Projet Adreis

Forum de discussion autour de ce futur RPG en PHP.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Bonjour et bienvenue sur Adreis.
Pour plus de commodités, n'hésitez pas à vous inscrire dans les groupes qui vous correspondent.
N'hésitez pas faire des demandes aux administrateurs si vous avez des questions ou suggestions.
Passez un bon séjour !
Vous voulez communiquer entre vous ?
Plutôt que d'utiliser les moyens du bord, optez pour notre Voxli : https://www.voxli.com/Adreis
Que ce soit oral ou écrit, vous pourrez de cette manière rencontrer tout le monde plus facilement.

Partagez | 
 

 La Taverne de Veis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Lun 13 Déc 2010 - 20:59

Peut après son entrée dans la taverne, la pluie commenca à taper contre les vitres, virant très vite au déluge. Fynarine commanda une choppe d’hydromel et observa tranquillement les allées et venue dans la salle.
En début de soirée, elle se commanda une assiette de ragout qu’elle engloutit sans lui laisser le temps de refroidir, c’était toujours bon d’avoir un bon repas chaud, dans un siège à peu près confortable et surtout bien à l’abris. Un groupe de musicien se mis à jouer sur un côté de la salle, et elle se laissa bercer par la musique, observant de temps à autre les rares personnes qui circulaient.
A un moment, un homme descendit des étages et entra dans la salle. Il était plutôt bel homme, sans rien avoir rien de particulier non plus, et la Dédrane eu la sensation qu’elle le connaissait. Pourtant, elle ne pouvait remettre un nom ou un lieu, et son apparence laissait croire qu’il était Shalos, or elle n’avait jamais sympathisé avec l’un d’entre eux jusqu'à maintenant.
La porte de la taverne s’ouvrit et deux nouveaux voyageurs dégoulinant d’eau de pluie entrèrent, détournant par la même occasion l’attention de la femme, et lorsqu’elle voulu revenir dessus, elle ne réussi pas à le retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 14 Déc 2010 - 0:31

Ridelgald jeta un bref coup d'oeil sur les occupants de la salle pour repérer des clients un peu trop discrets, un peu trop attentifs, un peu trop louches quoi. Ce rapide regard suffit à le rassurer et il ne poussa pas son examen plus loin : l'odeur du ragoût qui mijotait en cuisine lui avait rappelé ce pourquoi il était descendu à l'origine. L'humidité ambiante et les légers courants d'air qui parvenaient à filtrer par les fenêtres auraient suffi à rendre le fumet de n'importe quel brouet plus qu'appétissant.

Il gagna donc le comptoir pour demander à ce qu'on fasse monter des plats.
Earl qui acceptait sans rechigner de rester cloîtré dans une chambre un peu trop froide et un peu trop humide pour son caractère trop vif et sa santé trop précaire... pareil accès de sagesse ne présageait rien de bon sur l'évolution future de la situation. Bon, au moins il mangerait chaud. Ridelgald ne tenait vraiment pas à revoir le jeune seigneur prostré dans un lit, aux portes de la mort comme il l'avait été un peu trop souvent ces derniers temps.

Tandis que le Lévitis patientait pour qu'une serveuse ait enfin le courage de quitter la chaleur de la cuisine, plusieurs groupes d'arrivants firent successivement grincer la porte gonflée par la pluie. Ce temps épouvantable avait poussé les voyageurs à hâter le pas ou à faire ou détour pour pouvoir se mettre à l'abri.
Il se décala dans l'angle du comptoir pour laisser place à cette foule ruisselante dont les bottes clapotaient au milieu d'une flaque qui s'élargissait dangereusement, et réprima un soupir : plus de gens, donc plus de personnes dont il allait falloir se méfier...
Avec un grognement contenu, il se décida à quitter le comptoir. Le temps qu'on s'occupe de tous ces nouveaux clients qui s'impatientaient après une chambre avec feu de cheminée...
Mieux valait faire plus simple, et plus direct : il se fraya un chemin entre les manteaux détrempés qui grommelèrent un peu et retraversa la salle à grands pas. Avec une tranquille assurance, il vint toquer à la porte grande ouverte des cuisines.


- Excusez-moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 14 Déc 2010 - 4:48

De nouveau plongée dans l’écoute passive des musiciens, Fynarine regarda un autre groupe d’aventuriers passer la porte et s’égoutter là où tant d’autres l’avais fait auparavant. C’était un groupe plutôt grand, et la clerc s’occupa en les regardants les uns après les autres.
C’est alors qu’ils s’amoncelaient devant le comptoir que l’homme brun qu’elle avait remarqué plus tôt se fraya un passage à travers eux, et se dirigea d’une démarche assurée et droite vers la porte des cuisines sur le coté du bar. A nouveau, elle eu la forte impression qu’elle l’avait déjà rencontré. De nature plutôt discrète, l’ennui qui la guettait mis sa curiosité en avant, et elle se leva pour en avoir le cœur net.
Elle se dirigea d’un pas souple rapide vers le mercenaire se faufilant entre les tables, mais arriva quelque instants après un des marmitons, et s’empêcha de justesse de les interrompre. Après tout, elle avait tout son temps, et si c’était réellement un inconnu, rien n’empêchait de faire connaissance et discuter un peu pendant la soirée, mieux valait donc ne pas partir sur une mauvaise impression. Se balançant des talons à la pointe des pieds, les mains dans le dos, Fynarine patienta à deux pas derrière l’homme qu’il finisse de parler affaires et se retourne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 14 Déc 2010 - 9:54

- ... faire monter les repas dès que possible.
- Ce sera fait, messire.

Le marmiton s'éloigna pour retourner à ses fourneaux et, non sans regretter par avance la chaleur crépitante des feux et les odeurs décidément alléchantes qui embaumaient les cuisines, Ridelgald se détourna.
Mieux valait ne pas s'attarder d'avantage : une porte ou une fenêtre, même fermée, cela pouvait se forcer. Même s'il était dans l'incapacité d'user de la moindre elixia, Earl était en mesure de se défendre... et même d'opposer une résistance féroce. Seulement il restait fragile.

Le jeune homme avait refusé d'attendre, de réellement reprendre des forces, trop occupé par toutes ces histoires de Conseil. Ca, plus ce qui avait motivé ce "voyage forcé", le trajet en lui même, pénible, sans confort... Cela faisait trop d'évènements qui s'accumulaient. Earl n'avait pas émit le moindre soupir, pas laissé filtrer la moindre plainte, mais Ridelgald n'était pas dupe. Il fallait éviter tout effort excessif, écarter à tout prix le risque d'une nouvelle blessure, même relativement bénigne.
Les miracles ne se produisaient pas deux fois.

Le soldat se retourna vers la salle...
... et il faillit buter sur la jeune femme qui patientait juste derrière lui.


- Ah, excusez-moi.

Tout à ses pensées, il mit quelques secondes à l'identifier. Il tressaillit nettement, avant de se reprendre. Non, elle ne l'avait peut-être pas reconnu, peut-être qu'il était encore temps...
Il fit mine de la contourner, à nouveau aussi indifférent que s'il n'avait jamais croisé la demoiselle auparavant.
Il n'avait jamais mis les pieds dans cette auberge auparavant donc même si elle prononçait son nom, il ne risquait pas grand chose. A part si des oreilles trop bien renseignées et mal intentionnées traînaient dans le coin.
Mais si jamais elle s'avisait de demander tout haut des nouvelles d'une certaine personne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 14 Déc 2010 - 21:56

Cette voix… Elle était de plus en plus convaincue de connaitre cet homme, et pourtant ses souvenirs continuaient à lui jouer des tours.
Plongée dans ses propres réflexions, elle se serait faite renversée si le mercenaire ne s’était pas arrêté à temps en se retournant.


- Ah, excusez-moi.

Il se mit à la contourner, et leur yeux se croisèrent, et elle put voir son masque d’indifférence se craqueler l’espace d’un instant. Et cette cicatrice qu’il avait au visage, vue de plus près, elle savait... les souvenir qu’elle cherchait firent enfin surface : c’était le garde personnel du Seigneur Earl ! Comment avait-elle pu être aussi stupide pour l’oublier alors qu’elle voyageait en ce moment même pour en apprendre plus sur son maître !
Elle se rendit compte au même instant qu’il n’avait pas attendu son reste et avait déjà pris quelques pas d’avance. S’élançant à sa poursuite, elle le rattrapa juste après avoir retraversé la marée de manteaux gonflés d’eau. Elle lui agrippa le poignet et le tira pour le forcer à s’arrêter.


- Vous êtes Ridelgald, n’est-ce pas ?

Elle ne le lâchait pas des yeux, guettant une infime réaction qui trahirait qu’elle avait raison.

- Comment va le Seign…

La Dédrane suspendit sa phrase en l’air, comprenant enfin à la tension du soldat et aux regards qu’il jetait à la ronde, qu’il ne désirait peut être pas être reconnu. Sans pour autant le laisser partir, elle reprit plus bas en se rapprochant un peu.

- Comment va-t-il ? Pourquoi n’est-il pas avec vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 14 Déc 2010 - 22:28

Ridelgald grimaça intérieurement. Elle avait bien failli vendre la mèche.

- Oui, c'est moi. Mais si vous pouviez éviter de m'appeler tout haut par mon nom, cela pourrait m'éviter quelques ennuis.

Il hésita, puis attrapa la Dédrane par le bras pour l'entraîner avec fermeté vers un recoin relativement calme de la salle. Le cadre en bois d'une des fenêtres avait éclaté, ayant vu trop de soleils après trop de jours de pluies, et un courant d'air glacial avait repoussé les autres clients vers des tables plus à l'abri.

Le soldat prit une inspiration avant de considérer l'herboriste d'un regard aigu.
Pouvait-il lui faire confiance ?
Il y avait peu de risques qu'une Dédrane soit mêlée à tout ça, mais la rencontrer à Veis, juste à ce moment là...


- Il va bien. Enfin, il n'est plus en danger immédiat.

Ridelgald hésita à en dire plus. Mais avoir une herboriste sous la main pouvait être utile. Il se mordilla l'intérieur de la joue tout en réfléchissant, avant de se décider brusquement :
- Et il est ici, simplement il vaut mieux pour lui qu'il ne se montre pas à visage découvert. Inutile de le chercher dans la salle commune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 15 Déc 2010 - 4:43

- Attendez, vous voulez dire qu’il est réveillé et qu’il est venu lui-même jusqu’ici ? C’est fantast…

Elle ne fini pas sa phrase, son naturel de clerc revenant au galop, elle venait de calculer le temps depuis lequel elle était partie par rapport à l’état d’Earl dont elle se souvenait.

- …irresponsable et suicidaire ! Il ne devrait pas voyager après si peu de temps, même si la distance d’Ilymir à ici est courte !

Elle se remit à réfléchir quelques instants, et de nouvelles implications des paroles du soldat lui vinrent à l’esprit. Elle s’en reprit donc au malheureux toujours à voix basse mais mécontente.

- Et vous dites qu’il est en danger ici ? Pourquoi l’y avez-vous amené dans ce cas ? Si vous comptez l’achever, vous auriez du le laisser au vieux prêtre à Ilymir, ca aurait au moins servit à quelque chose.
Peut-il se servir à nouveau de son elixia ? Y a-t-il au moins un prêtre qui vous accompagne pour vérifier son état ?

Fynarine se retint de peu d’attraper le soldat pas la chemise pour qu’il lui réponde au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 15 Déc 2010 - 11:01

Ridelgald parut un peu désarçonné par la réaction de Fynarine, puis se mordit la langue pour ne pas éclater de rire tant la façon de penser de l'herboriste était... terre à terre ? tellement naturelle, tellement directe, tellement plus logique que celle de pas mal de monde.
Après les inquiétudes de ces dernières semaines c'était... rafraîchissant.

Il ne put résister à l'envie de rajouter un trait d'huile sur le feu :


- Bah, je crois que la distance entre Lévitas et ici est un peu plus longue, en fait...

Il reprit son sérieux presque aussitôt. Après tout, ce n'était pas vraiment le moment de se laisser aller à plaisanter.

- Et je ne l'ai pas "amené" ici. C'était son idée. Croyez bien que si j'avais pu prévoir tout ça, je l'aurais encore assommé une bonne fois pour le forcer à dormir quelques semaines de plus.

Il examina son poing, comme s'il demandait si cela valait encore la peine de "convaincre" le satané jeune seigneur de se tenir enfin tranquille. Non, il était un peu tard. Dommage...

- Il est en danger ici, tout simplement parce que le danger le suit à la trace et que ça m'étonnerait que nous ayons réussi à le semer pour bien longtemps. Et comment voulez-vous embarquer un prêtre avec vous si vous ne pouvez plus vous payer le luxe de vous fier à quiconque de votre entourage ?

Le soldat secoua la tête.

- De toute façon, sa Seigneurie se serait sûrement arrangée pour semer le malheureux chargé de surveiller son état. Il est... enfin était très fort pour s'occuper des autres, mais dès qu'il s'agit de s'occuper de lui-même, c'est une véritable catastrophe.

Il émit un reniflement hargneux en songeant à la désinvolture suicidaire du clerc, avant de se rappeler à l'instant présent en baissant à nouveau ses yeux gris vers la Dédrane.


- Si vous pouviez garder tout ça pour vous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Jeu 16 Déc 2010 - 3:34

Si l’herboriste était tout à fait sérieuse, elle n’en fut pas moins étonnée par la remarque et l’attitude du soldat. Quand elle comprit que Ridelgald se moquait d’elle, elle oublia la remarque qui lui venait et secoua la tête par résignation. Après tout, elle avait déjà eu un aperçu de l’entêtement dont le Seigneur Earl pouvait faire preuve, elle ne pouvait pas en vouloir au pauvre soldat pour son impuissance, d’autant qu’il était de toute façon trop tard.
Elle écouta la suite de ses explications, confirmant mentalement car elle-même pensait le Seigneur en être capable, quel que soit son état, voir surtout vu son état.

Rendant son regard au grand garde du corps, elle posa question dont la réponse déterminerait probablement comment cette discussion se finirait.


- Pourquoi me dites-vous tout ça?

Elle laissa un instant s’écouler avant de s’expliquer.

- Qu’est-ce qui vous fait croire que je suis plus digne de confiance que votre entourage ? Vous me révélez des informations qui pourrait nuire à la vie de votre commandant, alors que vous dites en même temps qu'il est déjà trop en danger, et ne demandez que ma parole que je ne dirais rien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Jeu 16 Déc 2010 - 9:50

Ridelgald s'assura une nouvelle fois qu'aucune oreille indiscrète ne traînait à portée de murmure, avant de hausser les épaules.

- Pourquoi ? Vous n'êtes pas Lévitis, c'est déjà un bon point.

Il passa une main un peu lasse sur son menton qui commençait à crisser.

- Evidemment, vous trouver là, juste maintenant, c'est une fichue coïncidence. En tant qu'herboriste, je ne doute pas que vous puissiez tuer quelqu'un le plus discrètement et le plus efficacement du monde... Rien ne me dit qu'on ne vous a pas fait miroiter une petite fortune en sachant que vous pouviez approcher sa seigneurie sans qu'il se méfie immédiatement. Rien, si ce n'est mon instinct.

Il haussa les épaules.

- Je ne dis pas que je ne me trompe jamais, mais en ce qui concerne les intentions profondes des gens, j'ai appris à me fier à lui en passant outre la raison.

Il fronça brièvement les sourcils en se remémorant la dernière personne pour laquelle son instinct l'avait trahi. Ce petit serpent venimeux...
Ridelgald serra les dents, ses yeux gris soudain assombri de lourds nuages.
Il s'efforça de repousser ces pensées pesantes en fixant à nouveau la Dédrane.


- Si vous n'étiez pas mêlée à cette histoire et que je ne vous avais rien dit, vous auriez pu laisser échapper quelque information malencontreuse après m'avoir reconnu. Si vous êtiez déjà mêlée à cette histoire, le mal était déjà fait. Ce n'est pas parce que je vous dit tout ça que je vous fait absolument confiance, soyons clairs.

Un bref soupir lui échappa.

- Et si votre "pourquoi" servait aussi à demander la raison pour laquelle je vous en raconte autant alors que j'aurais pu en dire beaucoup moins...

Il se massa les paupières du bout des doigts. A vrai dire, lui aussi était fatigué. La compagnie d'Earl n'avait jamais été de tout repos, mais là c'était franchement pire que d'habitude.

- C'est parce qu'à Ilymir, il semblait disposé à vous écouter. Si personne ne lui conseille sérieusement de se ménager, il va finir par gâcher tout ce qui a pu être fait pu le garder en vie. Enfin, s'il n'est pas tué par une autre main avant, bien entendu.

Le soldat ne poursuivit pas ses explications plus avant, c'était bien inutile, et Fynarine n'était pas complètement stupide. Elle était bien assez fine pour saisir ce qu'il lui demandait.

- Ah, et juste une chose ! Il n'est plus mon "commandant". Il y a eu quelques changements. Des changements plus regrettables que jamais, d'ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Lun 27 Déc 2010 - 19:43

- Tout miser sur une simple intuition, c’est quand même un gros risque.

Evidemment, elle avait comprit les sous-entendus du soldat ; elle représentait sa source la plus sure, relativement parlant, et ayant une chance concrète d’avoir de l’influence sur son protégé.
Elle prit une longue inspiration, se préparant déjà à une confrontation avec le Seigneur récalcitrant.


- Je suppose que je n’ai rien à perdre à le rencontrer à nouveau. J’espère simplement qu’il ne fera pas que m’écouter cette fois, on a déjà vu comment ca à fini à Ilymir.

Malgré leur courte rencontre, elle savait déjà que c’était bien trop demander. En revanche, cela l’empêcherait au moins d’ignorer les symptômes comme il pourrait le faire en s’auto-diagnostiquant, et Ridelgald serait lui aussi averti au passage.

- J’ai vu des salons privés au premier étage tout à l’heure. Cela vous convient-il pour que je puisse le voir? Ça évitera que j’en sache trop avant que vous puissiez me faire confiance.

Ses plus grandes préoccupations étant momentanément réglées, les pensées de moindre importance refirent surface.

- Je suis toujours à la recherche des êtres sacrés du désert. La seule piste que j’ai pu trouver est une caravane dans laquelle un d’entre eux est sensé voyager, et qui se dirigeait vers le nord, surement Lévitas. En avez-vous entendu parler ?

Fynarine sembla réaliser quelque chose, et ont pu entendre une trace de timidité dans sa voix.

- Oh, et s’il n’est plus votre commandant, comment dois-je vous appeler maintenant, lui et vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Lun 27 Déc 2010 - 22:33

- Quand on est soldat, on apprend vite que l'intuition est aussi puissante que la raison... et, surtout, elle fait perdre moins de temps en cas de situation critique.

Ridelgald hôcha la tête en signe d'assentiment : en effet, mieux valait que la rencontre se fasse en "terrain neutre". Aller affronter sa seigneurie directement dans sa chambre risquait d'être quelque peu suicidaire.

La mention des Etres Sacrés le fit tiquer.


- Ah, oui, j'en ai entendu parler... Enfin j'ai fait mieux que ça.

Il se passa machinalement la langue sur les dents, comme s'il y avait encore eu des grains de sables coincés quelque part.
Le soldat avait subitement pris une mine grincheuse. Les moqueries d'Earl face à son refus de porter autre chose que l'uniforme blanc éclatant de Lévitas lors de son premier voyage dans le désert lui revenaient en tête, en même temps que le souvenir de la chaleur écrasante. Il émit un reniflement de mauvaise humeur, puis consentit à répondre à la dernière question :


- Je suis toujours Ridelgald, ni plus ni moins. Et lui... je suppose que si vous lui posiez directement la question, il vous répondrait que vous feriez mieux de ne pas l'appeler du tout, et que ça serait plus simple pour tout le monde.

Il lâcha un soupir.

- Enfin, vous pouvez aller l'attendre dans un de salons. Le temps que je le cal... que je lui explique la situation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 29 Déc 2010 - 3:07

Fynarine ne put que s’incliner face à la réflexion du guerrier, la chasse aussi demandait une grande part d’instinct se rappela-t-elle.

Les sourcils de l’herboriste se levèrent, les yeux grand ouvert de surprise de savoir que le Lévitis avait plus d’info qu’elle en étant resté à s'occuper de son Seigneur, et si loin du désert.


- Vous avez trouvé un être sacré ?

La surprise se mua en incompréhension à la vue de la mine renfrognée de Ridelgald.

- Vous avez appris quelque chose ? Où cet Etre Sacré est-il maintenant ?

Fynarine donna confirma d’un hochement de tête qu’il était temps de se préparer à changer de place, d’autant qu’elle commençait à prendre un peu froid dans le courant d’air. Ils se séparèrent et elle se dirigea vers le comptoir pour réserver une des pièces à l’étage.

Une fois fait, elle suivit les indications données par le tavernier et arriva dans une petite pièce, agréablement chauffée par une cheminée, et meublée en tout et pour tout de 5 sièges rembourrés, en cercle avec le feu autour d’un petite table, juste assez grande pour accueillir les verres de possible occupants. La table fut d’ailleurs jonchée quelques instant plus tard d’un pichet de vin accompagné de 3 verres que la Dédrane avait prit soin de commander.
Elle choisi le fauteuil près du feu qui faisait face à la porte pour attendre confortablement ses deux visiteurs. De cette façon, même plongée dans ses pensées, on ne pourrait pas se glisser dans la pièce à son insu - elle comptait bien limiter les risques supplémentaire qu'elle apportait aux deux Lévitis.
C’était un grand retournement de situation, elle n’aurait jamais pu prévoir ni espérer rencontrer le puissant clerc si vite et dans un tel endroit. Et son rétablissement si rapide, suivit d’un long voyage, comment cet homme avait-il réussi ? Ce Seigneur était décidément bien surprenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 29 Déc 2010 - 3:37

Ridelgald se retira en laissant les dernières questions de l'herboriste en suspens : Earl serait mieux placé pour y répondre en temps voulu... enfin, s'il le voulait bien.

Fynarine eut tout le temps d'observer l'agencement du salon.
Les minutes s'égrenaient, et toujours rien.
Des minutes et encore des minutes, et...

La porte s'ouvrit à la volée et il fallut que Ridelgald la rattrape en catastrophe avant qu'elle n'aille claquer contre le mur avec assez de violence pour ameuter la moitié de la taverne.
Earl s'avança dans la pièce au pas de charge puis repoussa brusquement la capuche du manteau qu'il avait jeté sur ses épaules pour traverser le couloir. Il était pâle, mais moins à cause de sa santé qu'à cause de la colère.
Ses yeux d'or étincelèrent en reconnaissant la Dédrane, et il se détourna brusquement pour darder un regard flamboyant vers son ancien second.


- Mais qu'est-ce qui t'a pris de la mêler à ça ? J'avais dit...

Ridelgald finit de refermer la porte avant de s'y adosser de toute sa carrure, comme s'il s'attendait à ce que le jeune seigneur tente de sortir sans même prendre la peine d'écouter un seul des mots qu'on pourrait lui dire.

- Eh bien...

Il se racla la gorge et abandonna son ton prudent pour lâcher tout de go:
- Apparemment ce que je peux vous dire vous passe par-dessus la tête, alors j'ai pensé que se serait bien si quelqu'un d'autre tentait sa chance.

Cette tirade eut le don de laisser Earl pantois. Il mit quelques secondes à revenir de sa surprise, et ces quelques secondes suffirent en quelque sorte à "faire diminuer la pression".
Le clerc était visiblement toujours furieux, mais au moins il n'avait pas l'air d'un Fédorien près à tout flamber dans un rayon d'un mille. Il émit une exclamation sourde qui faisait furieusement penser au rauquement d'un tora en colère, puis alla s'asseoir avec brusquerie dans un fauteuil en face de Fynarine. Il croisa les bras et émit un reniflement de dédain.


- Très bien, balancez votre sermon, j'écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Ven 31 Déc 2010 - 5:28

Si le plancher du couloir n’avait pas craqué et attiré son attention, Fynarine serait tombée de son fauteuil, morte de peur. Au lieu de cela, elle assista à une sorte de scène de ménage entre les deux voyageurs qu’elle attendait.
Lorsqu’Earl se remit de sa surprise et vint s’assoir en face d’elle, l’air vexé, l’herboriste ne put résister plus longtemps. Elle éclata d’un grand rire franc, déstabilisant les deux autres occupants de la pièce et dissipant ce qui restait de tension.
Elle redevint vite sérieuse afin de ne pas s’attirer d’ennui, gardant quand même les coins de sa bouche un peu relevé et le regard malicieux.


- Désolé, je ne voulais pas me moquer. Je suis ravie de voir que vous êtes bien vivant pour un ressuscité.

A première vue, le clerc semblait juste extrêmement fatigué, mais Fynarine n’était pas dupe, il ne pouvait pas être encore guérit, même s’il n’avait pas bougé autant qu’il l’avait fait depuis son réveil. Elle se leva et se dirigea vers lui.

- Déjà, vous savez pertinemment que même sans bouger comme vous l’avez fait, sont regard se fit pénétrant pour souligner ses mots, le sourire ayant disparu quand elle s’était levée, vous devriez à peine être autorisé à vous déplacer, sans parler de voyager. Votre maladie dure depuis trop longtemps et à affaibli votre corps, vous ne devez pas trop en faire.

Elle l’avait maintenant rejoint et était accroupie à coté du fauteuil, une main passant lentement à quelques centimètres de sa tête et son torse, examinant les endroits des anciennes blessures et des modifications des canaux elixiens.

- Je ne distingue pas encore aussi clairement que je le voudrais avec ma magie, mais en ce qui concerne votre Elixia, on dirait que tout est arrangé. Vos pouvoirs sont-ils revenus à la normale ?

Fynarine se releva et s’adressa à Ridelgald.

- Je ne sais pas ce que vous attendez ici, mais il faut qu’il arrête de voyager pour un moment. Il n’y a rien de grave pour l’instant, mais les séquelles de la maladie et de ses coups guérissent trop lentement.

La Dédrane pris le pichet de vin sur la table et rempli les trois verres. Elle en tendit un a Earl.

- Après avoir été malade si longtemps, est-ce vraiment si dur que ca de rester en place quelques semaines ? Votre mission est-elle si importante que vous deviez sacrifier votre santé ?

Après qu’Earl ai pris son verre, Fynarine prit les deux autres dans chaque main et vint donner à Ridelgald le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Ven 31 Déc 2010 - 6:09

Les yeux d'or s'étrécirent, mais Earl resta miraculeusement muet jusqu'à ce que la Dédrane en ait fini avec son examen. Il considéra le verre qui venait de lui fleurir dans la main avec un froncement de sourcils, comme si le malheureux récipient avait été responsable de tous ses maux, avant de le vider d'un trait.
Ridelgald ne put s'empêcher de tiquer : le jeune clerc avait décidément acquis une indifférence à l'alcool des plus stupéfiantes quand on connaissait son ancien seuil de tolérance.


- Ma "mission" ?

Earl haussa les épaules avec dédain.

- Il n'y a pas de mission qui tienne cette fois-ci. Si je sacrifie ma santé, c'est précisément pour rester en vie.

Il reposa sèchement son verre sur la table.

- Non, mes pouvoirs ne sont toujours pas revenus, et c'est bien pour cette raison que je n'ai eu d'autre choix que de... "partir en voyage".

Le Lévitis étudia Fynarine d'un regard aigu, comme pour la soupeser de la même manière que l'avait fait Ridelgald avant lui. Son mécontentement ne parut nullement s'apaiser.

- Sincèrement, j'aurais préféré que vous ne soyez pas mêlée à ça. Je suis quasiment certain que des hommes ont été engagés pour prendre ma tête. Et à présent l'affaire doit avoir franchi les murailles de Lévitas. Le coup peut venir de n'importe où.

Il secoua la tête et se massa les paupières avec un soupir, trahissant sa lassitude.

- Rester dans mon entourage est une mauvaise, une très mauvaise idée, croyez-moi.

Earl fixa à nouveau Fynarine en face.

- Si je vous demande d'oublier cette conversation, d'oublier m'avoir vu et de poursuivre votre route comme vous en aviez probablement l'intention avant, y a-t-il une chance pour que vous le fassiez ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 4 Jan 2011 - 1:51

Dans un grincement d'essieu assez désagréable, le chariot s'immobilisa.
Syld se dégagea de sous la bâche alourdie par l'eau et sauta au sol... avant de commencer à râler en sourdine contre le temps, la pluie, la boue, et spécialement la fange dans laquelle ses bottes baignaient jusque par dessus la cheville.


- Pfff, ça n'a pas arrêté depuis qu'on est partis du Dregnir.

Il secoua comiquement une patte avec une mine exagérément grincheuse, envoyant voler de l'eau et de la boue plus loin sur le chemin.

- Ils pourraient nous envoyer courir les routes à la belle saison, mais non...

Avec une grimace, il tirailla le manteau qui tirebouchonnait un peu sur ses épaules. L'humidité avait fini par le traverser, et c'était tout sauf agréable.
Comme une girouette percevant la brise, le jeune homme se détourna du morne pianotement de la pluie sur les feuilles mortes du bas-côté, préférant pointer les oreilles du côté de la taverne et de sa chaleureuse rumeur, promesse de bonne flambée, d'alcool revigorant, de matelas -plus ou moins moelleux- et d'accortes serveuses -souvent plus moelleuses que les matelas.


- Bon, au moins on n'aura même pas eu besoin de finir le chemin à pied...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 4 Jan 2011 - 3:25

Fynarine se tint silencieuse à son tour pour écouter. Silence qui se prolongea même après qu’Earl ai posé sa dernière question. La clerc prit le temps de réfléchir, buvant un gorgée à son verre, et soutenant le regard perçant que le Seigneur lui lançait.

- Non, je ne crois pas, plus maintenant.

Ses épaules se relâchèrent, elle soupira.

- Vous n’êtes pas comme les autres clercs. Vous ne vous laissez pas tomber dans ces doctrines où étiques, vous agissez comme si vous n’aviez de comptes à rendre à personne. Et vous m'avez enseigné des techniques de soin que je pense personne d'autres ne serait capable de réaliser. Je souhaiterais continuer à vous suivre pour en savoir plus, mais pour ça, c'est mieux si vous restez vivant évidemment.

Elle fit une pause le temps de prendre une nouvelle gorgée de vin, puis se mit à marcher lentement de long en large face au Lévitis contrarié.

- J’étais partie à la recherche les Etres Sacrés dans le désert de Fedoran après votre coma, pensant revenir avec des informations utiles pour vous en sortir ou vous aider à vous remettre de votre maladie. C'est ma toute première piste, assez douteuse d'ailleurs, qui m'a fait passer par ici.

Elle s’arrêta de marcher pour fixer de nouveau Earl.

- Vous dites avoir besoin de fuir. Vous ne pouvez pas vous soigner, ni même prendre de repos on dirait. Moi, je peux. Ces recherches n’ont aucun sens si vous mourrez, et vous semblez avoir nettement plus besoin de quelqu’un que ces fantomatiques "Etres Sacrés".

Fynarine jeta un coup d’œil à Ridelgald toujours adossé à la porte.

- Et je pense qu’aucun de vous ne se plaindra d’un peu de soutient supplémentaire, ça vous laissera un peu plus de temps pour récupérer de vos blessures. Comme Ridelgald l’à dit tout à l’heure, si j’avais envi de vous tuer, vous le seriez déjà.

Elle désigna du menton le verre vide que le grand clerc avait posé sur la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 4 Jan 2011 - 10:26

A la mention des "Etres sacrés", Earl eut un petit sourire en coin, le sourire de quelqu'un qui sait quelque chose mais qui préfère le garder pour lui. Il se contenta de se renfoncer plus confortablement dans son fauteuil, comme si le refus de Fynarine l'avait calmé au lieu de l'énerver d'avantage.

A l'allusion au verre, Ridelgald ne put s'empêcher de blêmir, manquant renverser le contenu du sien dans un sursaut mal contrôlé. Imprudence énorme, défaut de vigilance inqualifiable. Tout à ses réflexions et à ses plans pour trouver quelqu'un en mesure de raisonner le jeune seigneur, il avait laissé passer cela. Faire relativement confiance, oui, mais pas au point d'offrir de pareilles ouvertures d'entrée de jeu !
De son côté, Earl ne parut guère troublé. Il reprit calmement le verre vide et le fit tourner entre ses doigts, accrochant les reflets mouvants du feu.


- Et effet, cela aurait été facile.

Les yeux d'ambre glissèrent par dessus la coupe de cristal pour venir se poser sur Ridelgald, calmes et un rien ironiques.

- Allons, tu penses vraiment que tu aurais pu l'empêcher de me toucher ou de me faire absorber quoi que ce soit pendant longtemps ? Un soigneur qui ne peut s'occuper physiquement de son patient manque un peu d'efficacité...

Le Lévitis pencha la tête sur le côté, ajoutant d'une voix rêveuse, comme réfléchissant à haute voix :

- Bien sûr un assassin intelligent pourrait attendre que tu sois juste assez confiant pour libérer la porte, et donc le chemin de la sortie avant d'agir. Cela ne sert à rien d'assassiner quelqu'un si on ne peut profiter de la récompense ensuite et... Ah çà, Ridelgald, tu vas arriver à te détendre ? Si tu décides de faire suffisamment confiance à quelqu'un pour l'amener jusqu'à moi en faisant fi de toutes les précautions que nous avons pu prendre pour justement éviter tout contact extérieur, cela serait bien que tu sois sûr de toi quand même !

De toute évidence, Earl en profitait pour se "venger" à sa manière de la toute nouvelle autorité de son ancien subordonné et, de toute évidence, ses piques faisaient mouche : Ridelgald était passé d'une pâleur subite à une délicate rougeur, et ses yeux gris avaient des reflets électriques.

- Si vous vous êtiez tenu tranquille dès le départ, je n'aurais pas besoin de me demander à chaque instant si les décisions que je prends sont au final bonnes ou non en ce qui vous concerne.

Autant le soldat avait été ébranlé par l'allusion de Fynarine et ce qui aurait pu se produire, autant il était à présent en colère, piqué, ou plutôt blessé par le reproche -justifié- d'Earl. Il prit une profonde inspiration et croisa les bras, se forçant à garder le silence.
Earl le fixa bien en face encore quelques instant, avant de reporter son attention sur l'herboriste.


- Fort bien. J'espère que vous n'aurez pas l'occasion de regretter cette décision à l'avenir. Alors, avez-vous des questions, quelles qu'elles soient, que ce soit au sujet de mon état de santé ou de ma situation ? Après tout vous avez le droit de savoir dans quel guêpier vous vous êtes fourrée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 4 Jan 2011 - 20:25

Les noirs cheveux de Soghann plaqués sur son crâne par la pluie lui donnaient un air encore plus sombre qu'à l'accoutumée. Avec une mine dégoûtée, il pataugea dans la boue jusqu'au seuil empierré de la taverne. Un garde, posté bien à l'abri, les observaient d'un air goguenard que l'assassin ignora.

- C'est bien un avantage de la vie troglodyte, ne pas avoir à se soucier du temps...

Ouvrant la porte, il savoura la bouffée d'air chaud et ne tarda pas davantage à entrer. Sur le seuil, il se mit en devoir d'essorer quelque peu sa chevelure et de décrotter quelque peu ses bottes. A en juger par l'état du sol à ce endroit, il n'était pas le premier à se débarrasser ici des vestiges du mauvais temps.

- Je propose de commencer par se réchauffer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 4 Jan 2011 - 22:22

Syld se faufila sur le côté pour se mettre à l'abri lui aussi. Il donna un coup de talon au sol pour faire tomber les semelles de boue qui lui collaient aux pieds et s'ébroua sans rien perdre de sa moue grincheuse. Comme pour répondre à son humeur aussi sombre que le ciel au dehors, ses mèches détrempées rebiquaient en petites piques agressives derrière ses oreilles, plutôt que de s'amuser à boucler comme elles se plaisaient à le faire si d'aventure l'assassin était trop paresseux pour se les sécher assez vite.

- Même si tu avais proposé de faire autre chose, je t'aurais aimablement conseillé d'aller le faire tout seul... Bien sûr qu'on va commencer par dégeler et sécher un peu !

Et le jeune homme de mettre sa menace à exécution en allant se fourrer aussi près que possible de la cheminée, non sans décocher des regards féroces à tous ceux qui encombraient déjà cette agréable zone de la salle.
En deux trois contorsions, il parvint à se débarrasser de son manteau qui lui collait à la peau et, grelottant un peu dans sa chemise à peu de chose près aussi détrempée que le reste, le suspendit à un crochet.


- Si on pouvait avoir de quoi réchauffer l'intérieur aussi, ça ne serait pas de refus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 5 Jan 2011 - 21:10

Ne voulant pas jeter de l’huile sur le feu, elle évita d’ajouter qu’en plus de pouvoir le tuer aussi bien par touché que par ingestion, elle avait des ingrédients qui dosé d’une certaine façon pouvait aussi ne rien laisser paraitre pendant des heures ou jours avant de tuer de manière plus ou moins lente.

Sans le laisser paraitre, Fynarine était soulagée de ne pas avoir à argumenter trop longtemps avec Earl. Elle n’hésita qu’un court instant, choisissant par quel bout commencer le tourbillon de questions qu’elle avait en tête.


- Vous n’êtes pas aux portes de la mort pour l’instant, donc commençons par votre situation. Qui, ou qu’est-ce que vous fuyez ? et qu’est-ce que vous comptez faire maintenant ?

L’herboriste fit quelques pas avant de revenir là où elle se tenait l’instant d’avant.

- Ridelgald m’a dit que vous revenez de Lévitas, et que vous n’étiez plus son commandant - son ton laissait entendre que ce n’est pas une promotion. Est-ce un régiment de l’armée Lévitis que je risque de trouver demain à ma porte ?

Changeant de sujet, elle aborda l’autre sujet qui la préoccupait.

- Que ce passe-t-il avec votre Elixia ? Je la sens qui coule tout à fait normalement dans votre corps - chance inespérée que votre corps ai possédé un second réseau de vaisseaux elixiens et qu’il ne la rejette pas. J’ai beau m’entrainer tout les jours depuis l’opération au manoir, je suis encore loin de « voir » aussi bien que je le voudrais, mais je n’ai rien sentit d’anormal ou de manquant qui pourrait l’expliquer. Avez-vous la moindre idée de ce qui se passe ?

La jeune femme remplit une nouvelle fois le verre d’Earl avant de se resservir elle-même. Elle se rassit ensuite dans son fauteuil, dans l’éventualité que la discussion puisse trainer un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 5 Jan 2011 - 23:41

Earl émit un clappement de langue plus résigné qu'énervé.

- Ca vous arrive de ne poser qu'une question à la fois, et d'attendre la réponse avant de passer à la suivante ? Franchement, je plains les malheureux à la mémoire courte qui pourraient "discuter" avec vous.

Il se massa la tempe du bout des doigts avec un soupir.

- En ce qui concerne mon elixia, ma réponse est simple : je n'en ai pas la moindre idée. Enfin si vous avez envie d'une hypothèse, il suffit de savoir que ce fameux "second réseau" présente une configuration sensiblement différente du premier. Alors est-ce que c'est moi qui n'y suis pas encore habitué, est-ce que tout simplement il se présente d'une façon telle que la manipulation de l'elixia qui y circule est impossible ?

Earl haussa les épaules et fronça le nez sur son deuxième verre. Il finit par le reposer sans y toucher.
Non, il tenait peut-être mieux l'alcool qu'avant, mais mieux valait ne pas trop forcer pour autant.


- Si un régiment de Lévitis venait frapper... hum... enfoncer votre porte, c'est qu'il y aurait un sérieux problème. Je ne dit pas que ce serait impossible... mais si cela se produit, cela signifiera le début d'une période bien sombre pour pas mal de monde.

Le Lévitis effleura le bord de son verre d'un doigt songeur, faisant chanter le cristal.

- La nouvelle ne s'est pas encore répandue, Ael en soit louée, mais...

Il hésita encore un instant avant de se décider.

- Le Chancelier de Lévitas a été assassiné. Empoisonné, pour être précis.

Il prévint une éventuelle remarque d'un geste de la main.

- Non, je ne suis pas soupçonné, et ce n'est pas la justice de Lévitas que je fuis ainsi. Pour le moment c'est le conseil militaire qui s'occupe de maintenir la cité en ordre. Ils ont réussi à éviter les fuites d'information, et aucun citoyen ne se doute de quoi que ce soit. Des élections anticipées ont été annoncées, mais comme le Chancelier avait annoncé son intention de se retirer il y a quelque temps, nul ne s'en étonne. Le conseil civil est trop occupé à se chamailler et à discuter pour faire quoi que ce soit d'utile. Cette histoire sent la corruption à plein nez mais il est difficile de savoir jusqu'où elle s'étend. J'ai de bonnes raisons de penser que le conseil militaire a été épargné, donc pour le moment la situation reste stable... mais est-ce que cela va durer jusqu'à la fin des élections ? Et est-ce que ces élections vont être menées dans les règles, ça...

Le jeune homme pinça les lèvres, le regard dur.

- Je ne fais plus partie de l'arme, en effet. J'ai démissionné de mon propre chef. Et d'ailleurs je commence à le regretter... Non, j'ai commencé à le regretter dès que j'ai compris ce que tramait ce vieux renard de Chancelier. "Agent de liaison entre les deux conseils"... ah, oui, un joli poste qu'il m'a proposé ! Si je m'étais rappelé que les seules conditions pour apparaître sur la liste des éligibles selon les nouvelles lois étaient la non-appartenance à l'armée et au moins un mandat quelconque au sein du conseil civil...

Il lâcha un bruit de gorge à mi-chemin du grondement et du sifflement de colère.

- Ces vieux abrutis du conseil ont trouvé le moyen -oh, juste une poignée d'entre eux, mais c'était suffisant- de me déclarer comme candidat. Et tout cela pourquoi ? Parce que je serais le "compromis idéal" entre les "conservateurs" grâce à mon allure de parfait petit Lévitis et à mon nom prestigieux, et les "immigrants", ceux à qui ont refuse toujours les postes importants bien qu'ils soient Lévitis depuis plusieurs générations. Ah, là on s'est souvenu de quelle fange je sortais ! Le parfait modèle de l'"étranger" qui a réussi, quelle aubaine, vraiment. Ces vieux gâteux qui font mine d'oublier qu'eux aussi ont été des immigrants, comme tous les Lévitis "de souche" ! Tch !

Trop énervé pour rester en place, il avait quitté son fauteuil pour aller et venir dans le salon à grand pas.

- "Candidat" ! Des clous, oui ! Je me demande encore pourquoi je n'ai pas refusé... ou plutôt non, je sais très bien pourquoi je n'ai pas regimbé : parce que je n'ai aucune confiance dans tous les autres vieux crabes séniles pour faire quoi que ce soit de bien par eux-même.

Il revint se laisser tomber dans son fauteuil, tant pour finir de se calmer que pour souffler un peu après ce discours un peu trop enflammé pour sa santé encore précaire.

- Voilà donc pourquoi je dois m'enfuir comme un lâche aujourd'hui, poussé dehors par un ramassis de lièvres peureux qui craignent pour leur poulain...

Earl sortit de sa ceinture une petite fiole soigneusement bouchée et la fit glisser sur la table en direction de Fynarine.

- Voici un échantillon de ce qu'on m'a servi par "accident" lors d'une ennuyeuse réunion au sujet de je ne sais plus quoi... la couleur des vêtements la plus appropriée pour faire des discours, il me semble. Bref. L'odeur était à peine perceptible tant que le thé était chaud, mais comme je déteste les infusion d'élidoine, je l'ai laissé refroidir un peu trop longtemps. Un coup de chance : le parfum m'a tout de suite sauté au nez. Je suis sûr que vous allez reconnaître ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Ven 7 Jan 2011 - 2:16

Lorsque Soghann s'approcha à son tour de la cheminée, après avoir embrassé la salle d'un coup d'oeil attentif, ce coin de la pièce se vida quelque peu. Si on ne les connaissait pas comme assassins, les quelques bagarres d'ivrognes et, à n'en pas douter, l'histoire de la bataille qui avait eu lieux un bon mois plus tôt... Bref, difficile de passer inaperçu.

Sans paraître se formaliser, ni même remarquer les regards en coin que de nombreuses personnes lui servaient, l'assassin se mit en devoir de se sécher aussi. Ce faisant, il repensa à la bataille... A la manière dont il avait abattu un géant à main nue, ou du moins ce dont il se souvenait. Le poison avait fait de sérieux dégâts et la douleur avait inhibé une partie de ses souvenirs. Mais pas ceux des gens de la Taverne, ainsi que le prouva les assiettes fumantes qui arrivèrent devant eux sans qu'ils n'aient rien demandé, le tout accompagné d'un sourire charmeur.


- Cadeau de la maison !

Tout de même un peu étonnée, Soghann attendit que la serveuse s'éloigne pour lancer discrètement à son compère :

- ça va être de plus en plus difficile de passer inaperçu, ici...

Puis, après avoir goûté à l'excellente bière qui accompagnait les assiettes :

- Entre tes exploits au lit et les miens à la bataille... Se souvenant brusquement d'un détail, il reprit : Ha, mais c'est vrai que t'es au courant de rien !

Et pourtant, difficile d'oublier comme ils l'avaient laissé en plan, avec une guerre sur les bras... Enlevant le gant de sa main gauche, il observa la marque de piqûre, noire, qui en ornait le dos. Un souvenir impérissable de la bataille...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Ven 7 Jan 2011 - 4:29

L'humeur de Syld s'adoucissait visiblement à mesure qu'il séchait et se réchauffait, et l'arrivée des repas finit de balayer la moue vaguement boudeuse qu'il affichait depuis le début du voyage sous la pluie. Vu la manière dont il attaqua ce dîner providentiel, la nourriture n'allait sûrement pas avoir le temps de se refroidir.

- Gnmm...

Il déglutit et resta la fourchette coincée entre les dents, le temps de saisir ce que Soghann pouvait bien lui raconter.

- Bataille ? Quelle... gloups... bataille ?

Il leva soudain son couteau en l'air, comme saisi d'une illumination.

- Aaah, celle qui devait se produire par ici, avec ces fameux fanatiques et tout le tintouin ?

Le jeune homme passa un doigt dans l'assiette vidée avec voracité, sans plus trouver le moindre relief de repas. Avec la mine de quelqu'un qui prendrait bien un deuxième service, il se suçota l'index.

- Mmh, j'ai loupé beaucoup de trucs amusants comme ça ?

Il fronça le nez en observant à son tour la marque sur la main de Soghann, avant de plonger ledit nez dans son verre.

- et je n'ai pas d'intérêt que dans les limites spatiales d'un lit, quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Taverne de Veis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Dessin / Loisirs créatifs] La taverne d'Ammodyte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Adreis :: Vie d'Adreis (Rôle Play) :: Histoires d'Adreis :: Zone neutre :: Taverne de Veis-
Sauter vers: