Projet Adreis

Forum de discussion autour de ce futur RPG en PHP.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Bonjour et bienvenue sur Adreis.
Pour plus de commodités, n'hésitez pas à vous inscrire dans les groupes qui vous correspondent.
N'hésitez pas faire des demandes aux administrateurs si vous avez des questions ou suggestions.
Passez un bon séjour !
Vous voulez communiquer entre vous ?
Plutôt que d'utiliser les moyens du bord, optez pour notre Voxli : https://www.voxli.com/Adreis
Que ce soit oral ou écrit, vous pourrez de cette manière rencontrer tout le monde plus facilement.

Partagez | 
 

 La Taverne de Veis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Michael

avatar

Réputation : 507
Age : 26
Localisation : ailleurs, ici, ou faire, son nid

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Sam 24 Oct 2009 - 1:12

Depuis combien de temps Michael était-il tranquillement assis dans l'herbe, vérifiant distraitement le fil de sa lame en observant les reflets dorés à l'horizon. Cette attente le tuait, plus surement que n'importe quel bout d'acier. Condamné à la patience, l'impétueux jeune homme s'était simplemeny installé en tailleur, surveillant d'un oeil les rayons de lumières refletés par leurs adversaires. Il y eut quelques remarques de la part des vétérans, mais aucun suffisamment insultant pour que la dissenssion règne. Professionnels avant tout. Un peu en avant, Thenaïs faisait les cent pas, visiblement sur les nerfs. Il y eut un bruissement. Le fédorien ne daigna pas se retourner, il devrait laisser quelqu'un d'autre protéger ses arrières autant s'y habituer. Mais cette discrètion...Un timbre de voix familier le fit émerger.

- Si tu te bats aussi bien que je le pense, je serais ton ombre.

Haussant un sourcil, le jeune homme avisa le brigand qui prenait place à ses cotés. Restant silencieux, il observa les étranges ondulations d'ombre dans la cape de l'assassin. Effet d'optique ? Il misait plutôt sur quelque chose de voulu et de dangereux. Patient, le mercenaire repointa son regard sur l'horizon. Un autre sombre personnage passa à leurs cotés. Mais quelqu'un dont la puissance dépassait l'imagination. Jouant avec son épée, Michael regarda Valnor s'éloigner pour remplir sa part d'un étrange marché. Un frisson parcourut l'échine du combattant, mélange d'elixia et de prémonition.

-Cela va bientôt commencer.

Il se redressa en remettant d'un geste assuré sa lame dans son fourreau. Réajusatant ses propres gants de cuir, il adressa un petit signe de tête à Soghann, le remerciant pour le compliment.

-Une aide est toujours bienvenue. On fera le compte à la fin si l'ombre à suivi les victimes de l'original.

Se grattant pensivement une joue, il ajouta rapidement.

-Une précision Soghann. Si tu sens un afflux d'elixia, ou si tu vois des sortes d'étincelles dans les airs, planque toi. Derrière moi ou en te servant d'un type en couvert, mais ne reste pas dans l'arc en face de moi. Je crois que les ombres n'apprécient que moyennement les explosions de lumière.

Michael souria, amusé de sa comparaison, même si l'avertissement était on ne peut plus sérieux. Une vague sombre déferla brusquement sur l'armée, simplement l'onde de choc du début des hostilités. Valnor remplissait son macabre marché. Comme si il pouvait controler aux élèments, une étrange obscurité se propagea dans le ciel. Une boule noire, comme une bulle de poison s'éleva doucement dans les airs. Une fleur obscure explosa dans le ciel, laissant trainer dans son sillage d'étranges filaments d'ombres. Un signal macabre qui comportait une étrange poésie morbide....Tout Valnor...

-Mercenaires ! En avant !

Un sourire carnassier s'instaura sur les lèvres du jeune homme alors qu'il précedait le groupe de soldats d'élites, bien décidés à se distinguer parmi ces vétérans. La cohorte était assez héteroclite, sans véritahble ensemble. Ils étaient tous des aventuriers avec leurs manies, leurs habitudes, leurs tactiques. La seule chose qui les reliaient étaient leur salaire et l'ordre d'abbatre un ennemi commun. Le groupe héteroclite d'lilymis se détachait à l'horizon alors que Valnor s'éloignait tranquillement, la panique régnant sur leurs lignes de bataille. Entre les soldats terrorisés et les possédés qui commençaient à reprendre leurs esprits, les brigands commençaient à s'inquiéter. Leurs chair à canon rompait les rangs. Au loin, Michael entendait les hurlements d'un groupe d'hommes mieux armés. Leur chef se trouvait surement au centre. Le fédorien dégaina sa lame en accélerant le pas, des flammes dans le regard et les poings serrés.

-Laissez les fuyards en vie ! On a suffisamment du reste pour s'occuper !

Il eut une rapide pensée pour le nombre de villages que ces hommes avaient du piller pour se concocter une aussi grande armée. Comme le reste des mercenaires, son sang commença à bouilloner. Se rendant compte du danger, l'armée de fanatiques tenta de former une pathétique ligne de défense. L'opposition fit ricaner Michael, l'adrénaline brulait dans ses veines, captant instinctivvement l'élixia résiduelle de Valnor. Faisant tourbillonnner sa lame, le combattant se laissa envahir par un grognement qui venait du plus profond de lui même. Desserant les lèvres, un terrible hurlement de guerre tonna sur le champ de bataille, engagé par le roockie aux cheveux de feu, repris en choeur par tous les combattants de l'armée. La ligne de défense en face hésita une seconde devant cette meute. Celle suivante, un déluge de feu et d'acier fit couler un torrent de sang. Engloutis avant de comprendre ce qu'il se passait, la chair à canon remplissait son rôle et abreuvait l'herbe de leurs corps. Avançant sans sourciller, Michael abattait tout ceux passant à proximité de sa lame de coups secs et ajustés. Ceux qui s'enfuyaient, il les laissait faire sans les géner, pas cruel comme d'autres. Il n'y eut qu'un maraudeur qui tenta de le tromper, mimant une fuite avant de tenter de l'éventrer. Sa mort servit d'exemple à toute la zone. Une botte l'ouvrit en diagonale, laissant une partie de ces organes s'écouler sans qu'il ne puisse les rattraper. Un jeune homme s'avança, d'un pivot, le mercenaire le décapita, continuant son mouvement pour dégager le périmètre. Le combattant avançait au coeur de la mélée alors que les sortilèges et les cris d'agonie se livraient à un duel d'intensité.

-Krondac ! Ta tête est notre !

Bousculant des Ilymis sur la lame assoifée, quelques soldats plus doué firent retraite, se regroupant. Pour eux, cette tête brulée était dangereuse, mais trop imprudente. Soudainement, Michael se retrouva séparé de Soghann, encerclé par quatres de ces brutes et quelques paysans enrolés. Avant qu'il n'ait le temps de faire une percée, les attaques pleuvèrent. Le fédorien se décalait, parait avec difficulté les lourdes haches de ses assaillants alors que les dagues et les épées courtes l'effleurait, de plus en plus prét. Si les brigands avaient eu une affinité avec l'elixia, ils auraient senti que quelque chose n'allait pas. Si les ilymis avaient été plus attentifs, ils auraient vu les étincelles se répandant dans la zone et dans le regard du combattant. Se penchant brusquement sous un coup de hache mieux ajusté que les autres, Michael se redressa en expédiant son poing dans l'estomac de la brute qui devait le dépasser d'une bonne tête. D'un grognement, il l'expédia dans les airs, quelques centimètres au dessus du sol. Des éclairs passaient en crépitant sur la peau du malheureux, le guerrier, quand à lui, se retourna, présentant son dos en serrant brusquement son poing.

-Wo Dao.

L'explosion détruisit totalement le brigand, projetant des morceaux de ce qui était autrefois humain sur le dos du flamboyant combattant. L'onde de choc souffla totalement les assaillants qui s'empalèrent sur leurs camarades ou moururent sur le coup. Michael se contenta d'une grimace pour contenir la souffrance de la brulure. Un dernier tenta de profiter de sa faiblesse, un gigantesque homme de rang, enfermée dans une lourde armure de plaques et armées d'une étrange masse d'armes. Il ne vit pas l'énergie qui dessina une sorte de fourreau pour l'épée batarde du jeune homme. La frappe puissante rompit l'acier avec la même facilité que la chair. A travers le heaume, le jeune homme entraperçut l'éclat d'incompréhension avant que la mort ne le prenne. Crachant un mélange de salive et de sang, il foudroya du regard ceux qui osaient leur tenir tête.

-Au suivant ! Krondac, sors de ton trou !!

Quelque soit l'endroit du champ de bataille, le même carnage se produisait. Mais le nombre se faisait déjà ressentir. Si le jeune homme pouvait avoir un instant de repis pour engloutir une potion, il ne s'en plaindrait pas. Sinon, il les tuerait par les moyens conventionnels.



[ Hop la, 3 capacités IG utilisés en RP ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Sam 24 Oct 2009 - 12:49

Enfin, de l'action. Sur le visage concentré de l'assassin, un sourire inquiétant se dessina. La colère s'était évanouie, mais l'excitation du combat était là. Les Ombres sentaient le sang à venir, la mort qui allait déferler... elles en devenaient presque incontrôlables, devenait visibles et d'autant plus dangereuses et puissantes.

Lorsqu'enfin le signal de Valnor apparut, Michael fonça vers la masse d'ennemis, et Soghann... disparu.
Le contact entre les deux armées fut violent, et sanglant. Les vétérans mercenaires faisaient un véritable carnage dans la masse grouillante des Ilymis, mais il y avait aussi parmi les ennemis des guerriers très aguerris. Michael ne s'en désoccupait pas : il avançait et tranchait.

Alors qu'il était au coeur de la mêlée, un ennemi voulu attaquer Michael par derrière, levant une épée menacante dans le dos du Fédorien. L'homme se retrouva, sans comprendre, la gorge tranchée, et avec les yeux emplis de stupeur, tenta de refermer la plaie béante de ses doigts tremblants. A côté de lui, un autre mourut en silence, un dague plantée en travers de la carotide.

Un guerrier apparemment vétéran s'approcha : couvert de cicatrices, et portant une masse d'arme impressionnante. Il avait à peine levé l'engin de destruction que des plaies s'ouvrirent dans tout son corps : torse, bras, cou se mirent à gicler le sang à une vitesse impressionnante par des plaies multiples qui apparaissaient au coeur d'un mouvement flou et indiscernable.

Et enfin, tandis que l'homme tombait à genoux, mort avant de l'avoir compris, Soghann apparut. Maculé de sang, brandissant une dague dans chaque main, le regard habité d'une flamme glacée, on aurait dit la vengeance personnifiée. L'assassin jeta un coup d'oeil en arrière : il était redevenu visible car il avait été séparé de Michael. Qu'à cela ne tienne.

Mais trois spadassins Ilymis se mirent en travers de sa route, brandissant leurs épées avec une assurance digne de tueurs. Mais ils ne savaient pas qu'ils affrontaient un tueur né, sans quoi leur belle confiance se serait évanouie. Alors qu'ils attaquaient tous ensemble, dans un bel effort de coordination et s'en se gêner les uns les autres, Soghann détendit les bras, et trois éclairs métalliques vinrent se planter respectivement dans un oeil de chaque adversaire. Fauchés, ils s'effondrèrent, emportés par leur élan.

Dans un mouvement fluide, Soghann se baissa et les dagues disparurent des orbites, réintégrant leur place originelle. Il leva ensuite la tête, et trouva aussitôt la chevelure flamboyante de Michael, séparée par plusieurs rangs d'ennemis.

Les Ombres, excitées, rampaient à une vitesse hallucinante dans et sur les vêtements de Soghann, se nourrissant de la douleur et du sang répandus sur le champ de bataille, renforçant la vitesse et la puissance de leur porteur, et rendant ses contours indiscernables au moindre mouvement.

L'assassin se mit à courir à une vitesse telle qu'il en devenait entièrement flou, et sauta, continuant à distribuer les coups alors même qu'il était en l'air, prenant appui d'un coup de pied bien placé au bon moment... Faucon noir, il semblait voler au dessus de la mêlée, distribuant la mort.

Enfin, il réaterri, amortissant la réception d'une roulade qui l'amena face à Michael. Il lui décocha un sourire en coin.


- Désolé, je n'ai pas compté.

Autour d'eux, tout n'était que chaos...

...et tout recommença.




[HRP]Dieux, ce que je me sens rouilléééééééé...[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Maître du jeu
avatar

Réputation : 112

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Sam 24 Oct 2009 - 21:08

Kondrac observait la scène avec détachement. Le combat restait équilibré, pas besoin de s’en mêler. Les archers abattait tout fuyard, ramenant de l’ordre dans les troupes. Les soigneurs et les choristes bénissaient les troupes, en apaisant les corps a distance. Et les sorcières renforçaient les flanc les plus faibles.

Tous ce passait bien. Malgré le fâcheux incident qui avait coûté la vie à Calden, tous ce passer selon le plan de secours, et même si les mercenaires de la taverne se battaient étonnement bien, Krondac ne s’inquiétait guère.

Il aperçu deux guerriers qui semblaient trancher sérieusement dans le nombre de ses soldats. L’un d’eux l’invectivait personnellement. Il n’avait guère le temps d’aller écraser cet insecte.

D’un geste, il désigna cinq sorcières, qui furent la cible des enchantements alliés, et allèrent a la rencontre de ces deux gêneurs.

La première possédait un bâton magique qu’elle leva bien haut, le cristal le surmontant, émis une lumière aveuglante. Deux autres profitèrent de cet effet de surprise pour lancer des rayons incandescents. Les deux dernières s’avancèrent, épée a la main. Du corps de celles là émanait une intense chaleur, qui gonfla en puissance jusqu'à ce que des flamme se forment autour d’elles -brûlant au passage leur vêtement ce qui ne les choqua guère- elles s’élancèrent sur leur ennemis sans aucune retenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Dim 25 Oct 2009 - 17:05

Dide était sortit de la pièce mais était resté oreille contre porte pour entendre leur destination et s’assurer que la Lévitas prendrais en charge Hydra. Une fois que ce fut chose faite, il allât dans sa chambre.

Il avait besoin d'un peu de temps pour réfléchir. Il avait peut être réussi a confier l'enfant mais maintenant il allait falloir le rejoindre, et un voyage devait se préparer.

Il restait des parchemins et de l'encre sur sa table de nuit, dans la formation qu'il avait reçu, on avait insisté sur la cartographie, il devait être capable de refaire le dessin précis précis du continent les yeux fermé et dans un temps limité. Il n'avait jamais était le meilleur élève dans ce domaine, Tiber s'y connaissait nettement mieux.

Dide pris néanmoins la plume et commença. Son premier jet était insatisfaisant, il avait mis Fédoran nettement trop au nord et oublier quelques pan de la cote. Au milieu de son deuxième essai, la téléportation dans le chambre voisine le fit sursauter et il renversa de l'encre sur toute la page. Il fut moins exigeant sur le suivant et se contenta de ce qu'il avait. Il avait réussi a reproduire la carte classique du continent, il ne manquait plus qu'une chose : l'endroit où il était.

Le barde descendit dans la salle commune, mais tout le monde était sortit, il ne restait plus que quelques serveuses. Dide demanda d'indiquer la taverne sur la carte, pris la chemise que Tiphanie avait été lui laver et s'enquerra du déroulement des événement.

Il se sentait coupable de ne pas être aller aider, mais mieux valait partir immédiatement, afin de ne pas se laisser distancer par les mouvement de ces ... aventuriers. D'après ce qu'il avait pu voir, ils n'étaient pas du genre a rester longuement au même endroit. De plus il fallait qu'il y aille a pieds, ce qui, malgré la relative proximité représentait des journée de marches.

Il salua les demoiselles, leurs expliquant qu'il devait rejoindre les téléporté dans la ville neutre et sortit de la taverne par l'arrière. Dans la cuisine, on lui offrit quelques vivres pour la routes -personne ne s'en apercevrait dans l'agitation générale de la taverne. Sabre a la ceinture, Dan Bau sur le dos, il se mis en route.

On lui avait expliqué comment contourner le front en prenant par l'ouest en suivant le sentier, et indiquer différentes auberge dans lesquels il pourraient faire étapes. Mieux valait ne pas répéter l'erreur de la dernière fois.

Il n'avait jamais eu une bonne vision, mais à la disparition de Valnor, il avait retrouvé l'usage complet de ses oreilles, et sa perception particulière. Ainsi il entendit d'abord ces musiques graves, ses sons étouffés, annonçant la proximités de personnes tentant de rester dans les ombres, puis il entendit le craquement d'une branche, leva les yeux et aperçu un archer blond perché dans un arbre, arc tendu, la flèche pointé dans sa direction.

Échappant de justesse au trait mortel, il courut droit devant. Quelques pas, et il sortit son épée juste à temps pour parer le coup d'un homme surgissant d'un buisson. Très vite deux autres sortirent de leurs cachette pour l'entourer. Avec l'archer, ils étaient quatre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael

avatar

Réputation : 507
Age : 26
Localisation : ailleurs, ici, ou faire, son nid

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Dim 8 Nov 2009 - 16:08

Trancher, découper, perforer....Le quotidien d'un mercenaire en combat est plein de varieté quand on y pense. Sans pitié, sans cruauté, Michael continuait à éclaircir les rangs de la pietaille ennemi. De temps à autre, un étrange voile perturbait son champ de vision, en rêgle génerale, il se remplaçait dans la seconde par un éclat métallique, une gerbe de sang et un sourire satisfait. Le fédorien s'interrogerait plus tard sur cette étrange invisibilité et sur cette émanation noire qui s'échappait du Shalos. L'armée de Krondac ne lui laissait pas un instant pour souffler. Pourtant dans cette sanglante monotonie, il se passa quelque chose d'imprévu. D'un revers de lame, le jeune homme dégagea un passage menant au groupe de soldats d'élite, mais quelque chose de flamboyant se dressait encore. Un groupe de 5 femmes portant des robes semblables à celles des magiciens. Le fédorien grommella quelque chose, hésitant à se lancer contre des manipuleuses d'elixia sans précaution. Celle situé la plus derrière leva un étrange cristal qui irradia aussitôt. Michael baissa le regard, mais une fraction de seconde trop tard, un gigantesque flash lumineux lui fit perdre temporairement la vue dans un gémissement de souffrance.

*Il faut que je bouge tout de suite.*

Le fédorien mit instantanémment un genou à terre en sentant deux perturbations fendre l'air ambiant. Un des rayons de chaleur le percuta à l'épaule, diffusant une désagréable chaleur dans le membre touché. Mais cette douleur n'était que désagréable, ces sorcières comptaient utiliser le feu contre un fédorien.

*Pour que cela me blesse, elle ont interet à augmenter l'intensité de leurs flammes.*

Une nouvelle vague de chaleur commença à se propager. Aveugle, Michael n'était pas stupide au point de ne pas se douter de la provenance de ses flammes. Il ne pouvait pas prendre le risque de combattre sans ce sens si essentiel pour lui. Le mercenaire se dégagea par de courts sauts en arrière tout en clignant follement des yeux, tentant de se réhabituer à la lumière du jour. Heureusement pour lui, il avait suffisamment dégagé le passage pour qu'il n'y ait pas trop d'ennemis sur son passage. Se fiant au sifflement de l'air, il bondissait parfois sur les cotés pour éviter une attaque maladroite ou un lieu d'affrontement. Mais les flammes se rapprochaient dangereusement, et son manège ne pouvait pas durer éternellement. Quelque chose de solide le percuta dans le dos et un frisson glacé le parcourut.

-Eh gamin, c'est bien de dégager le passage, mais les ennemis sont en train de le reboucher. T'est au courant que t'est censé avancer ?

Un allié ! Si il aurait pu se le permettre, il lui aurait sauté au cou. A la place, il fit pivoter cette aide pour la mettre en face de lui.

-Je ne vois plus rien et j'ai des magiciennes qui me pourchassent.

-Je vois, celles nues, avec une aura de flammes, en train de roussir leurs propres collègues.

-Possible, moi je ne vois pas.

Une main assez douce se posa sur l'épaule du jeune homme, une main tenant une sorte de fiole froide.

-J'ai peut être une idée. Bois cela et protège moi le temps que je m'en occupe.

Pour une fois, il n'allait pas se lamenter de tomber encore sur une voix féminine bien trop proche de lui. A la place, il se contenta d'engloutir la potion offerte. Une agréable chaleur se répandit dans son corps, reconstituant son elixia, atténuant la douleur du wo dao de tout à l'heure, et plus important que tout, lui offrant une explosion de couleurs et de mouvements. Profitant de ses sens retouvés, le fédorien pivota et décapita net un fanatique tentant d'attaquer sa bienfaitrice. De l'elixia se concentrait, catalysée par la mage et pendant ce temps, il tenait à distance tout les ennemis suffisamment intelligents pour comprendre que cette accumulation ne présageait rien de bon. Mais la chaleur dégagées par les sorcières se faisaient de plus en plus ressentir, instinctivemment, il sentait que ces flammes par contre risquaient de lui causer de gros souçis. Une froide voix s'éleva derrière lui.

-Apprenez à jouer avec quelque chose comme le feu mesdames.

Une gigantesque bourrasque déferla en face du jeune homme, prenant naissance de nulle part, soufflant les flammes au loin. Une vague rouge embrasa tout loes fanatiques se trouvant derrière les sorcières. Un magistral retour à l'envoyeur de la mage de vent. Montrant aussi peu d'émotions, les sorcières refroidies se jetèrent à l'assaut, l'une sur la magicienne étourdie par son sort, l'autre sur le combattant. Ce dernier bloqua la première attaque en jurant et, faisant glisser sa lame sur l'autre, trancha nettement le crane de la femme. Il se retourna aussitôt, mais il se situait trop loin pour bloquer la deuxième épée.

-Non !!

Une gerbe de sang, la sorcière resta statufiée, une tête de flèche pointant à travers sa chevelure. Au loin, une chaude voix d'homme s'esclaffait.

-Non mais vous avez vu ce tir ? J'ai bien du taper au dessus de 250 là !

-C'est bien l'archer, maintenant, tu te tais et tu continues à les aligner en rang d'oignons sur le sol.

Michael adressa une silencieuse prière pour tous les mercenaires de la taverne et leur expérience. La mage se trouvait en sureté donc le combattant se retourna l'épée brandie, plus motivé que jamais. En même temps qu'il souriait, d'étranges éclats apparurent dans le ciel, apparamment, les magiciens mercenaire savaient fini d'accumuler leur elixia. Avisant les rochers enflammés qui s'écrasaient dans les troupes de fanatiques, il éprouva de la pitié devant ce carnage. Enfin, seulement une seconde, celle d'après, il était de retour dans la mélée pour éliminer le dernier responsable de tout ceci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Dim 8 Nov 2009 - 17:40

L'assassin, profitant d'une pause dans l'afflux d'ennemi, surveillait les faits et gestes du chef ennemi... Qui les avait repéré, semblait-il. Il avait même décidé de leur donner une importance disproportionnée en envoyant sur Michael une escouade de sorcières visiblement... échaudées.

Laissant au Fédorien le soin d'attirer leur attention, Soghann s'échina à disparaître proprement du champ de vision de ses adversaires, tant sorcières que chef de guerre.

Tout en restant camouflé au coeur des Ombres mouvantes projetées par chaque participant à cette vision d'apocalypse, l'assassin se rapprochait inexorablement du chef ennemi, qui dominait la scène depuis une hauteur. Son attention était accaparée par ce qu'il se passait en contrebas, il avait donc peu de chance de repérer l'assassin... Par contre, il disposait certainement de sorts de protection, voire même de sorciers faisant office de garde personnelle, notamment pour détecter les ennemis camouflés.

Invisible, le Shalos se tenait accroupi dans l'ombre d'un rocher, à une dizaine de mètres du fier Krondrac. Tout en réfléchissant à la meilleure manière de le mettre hors-jeu, il observait ce qu'il se passait au niveau de Michael. Manifestement, il venait de reprendre l'avantage sur les sorcières, dont plusieurs déjà gisaient mortes.

Parachevant le tableau infernal, des flammes se mirent à pleuvoir sur les troupes ennemies, invoquées par les sorciers défendant la Taverne. Ils avaient pris le temps pour s'activer, mais maintenant que c'était fait, et bien, il se montraient passablement efficaces...

**...et aussi pour détourner l'attention générale**, pensa Soghann, lançant un sourire invisible à l'attention de Krondrac, qui venait de perdre un peu de sa superbe. Tous les sorciers de son camp devaient maintenant être en train de s'activer à contrer les sorts destructeurs qui pleuvaient sur leurs troupes. Mais impossible de se rapprocher davantage sans être repéré.

C'était le moment ou jamais. Prenant lentement position sans pour autant sortir de son invisibilité, Soghann se redressa, brandissant une dague dans chaque main... Et, après une profonde inspiration, lança.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whoami
Créateur & Administrateur
Créateur & Administrateur
avatar

Réputation : 4714
Age : 31
Localisation : Bordeaux

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Dim 8 Nov 2009 - 19:34

Perché sur la falaise surplombant le champ de bataille et exploitant au mieux le contre-jour de son soleil pourpre, Valnor admirait la scène qui se déroulait sous ses yeux.

Assis en tailleur, son épée endormie à ses cotés, il repensait aux terrifiantes batailles de Shua qu'il regardait toujours de ses hauteurs préférées.
Mais deux différencse se faisaient ressentir contrairement en Adreis : Sur Shua, les combattants ne fuyaient jamais et le combat était intense.

Guettant les faibles proies des deux cotés, il attrapa deux petites pierres qu'il lança dans le soleil.
De là jaillirent deux rayons violets qui vinrent s'empaler dans le dos de deux paladins qui fuyaient hors du champ de bataille... les faisant disparaitre instantanément dans un petit nuage de poussière bleue.


- Pff, ennuyant...

Il leva un bras et serra le poing de plus en plus fort.
Le soleil craqua, craqua encore, puis éclata dans un bruit de verre brisé.


- Aller mes belles, donnez leur une petite dose d'Elixia lunaire vivifiant !

Des milliers de petites guêpes d'elixia volèrent en direction de la bataille... la moindre piqûre donnant des capacités de lunaire à son receveur pendant une bonne heure.
Mais les effets négatifs qui s'en suivent peuvent aller du simple coma avec perte de faculté, jusqu'au sommeil éternel et la perte de l'âme...


---------

[HRP] Je laisse le soin au narrateur de piquer qui il a envie, avec la dose dont il a envie ^^
Sachant quand même qu'échapper a un essaim de guêpes de ce genre est un synonyme de chance.

_________________
Administrateur principal du projet, créateur et développeur.

"Adreis, les 3 lunes" Alpha fermée en cours.
Sortie de la béta publique : Pas de date prévue actuellement...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://projet-adreis.exprimetoi.net
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mar 10 Nov 2009 - 23:18

-Allons messieurs, vous voyez bien que je n'ai rien de valeur sur moi.
-Nous n'en voulons pas a ton or, juste a ta vie. Krondac avait bien dit qu'il y aurai des fuyard, il savait que certains tenteraient de passer. La bataille a du commencer, et c'est donc toi qui nous oblige à ne pas en faire partie ?

Le dernier à s'être montré, le dépouilla de la vieille épée. Dide sentait la panique l'envahir, l'archer avait la flèche dans sa direction, il n'attendait qu'un mot de son chef ou un geste de Dide. Devait il tenter de fuir et donner une raison de l'abbattre, ou attendre que la mort viennent sans un geste. La seule chose qu'il pouvait encore faire sans s'attirer les foudres de ces combattants était parler, mais, pour un barde, il n'avait jamais eu la verve facile. Il se contenta de répéter ce qu'ils avaient dit.

-Ainsi vous voulez faire parti du combat

Il le regardèrent, il avait leur attention.


-Je ... Je peux vous donner satisfaction. Laisser moi affronter l'un d'entre vous. Ce sera un challenge pour vous et une mort plus glorieuse pour moi.
-Qu'est ce qui te fait dire que tu es a la hauteur pour nous affronter.
-Je ne le suis surement pas, mais il n'y a aucun honneur a abattre un homme encerclé et désarmé.

L'officier hésita. Clairement, il n'avait pas le droit de le faire, mais il s'ennuyait tellement. Ils devaient être là depuis un moment. Finalement, il dégaina son épée.

-Alors prenez votre arme.

Dide vit l'ouverture, il dédaigna le soldat qui lui tendait sa lame. A la place, il retira de son dos le dan bau.


-Wooooh ! Pas de coup fourré, prend ton épée.
-Mais mon arme c'est cet instrument.

Sans lui laisser le temps de répliquer, il produisit la pire note qu'il connaissait, en lachant tout l'elixia qu'il pouvait. Les guerrier se bouchèrent les oreilles, fermèrent les yeux et hurlèrent. Certains se mirent même a genoux. Dide profita de cette seconde et fila droit devant lui sans se retourner.

Il progressa lentement à travers les fourrés. Il entendit les hurlements furieux derrière lui et quelques flèches fusèrent. Rapidement les hurlement lui parut venir de partout à la fois, quand soudain il sortit de la foret, pour se retrouver dans la bataille, juste derrière les lignes ennemis au moment ou un énorme essaim venait flotter au dessus des combattants.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Maître du jeu
avatar

Réputation : 112

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 11 Nov 2009 - 18:36

Kondrac voyait son armée perdre en avantage. Ses hommes tombaient comme des mouche. Il appela a son coté son fils, qui apparut de derrière un buisson, c'était le garçon qui s'était fait passer pour l'enfant du couple assassiner dans la taverne, il avait espionner pour son père. Ce dernier lui demanda simplement de partir, de s'enfuir, et de l'attendre dans le dernier village visité, mais le garçon n'eut pas le temps de faire deux pas que Krondac reçu deux lames dans la poitrine.

Ce fut alors que le gamin retournait pleurer son père que les premiers insectes arrivèrent, distribuant des piqures aux hasard.

Beaucoup reçurent plus d'une piqures mais les effet sur chacun étaient très variables.

Certains ne supportèrent pas la charge et moururent sur le coup, ce fut le cas de la plupart des villageois, un véritable carnage, d'autre devinrent fou, se comportèrent de façon étrange courant dans tout les sens ou s'asseyant simplement en se balançant d'avant en arrière ou en déblatérant dans des langues étranges, quelques un mutèrent de façon horrible, perdant tous leur membres, sa voyant affublé d'excroissance hideuses, d'une deuxième tête, ou d'autres atrocité.

Les guerrier les plus fort reçurent des bénédiction, comme l'un des chevalier de Krondac qui gagna une deuxième paire de bras, seulement à la deuxième piqure une troisième pair de bras vint s'ajouter aux deux autre. Arrivé a la sixième piqure il suppliait qu'on l'abatte.

La seule sorcière encore vivante du coté des Ilymis vit son pouvoir se décuplé, doublant à chaque piqure, elle lutta contre la folie en se concentrant sur son objectif, détruire l'armée ennemi.

La mage, l'ami de Michael réagit rapidement a l'arrivé de l'essaim, et créa un bouclier autour d'eux et de l'archer qui les avait aidé

Soghann, invisible, ne fut pas ciblé par les insectes et s'en sortit sans piqure.

Quant a Krondac et a son fils, il furent également piqués. Krondac se sentait partir quand la guêpe fit son œuvre. A la seconde où son cœur s'arrêtait, il ressentit un étrange bien être, et se dit que la paradis l'accueillait. Quand il ouvrit ses yeux il fut surpris de se découvrir dans son corps, dans la bataille, et même si son cœur ne battait plus, sa vitalité était intacte, même meilleur que jamais. Il se tourna vers son fils, et vis double. La piqure que l'enfant avait reçu l'avait dédoublé. Il n'eut qu'un mot à la bouche.

-Prodigieux.

Il se tourna vers la mage découvrant l'ampleur de ses nouveaux talent, et il demanda simplement.

-Utilise la magie pour attiré ces insectes vers nous.

Rapidement, Krondac se sentit si plein de force qu'il lui semblait avoir grandit de deux mètres, et il avait désormais plusieurs douzaine d'enfant dont le nombre continuait à s'accroitre de plus en plus rapidement. Le guerrier avait toujours les lames fiché dans sa poitrine, il les retira, aucun sang ne tomba, et il ne ressentait aucune douleur.

Quand les insectes partirent en direction de l'ennemi, l'amie de Michael épuisée arrêta son bouclier, malheureusement trop tôt, les abeilles ressentirent ce vide magique et celles qui étaient plus proches affluèrent. Alors que Michael l'avait soutenu pour ne pas qu'elle ne tombe au sol, il sentit une brulure sur sa main droite, l'archer derrière lui en sentit trois.

Lancé de dés sur le sort de Michael:
Nombre aléatoire (1,5) :
5
Spoiler:
 

L'archer scruta attentivement son corps, examinant chaque piqure, mais il ne vit aucun changement.

A la quarantième piqure la sorcière Ilymis, posa les yeux brillant de pourpre sur Soghann pourtant invisible.


Dernière édition par Narrateur le Mer 11 Nov 2009 - 18:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 11 Nov 2009 - 18:46

Dide un peu loin de la bataille, regardait le chaos ambiant, se cachant de ses poursuivant derrière un buisson, les entendant s'approcher. Il décida d'ignorer les étrangeté qui se produisaient pour se concentrer sur le moyen d'en finir avec ses vils poursuivants.

Quand ces guerriers virent les chaos, et l'horrible géant qu'était devenu leur chef, il hésitèrent. Dide les voyait désormais. Le plus proche de lui cria des insultes sur les démons des enfer, lâcha son arme et s'enfuit. Dide s'approcha a couvert et profita de la surprise des autres. Il tua le premier par surprise, pris le deuxième de vitesse, et du livré un court duel face a l'archer, plus habituer a avoir ses proie a distance.

Puis il repéra l'endroit ou l'armée Ilymis avait laisser leurs équipements, leurs nourriture, leur sorte de campement improvisé

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 11 Nov 2009 - 19:05

L'arrivée d'un essaim pour le moins agressif arriva à point nommé pour distraire l'attention générale de l'assassin qui venait de lancer les dagues et rapidement re-camouflé derrière son rocher. Il savait néanmoins qu'elles avaient fait mouche, et Soghann avait vu sa cible tomber, le coeur percé de part en part, signant la fin du combat.

Mais l'essaim commença à semer le chaos, et désormais il semblait que la mort du chef ne suffise plus à clore les festivités. Toutes les victimes, tous camps confondus, montraient des effets secondaires impressionnants... Bien à l'abri, l'assassin étudiait ces effets, en se demandant pourquoi les insectes ne sentaient pas son elixia. Elle devaient se guider à la vision... Tant mieux !

Du camp de Krondrac commençai à monter un vacarme peu engageant : intrigué, l'assassin jeta un oeil par dessus le rocher, et revint en position en s'efforçant d'étouffer un juron dantesque. Sa cible s'était non seulement relevée, mais avait presque triplé de taille. Elle éait entourée d'une armée de clones qui se multipliaient apparemment à l'infini, et qui risquaient de faire pencher sérieusement la balance s'ils se mêlaient du combat.

Pour couronner le tout, une sorcière ennemie visiblement énervée et sérieusement piquée posa ses yeux flamboyants de pouvoir sur l'assassin.


- Et... Galère.

Décidant qu'il n'avait pas trop le choix, l'assassin retira avec fébrilité le gant de sa main gauche et en annula le camouflage, espérant attirer suffisamment d'insectes pour avoir une chance de s'en sortir... Sans que le monstre, quelque mètres derrière, ne le broie avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Maître du jeu
avatar

Réputation : 112

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 11 Nov 2009 - 19:33

Les guêpes se dirigeait justement vers le camps ou se trouvait Soghann, la première d'entre elle le piqua

Lancé de dés sur le sort de Soghann:
Nombre aléatoire (1,6) :
3
Spoiler:
 

Les autres guèpes eurent du mal à arriver jusqu'à lui. Les bestioles avaient une vie éphémères et commençaient à disparaitres peu à peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 11 Nov 2009 - 20:47

Une, deux, trois guêpes réussirent à piquer l'assassin. Les autres mourraient déjà. Aussitôt, une intense chaleur, bientôt suivi d'une douleur aiguë, se propagea dans tout son corps. Soghann sentit sa peau devenir très chaude, et de la peau de sa mai gauche se mit à suinter légèrement un liquide verdâtre. Peu engageant, l'assassin se mit en quête d'un sujet de test pour étudier comment se servir de sa nouvelle capacité. Il retira son autre gant, et attendit qu'un Ilimys passe à sa portée, quelques instants plus tard. Rapidement, il posa les mains sur le coup dénudé du paysan (histoire de pouvoir l'étrangler le cas échéant)... Qui poussa un cri horrible, sa chair se dissolvant littéralement sous la violence du poison. L'homme s'effondra, les yeux révulsés et une salive mousseuse s'échappant de sa bouche béante.

Le Shalos considera ses mains, transformées en arme empoisonnée.

**Bon, mieux que rien. S'agit de trouver comment l'utiliser, maintenant.**.

Effectivement, la sorcière continuait de se rapprocher, envoyant des boules de feu destructrices contre ceux qui se mettaient en travers de son chemin, les désintégrant en une fraction de seconde.

L'assassin réalisa qu'il ne vivrai jamais assez longtemps pour arriver au contact. Il pêcha d'une de ses cachettes une dague de lancer particulièrement vicieuse, faite d'une lame quadruple tellement fine qu'elle en devenait presque invisible, tout en gardant une trajectoire spectaculairement rectiligne. Avec application, il passa ses doigts dessus, recouvrant les lames d'une fine couche de liquide verdâtre, et attendit, plaqué contre son rocher, que la sorcière arrive à portée.

Ce fut bientôt le cas. L'Ilymis commença à rassembler une énergie formidable entre ses mains, préparant une boule de feu pour anéantir ce qui semblait être un insecte épinglé sur une paroi. A l'instant où elle levait les mains, une énorme boule de feu tourbillonnant entre ses doigts, le Shalos plongea de côté, tout en envoyant son arme piégée. La seconde suivante, tandis que Soghann roulait sur lui-même, il perçut deux bruit distincts : celui du rocher qui éclatait, et le cri atroce de la sorcière.

**Touché !**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Maître du jeu
avatar

Réputation : 112

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Dim 15 Nov 2009 - 13:10

La sorcière se courba en deux, hurlant sa souffrance. Elle mourut dans une grande douleur. Chaque cellule de son corps la brulant atrocement.

Mais le Shalos avait attiré l'attention sur lui, tandis qu'une énorme vague d'enfant déferlait sur le champs de bataille, ramassant toutes les armes a leurs portés, une bonne douzaine s'attaquèrent au Shalos. Brandissant dagues, épées, arcs, ou même hache de combat, ils étaient bien décidé à vaincre leurs ennemis. Le groupe autour du Fédorien était lui aussi entouré d'une dizaine d'enfant, attaquant en parfaite harmonie. Le champs de bataille ne contenait d'ailleurs plus que ces modèles réduits de guerriers et le géant mort dans le camps des Ilymis.

Ce dernier avait enfin arrêter de grandir à une taille de presque dix mètres de haut. Il était occupé par la guerrière Thénais en armure affublé de deux paires d'ailes l'une sur l'autre, elle attirait l'attention du géant et tentait de lui donner des coups d'épée tel un aigle frappant sa proie. Mais elle maitrisait mal ses ailes et manquait de peu à chaque fois de se faire frapper par le géant aux muscles impressionnants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael

avatar

Réputation : 507
Age : 26
Localisation : ailleurs, ici, ou faire, son nid

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Dim 15 Nov 2009 - 20:54

Michael n'avait pas vraiment eu l'occasion de progresser avant qu'une nouvelle menace de taille ne se fasse sentir. L'armée d'Ilymis diminuait à vue d'oeil, Krondac se retrouvait avec plusieurs dagues plantés dans la poitrine. Bravo Soghann, mais pourquoi le fédorien avait-il un tel mauvais sentiment ? Esquivant une charge maladroite, le combattant empala proprement le paysan qui avait eu l'audace de l'attaquer tout en fouillant du regard les alentours du champ de bataille. Fronçant les sourcils, il peinait à distinguer une sombre forme qui semblait contempler le spectacle. Mais même si ses yeux n'arrivaient pas à le distinguer, le frisson qui parcourut son échine était formel. Valnor leva théatralement une de ses mains. Michael grava le prodige qui s'ensuivit dans sa mémoire. Le soleil commença à se tordre, à se crisper, émettant un crissement insuportable. Lentement, et bien trop rapidement, la boule de feu se retrouva déformée sous la pression d'une elixia dépassant l'imagination. Les mages devaient proprement halluciner. L'astre explosa brusquement, faisant tomber une étrange nuit, juste éclairées par la lueur des trois lunes. Tout à la rage de la bataille, peu de monde pouvait se rendre compte qu'une sorte de nuage violet se dirigeait à grande vitesse vers eux.

-Cela ne sent pas bon du tout....

A nouveau, le fédorien recula, cherchant un moyen d'annihiller cet étrange essaim avant qu'il ne les percute. Peine perdue, il était loin d'être assez fort pour ne serait ce qu'esquisser un plan. Un bouclier se dessina sous ses yeux, préservant le petit groupe de mercenaires des guèpes lunaires qui virevoltaient sur le champ de bataille. Bien à l'abri sous l'elixia alliée, Michael ne pût s'empécher de déglutir en voyant le massacre sans nom qui suivait les piqures de guèpes. Des hommes hurlaient, succombant à la folie, d'autres tombaient plus simplement, mais l'écume aux lèvres montraient qu'ils n'étaient pas moins mort. Il y eut quelques étranges mutations, mais aucun des antagonistes ne semblaient pouvoir les supporter. Leur deuxième tête dévorait la première dans des gargouillis écoeurants quand la pression ne les faisait pas exploser. Pourtant, au sommet de tout cela, quelques êtres s'en accomodaient. Le fédorien observa avec stupéfaction les boules de feu génerés par la sorcières, la peau rouge de piqures. Un gamin se retrouvait en dizaines d'exemplaires parfaitement identique ou alors Krondac... Négligeamment, il retirait les lames lui transperçant la poitrine en se redressant de toute sa hauteur. Une hauteur qui ne cessait de croitre... Le bouclier scintilla et disparut soudainement, instinctivemment, le jeune homme se retourna pour soutenir la magicienne qui les avait protégés. Bien sur, il entendit les vrombissements. Il songea aux paysans déchiquetés, à la folie de la dernière sorcière survivante et il se contenta de couvrir de son mieux la femme qui l'avait aidée en priant. Une légère douleur s'instaura sur sa main droite, transperçant le gant de cuir qu'il portait.

-Hum, qu'est ce qu'il m'attends ?

Un étrange détachement. Après tout, que pouvait t'il y faire ? Il serra plus étroitement son précieux colis. Des cheveux rouges entrèrent dans son champ de vision tandis ce que d'autres bras que les siens l'aidaient à l'entourer. Relevant la tête, il avisa un visage familier qui l'observait, surement avec le même air surpris.

-Quoi ?

Deux mots prononcés exactement au même moment, à la même intonation. Deux mains se lèverent simultanément pour tester la tangibilité de leurs doubles.

-Impressionnant...

Ils étaient exactement semblables. Non seulement le même physique, mais aussi la même expérience. une copie conforme du présent.

-Les gamins ! Il y a Thénais et votre pote qui ont besoin d'aide. Alors bougez vous.

Tournant la tête vers la voix, les jumeaux virent l'archer les encourager d'un geste de la main. Ils se regardèrent une seconde, hochant la tête avant d'abandonner la magicienne à ses soins, se précipittant à l'assaut de l'armée de gamin. Dans la même position, ce fût le Michael de droite qui trancha la première tête, rompant ainsi cette parfaite symétrie.

-Cela me dégoute de tuer des gosses.
-Ils n'ont plus rien à voir avec des gosses.
-Je sais.

Celui de gauche trancha, et le même air de dégout se dessina sur ces traits. Ils ne pouvaient pas s'en empécher. Avec toujours ce léger temps de décalage qui les séparait à présent, les deux observèrent la sorcière se frayant un chemin dans le feu et les cendres vers Soghann, ils virent aussi les abeilles qui le piquèrent. La conclusion s'imposa bien vite. Le brigand était trop loin pour une aide de leur part, si il survivait aux piqures, il devrait survivre à cette folle. Ils ne pouvaient qu'esperer. Leurs regards se reportèrent sur le colosse de chair qui tentait d'écraser Thénais. Une Thénais disposant notamment de deux paires d'ailes qui lui permettaient de tourbillonner autour de Krondac. Tuant tout les jeunes sur leur passage, les combattants progressaient de concert. Un rapide coup d'oeil les informa que Soghann s'était effectivemment bien débrouillé, le hurlement de souffrance devait bien s'entendre à un kilomètre à la ronde. Un cri purement inhumain, modulée par une gorge lunaire, sous une torture de même élément. La guerrère ailée émit un faux mouvement avec ces nouvelles ailes, perdant un peu de vitesse. Dans un grognement de haine, le chef des brigants leva son énorme poing. Sans un instant de concertations, deux voix s'élevèrent.

-Chacun sa place.

L'attaque fusa et Thénais se mit en semblant de garde. Des bras l'attrapèrent et l'entrainèrent avec un sacré élan au sol, la faisant rouler au sol dans les bras d'un mercenaire aux cheveux rouges. Le monstre aux 6 bras avait fait un tremplin plus que satisfaisant. Identifiant le jeune homme, la responsable du champ de bataille le foudroya du regard alors que l'onde de choc du coup de poing se propageait.

-Qui t'as dis de m'aider ! Tu avais une occasion de frapper !

Michael souria

-Mais c'est ce que je fais.

Au même moment, une explosion fusa dans l'atmosphère, un souffle chaud qui prenait naissance aux pieds du bandit. Celui ci, encore désequilibré par son nouveau corps et par son coup de poing s'affaissa lourdement au sol. Aussitôt une silhouette bondit pour atterir sur le dos du colosse, la lame à ses mains ondulait sous l'elixia de plusieurs élèments. Un reste de feu du au Wo Dao, de la terre du à la rune brillant sur la garde et du lunaire par le fourreau qui témoignait d'une frappe puissant en préparation. Savamment, Michael commençait à taillader la colonne vertébrale du monstre avant qu'il ne se relève.

-Je me débrouille pas mal...
-Qu... ?
-Guèpes. Bon, on va me donner un coup de main ou on discute ?

D'un coup de pied, il dégagea un des clones qui tentait de l'attaquer. Encore heureux que l'original n'était pas un grand combattant. Il avait des notions, mais largement insuffisantes pour vaincre autrement que par le nombre. Sans plus attendre, le clone se précipita au secours de l'original, ou peut être était ce l'inverse. Aucun moyen de le définir. La fin se profilait, et les deux avaient la même envie de tuer l'aberration de la nature. Par contre, concernant leur propre aberattion...Ils verraient plus tard. La nature ne laisserait pas passer cela, il n'y avait pas de doutes à avoir la dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Lun 16 Nov 2009 - 0:12

Profitant à peine de la satisfaction d'entendre la sorcière agoniser, l'assassin n'eut d'autre choix que de se boucher les oreilles des deux mains pour atténuer le cri horrible du monstre. Se redressant lentement, il vit converger une armée de... gosses. Une douzaine l'avaient pris à partie, tentant de l'encercler en brandissant des armes diverses.

L'assassin se mordilla la lèvre inférieure. Tuer était dans sa nature, et le faire pour sa vie mettait de côté toute considération éthique. Simplement, il réfléchissait activement au meilleur moyen de se débarrasser de cette horde de gnomes.

Ils étaient bien trop synchronisés, par quelque sorcellerie, pour se gêner entre eux : il ne pouvait donc compter sur des contre-attaques : il fallait qu'il prenne le devant. Son regard balaya le sol autour de lui, et un sourire carnassier traversa son visage. D'un mouvement de la pointe du pied, il projeta en l'air l'une des nombreuses armes abandonnées au sol par les combattants vaincus : une hache d'arme de belle facture, dôtée d'une lame à l'aspect peu rassurant et d'un manche d'environ deux mètres.

L'assassin attrapa le manche en vol, et fit tournoyer rapidement l'arme, en éprouvant l'équilibre. Parfait. Puis, plantant le bout du manche dans le sol, il passa rapidement ses deux mains le long du tranchant de la lame, la recouvrant de poison. Enfin, il reprit l'arme à deux mains, et toisa les gnomes qui étaient désormais à portée, le fixant d'un regard ayant perdu toute innocence. Des plis de ses vêtements se mirent de nouveau à s'agiter les Ombres, et en quelques instants, l'assassin disparu purement et simplement.

Désorientés, les gosses se mirent à regarder aux alentours, cherchant leur cible du regard, non sans abandonner leur position d'arc de cercle. Puis la lame parla. Sortant de l'ombre comme l'éclair d'une nuit sans lune, la hache fendit l'air selon une courbe parfaite, décapitant, tranchant dans membres, effleurant parfois, mais touchant toujours, continuant sa course comme si aucun obstacle ne pouvait l'arrêter.

La course sanglante s'acheva enfin, et Soghann contemplait son oeuvre, immobile de nouveau : devant lui, les corps trop jeunes s'effondraient, morts sur place ou mourant dans d'atroces souffrances.

Le Shalos se détourna de son oeuvre avec un léger soupir. Pas de regrets à avoir, de toute façon. Il secoua la tête pour chasser les images de son enfance, de l'enfance de tous les Shalos, qui lui traversèrent l'esprit. Se concentrer sur le combat. Sur Krondrac.

Le chef ennemi semblait mal en point : attaqué par une Thénaïs ailée et un Michael déchaîné (et dédoublé ?!), il écumait de rage sans parvenir à se débarrasser de ses trop petits adversaires. L'inconvénient du gigantisme... Car géant il était bien, du haut de ses dix mètres. Avisant le champ libre, l'assassin se mit à courir vers le géant, prenant de plus en plus de vitesses, balançant la hache d'arme. Ayant prit assez de vitesse, il lança l'arme, qui alla en tournoyant se ficher avec un bruit écœurant dans l'estomac du monstre.

En bout de course, l'assassin sauta de sa plus belle détente pour s'agripper à l'une des jambes de Krondrac, puis se mit à grimper tel un insecte monstrueux le long du guerrier géant, priant pour que son attention soit détournée.

Il arriva rapidement à l'encolure, sur laquelle il prit une impulsion suffisamment puissante pour aller s'accrocher à l'une des paupières de Krondrac.


- Pour qu'un poison agisse rapidement... Il faut l'appliquer à un endroit sensible.

Sur ces mots, il enfonça sa main droite dans l'oeil du monstre, se tenant toujours de la gauche, ballotté par les mouvement de tête rageurs du géant...

Et le poison fit son effet. Krondrac rejeta la tête en arrière en poussant un hurlement effroyable, de douleur et de rage mélée, projetant Soghann en l'air. L'acide rongeait l'oeil du mort, à une vitesse proportionnelle à la taille de sa victime, propulsée par le flot d'elixia bouillonnant dans les veines du monstre, irriguant le cerveau, détruisant ce qui restait de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Maître du jeu
avatar

Réputation : 112

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 18 Nov 2009 - 0:25

Le poison fit son effet, le cerveau de Krondac se décomposa, fondit sous l'effet de la substance corrosive. Sa vie défila sous ses yeux, une vie passé sous le signe de la lumière, du bien, détruisant toutes les erreurs provoqué par l'Elixia, tachant de retrouver l'époque ou tout était plus simple. Mais sa dernière pensée fut pour ce corps dans lequel il allait mourir. Agrandi, anomal, déformé, le cœur arrêté, déjà mort. Il était devenu ce qu'il haïssait. Une mutation Elixienne. Le géant s'effondra.

Les clones de l'enfant fuirent. Bien sur, l'original était mort depuis longtemps, car à chaque fois que l'un de ses doubles souffrait, lui aussi ressentait la même douleur, et, a cause de son jeune age, il ne pu résister à la souffrance des deux premières mort de clone.

Ainsi la bataille s'arrêta sur une scène bien étrange et terrible, les cadavres qui jonchaient la plaine étaient pour la plupart que d'horrible caricature d'humains. Les survivants avaient de bien drôles d'allures. Quant aux blessés reconduit en arrière avant l'arrivée des guêpes, ils remerciaient le ciel de les avoir guidé hors de cet enfer à temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 18 Nov 2009 - 2:00

Dide monta dans une charrette de l'armée Ilymis. L'homme qui la gardait avait été pris pour un fuyard par Valnor. Triste méprise. Son corps gisait sur le sol.

Avant d'avancer, il hésita. Il était quand même bien lâche. Il avait vu le monstre, le géant, les armes traditionnelle n'auraient surement aucun effet, partir en laissant l'armée se faire décimé, n'était pas humain. Et avec le dan bau, il pourrait être plus efficace, peut être. Il avait déjà prouvé que ça marchait avec cet instrument.

Mais la fille ... il l'avait confié à des inconnues. Très peu de temps était passé, mais il ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter ... déjà.

Finalement, il se ressaisit, et fit un détour par le champs de bataille. Juste un coup d'œil ne pourrais faire de mal, ce n'était pas long, juste derrière quelques buissons. Les chevaux étaient bien dressés. et répondait parfaitement aux demande de Dide, il pourrais partir facilement.

Il vit le Shalos grimper sur le géant, lui enfoncer la main dans l'oeil, le monstre tomber, et le combat ainsi se terminer.

Les chevaux continuèrent à avancer. Dide aperçu le Fédorien qui l'avait aidé, il était vivant. Malgré son peuple, Dide l'aimait bien, il était gentil. Contrairement au Shalos. Le barde n'était pas a l'aise en sa compagnie. Mais il eut un sourire satisfait, les autres avaient pris Hydra plutôt que lui. Il était rester, heureusement, car il avait pu terrasser le géant.

Avant de faire demi tour et de partir, il hésita, de nouveau. Il avait été quand même bien lâche. Sans cet homme le combat aurait été perdu. Et le violoniste avait réussi à voler à cet homme la place qu'il convoitait dans le voyage instantané. Le moins qu'il pouvait faire quand même était de l'emmener vers leurs destination commune.

Se gratifiant d'une grande générosité, il se mit en route vers les combattant, tentant de ne pas prêté attention à l'horreur du champs de bataille. Arrivé à leurs hauteur, il déclara


- Je vous emmène ?

Il ignora volontairement la musique qu'émettait le Shalos. Il avait appris, il y a bien longtemps, à étouffer les mélodies dans sa tête. Et celle du Shalos lui déplaisait tellement... Il ne soutint pas son regard

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whoami
Créateur & Administrateur
Créateur & Administrateur
avatar

Réputation : 4714
Age : 31
Localisation : Bordeaux

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Mer 18 Nov 2009 - 2:08

Valnor s'était assez ennuyé de la bataille même si sa petite intervention avait rajouté un peu de piment... Il alla chercher son dû en se téléportant au milieu de l'armée.

Arrivé devant Quaterberk, qu'il avait volontairement gardé en bon état avec ses guêpes, il lui murmura :


- Tu as 5 minutes et pas une de plus... Fait un maximum d'adieux car personne ne peut prédire si tu les reverra un jour...

Le guerrier sursauta et ravala sa salive avant de se préparer à respecter sa part de marché.

-----

Amuse toi bien Mr le Narrateur, plus c'est tragique, mieux c'est Twisted Evil

_________________
Administrateur principal du projet, créateur et développeur.

"Adreis, les 3 lunes" Alpha fermée en cours.
Sortie de la béta publique : Pas de date prévue actuellement...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://projet-adreis.exprimetoi.net
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Jeu 19 Nov 2009 - 22:08

La chute du Shalos fut rude. Par chance, sa course aérienne, lancée par le mouvement de tête du géant à l'agonie, s'acheva "en douceur". Il atterri dans un bruit mou et une gerbe de sang sur un tas de cadavre, dont il ressorti quelque peu contusionné, et surtout couvert de sang. Le masque de rayures rougeâtres sur son visage lui conferrait l'aspect terrifiant d'un démon vengeur.

Soghann se remit donc sur pied tant bien que mal, et se mit en quête des quelques dagues qu'il avait laissées sur le champ de bataille. Guidé par quelque lien mystique, il les retrouva rapidement et les rangea, non sans les nettoyer rapidement de quelques gestes experts -mais arrachant néanmoins à l'assassin quelques grimaces de douleur.

Ses mains commençant à le faire souffrir atrocement, il devina que l'effet des guêpes s'estompait. Tant mieux, vivre avec cela devait être difficile. Mais avec la disparition de l'effet -et de l'immunité associée-, le Shalos sentait une grande fatigue l'envahir. Il se tenait debout, légèrement hébété, à côté de Michael, lorsque qu'une cariole fit une arrivée pour le moins impromptue à côté d'eux.

Juché à la place du conducteur, "flaque d'eau" les invita à monter puis détourna le regard. Il ne faisait pas mystère de son aversion pour l'assassin, quelqu'en soit la source. Pour tout dire, il s'en moquait bien. Avec reconnaissance, il monta dans la charrette et s'y étala de tout son long, la douleur devenant de plus en plus forte. S'adressant à ses compagnons, il rassembla assez de force pour gémir quelque chose ressemblant à : "ne pas... me toucher... avant que j'ai pris une bonne douche." avant de sombrer sans crier gare dans un sommeil à deux pas du coma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael

avatar

Réputation : 507
Age : 26
Localisation : ailleurs, ici, ou faire, son nid

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Jeu 19 Nov 2009 - 23:50

-C'est fini...

Krondac avait tenté de se relever alors que les clones rougeoyant le tailladait de toute part et que les gamins tentaient de l'escalader pour défendre leur simulacre de père. Soghann ajouta la dernière touche au tableau des aberrations de Valnor. Enfonçant sa main dans l'orbite du géant, il appliqua une sorte de poison qui rongea le crane du colosse comme un terrifiant acide, lui arrachant des hurlements qui faisaient trembler toute sa carcasse. Récupérant d'un geste souple leurs lames, les fédoriens avaient sautés à terre, laissant l'ancien chef de l'armée s'écrouler pour ne plus se relever. Maintenant, le champ de bataille se transformait peu à peu, révèlant sa vrai nature, celle d'un immonde charnier. Le tableau était plus macabre que ceux habituels. Les abominations dues à l'elixia étaient pour beaucoup dans ce funeste constat. Observer les mutants et les innombrables clones du gamin étendus, les quelques survivants tentant de s'enfuir, mais rattrapés par une invisible main qui les fauchait les uns après les autres. Une main se posa sur l'épaule des jeunes hommes, les forçant à se retourner.

-Tu...Vous vous êtes bien battus.

Michael observa Thénais, un pâle sourire aux lèvres en double exemplaire.

-Tu peus dire tu, nous sommes des clones. Pas assez de vie pour vraiment nous séparer. Et on en aura pas assez.

-Non vous...

L'un des combattants vint tranquillement couvrir la bouche de la guerrière pour la faire taire. Partout, les clones mourraient, un par un. L'autre dégaina tranquillement son épée, c'était celui qui avait de nouveau épuisé tout son elixia en explosions et en frappes. Les deux se jaugèrent du regard.

-Il en faut bien un. Et c'est moi qui suis le plus amoché. Quitte à crever, je ne veus pas que ce soit fauché par de l'elixia parasite. Et puis, je sais que je n'oublies pas les visages des hommes que j'ai tués.

Michael serra les lèvres et posa ses mains sur la poignée de la lame tendue. Son double...Ou l'original, qui pouvait savoir, avait raison, forcément...Un cuir familier, un poids semblable, même la lame batarde de sa famille avait été copiée à la perfection. Thénais se recula un peu, laissant le jeune homme faire sauter doucement l'arme confiée.

-Dire que c'est toi qui a oeuvré à tuer Krondac...Comment veus tu que je supporte ce que tu me demandes de faire !?

Un sourire ironique lui répondit, bon dieu, il pouvait être aussi expressif et désagréable avec juste un sourire ?

-T'y arriveras. Mais je garde cet honneur. Disons que ne pas avoir à porter cet acte sur ma conscience est ma récompense. C'est moi qui ai le beau rôle dans cette affaire.....Allez, dépèche toi.

Michael baissa les yeux tandis ce que l'autre contemplait une dernière fois le paysage. Le coup fût rapide et précis, perforant proprement la cage thoracique, puis le coeur du fédorien. Lorsqu'il se força à relever la tête, son double tenta de masquer la douleur par un sourire amusé alors que du sang coulait de ses lèvres et que sa vie filait au rythme des pulsations du survivants. Le combattant ne chercha pas à retenir les larmes qui coulaient sur ses joues en se voyant mourir doucement, en voyant l'ombre de la mort qui se dessinait nettement dans le dos du mourant. La faucheuse frappa, ce furent les deux qui sentirent le fil de la lame, les deux qui sentirent leur âmes se séparer. Mais l'un restait debout, tétanisé.

-C'est donc cette sensation que je distribue à foison...

-Tu vas bien ?

Il y eut un instant de flottement. Le cadavre était toujours au sol, on pourrait le croire endormi si ce n'était que sa poitrine ne se soulevait plus et qu'une fleur écarlate se dessinait dans son dos. Toujours cette saleté de sourire aux lèvres malgrès le sang qui goutait doucement. Comme si il disait " T'inquiète, je te réserve une place là haut". Une voix rauque s'éleva.

-Je viens de me tuer... J'ai mis fin à une existence que je connais parfaitement, tout ce qu'il a vécu, tout ce qu'il a pensé, esperé, révé...Tout...

Il y eut un mouvement derrière lui. Le fédorien se retourna, le regard fou, dégageant d'un revers la jeune femme qui voulait lui manifester son soutien. Sa voix vibrait de rage, proche de la folie.

-J'ai senti ce qu'il devait se dire ! J'ai senti dans mes os le sort de tous ceux qui sont passés sous ma lame ! Je me suis tué et je sais ce qui va se passer ! Et tu demandes si je vais bien !!

Le jeune homme commença à avancer, les poings toujours serrés sur la garde de l'épée. Mais sa colère se dissipait doucement à chaque pas, ne laissant qu'un immense vide.

-Je dois partir....Enterrez le quelque part....Il me faut du temps...

En dernier geste, il planta la lame copiée dans le sol aux cotés du cadavre. Il préferait garder sa lame sur le chemin de l'au dela, le clone avait surement le même souhait. Sans se retourner, Michael se hissa dans la carriole, s'allongeant sur le dos pour perdre son regard dans le ciel redevenu bleu.

-Je ne sais pas ou tu veus aller. Tant que c'est ailleurs, cela me va....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Ven 20 Nov 2009 - 16:27

-Nous allons, rejoindre les autres, les deux femmes, et les deux hommes qui sont partis.

Une fois qu'ils furent monté à l'arrière de son moyen de transport, ils partirent, s'éloignant d'un enfer bien étrange puisqu'un ange s'y était battu.

Dide dirigeait le convoi vers la direction qu'on lui avait indiqué, ménageant ses chevaux. Les paysages étaient forets et plaines, la route commerciale était en bon état.

Ses camarades n'étaient guère de bonne compagnie, le Shalos n'ayant rien ajouté de plus que le souhait de prendre une douche avant de sombrer dans un sommeil enfiévré, et Michael semblait perdu dans un autre monde de pensées. D'ailleur le violoniste eu tôt fait de faire la sourde oreille a la troublante mélodie incomplète qui émanait du fédorien. Au début il ne s'inquiéta pas de leurs état respectifs, mais rapidement le soleil tomba et il du installer un campement. Là, il pu inspecter l'état du Shalos, et se rendre compte du trouble du Fedorien. Il devrait tout prendre en main.

Il fit du feu, se prépara à manger, Michael ne mangea que peu, et s'occupa des chevaux.

Puis, Dide décida d'inspecter ce courant d'eau. A un endroit, la rivière se séparait en deux, la plus grande partie continuant dans son lit, et un mince ru se séparant du reste pour finir dans un petit plan d'eau, a peine assez grand pour y plonger cinq moos. Les abondantes traces indiquait que c'était un lieu où les bêtes s'abreuvaient. Le violoniste trouva se lieu parfait. Il revint au campement improvisé, et s'assit a coté de Michael.


-Je ne sais pas ce qui se passe, ce que tu es en train de vivre, mais j'ai besoin de toi un moment, viens et aide moi. J'ai trouver un endroit ou laver ton ami.

Dide trouva des couvertures et un sac avec plusieurs vêtement dans la carriole, il en découpa un en bandelette et s'en servit pour se protéger les mains et celles de Michael, puis ils soulevèrent le Shalos, et le conduisirent jusqu'au plan d'eau. Dide pris mille précaution en le déshabillant, dévoilant son corps à la nuit.

A un moment le Shalos s'éveilla, les yeux exorbités, il écarta le barde en deux coup, tenta de se lever, mais perdit l'équilibre, et tomba sur le ventre. Le soldat médiovien en profita et le maintint au sol en appuyant son genoux sur son dos.

-Calme toi, tu n'es pas en état de te battre. Tu voulais prendre une douche, je vais te donner un bain. Je crois comprendre que c'est cette substance qui te recouvre le corps dont tu veux de débarrasser. Elle est néfaste. Tu n'as pas la force de te laver seul, je e peux pas t'aider si tu te débat. Alors aide moi.

Il enleva son genou, mais il ne bougea pas. Dide le retourna, aucune trace de mauvais cou, il avait du seulement perdre une nouvelle fois connaissance.

-Ou rendors toi, ça m'est égal.

Il finit de lui enlever ses vêtements puis le plongea avec l'aide du guerrier dans son bain improvisé. Il demanda au Fédorien d'aller chercher le sac de vêtements, et utilisa se qui restai de celui en bandelette pour frotter le corps du Shalos. C'était étrange de palper un corps d'homme. Surtout celui d'un homme qui lui déplaisait tant. Rapidement, l'eau chargé de la substance lui brula la peau, alors les gestes du Médiovien se firent plus pressant, et il sortit le corps de son bain. Alors il alla vers la rivière où il plongea ses mains dans l'eau pure. Puis il alla chercher un seau, le remplit d'eau, et rinça son patient.

Finalement, il le sécha, et l'habilla avec les vêtements d'un blanc immaculé des Ilymis. Puis ils le prirent, et l'installèrent sur l'herbe non loin du feu, avec une banelette d'eau fraiche. Le Fédorien s'installa à son tour, se tournant dos au Médiovien.

Le violoniste profita de ce calme pour se demander les raison pour lesquels il était si allergique a ce Shalos, sans arrivé a une conclusion satisfaisante.

Il dormit mal, et à chaque fois qu'il se réveillait, il allait humidifier le linge sur la tête de Soghann, et remettre du bois dans le feu. Au matin ils découvrirent avec terreur que l'herbe tout autour du Shalos était morte.


La journée de voyage fut longue et épuisante. Michael et Dide se relayant pour conduire la charrette, et veiller sur le Shalos. Dide veilla a maintenir l'assassin propre, car l'abondante sueur que sa fièvre provoquait évacuait les toxines. Son état s'améliorait peu a peu, et il s'éveilla même plusieurs fois pendant quelques minutes. Ils n'avaient fait que peu de halte quand la nuit tomba. Les chevaux étant solides, ils décidèrent de continuer pendant un bon moment.

Le lendemain matin, ils n'étaient plus très loin de Faelanir



HRP : suite

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Sam 4 Déc 2010 - 18:35

Quelques semaines après la séance du conseil de Lévitas...


- Aller à pied par ce temps à ne pas mettre un chewgal dehors... franchement, je n'avais pas signé pour ça.
- Au moins cela nous aura permis d'arriver ici sans encombre, mon cap... Earl.
- Humpf, inutile de m'expliquer les avantages d'un plan qui était le mien, à l'origine.

Ridelgald considéra Earl qui affichait une moue mécontente par dessous le rebord de sa capuche ruisselante de pluie, et lâcha un soupir résigné. Le jeune homme était encore fatigué, cela se voyait. Parcourir toute cette distance à pied sous une pluie battante en évitant les routes n'avait guère arrangé les choses.

Earl releva un peu la capuche de son manteau de voyage gris terne pour considérer la silhouette sombre de la taverne, dont seules les fenêtres brillament éclairées illuminaient la nuit.


- Bon, je suppose qu'ils ont reconstitué une troupe de mercenaires dignes de ce nom depuis l'attaque des fanatiques. Cela nous évitera d'essuyer une attaque en force, mais pour ce qui est du reste...

Il se retourna à demi pour dévisager les deux soldats qui étaient restés un peu en arrière.

- Désolé de devoir vous faire passer la nuit dehors par ce temps.
- Ca ira, monseigneur.

Ridelgald échangea un bref coup d'oeil avec son ancien supérieur. Etablir une surveillance de l'extérieur de la taverne était une précaution avisée... et tenir ces hommes à l'écart l'était peut-être tout autant. Avec de tels enjeux, difficile d'accorder sa confiance, même à de braves soldats. A partir d'une certaine somme, les plus loyaux pouvaient commencer à oublier leur devoir...

Earl se fraya un chemin entre les fougères détrempées et gagna le perron de la taverne, suivi de près par Ridelgald. Une bouffée de lumière, de chaleur et de bruits de conversations et de couverts les accueillit dès qu'ils poussèrent la porte. Tandis qu'Earl patientait un peu en arrière, la capuche toujours soigneusement baissée, Ridelgald alla prendre la clef d'une chambre et demander à ce qu'on monte des repas chauds.

Dès qu'ils furent en haut et que des plateaux fumants occupèrent la table au centre de la chambre qu'on leur avait attribuée, Earl alla boucler la porte et tirer les rideaux des fenêtres.


- Si j'avais su que les choses tourneraient ainsi...
- Auriez-vous vraiment agi différemment ?

Le jeune homme ôta son manteau gorgé d'eau et darda un regard fauve vers Ridelgald, avant de hausser les épaules.

- Sans doute pas. Simplement certains évènements auraient pu être évités.

Il alla fouiller dans une armoire et en tira une pile de serviettes sèches. Tout en se frictionnant les cheveux, il s'assit sur le bord d'un des lits.

- L'idée d'avoir dû fuir comme ça me rend positivement malade. De surcroît, si je passe mon temps à fuir, quand est-ce que je pourrai mener cette fichue enquête ? A ce rythme là, ça n'en finira jamais ! Tant que nous ne saurons pas qui...
- Nous ne pouvons qu'espérer que le service chargé de l'affaire n'a pas été corrompu... du moins pas totalement.
- Ca je n'y compte guère. A leur place, cela aurait été la première chose que j'aurais faite après.

Ridelgald ne put qu'acquiescer. Il resta un moment à observer Earl puis finit par lâcher un soupir.

- Vous devriez dormir. Tant que vous ne pouvez toujours pas utiliser votre elixia, vous êtes trop vulnérable.

Le jeune homme rejeta la serviette avec humeur.

- Je sais. Et crois bien que je fais tout pour essayer de la manipuler à nouveau mais...
- Tout, sauf vous détendre, vous reposer, et laisser faire le temps. Nous avons sans doute gagné un temps de répit, vous devriez en profiter.

Earl le considéra avec un froncement de sourcils.

- Depuis que tu as été promu, tu affiches une assurance absolument... hum... horripilante. Enfin, je suppose que tu me rends la monnaie de ma pièce... capitaine.

Ridelgald haussa les épaules avec un sourire un peu fataliste.

- Je suis officiellement chargé de votre protection... ce qui me donne le droit de vous donner des ordres si la situation l'exige.

Ses lèvres s'étirèrent en un sourire qui atténuait quelque peu l'aspect formel de ces propos.

- Allez, dormez tant que vous le pouvez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Lun 13 Déc 2010 - 5:38

Le voyage fit l’effet d’un rajeunissant à Fynarine ; le temps était au beau fixe, la végétation de plus en plus luxuriante et le sable moins présent au fur et a mesure qu’elle s’éloignait de la capitale Fédorienne. Faisant des bouts de chemin avec d’autres voyageurs, et coupant à travers les forêts à d’autres, elle retrouvait tout l’entrain et la joie de vivre qu’elle avait un peu perdus dans la ville des sables. Elle n’avait que peu d’espoir quand à trouver ces êtres sacrés, et encore moins qu’ils soient ceux qu’elle cherche, mais ses aventures reprenaient, et toute les rencontres, visites et savoirs que celles-ci lui apporteraient.

Lorsqu’elle arriva dans la région de Veis, elle décida de faire un détour par la célèbre taverne où aucun peuple ne fait sa loi, elle trouverait forcément de la compagnie pour la suite de son voyage, et peut être des informations.
Elle arriva donc en milieu d’après midi, réserva une chambre pour deux jours, y laissa ses sacs et partit explorer les environs. Elle revint peu de temps après, le soleil commençant à descendre, et de lourds nuages noirs dangereusement proches.


- Heureusement que j’ai fait un détour par ici, ça va être humide ce soir.

Elle s’empressa d’entrer dans la taverne et s’installa à une table sur un côté de la salle, où elle pourrait rester tranquille tout en jetant un œil sur le reste de la salle pour le reste de la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   Lun 13 Déc 2010 - 10:45

- Encore une nuit humide en perspective, remarqua Earl presque au même moment que Fynarine, avant de laisser retomber le rideau devant la fenêtre de la chambre. Je ne sais pas si ces deux soldats me sont fidèles ou non, mais s'ils passent encore quelques nuits comme celle-ci dehors, leur loyauté va rouiller, comme tout le reste...

Il se détourna vers Ridelgald qui, s'étant changé, était occupé à se sécher les cheveux avec vigueur. Le soldat reposa le tissu humide sur le dossier d'une chaise et se retourna, en quête d'avis.

- Alors ?

Tout sourire, Earl lâcha un sifflotement appréciateur.

- Fracassant de naturel ! Encore un peu et je m'y laisserais attraper moi aussi.

Visiblement pas mécontent de lui, Ridelgald finit d'arranger sa chemise toute cliquetante de rivets et de sangles à l'utilité difficile à déterminer.

- A force de côtoyer une certaine personne aux méthodes pas toujours conventionnelles...

Earl salua la remarque d'un haussement d'épaule amusé.

- Si j'avais été toujours "conventionnel", je n'aurais sûrement pas fait long feu à Lévitas. Dès qu'on monte dans l'échelle là-bas, la cité se change en véritable panier de crabes. Hum.

Il s'assit sur le rebord de la fenêtre pour observer son ancien second tout à son aise. Des bottes qui avaient eu leur compte de milles sur des chemins sans doute peu avouables, toute une défroque qui semblait faite de bric et de broc, et pourtant curieusement assortie, sans être inconfortable le moins du monde. Et puis...
Les yeux d'or remontèrent d'avantage. Le sourire d'Earl s'élargit tout autant.


- Un vrai mercenaire ! Tu pourrais prétendre venir d'une certaine caverne qu'on serait bien en mal de te contredire...

Ridelgald attrapa un miroir posé sur la table et observa ses courts cheveux coupés en brosse dont l'impeccable blancheur avait laissé place au plus beau noir de jais qu'on puisse trouver parmi les Adréniens. Il ne put réprimer une grimace.

- Ah oui, en effet.

Avec ses yeux gris et sa mine soudain renfrognée, l'illusion était encore plus frappante. Earl se mordit la langue pour réprimer un rire qui aurait pu être mal pris.

- Allez, cela n'a rien de dégradant d'être le portrait craché d'un Shalos.

Il se leva pour vider la cuvette remplie d'une eau noirâtre.

- Et au moins, personne ne s'étonnera si tu restes excessivement discret et peu liant. Il faut bien que l'un de nous puisse aller et venir hors de cette chambre. Les capuches ont curieusement tendance à glisser pile dans les moments où il ne faudrait pas. Là, à moins de te connaître d'assez près...
- S'ils avaient soudoyé un militaire...
- Je sais. C'est un risque. Un risque non négligeable, même. Cependant nous n'avons guère le choix.

Ridelgald passa les doigts dans ses cheveux avec une moue mécontente.
- Nous aurions pu nous rendre dans un endroit moins passager, plus à l'écart.

Earl secoua la tête avec un sourire sans joie.

- Les arrivées inhabituelles dans un endroit "à l'écart" attirent l'attention plus qu'ailleurs. Un endroit passager augmente le risque d'être reconnus, certes... Mais cette taverne est paradoxalement un lieu passager à l'écart de tout. C'est un carrefour majeur éloigné de tout sur des milles et des milles. L'arrivée de voyageurs discrets y est monnaie courante. Et, comme elle est assez isolée, il est plus facile de surveiller les allées et venues qui nous sembleraient suspectes.

Il haussa les épaules.

- C'est un pari. Et le seul enjeu que je pourrais perdre...
- ... serait votre vie, compléta sombrement Ridelgald. L'analogie avec un panier de crabes était bien trouvée.
- Je trouve aussi. Bien, tu devrais descendre aux nouvelles... sans oublier de commander un souper chaud. La qualité des chambres n'est pas mauvaise, mais quand le temps est à la pluie, on le sent quand même.
- Et vous, vous devriez retourner vous reposer. Vous aviez l'air en meilleure forme au réveil mais vous semblez déjà plus pâle.

Earl parut sur le point de protester mais finit par lâcher un soupir de reddition.

- Très bien. De toute manière, à part lire et dormir, je n'ai pas grand chose à faire...

"... et c'est ce qui me pèse le plus dans tout ça."
Il n'avait pas prononcé les mots à voix haute mais, pour quelqu'un qui le connaissait bien, c'était tout comme.
Ridelgald lui décocha un regard d'avertissement pour le dissuader de tout acte irréfléchi -regard qui lui attira un froncement de sourcils belliqueux en retour-, puis se décida enfin à ouvrir la porte et à quitter la chambre.

Ah, pourquoi Earl avait-il été se mêler de tout ça ?
Le soldat serra les dents tout en descendant les escaliers vers la salle commune.
Non, pourquoi est-ce qu'on avait été mêler Earl à tout ça ? Lui qui avait toujours réagi aux roueries politiques comme face à une voratica urticante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Taverne de Veis   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Taverne de Veis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Dessin / Loisirs créatifs] La taverne d'Ammodyte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Adreis :: Vie d'Adreis (Rôle Play) :: Histoires d'Adreis :: Zone neutre :: Taverne de Veis-
Sauter vers: