Projet Adreis

Forum de discussion autour de ce futur RPG en PHP.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Bonjour et bienvenue sur Adreis.
Pour plus de commodités, n'hésitez pas à vous inscrire dans les groupes qui vous correspondent.
N'hésitez pas faire des demandes aux administrateurs si vous avez des questions ou suggestions.
Passez un bon séjour !
Vous voulez communiquer entre vous ?
Plutôt que d'utiliser les moyens du bord, optez pour notre Voxli : https://www.voxli.com/Adreis
Que ce soit oral ou écrit, vous pourrez de cette manière rencontrer tout le monde plus facilement.

Partagez | 
 

 La Taverne de Veis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Lun 9 Mai 2011 - 0:52

L'air ronchon, Syld s'appliquait à noyer son excès de cogitation dans les tréfonds d'une nouvelle chope, à peu près complètement indifférent à ce qui pouvait se passer autour de lui. Jouer les gais lurons et jolis-cœurs fantaisistes était vraiment plus difficile depuis quelque temps.
Avec un soupir contenu, il reposa le verre encore à demi-plein devant lui.

*plic*

Quelque chose venait de dégringoler dans le fond de bière. Une minuscule fleur de pourpre qui s'épanouit l'espace d'une seconde, avant de se diluer entre les bulles qui remontaient paresseusement le long des parois de verre.
L'odeur frappa Syld presque aussitôt.
Une odeur ferreuse, métallique.
Il leva les yeux vers le plafond, vers les lattes qui constituaient le plancher des chambres à l'étage supérieur. C'était trop sombre, trop enfumé par d'innombrables jours et nuits où les pipes grésillaient plus fort que le feu dans les cheminées.
Le Shalos tendit brusquement la main, interceptant de justesse ce qui tombait à nouveau : une minuscule goutte écarlate qui glissa lentement le long de ses doigts.
Un frisson lui parcourut l'échine tandis qu'il fixait la fine traînée de sang sur sa main.
Earl.
Par les Ombres, il n'avait pas...

Le mouvement qu'esquissa l'assassin pour se lever fut interrompu tout net par quelque chose qui le fit rassoir derechef, et le força à s'arc-bouter des deux mains à la table pour éviter de se retrouver le nez écrasé sur la plateau de bois. C'était comme si un poids incroyable s'était abattu sur ses épaules, lui coupant net le souffle, l'éblouissant l'espace d'une seconde.
A quelques mètres de là, une serveuse renversa son plateau et tout ce qui pouvait se trouver dessus sur une tablée, et Syld vit plusieurs des vitres restées fermées se fendiller comme si un poids invisible était venu les heurter. Une partie des clients présents à cette heure matinale se tut et regarda à droite et à gauche comme pour chercher l'origine du malaise qu'ils ressentaient. Cela ne dura que quelques instants, et les conversations reprirent tandis que la serveuse confuse repartait en cuisine chercher balais et torchons.
Syld reprit une inspiration pénible, plaqua une main sur sa bouche, et eut juste le temps se se pencher sur le côté pour rendre ce qu'il venait de boire par terre et pas directement sur la table.
Les habitués les plus proches le considérèrent avec ahurissement, trop éberlués pour songer à se moquer, et Thénaïs fit un mouvement pour se rapprocher, inquiète de le voir dans cet état après seulement deux verres.


- Syld ?

Sans paraître la voir ou l'entendre, le jeune homme repoussa brusquement sa chaise et se précipita vers les escaliers.
Cette sensation d'écrasement... Cela avait été bref, comme une onde, une vague à la surface de l'eau, mais il avait déjà fait l'expérience d'une "pression" semblable. Cette fois-ci cela avait été plus court, comme réprimé ou "coupé" presque immédiatement, comme une esquisse, un sursaut...
Le souffle court et la gorge, sèche, Syld parvint en haut des marches.
Son cœur restait affolé, une rigole de sueur lui glissait entre les omoplates, exactement comme lorsqu'il était ressorti de chacune de ses entrevues avec Sentence.
Il actionna la poignée de la chambre d'Earl et la porte s'ouvrit sans résister.


- Earl ? C... nom d'un chien !

Syld eut un mouvement de recul et ne fut arrêté que par le mur dans son dos. Il plaqua une de ses manches sur son nez et se décida à traverser la pièce pour ouvrir au grand

la fenêtre et évacuer le parfum douceâtre qui empestait l'atmosphère. Il suffisait d'en inspirer une bouffée pour commencer à avoir des vertiges.
Ceci fait, le jeune homme se détourna et se força à considérer un des angles de la chambre.
Pas de doutes, cela avait dû être un humain... homme ou femme, impossible à dire. Ne restait plus d'une masse informe d'où les os perçaient dans le chaos le plus total. C'était comme si les chairs avaient implosé, éclaboussant les murs et le plafond.
Un bruit de toux étranglée le tira de son hébétude.
Là, derrière le lit... Une longue mèche de cheveux blancs serpentait sur le plancher.
Syld ne fit qu'un bond.


- Oh merde...

Earl était là, bien mal en point. Syld détacha les doigts que le clerc avait crispés sur son cou et grimaça. Une lame fine et étroite qui avait été plantée sur le côté, en travers de la gorge, sectionnant la jugulaire et la carotide en une seule fois. Et s'il en jugeait aux traces sur la veste du Lévitis, l'assassin avait aussi porté un coup supplémentaire dans le dos, entre les clavicules, visant le cœur. Deux frappes, impeccablement exécutées, fatales toutes les deux. Et pourtant...
... et pourtant Earl était en vie. Inconscient et pas dans une forme éblouissante, mais vivant.
Syld posa les doigts sur la gorge du Lévitis, s'appliquant à réduire le sang qu'il continuait à perdre. L'autre blessure avait cessé de saigner, mais les dégâts internes...

Le jeune homme releva la tête vers la forme désarticulée qui avait dû être l'agresseur. D'après les traces, il était sur le chemin de la porte lorsqu'il avait été... projeté dans l'angle de la chambre. Un assassin digne de ce nom ne s'éloignait pas ainsi sans s'être assuré de la mort de sa victime. Mais d'après l'odeur dans la pièce, Earl n'avait pu se défendre. Et ces blessures... pourquoi, comment pouvait-il être vivant ? Et... est-ce que c'était lui qui était l'origine de la pression incroyable qui avait fait craquer jusqu'aux vitres en bas ?


- Mais qu'est-ce qui s'est passé, bon sang ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 11 Mai 2011 - 16:47

Soghann apparut sur la pas de la porte, appréciant la situation d’un regard critique. Syld était déjà là, ce qui s'expliquait par le temps mis par Soghann pour comprendre ce qu'il avait ressenti quelques instants plus tôt, alors que Syld avait compris de suite et accouru.

Il fronça les sourcils et plissa le nez dans un bel ensemble, puis entra pour s’approcher du cadavre. Si la chose méritait encore tel nom. Il la considéra avec une moue intriguée, puis s’en détourna pour aller examiner Earl. Pas besoin d’un examen approfondi pour apprendre qu’il était dans un état critique. Devrait être mort d’ailleurs : il ne restait pas grand chose à faire de plus que ce que faisait Syld, si ce n’est confectionner un bandage de fortune. Ce qu’il s’appliqua à faire en saisissant le drap, dont il déchira une bonne longueur avant de la plier et de la tendre à Syld. Inutile d’aller chercher des secours, à entendre la cavalcade dans les escaliers.


- Je suis curieux de savoir comment il a pu faire ça en étant à moitié mort. Système de défense ? Pas en libre service à Levitas, j’espère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Jeu 12 Mai 2011 - 0:08

Syld secoua la tête en signe d'ignorance tout en glissant le bandage improvisé sous la nuque du Lévitis. Il le noua de manière à remplacer la pression de ses doigts puis se laissa tomber assis à côté du clerc. Avec un soupir, il se passa une main sur la figure, oubliant complètement qu'elle ruisselait de sang.

- A moitié... Je ne sais pas ce qu'il faudrait prendre comme coup supplémentaire pour être plus décédé que cette "moitié" là.

Il s'assura qu'Earl restait bien étendu sur le côté pour ne pas s'étouffer puis glissa un regard hésitant du côté de son compère.

- Tu l'as ressenti aussi ? Je veux dire, cette...

Il fit un geste vague avant de hausser les épaules et de marmonner pour lui même :
- Bien sûr que tu l'as ressenti, sinon pourquoi est-ce que tu serais là ? Quel abruti je fais...

Le jeune homme reprit plus haut :
- Je voulais juste savoir si tu l'avais ressenti de la même manière. Cette "pression"... C'était presque comme...

Earl fut secoué d'un spasme et se mit à tousser, l'interrompant tout net.
Syld resta un instant figé.
Du rouge sur du blanc pur... un peu comme de la neige virant à l'écarlate.
Non, pourquoi est-ce que ça lui revenait en tête ?
Il se pencha un peu pour poser une main sur le bandage, s'assurant qu'il ne glissait pas.
Les cils clairs frémirent et finirent par se lever sur les yeux d'or pâle su Lévitis qui esquissa un geste, comme pour se frotter le cou. Syld lui prit le poignet et le garda fermement bloqué sur le plancher.


- J'y crois pas... Maintenant le voilà conscient ! Si tu veux mon avis, tu aurais mieux fait de rester dans les vapes un moment, mon vieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Sam 14 Mai 2011 - 20:30

Avec un sourire quelque peu perplexe -la demoiselle était vraiment déroutante-, Ridelgald se décida à lui emboîter le pas.

Earl était quelqu'un de beaucoup trop sérieux. Toujours à s'occuper d'affaires importantes, à réfléchir à grande échelle, à essayer de voir, de prévoir les conséquences directes ou indirectes de telle ou telle action... Se changer un peu les idées ne lui serait jamais venu à l'esprit. Par tous les blizzards, il fallait presque le pousser dans les bras d'une jeune femme pour qu'il la regarde autrement que comme un simple "réservoir à compétences" plus ou moins utiles et plus ou moins fiable. Les seuls êtres humains (ou assimilés) qu'il semblait considérer comme tels se comptaient sur les doigts de la main et ne lui apportaient que des ennuis.

Ridelgald laissa peser un regard vaguement coupable entre les omoplates de la Dédrane. Lui aussi s'ingéniait à la pousser un peu comme un pion, dans l'espoir de secouer la tour au sommet de laquelle Earl persistait à s'accrocher.
Il en était là de ses réflexions lorsqu'il crut s'être heurté à un mur invisible et recula, butant du talon contre une contre-marche et manquant s'étaler dans les escaliers. Ce fut comme si l'air avait soudain complètement disparu de ses poumons et le soldat dut reprendre une grande inspiration.
Ca... c'était une vague d'elixia tellement dense qu'elle en était presque solide, au point de faire tomber les plâtres du plafond.

Ridelgald n'avait pas pu "reconnaître" cette elixia, mais le point d'origine semblait se trouver au premier étage... plus précisément dans le couloir qui desservait la chambre d'Earl.

Oubliant complètement Fynarine qui avait pourtant dû percevoir le choc avec encore plus de violence qu'un simple soldat dont la sensibilité était toute relative, il finit de descendre les marches d'un bond.
Il avait laissé le jeune seigneur complètement seul. Qu'est-ce qui lui avait pris ?
Haletant, il s'immobilisa sur le seuil de la chambre.
La première chose sur laquelle ses yeux tombèrent fut l'atroce masse sanglante dans l'angle juste à côté de la porte. Le Lévitis blêmit, cilla, et parvint à se détourner de l'hideux spectacle pour découvrir les deux assassins penchés sur le jeune seigneur. Un jeune seigneur en piètre état, pour ne pas dire plus.

Ridelgald se rapprocha et parvint à la même conclusion que les deux Shalos : rien qu'avec la blessure dans le dos, Earl aurait dû mourir presque instantanément.


- Mais qu'est-ce qui s'est passé ici, enfin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 24 Mai 2011 - 1:02

Le bruit des bottes de Ridelgald lui indiqua qu'il la suivait dans le couloir. Fynarine abandonna ses pensées et les laissa vagabonder entre les tartes, les pains et les cookies [hrp]le chocolat, c'est bon, je décrète donc son existence sur Adreis![/hrp], guidée uniquement par sa main sur la rambarde des escaliers.
Cette main lui sauva sûrement de nombreuses ecchymoses, si ce n'est quelques os ou une nuque brisée.
Une force gigantesque semblant venir de partout a la fois accabla la Dédrane, lui brouillant les sens et lui donnant l'impression que la gravité avait brusquement augmenté, manquant de faire lâcher ses jambes. Seule le bois de la rampe sous ses doigts restait palpable, et elle la serra désespérément pour éviter de tomber, attendant que ça passe.
Heureusement l'attente ne fut pas longue, la force disparu aussi vite qu'elle était venu, et le monde réel en profita pour revenir. Sans compter la réaction du soldat passant comme une furie a coté d'elle, Fynarine ne mit qu'un instant a reconnaître la trace qu'avait laissé la force en elle: l'Elixia du Seigneur Earl.
Manquant de peu de s'étaler convenablement dans l'escalier à cause de ses jambes encore incertaines, elle parvint à coller aux talons de Ridelgald pendant qu'il courait vers la chambre déjà ouverte.

Cela n'aurait pas du arriver, il avait dit ne plus savoir se servir de son Elixia! ...et ce déchaînement, c'était beaucoup trop pour son état, qu'avait-il encore fait?
La large carrure du soldat arrêté devant la porte l’empêchait de voir ce qui se passait à l'intérieur. Heureusement elle était plus petite que lui et nettement plus fine, elle réussi en poussant un peu à se faufiler entre lui et l'encadrement. La découverte de ce qui avait été le centre -ou plutôt au centre- de cette force extermina toute envie de petit déjeuner s'il en restait. Elle n'eut pas plus d'un instant d'attention pour cette masse de chair, de sang et d'os, son inquiétude et ses pas suivant Ridelgald et le dépassant pour rejoindre l'autre corps meurtrit de la pièce, qui commençait à prendre la même couleur que l'autre avec le sang coulant à travers le garrot de fortune.
Fynarine commença par s'occuper de la blessure au coup. Elle pausa sa main sur la plaie et concentra son Elixia dans sa paume pour évaluer l'intérieur de la blessure et la refermer. La surprise failli lui faire perdre sa concentration. Etait-ce encore un tour de passe passe du Seigneur, ou un effet secondaire de la modification de son Elixia? Le sang était comme animé, possédé par de l'Elixia, le forçant pour sa majorité a continuer son chemin dans les artères du Lévitis comme s'il n'y avait aucune coupure.
Earl émis un son entre la toux et le gémissement, ce qui la sortie de ses réflexions. S'il ne devait cet état qu'a sa conscience, il était urgent de le soigner avant qu'il ne tombe inconscient. Fynarine mit toute ses forces pour recoller chaque surface qui avait été coupée. La lame avait tranché net et sans bavure, simplifiant la tache à la clerc et lui permis d'avancer rapidement dans son travail, mais le tout restant laborieusement long, et il restait encore la blessure près du coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 24 Mai 2011 - 2:04

Syld s'était écarté pour laisser la place à la Dédrane dès qu'elle était arrivée. Elle, au moins, elle pouvait réellement faire quelque chose.
Il marqua une infime hésitation en découvrant Ridelgald toujours planté devant la porte, et décida tout à fait naturellement d'aller dans la direction opposée.

Le Shalos enjamba précautionneusement les traînées écarlates qui éclaboussaient le sol tout autour du défunt assassin, lorgna un instant sur ce qui se révéla être une dent plantée dans le crépis d'un des murs, puis se pencha pour ramasser du bout des doigts un mouchoir abandonné sur le plancher. Il respira brièvement le tissu avant de l'écarter à bout de bras avec une grimace.

C'était bien l'origine des vapeurs délétères qui flottaient encore dans la pièce lorsqu'il était entré. Et là il était sûr de reconnaître cette odeur.


- Avec ça sur le nez, il aurait dû être complètement paralysé et insensible, alors comment...

Syld se tut, puis jeta brusquement le mouchoir par la fenêtre avant de faire demi-tour pour revenir auprès d'Earl. Il glissa un coup d'oeil anxieux du côté de Fynarine.

- Ce n'est pas pour vous presser, mais si vous pouviez faire vite... parce qu'il ne devrait pas tarder à retrouver ses sensations, et ça ne va vraiment pas être agréable.

De fait, en dépit des efforts que faisait visiblement Earl pour se maîtriser, son souffle et son pouls jusqu'ici relativement tranquilles s'accéléraient graduellement. Et avec des blessures comme celles qu'il avait reçues, c'était tout sauf bon. A ce rythme là, il allait se noyer dans son propre sang. Il devait déjà lutter pour ne pas tousser, ce qui aurait ruiné le travail déjà délicat de la Dédrane.
La sensation d'étouffement était de celles dont on fesait le plus difficilement abstraction. Le corps réagissait par réflexe. L'assassin le savait bien.

Syld posa une main ferme sur le front du Lévitis et appuya l'autre sur son épaule, le maintenant solidement au sol. Un spasme incontrôlé secoua Earl et le Shalos dut peser de tout son poids pour le garder à peu près immobile.


- Sans rire, je crois bien qu'à sa place je serais dans les vapes depuis un moment... enfin avec ces blessures là je serais surtout déjà bon à regarder pousser les topinambours par en-dessous, mais... Je veux dire que notre capitaine première classe ne va pas tarder à tourner de l'oeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Sam 4 Juin 2011 - 18:04


Les dents un peu serrées, la Dédrane répondit d'un ton sec

- S'il tourne de l'oeil, au moins il arrêtera de bouger.

Malgré la fraîcheur dans la pièce, la Dédrane transpirais à grosses gouttes. Elle avait à grande peine refermé l'artère du cou, mais les mouvements n'avait pas facilité les choses, et elle se sentait déjà épuisée. Evaluant le reste de la coupure comme grave mais pas mortelle, elle retira sa main et se recula à coté du corps.

- Aide moi à le tourner, ordonna-elle a Syld d'un ton autoritaire mais où l'on pouvait sentir la fatigue.

Elle doutait d'avoir assez de forces pour finir les soins, mais elle essayerai jusqu'au bout. Elle glissa ses mains sous l'épaule et la hanche de l'Ilimis allongé devant elle et tira pour le retourner.


- Ridelgald, il me faut mon sac. Et il faut voir s'il y a d'autres clercs et des potions d'Elixia dans cette auberge... Vite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Sam 4 Juin 2011 - 21:38

- Quelque chose me dit que ça ne nous aiderait pas... mais alors vraiment pas s'il tombait dans les pommes maintenant.

Syld se décida malgré tout à obéir aux ordres -par les ombres, des ordres ?!- que lui donnaient la Dédrane.

Rien de tout ça n'était logique.
Avec des blessures comme celles là, Earl aurait dû être mort. Et en admettant qu'il parvienne les lunes savent comment à rester en vie... des lésions de ce genre auraient dû d'avantage lui faire perdre connaissance, le priver de ses forces, de sa sensibilité, plutôt que de le faire souffir comme il avait l'air de souffrir.
L'assassin avait infligé assez de blessures similaires pour savoir quoi en penser... Or là il était complètement perdu.
Lui-même commençait à se sentir fébrile. Son coeur battait à tout rompre et...

Un frisson remonta le long de l'échine du jeune homme.
Ce n'était pas son coeur qui produisait cette pulsation.
Il n'était pas mage donc sa perception de l'elixia était essentiellement instinctive, mais son instinct était assez affûté pour lui permettre de saisir ce qui se passait.


- Mais... j'avais cru comprendre qu'il n'avait plus... enfin qu'il ne pouvait plus se servir de son elixia ? Et c'est... différent...

Un picotement fourmilla au bout des doigts qu'il avait gardés appuyés sur le bandage posé par Fynarine sur le cou du Lévitis. Le fourmillement se changea en brûlure et il fit mine de retirer sa main. Cependant il ne fit qu'esquisser le geste : la main d'Earl venait de s'agripper à son poignet avec la vivacité d'un siairpen qui frappe.
Le Lévitis avait légèrement tourné la tête pour le fixer de son regard d'or.


- Vas-t-en.
- Qu...
- Vas-t-en !

Il le repoussa avec une force si inattendue que Syld finit assit au pied du mur. Le Shalos laissa échapper une exclamation étouffée. Une marque semblable à une brûlure lui cerclait le poignet, mais c'était vers son cou qu'il avait esquissé un mouvement convulsif, comme s'il manquait d'air.

Earl se redressa à demi, faisant fi de Fynarine. Il toussa une fois ou deux pour recracher le sang qui lui encombrait la gorge.


- Tu... ferais mieux... de ne pas t'approcher tant que... je ne la contrôle pas encore.

Il crispa une main au niveau de la blessure dans son dos et glissa enfin un coup d'oeil du côté de la Dédrane, tout en ajoutant dans un souffle :

- En fait cela vaut aussi vous vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Lun 6 Juin 2011 - 16:34

Fynarine regarda droit dans les yeux le clerc et tenta d'évaluer la menace dont il parlait, sa ténacité et ses chances à les tenir à l'écart. A peine un mois c'était écoulé, et il était déjà loin de sa première surprise ni son premier ordre du seulement à son orgueil. Cependant, pour la 2ème fois en peu de temps, elle ne pouvait que tomber d'accord avec le Shalos et le clerc: quelque chose clochait, et Earl lui-même semblait peiner à comprendre.

La Dédrane commençait à se remettre sur ses pieds quand son regard se posa sur la main du Lévitis qu'il tenait sur sa blessure du dos.
Ecarlate.
Pas une once de peau visible avant le poignet.
Son regard retourna se ficher dans celui du clerc, et n'y vit que sa détermination toujours intacte.


- On ne peut vraiment pas vous faire confiance...

Maitriser des chasseurs blessés et récalcitrants pendant de longues années développe une rapidité et des réflexes presque égaux à ceux d'un assassin, sauf qu'ils servent seulement à immobiliser et non à tuer.

Le genoux de Fynarine vint se glisser contre le coude d'appui du blessé et le fit sauter. Dans le même mouvement, elle vint souplement, sans heurt, mais avec toute la force de son poid, appuyer sur les épaules d'Earl, l'applatir à plat ventre sur le sol, et le coincer pendant qu'elle préparait à un soin d'urgence du dos.


- Il va falloir apprendre très vite à vous contrôler ou dissiper votre Elixia cher monsieur, sinon vous allez me tuer, et mourrir après faute de soins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Lun 6 Juin 2011 - 23:37

Earl laissa échapper une exclamation de surprise et de douleur.

- Vous !

Ses doigts griffèrent le plancher et ses yeux d'or luisirent de colère. Un souffle caressa le sol comme une brise légère, légère...
Le mur d'en face se fendilla, et le cadre de la fenêtre explosa. Les éclats de bois fusèrent, se plantant dans le crépis et les lattes.


- Earl, bon sang...

Le Lévitis tourna la tête pour fixer Syld, toujours assis au pied du mur. Une mince coupure venait de tracer un trait d'écarlate en travers de sa joue. Un des éclats avait manqué son oeil de peu.
Earl reprit son souffle et se mordit la lèvre, s'exhortant au calme. Il parvint tant bien que mal à reprendre une respiration régulière.


- Crédié, vous avez oublié de prendre votre délicatesse féminine dans votre besace avant de partir ou quoi ? finit-il par pester d'une voix rauque à l'intention de Fynarine.

Il appuya son front contre son avant-bras.


- Et contrôler ou dissiper cette elixia... Vous en avez de bonnes ! Comme si ce n'était pas ce que j'essaye de faire depuis tout à l'heure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 7 Juin 2011 - 16:47

Mine de rien, Soghann reculait tranquilement vers la porte, ayant fait ce qu'il pouvait pour le clerc. Son instinct de conservation lui hurlait que rester à proximité de ce qui semblait être une bombe vivante n'était vraiment pas une bonne idée.

D'un autre côté, la partie rationnelle de son cerveau lui disait qu'il avait fait le bon choix concernant Earl. Sinon, c'est lui qui se serait retrouvé à l'état de bouillie infâme collée au mur, à la place de cet assassin qui avait manifestement raté son coup. Il aurait pu le débarrasser du problème en tuant directement Earl (même si Syld aurait probablement voulu exercer une quelconque vengeance), mais non...

Et la situation en devenait d'autant plus risquée, considérant que la tarte à la viande sur le mur pouvait avoir eu vent de la conversation et transmis un message à ses supérieurs. De plus, sa présence indiquait qu'Earl n'était pas en sécurité ici, et même probablement surveillé encore en ce moment même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 7 Juin 2011 - 20:06

Syld avait dû suivre à peu près le même raisonnement, encore qu'avec une bonne longueur de retard. Il avait la désagréable impression d'avoir pris un grand coup de poing bien appliqué sur la tempe.

Le jeune homme se releva et essuya d'un revers de main le sang qui perlait sur sa joue. La remarque d'Earl au sujet de la "délicatesse féminine" de la soigneuse parvint à lui tirer un sourire :


- Bon, s'il recommence à râler, c'est qu'il est en bonne voie pour rapidement rejouer les tyrans.
- Non mais hé...

Sans tenir compte de ce grognement menaçant, il arracha l'éclat de bois qui avait failli l'éborgner pour de bon et en testa la pointe du bout du doigt.

- Eh bah...

Sans autre commentaire, il jeta le fragment par dessus son épaule avant de promener un regard un peu tendu du côté de la porte et de chacune des fenêtres.

- On ne peut pas s'attarder dans le secteur. Quand est-ce qu'il pourra bouger sans trop de risque ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 21 Juin 2011 - 18:59

Fynarine avait repris les soins des que le clerc avait été immobilisé. Aucune des complaintes du patient forcé, ni l'éclat de la fenetre et les quelques échardes qu'elle avait recu ne l'avait interrompue.

- Vous savez aussi bien que moi que vous ne m'auriez pas laissé faire, je n'allais pas vous laisser mourir sans rien faire pour sauver votre orgueil. Et vous n'etes d'ailleurs pas sortit d'affaire...

La Dédrane sentait ses force s'épuiser bien trop vite a son gout. Si elle récupérait son Elixia plus rapidement que la normale, ses réserves d'Elixia était aussi nettement plus faible. Pour aider les choses, l'Elixia du Levitis réagissait agressivement au contact de la sienne; un peu comme si elle était faite de métal chauffé a blanc et celle de Fynarine d'eau, qui n'avait d'autre choix que de s'évaporer au contact. Il allait falloir trouver quelque chose ou elle ne pourrait pas finir de refermer la plaie.
Elle jeta un coup d'oeil vers la porte.


- Qu'est-ce que fait Ridelgald? Il en met du temps a revenir avec mon sac.

Elle s'adressa de nouveau au blessé d'un ton condescendant.

- Avez-vous le moindre controle sur votre Elixia? Vous détruisez la mienne a petit feu, je ne vais pas tenir longtemps comme ca.

Répondant a la remarque de l'assassin, elle trouva la force de faire un peu d'ironie

- Donc pas de déplacement prévu pour l'instant, a moins que j'ai raté quelque chose et qu'on doive l'achever comme il essai si bien de le faire tout seul?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 21 Juin 2011 - 20:32

Avant que Syld ait pu trouver une réplique adaptée à la remarque qui lui était adressée, Earl se chargea de répondre à la sienne :

- Allez vous faire...

Il serra les dents et les poings.

- J'essaye de me contrôler, bordel !

Si on se fiait à la façon dont il parvenait à parler, la blessure de son cou avait presque fini de se refermer d'elle-même.

Comme si on l'avait invoqué, Ridelgald se glissa à nouveau dans la pièce. Il referma soigneusement la porte avant de tendre son sac à la Dédrane, haletant.


- J'ai cherché, mais apparemment il n'y a personne d'autre ayant la moindre connaissance en soins dans la taverne. Et pas un seul voyageur assez intelligent pour avoir une quelconque potion régénératrice ou n'importe quelle herbe un tant soit peu utile dans son paquetage.

Il secoua la tête comme s'il n'en revenait pas de l'insouciance de la clientèle du jour.

Toujours étendu au sol, Earl reprit son souffle, comme s'il avait retenu sa respiration pour mieux se concentrer, et enfonça les ongles dans le parquet imbibé de sang.


- Putain, j'y arrive pas. J'y arrive pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 21 Juin 2011 - 20:35

Syld pâlit franchement en entendant le râle étranglé d'Earl.
Le Lévitis n'était absolument pas du genre à s'avouer vaincu. Il n'avait jamais cédé, pas même dans l'obscurité des cachots de Lévitas. Il s'acharnait à toujours tout contrôler, lui-même et les autres, à un point que c'en était parfois énervant -ou effrayant. L'entendre reconnaître son impuissance était plus inquiétant que la pire des blessures.

L'assassin se mordit le doigt pour tenter de garder son calme.

Il devait faire quelque chose, il devait...


- Earl...

Il alla s'agenouiller aux côté du Lévitis.

- Earl, tu vas encore vouloir me descendre après ça...

L'intéressé tourna la tête pour le fixer, essayant de saisir ce qu'il comptait faire.

- Qu'est-ce que tu...

Syld adressa un regard tendu à Fynarine.

- Vous allez devoir vous écarter, juste quelques secondes.

Il se força à sourire.

- Après vous pourrez à nouveau vous occuper de lui. Moi ça ira.
- Syld, tu es cinglé ! Tu n'as pas senti cette elixia ou quoi ? C'est...

Le jeune homme saisit le visage d'Earl entre ses mains et coupa court à ses avertissements en l'embrassant.
Cela devait fonctionner, il le fallait. Lui non plus n'avait jamais eu le contrôle là-dessus, pour autant qu'il le sache. Il ignorait même ce dont il s'agissait exactement avant qu'il ne s'"attaque" à Earl aux Trois Zoris de Faélanir. Cela lui avait sauvé la mise à Ilymir. Là il fallait que cela se produise, il fallait...

Un grand frisson secoua Earl.
Ca y était.

Et oui, il avait bien senti cette elixia "neuve" lors du premier "soubresaut". Une telle intensité... Il devait se forcer lui, la forcer elle. Se forcer lui car c'était tout comme essayer de boire les eaux acides des fumerolles du Dregnir, la forcer elle car c'était une énergie si dense, si gigantesque, si bien enracinée dans le corps de son propriétaire !
Il eut l'impression que ses os étaient en train de craquer comme sous une pression formidable, et ce fut à ce moment-là qu'Earl le repoussa d'un coup peu puissant mais bien appliqué à la tempe, suffisant pour l'envoyer assis et lui faire voir deux ou trois étoiles.


- Ca suffit ! Tu veux qu'il y ait deux personnes à soigner, ou quoi ?!

Syld cilla, comme s'il venait de se réveiller. Il porta une main à ses lèvres. Le goût du sang d'Earl lui emplissait la bouche. Il se lécha pensivement les lèvres, avant de se précipiter vers la fenêtre, pris d'un haut-le-coeur.

Earl se laissa retomber sur le sol, le souffle court. Ca y était, il arrivait tout juste à endiguer le flot. Il lui restait juste assez de forces pour ça. Syld lui avait "volé" ce qu'il fallait.


- Espèce d'abruti, je ne t'ai jamais demandé de te racheter en crevant pour moi.

Accoudé à la fenêtre ouverte, Syld lui retourna brièvement un sourire pâle.

- Hé là, tu n'es pas encore assez bien fichu pour que j'aille me suicider pour tes beaux yeux d'or, monseigneur Collet-Monté.

Ca avait marché. Par les Ombres, ça avait marché.

Syld se retourna vers l'extérieur pour inspirer une goulée d'air frais. Sa gorge le brûlait et une douleur perçante lui traversait le crâne comme une lame chauffée à blanc. Il porta une main à ses yeux clos en se voûtant un peu plus sur l'appui. Un mince filet de ce qui semblait être un liquide noir et visqueux glissa entre ses doigts. Une goutte tomba sur le rebord de la fenêtre, s'agita faiblement, puis partit en fumée dans la lumière matinale.
Ah, il avait vraiment mal à la tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Ven 24 Juin 2011 - 13:53

A contrecoeur, Fynarine s'écarta du blessé tout en continuant a le surveillé. Elle prit son sac que lui tendait toujours Ridelgald, l'ouvrit et y engouffra son avant-bras pendant quelques instant pour en ressortir un pot en terre cuite. Elle en sortit deux petite feuilles et se mit a les mâchonner.
Intriguée et un peu inquiète par ce que faisait l'assassin et les forces qu'elle sentait en action, la Dédrane était aux aguets mais ne fit pas un geste avant que ce soit fini. Son regard suivi Syld qui courrait a la fenêtre. Il y avait quelque chose d'étrange avec lui, quelque chose un peu effrayant, mais impossible de dire quoi. Et ce n'était pas le moment de s'en préoccuper non plus.


- Ca marche! constata-t-elle en appliquant ses mains sur la plaie a demi refermée.

Son Elixia partiellement retrouvée grâce aux feuilles d'Elyxidrite, elle allait pouvoir finir son travail. Et elle le fit. L'Elixia d'Earl aidait toujours son sang a circuler, mais en bien plus faible quantité et ne repoussait plus le contact de celle de la clerc.
Une fois le travail fini, Fynarine sonda ses forces et décida qu'elles suffiraient a finir les soins de la plaie du cou. C'est la qu'elle remarqua que le travail avait déjà été effectué.


- Quand vous êtes-vous soigné? Avez vous fait ça volontairement?

Elle jeta un coup d'oeil au reste de la pièce.

- Vous pouvez vous lever et marcher? Et puis racontez nous ce qu'il s'est passé ici? Comment vous ont-il trouvé?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Ven 24 Juin 2011 - 15:55

- Non, ce n'était pas volontaire, croassa Earl en se redressant à demi. Ou peut-être que si... à force de vous entendre jacasser, il fallait bien que je sois en mesure de vous répondre, non ?

Prévoyant ce qu'il comptait faire, Ridelgald s'approcha pour le prendre par le bras et l'aider à se lever et à atteindre la cuvette d'émail posée sur une commode. Le Lévits se passa méthodiquement de l'eau sur le visage, se rinça la bouche puis recracha l'eau largement teintée d'écarlate. Avec une petite grimace, il considéra son reflet dans le miroir fendillé appuyé contre le mur. Il écarta les cheveux détachés et maculés de sang qui collaient sur son cou et passa le pouce sur la mince ligne pâle qui tirait un trait sur sa gorge.

- J'aimerais bien avoir le temps de me laver avant de plier bagages...

Sans paraître plus ému que cela, il se retourna. Il garda une main posée sur la commode et sa respiration restait un peu forcée. Il avait perdu assez de sang pour rafraîchir la peinture de toute la chambre, après tout.

- Ce qu'il s'est passé ? Vous voulez dire après qu'on m'ait plaqué un mouchoir trempé dans de l'essence de Sopophore sur le nez ?

Sa voix rauque était chargée d'ironie. Il secoua la tête et considéra posément l'amas indescriptible qui avait été son assassin.

- J'ai bien mon hypothèse, mais...

Il haussa légèrement les épaules.

- Ridelgald ?
- Oui, mon c... monseigneur ?
- Va vérifier ce qu'il en est de nos deux sentinelles.

Le soldat acquiesça avant de ressortir de la pièce.
Earl se passa un doigts sur les lèvres avant de couler un regard oblique du côté de Syld, qui n'avait toujours pas quitté la fenêtre.


- Je suppose que je devrais m'estimer chanceux d'avoir croisé plus de têtes connues que prévu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 28 Juin 2011 - 17:37

La réplique du clerc fit tiquer Fynarine, mais elle ne releva pas, elle l'avait un peu cherché, et elle était trop soulagée et épuisée pour s'en soucier plus que ca. Elle se releva a son tour et laissa les deux Lévitis se débrouiller, surveillant du coin de l'oeil le moindre signe de rechute.
De la Sopophore. Etonnant qu'il puisse en parler avant une semaine en effet. Mais ca n'expliquait pas comment ils l'avaient retrouvé ni surpris.
Elle songea aux deux assassins ici présent. Celui qui semblait etre l'ami d'Earl lui avait donné les premiers soins et "aidé" a contrôler son Elixia, peu probable donc. Le deuxième qui ne parle pas beaucoup? Il aurait trahis son compagnon? Elle n'en savait pas assez a leur propos, mais elle allait devoir s'en méfier encore plus qu'avant, il en était de sa responsabilité de clerc de ne pas laisser ses patients a portée de gens dangereux pour eux.

Suivant le regard du seigneur, Fynarine se tourna et vit le premier assassin penché sur le rebord de la fenêtre, dans une position suggérant une santé un peu défaillante. Elle fronça les sourcils a l'attention du clerc, ne comprenant pas pourquoi il lui avait fait signe de ne pas se faire remarquer et continuer a parler comme si de rien n'était, sans pour autant désobéir.


- En effet, vous avez eu de la chance...apres un court instant, elle completa sa phrase... enfin sans compter l'intervention de ce qui était encore quelqu'un il y a peu.

A défaut d'aller voir Syld, elle profita de l'accalmie pour vérifier que tout allait bien avec Earl.

- Comment vous sentez-vous maintenant? d'autres blessures? des contrecoups de votre Elixia?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 29 Juin 2011 - 0:02

Earl considéra "ce qui était encore quelqu'un il y a peu" et eut une moue de dégoût et d'ennui mêlés. En effet, il allait falloir trouver un moyen de faire le ménage avant qu'une des filles chargées de l'entretien des chambres ne passe.

- On va dire que je me sens bien étant données les circonstances.

Il lâcha un soupir et reconnut du bout des lèvres :

- Fatigué, quand même.

Le Lévitis prit son temps avant de répondre aux deux dernières demandes.

- Je ne perçois aucune autre blessure, si on excepte une bosse à la tête sans doute due à ma chute au sol. Et pas de contrecoup d'aucune sorte pour l'instant... C'est un peu ce qui me préoccupe, d'ailleurs.

Le clerc se massa l'arrière du crâne avec une grimace réprimée tout en faisant les quelques pas qui le séparaient des restes de son agresseur. Il s'assit sur ses talons pour étudier ces vestiges, les sourcils froncés, puis passa deux doigts le long d'un des fragments d'os rougis qui dépassaient sinistrement de la masse.
Earl se redressa tout en considérant le fluide déjà à demi coagulé qui lui maculait les doigts.


- Cela ne contient plus d'elixia. Pas la moindre trace, comme si elle avait été entièrement détruite, vaporisée par...

Ses yeux d'or firent un nouvel aller-retour entre le cadavre et ses doigts pâles souillés. Il resta un moment pensif, avant de lâcher d'un ton léger :
- Cela ne serait pas trop dur de me faire passer pour mort avec ce tas de viande et d'os, en y réfléchissant. Enfin, un corps comme de par hasard méconnaissable et surtout charcuté de cette façon... je ne pense pas qu'il y ait beaucoup d'assassins qui fassent leur travail d'une façon aussi... enthousiaste.

Il secoua la tête.

- Quoiqu'il en soit je ne peux plus rester ici.

Earl alla s'assoir sur le lit et se mordilla l'ongle, trahissant sa nervosité.

- Le problème c'est que je commence sérieusement à être à court de lieux de replis qui ne soient déjà connus. Et les déguisements auront fait long feu, apparemment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Lun 11 Juil 2011 - 17:07

Soghann secoua la tête.

- En ce qui concerne les cachettes, n'importe quelle grande ville me paraît trop risquée. Trop de chance que quelqu'un vous reconnaisse. Le mieux serait de disparaître dans un coin de campagne le plus rapidement possible, pendant que quelqu'un ici donnerait la change dans un sens ou dans l'autre.

Il pointa du doigt la masse sanguinolente avec une lueur d'intérêt dans les yeux. Ce qui n'était pas loin d'être inquiétant.

- C'est certes un cadavre "trop" parfait. Mais avec un peu d'imagination... Puisqu'il est vidé de toute elixia, autant l'imprégner de la votre le temps de donner la change. Autre option, si l'on sait chez vos poursuivants que vous êtes "malade", on peut aussi faire courir le bruit que vous avez perdu le contrôle de votre propre elixia jusqu'à en être réduit à... ça.

Pour finir, il haussa les épaules d'un air résigné.

- Dans tous les cas, ça fera perdre au moins du temps, et au mieux votre trace, à vos assassins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Lun 11 Juil 2011 - 18:39

Earl serra les dents.

- Me terrer dans un trou d'où je ne pourrais absolument plus agir est précisément ce que je voulais éviter de faire.

Il secoua la tête avec colère avant de se relever.

- Soit, je suppose que garder la possibilité d'agir plus tard vaut mieux que ne plus pouvoir agir du tout pour cause de décès prématuré.

Il alla à nouveau se pencher sur le cadavre, prit une inspiration, et farfouilla dans le chaos d'os, de chair et de vêtements lacérés. Il en retira une paire de dagues triangulaires à lame courte.

- Rien d'autre. Ni bijoux, ni parchemins.

Du pouce, il essuya le sang épais sur une des lames.

- Le sceau de Lévitas. C'était sans doute un des tueurs plus ou moins officiels qui sont parfois employés sur ordre spécial par le Conseil.

Earl s'assit sur ses talons le temps de réfléchir.

- Soit quelqu'un a joué les faussaires, soit il y a eu une récente évolution dans la situation... Je préfèrerais autant qu'il s'agisse de la première option.

Il pinça les lèvres avant d'ôter la chevalière aux armes de la famille Adennon qu'il portait pour la passer au fragment de ce qui avait été un doigt.

- Je ne suis vraiment plus sûr de ce que vous risquez de trouver si vous vous aventurez à Lévitas.

Il releva les mains afin de détacher son médaillon de Lévitas. La chaînette résista un moment avant de consentir à glisser de son cou, et le jeune homme se tendit sensiblement, le souffle suspendu. Un filet de sueur glissa à sa tempe, mais il n'y eut pas de signe supplémentaire de l'effort qu'il devait faire pour réprimer cette elixia si massive qui était à présent la sienne, et qui se trouvait à présent libre du sceau fragile que représentait le médaillon. En théorie il n'aurait même pas dû être en mesure de l'enlever puisqu'il était tout sauf en mission.
Le pendentif d'argent oscilla, accrochant la lumière.
Ce serait sans doute l'indice qui serait le plus convainquant.
Earl laissa la chaînette filer entre ses doigts et le bijou tomba au milieu des chairs liquéfiées.


- Un cadavre un peu trop parfait, oui...

Il glissa un instant les doigts dans la masse sanglante, laissant de faibles traces d'elixia dans la moelle des os, au coeur des organes méconnaissables.

- Laissons cela ici. Libre à ceux qui le trouveront d'en tirer leurs propres conclusions. Les rumeurs sont trop souvent à double tranchant.

Il alla se rincer les mains.

- Ne me reste qu'à quitter la taverne sans être reconnu.

Il se passa une main sur le visage avec lassitude.

- Je suppose qu'un moment de calme après ça me fera du bien, que j'en aie envie ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Lun 11 Juil 2011 - 22:27

Ah bon sang, c'était plus dur, beaucoup plus dur encore que ce à quoi il s'attendait.
Syld inspira une nouvelle goulée d'air frais. Sa chemise lui collait entre les omoplates comme s'il avait eu de la fièvre.

C'était bien l'elixia d'Earl. Elle en avait la... eh bien... la saveur. C'était comme un souffle froid, un souffle qui picotait comme une multitude de petites aiguilles de glace. Cela ressemblait un peu à la sensation que l'on pouvait ressentir après avoir attrapé un flocon de neige avec le bout de la langue. A la fois doux, froid, liquide et presque brûlant.
Elle en avait la saveur, mais l'intensité était située à un tout autre niveau. Bien plus que quelques flocons, c'était un torrent de feu glacé qui lui mordait les veines, qui venait planter de longues griffes gelées dans sa nuque.
La sensation était complètement différente de l'étouffement qui l'avait saisi lorsqu'il était rentré à Shalanos, mais s'il avait dû la comparer à quelque chose, c'est cela qu'il aurait choisi.

Le jeune homme s'essuya les lèvres d'un revers de main et se retourna. Dans le mouvement, il croisa le regard de son reflet dans les carreaux de la fenêtre. Son oeil droit semblait s'être éclairci. Ce n'était presque rien, mais il y avait comme des reflets tirant sur le brun.
Un frisson lui remonta le long de l'échine.
Il passa une main dans ses cheveux, faisant retomber quelques mèches folâtres devant son visage.


- Si tu veux mon avis, ça fait un bail que tu aurais dû te ménager un "moment de calme".

Le regard cinglant qu'Earl lui décocha aussitôt lui fit lever les mains pour prévenir toute remarque.

- Oui je sais, pareil pour moi, et plutôt deux fois qu'une.

Le Shalos s'appuya au mur à côté de la fenêtre. Le crépis fendillé dans son dos était tièdi par la lumière qui s'y réverbérait, mais il lui semblait presque frais.

- Enfin moi je suis juste irresponsable, et toi beaucoup trop responsable. Un poil d'égoïsme te ferait du bien.
- J'ai des responsabilités qui...
- C'est bien ce que je dis, coupa Syld. Allez, tu devrais rassembler tes affaires au lieu de continuer à parloter comme un fichu politicien. On jurerait que tu t'entraînes pour tes futurs discours.

Syld grimaça avec une espèce de feulement qui faisait penser à un chat mécontent.

- Beuark, tu finiras chauve, bedonnant, et ennuyeux à mourir, à ce rythme.
- Non mais hé ! Tu vas fermer ton clapet, monsieur Je-fourre-ma-langue-partout ? Sinon c'est sûr que toi tu n'auras jamais l'occasion de finir en vieux grison salace et chevotrant, je te le garantis !

Les bras croisés, Syld haussa les épaules avec insouciance face à la menace. A sa grande satisfaction, Earl avait décidé de cacher la gêne qu'il éprouvait face à ce rappel involontaire d'un baiser imprévu en fourrant dans un sac les quelques effets qui traînaient dans la pièce. Le Lévitis interrompit un instant ses allées et venues pour pointer un grimoire tout à fait menaçant vers le cou du Shalos.

- Et je t'interdis for-melle-ment de parler de ç... de ça à qui que ce soit ! Je me tape que tu sois bourré ou complètement en train de planer pour avoir abusé d'une quelconque substance, je me contrefiche que tu te fasses torturer, mais si jamais tu t'avises de l'ébruiter, je...

Les narines distinguées du clerc se dilatèrent, et leur propriétaire jeta sans douceur le grimoire dans son sac.

- D'ailleurs ça vaut pour tous les témoins.

Syld lâcha un soupir déçu.

- Dommage... ça aurait été un moyen de chantage intéressant sur monseigneur Chancelier...
- Je ne suis pas encore...
- Mais oui, mais oui. A d'autres, ton "de toute façon j'ai très peu de chances". Tous les Lévitis ne sont pas débiles. Enfin j'espère pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Ven 22 Juil 2011 - 13:21

Le stress et l'adrénaline des dernières minutes commençant a retomber, Fynarine du s’empêcher de sourire en entendant les deux hommes se chamailler, puis Earl défier quiconque de raconter ce qu'il avait vu. Les ennuis ne faisaient que commencer, mais c'était tout de même agréable de pouvoir profiter de ce petit moment de chamailleries.

Un refuge, une cachette... la clerc était assez limitée de ce coté la. Reprenant son sérieux, elle partagea ses réflexions a ce sujet.


- Je n'ai pas assez de pouvoir pour vous faire entrer a Dédride...

La politique, surtout des autres peuple, était complètement étrangère a la Dedrane, mais elle était sur d'une chose, c'est que son peuple n'accepterai en aucun cas d'y être mêlé.

- ... et de toute façon, ils ne vous laisserai pas entrer avec ces histoires de pouvoir et de chanceliers...

Elle croisa les bras et réfléchi un instant.

- ... je peux tout de même m'arranger pour trouver une place dans les villages de lisières de Ternael, peut être même dans un de ceux proches mais a l'intérieur de la foret.

Ceci dit, Ternael est plutôt loin, et a l'opposé de Levitas. Si ma géographie n'est pas trop rouillée, il y a une autre foret au nord de Lévitas [hrp]s'appelle comment?faut je mette a jour la carte, j'ss perdu moi[/hrp]. Ma famille est vieille et assez connue, peut être les Dédrans la bas me laisseront en faire de même? C'est un risque, mais vos ennemis ne viendrons pas vous chercher la-bas.

Fynarine regarda tout les hommes dans la pièce en attendant les réactions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Sam 23 Juil 2011 - 21:31

Earl ne fit aucune remarque au sujet du refus plus que probable de s'impliquer des Dédranes. Prendre le risque de recueillir un obscur ex-capitaine qui pour le moment n'avait pas plus d'importance que le premier quidam venu -mais qui risquait d'apporter autrement plus d'ennuis avec lui... A moins d'aimer les paris risqués, il aurait fait montre de la même prudence à leur place.

- Je ne suis pas sûr qu'il soit judicieux pour vous d'utiliser la renommée de votre famille comme levier. En cas de problème, cela pourrait avoir des retombées désagréables sur les vôtres.

Il se massa la nuque avec une grimace. Il avait encore le cou raide comme une vieille branche.

- Bien, de toute façon qu'on se rapproche ou qu'on s'éloigne de Lévitas, les risques seront à peu près les mêmes. Quand bien même j'irais me perdre en plein coeur des marais, je ne serais pas plus en sûreté pour autant... ou alors les assassins qui veulent ma tête manquent cruellement d'efficacité.

Le jeune homme décocha un coup d'oeil en biais vers le dernier assassin en date qui avait bien failli atteindre son but, avant de reprendre :
- J'avais songé au désert au sud de Fédoran - j'y ai quelques connaissances -, mais cela impliquerait de passer dans des régions un peu trop passagères entre Lévitas et Fédoran. D'ailleurs Fédoran doit être surveillée d'assez près, au cas où j'aurais dans l'idée de trouver refuge dans ma ville natale.

Il haussa les épaules.

- De toute façon une chose est sûre : je ne peux pas rester ici. Donc forêt ou désert, peu importe au final tant que j'arrive à ne pas me faire filer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Lun 8 Aoû 2011 - 21:04

- Mmh bah... le problème c'est qu'il suffit de t'observer à peu près cinq minutes pour pouvoir te reconnaître sous n'importe quel déguisement.

Syld se trémoussa avec embarras lorsqu'Earl se retourna vers lui, un sourcil interrogateur levé bien haut. Il regrettait déjà d'avoir parlé avant de réfléchir.

- Heu... en fait tu as toujours cet air... heu... un peu trop... heu... rigide ?
- En gros tu es en train de me dire que j'ai en permanence l'allure de quelqu'un qui a un balai coincé dans le fondement ?
- Hum... maintenant que tu le dis...

Par quelque miracle, Earl se contenta de pincer les lèvres encore d'avantage, tout en allant s'observer dans une glace.

- Humpf.

Le Lévitis saisit une des mèches blanches encore rougies de sang qui pendaient flasquement sur ses épaules. Il fronça brièvement les sourcils, un plis de concentration en travers du front. L'éclaboussure écarlate parut s'étendre, s'étaler, remonter le long de la mèche. En l'espace de quelques secondes, Earl avait pris l'apparence parfaite d'un Fédorien pur souche.

- Pour cette histoire de balai, par contre, ce n'est pas la maîtrise de l'elixia retrouvée qui y changera quoi que ce soit.

Avec un sourire mi-figue mi-raisin, il se dirigea vers le coin toilette de la chambre tout en défaisant les boutons de nacre de sa veste elle aussi plus rouge que blanche.

- Mais sinon, toi, ça va ?

Syld devina aussitôt à qui s'adressait cette question, rien qu'au ton sur lequel elle était posée.

- Pourquoi est-ce que ça n'irait pas ?
- Conneries.

L'assassin réprima une grimace : lorsqu'Earl commençait à employer ce ton et ce vocabulaire, il valait mieux répondre sans jouer au plus fin. Mais la question touchait une corde sensible, et le Shalos répondit avec un rien de hargne :

- Est-ce que j'ai l'air d'aller mal ?
- Non. Mais tu as très bien compris que ce n'est pas ça que je te demande.

Syld ouvrit la bouche, la referma, puis finit par répondre du bout des lèvres :
- Je crois que ça va.

Earl finit d'ôter sa chemise et resta un instant comme absorbé par une des taches qui en raidissaient les manches.

- Je m'excuse. Pour ce que j'ai dit à Ilymir. Je...
- Tu n'as pas à t'excuser. Tu as déjà bien assez payé pour ça, fit Syld avec un sourire un peu pâle, lui aussi soudain beaucoup trop absorbé par l'examen d'une des éclaboussures brunâtres sur le plancher. Tu as juste... dit ce que tu pensais.

Le Lévitis resta silencieux et posa la chemise sur une commode. Il se passa machinalement une main sur le cou, là où les doigts de Syld s'étaient refermés.
Le silence s’appesantit encore un moment, jusqu'à ce que l'assassin commence à s'agiter, apparemment désireux de rompre cette ambiance morne.

Earl ne tarda pas à ressentir comme un picotement entre ses omoplates, et, se détournant, découvrit le sieur Syld occupé à l'observer. Il reposa assez brusquement le linge humide qui lui servait à essuyer les traces de sang séché qui collaient à sa peau.


- Quoi ?
- Mmh ? Oh rien, je me disais juste que pour un nobliaux de clerc lévitis maladif, tu présentes encore pas mal...

Earl resta un instant trop éberlué pour réagir, puis tendit une main pour tirer sèchement le paravent bas poussé dans l'angle de la pièce entre lui et les yeux un peu trop scrutateurs de ce damné Shalos. Mais le paravent n'était pas très haut et n'arrivait qu'aux épaules du Lévitis. Les mains croisées dans le dos, Syld se haussa tranquillement sur la pointe des pieds afin de poursuivre son observation.

- Roh, mais puisque je viens de te dire que tu ne devais pas avoir honte de te montrer un peu sans te caparaçonner derrière des vestes à col montant !
- Je n'ai pas besoin des conseils d'un dépravé dans ton genre pour...
- Toujours célibataire ? Tu n'as même pas réussi à séduire une des gentilles petites clerics qui devaient bien te servir de garde-malade ?
- De quoi j'me mêle ?
- Ca veut dire non ? Mon vieux, c'est pas comme si tu commençais à prendre du grade, annuellement parlant, mais...
- ... mais tu vas fermer ton clapet ?!

La main d'Earl avait fini par trouver un des manuscrits qui semblaient toujours se matérialiser à sa portée, et ledit manuscrit avait traversé la pièce en suivant une trajectoire assez agressive. Syld se décala de justesse et rattrapa le livre d'une main.

- Je le ferme si je veux. Eh mais...

Quelques feuillets venaient de s'échapper du livre un peu malmené.

- Oho, ce ne sont pas des feuilles de notes, ça...

Earl dressa l'oreille, soudain en alerte, et chercha fébrilement du regard quel livre il avait bien pu prendre dans les piles plus ou moins poussiéreuses qui s'amoncelaient un peu partout.
Syld avait cueilli les pages au vol et les examinait avec un large sourire appréciateur.


- Alors ça... tu caches bien ton jeu, toi. J'avais pu remarquer que tu avais un joli coup de plume quand tu le voulais, mais c'est très...
- Repose ça tout de suite !
- ... vraiment très révélateur. Si c'est peint d'après nature, j'veux bien que tu me présentes les modèles. Attends, jette un coup d'oeil là dessus, Sogh, c'est particulièrement...
- Rends-moi ça !

Jaillissant de derrière son paravent, Earl l'avait aplati sur le plancher et s'escrimait pour attraper les feuillets que Syld s'ingéniait à tenir hors de sa portée en riant.

- Aïe ! Hey, j'aime bien quand on me saute fougueusement dessus mais tu sais... Ouch... tu es un peu trop vigoureux là... Ouille...
- Mais tu vas me rendre ça, oui ?
- ... hors de question, messire Chancelier ! Je me demande à combien ça pourrait se monnayer, tout ça... De -magnifiques, quand même- peintures érot...
- Boucle-la !

Ridelgald choisit ce moment précis pour se glisser dans la pièce, et resta interdit.
- Mais que...
- Ah... euh... re-bonjour Ridelgald.
- Hey, Ridel, tu savais que.... mgnnnfff ?

Le soldat considéra le jeune seigneur à-demi dévêtu qui était très occupé à bâillonner de la main le Shalos vautré sous lui, et jeta par le plus grand des hasards un coup d'oeil sur les dessins qui avaient glissés sur le sol, presque à ses pieds. Ce bref coup d'oeil suffit à faire monter une légère rougeur à ses joues hâlées et il détourna pudiquement le regard.

- Hem... je n'ai trouvé aucune de nos deux sentinelles.
- Bien... bien... Arrête de gigoter, toi. C'est bien ce que -je t'ai dit de...- je craignais. Nous allons -... te tenir tranquille...- devoir vider les lieux rapidement. Enfin dès que j'aurai récupéré ces... Tu ferais bien de rassembler tes affaires aussi, d'ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Taverne de Veis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Dessin / Loisirs créatifs] La taverne d'Ammodyte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Adreis :: Vie d'Adreis (Rôle Play) :: Histoires d'Adreis :: Zone neutre :: Taverne de Veis-
Sauter vers: