Ven 27 Jan 2012 - 2:16

L'assassin fit la moue, à la fois amusé et gêné par la situation qu'ils allaient devoir jouer. Il avait déjà l'un des bouquins dans les mains, qu'il feuilletait distraitement. Il faisait défiler des portraits d'hommes au visage austères, flanqués des blasons de leur lignées, et de différentes données résumant des vies passées au sein d'une noblesse préoccupée par le pouvoir et l'argent.

- Nous verrons s'il se balade seul. Il a beau être un jeune premier, ça ne m'étonnerait pas qu'il ait embarqué quelqu'un dans son aventure. Les pique-assiette sentant l'odeur de l'argent facile ne manquent pas, surtout s'il est de tendance à clamer haut et fort sa noblesse innée et l'idée que le monde lui appartient. Même si cela revient à jouer le larbin un temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead


Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Ven 27 Jan 2012 - 2:57

- Mouiyaaaah...

Syld ne put réprimer un large bâillement et, estimant que le vénérable trône avait finalement assez refroidi depuis le départ de son légitime occupant, entreprit d'occuper le fauteuil derrière le bureau. Une jambe par dessus l'accoudoir, le jeune homme considéra les livres et parchemins d'un oeil mélancolique.

- Bon bah je te laisse réviser, et tu me réveilleras si jamais on doit bouger plus tôt que prévu.

Sans attendre de confirmation, il s'étira avec un nouveau bâillement carnassier et se rencogna contre le dossier capitonné. Il ne tarda pas à rajouter de discrets ronflements au pianotement ininterrompu de la pluie sur les carreaux.

Le lendemain, ce ne fut pas Soghann mais une soubrette blonde et furibonde qui se chargea de le tirer des bras de Morphée, en essayant de l'étouffer avec une miche de pain.
Apparemment Earl avait ramené la dénommée Lucy de son voyage à Ilymir, et Aelred avait estimé qu'elle serait la personne la plus appropriée pour aller porter le déjeuner à une paire d'assassins sans chercher à s'étonner ou à le rapporter aux autres domestiques. Les autres domestiques qui brillaient par leur absence dans cette aile du manoir, d'ailleurs : Adennon avait dû faire passer une consigne pour les tenir à distance.

Syld occupa sa journée à se débarrasser des miettes de pain accrochées dans ses cheveux, à déchirer en menus morceaux toute une pile de parchemins vierges rangée dans un tiroir qui avait le malheur de ne pas être fermé à clef, puis à viser les encriers disposés un peu partout avec des boulettes desdits parchemins.
Bref, il s'ennuya ferme, ne cessant de bâiller et de tourner en rond avec un bel air renfrogné en travers de la figure.

Enfin, le soleil fit une brève apparition, lançant une lueur fugace entre le couvercle de nuages et l'horizon marin visible au bout de la cour. Lorsque la porte du bureau s'ouvrit, ce ne fut pas Lucy mais Aelred qui fit son entrée.


- Il est arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann



Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Jeu 2 Fév 2012 - 4:00

Soghann répondit par le claquement caractéristique d'un lourd volume que l'on referme, produisant du simultanément un léger nuage de poussière du plus bel effet. Il replaça avec délicatesse l'ouvrage sur son étagère, soulagé d'être relevé de cette tâche ingrate.

Tout en étouffant un bâillement, il se mit à se frotter les yeux du bout des doigts, essayant d'en faire disparaître les innombrables portraits, blasons et arbres généalogiques qu'il avait passé son temps à essayer d'absorber.

L'assassin avait beau apprendre vite, tout cela restait relativement obscur pour lui, certainement à cause de la notion même de descendance, inédite à Shalanos. Secouant la tête pour finir d'émerger de sa torpeur, il reporta ensuite son attention sur le nouveau venu, l'air interrogateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead


Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Jeu 2 Fév 2012 - 9:41

Alered vrilla un regard du côté de son bureau, et Syld se recroquevilla instinctivement dans les tréfonds du fauteuil. Mais nulle foudre vengeresse ne vint s'abattre sur le sommet de son crâne. Le vieux Lévitis se contenta de pincer d'avantage les lèvres.

- Il vient de prendre une chambre à l'auberge des Quatre vents... apparemment nommée comme telle pour la qualité de ses courants d'airs. Une gargote miteuse qui sert surtout de relais à alcool de contrebande et de salle de jeu. Par miracle il a réussi à demeurer assez sobre pour rester discret et à visage couvert : mes informateurs ont failli le manquer.

Le vieillard tapota impatiemment le plancher de sa canne.

- Cet accès de sagesse risque de faire long feu. Agissez, mais n'oubliez pas ce que je vous ai dit : je n'ai nulle envie de voir le sang d'un noble de Lévitas souiller les pavés, ce garçon fut-il un imbécile fini. Le temps où on résolvait les problèmes de crétinisme congénital de cette façon est révolu.

Avec l'air de regretter quelque peu le modernisme de l'époque, il s'avança à pas lents.

- Sa famille a longtemps été proche des Elorande, la lignée historique de nos amiraux. Mais à présent, cela, vous devez le savoir. J'ai fait porter quelques vêtements dans la chambre au fond du couloir. Il y a juste un détail...

Aelred continua à avancer, et ne fit que frôler Soghann.
Syld retint de justesse une exclamation et se contenta de rester la bouche entrouverte de surprise en voyant les longues mèches noires du Shalos virer au blanc le plus parfait. L'assassin prenait des airs de fantôme... mais si à bien y regarder cela lui allait plutôt bien. En tout cas, bien malin aurait été celui capable de deviner qu'il ne s'agissait pas d'un Lévitis.
Mais Syld reporta assez vite son attention vers le vieux seigneur qui avait à peine ralenti et se rapprochait dangereusement. Avant que le jeune homme ait pu se décider à quitter son siège, une main décharnée jaillit des plis amples d'une manche pour le saisir au menton, le plaquant contre le dossier avec une force peu naturelle. Après un moment de silence qui sembla durer une éternité, Adennon lâcha un soupir :

- Toi, je ne peux pas y faire grand chose. Hum. Cela suffira au moins pour te faire passer pour quelque métis d'une peuplade du sud. Il y a trop de risques de croiser des personnes qui en savent suffisamment pour soupçonner ce qui se cache derrière ton apparence normale, ici.

Il relâcha sa prise puis recula.

- Dès l'instant où vous quitterez ce manoir, il ne sera plus question de discuter. Vous n'êtes jamais venus ici. J'arrangerai quelques rencontres fortuites si besoin. Mais nous ne nous connaissons pas.

Et, sans rien ajouter, le vielllard quitta la pièce.
A peine eut-il passé le seuil que Syld jaillissait de son fauteuil pour se précipiter vers une des fenêtres. Il consulta son reflet avec anxiété.


- Aaah... Ah mais... Hé... Oh, en fait ça ne rend pas si mal.

Il tourna la tête pour mieux apprécier les reflets fauves qui étaient venus se mêler à ses cheveux -toujours aussi rebelles, par ailleurs. Cela s'accordait plutôt bien avec la teinte un peu plus claire et cuivrée de sa peau, en effet.

- Il aurait quand même pu préciser combien de temps ça va durer, ce déguisement de luxe... Mon pauvre Sogh, tu risquerais d'être un peu voyant en rentrant à Shalanos...

Sans attendre une réponse, il passa prudemment la tête dans le couloir et, certain qu'Aelred n'était pas en vue, fila inspecter la chambre qu'il avait indiquée.
Sur le lit aux draps immaculés, des vêtements qui prenaient des airs de vieilles mues déséchées. D'un côté, une tenue qui avait dû être de bonne coupe, avant que trop de lavages ne fassent virer le tissu blanc au gris sale. La mise tout indiquée pour un noble déchu et miséreux. Un manteau ordinaire à large capuchon bien fait pour garder son identité secrète venait compléter l'ensemble. Et de l'autre...
Syld leva les habits à bout de bras, puis considéra ce qui restait posé sur la courtepointe d'un air sombre.


- Je m'en serais douté.

Des vêtements relativement ordinaires, au détail près qu'aussi bien les manches de la chemise et du manteau étaient coupées de manière à ne couvrir que la moitié des avants-bras. Et sur la courtepointe, il y avait ce qui semblait être de larges bracelets de métal. C'étaient bel et bien des bracelets destinés à être assujettis par des chaînes, si ce n'est qu'il n'y avait qu'un seul anneau à chaque menotte. Quelques ciselures à demi effacées tentaient vaguement de donner le change... comme si elles avaient pu faire réellement passer ces entraves pour des bijoux.

- Des bracelets d'esclave...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann



Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Ven 17 Fév 2012 - 22:53

Sans répondre, Soghann saisi l'une de ses mèches de cheveux et la porta devant son visage, louchant presque de surprise. Une imperceptible frémissement agita la commissure de ses lèvres, jusqu'à ce qu'Aeldred sorte de la pièce, moment ou il laissa définitivement libre cours à son hilarité.

- Crénom, tu parle d'un déguisement ! J'ai l'impression d'être un véritable phare... Peut-être que...

Sans ménagement, il saisi une fine bande de cuir qui trainait sur le bureau, et s'attacha les cheveux en une belle queue de cheval. Le résultat accentuait quelque peu la dureté de ses traits, mais donnait un aspect nettement plus noble à l’ensemble. Arrivé dans la chambre, il saisi les vêtements que son compère tenait dans ses bras, et les étudia d'un air dubitatif. Sans s'attarder sur la jeunesse bien lointaine de la tenue, il l'enfila et ne put s'empêcher de remarquer, en allongeant les bras :

- On dirait que le vieux renard a l'oeil... La taille est bonne.

Puis, s'intéressant aux bracelets, il commenta sur un ton goguenard :

- Au pire, si le blanc ne part pas, je n'aurais qu'à te revendre pour une somme rondelette et m'établir comme négociant à Levitas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead


Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Manoir Adennon   Sam 18 Fév 2012 - 1:59

- Ah ah ah... je suis mort de rire...

Syld tenait un des bracelets par le maillon, du bout des doigts, une moue écoeurée au coin des lèvres. Il se força à reporter son attention sur les manteaux accrochés à une patère. C'étaient ceux qu'ils portaient en arrivant au manoir. Ils seraient sans doute encore utiles le temps d'approcher leur "client" et de l'escamoter.

- Je ne... Hey ! C'est pas drôle !

Le sourire qui persistait sur les lèvres de son compère lui fit monter le rouge aux oreilles. Curieusement, son teint plus clair trahissait beaucoup plus ses émotions.

- Le pire c'est que tu en serais capable. Tsss, t'es vraiment un enfoiré de première...

Il attrapa la clef posée près des bracelets et la jeta à la figure de Soghann.

- Tiens. Et ne t'avise pas de la perdre, ou je t'étrangle.

Il se décida à passer la tenue qui lui était destinée. La chemise était excessivement fine, et pas seulement à cause de l'usure. Quant au manteau, il était à peine plus épais. Il tiendrait sans problème sous le manteau de voyage à capuche.

- C'est ridicule. Je vais finir gelé avec ça sur le dos.

Une paire de gants décolorés par le frottement au niveau des poignets vint compléter la panoplie. Presque sans y penser, Syld fit claquer les bracelets. Les deux cercles d'acier vinrent tout naturellement se placer au dessus du tissu ajusté des gants, venant reposer sur les zones usées qui protégeait la peau de la morsure du métal.
Le jeune homme farfouilla longuement dans les poches du manteau gris-bleu, les sourcils froncés. Il finit par repêcher une boucle d'oreille dont le pendant figurait un blason massif lourdement ornementé. Les motifs correspondaient aux ciselures à peine discernables sur les bracelets.


- Les esclaves de luxe doivent porter le blason de leur propriétaire si d'aventure ils se promènent dans les rues.

Avisant un miroir au cadre de bois noir, il entreprit de relever ses cheveux d'une façon assez particulière, qui découvrait généreusement les oreilles.

- Hum, je la mettrai après. Ce blason est assez peu discret.

Le bijou retomba dans les profondeurs de la poche.

- Pourtant il sait que ce genre de rôle ne...

Syld serra les dents puis lâcha un gros soupir.

- Bon, ne reste plus qu'à trouver cette fameuse auberge des Quatre vents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Manoir Adennon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Manoir Adennon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Manoir, Apprenez à maîtriser votre magie
» Manoir Wellington
» zone noir
» La Maison de la Nuit de Fairbanks
» [Horreur] Le petit chaperon Rouge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Adreis :: Vie d'Adreis (Rôle Play) :: Histoires d'Adreis :: Zone des peuples :: Levitas-
Sauter vers: