Projet Adreis

Forum de discussion autour de ce futur RPG en PHP.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Bonjour et bienvenue sur Adreis.
Pour plus de commodités, n'hésitez pas à vous inscrire dans les groupes qui vous correspondent.
N'hésitez pas faire des demandes aux administrateurs si vous avez des questions ou suggestions.
Passez un bon séjour !
Vous voulez communiquer entre vous ?
Plutôt que d'utiliser les moyens du bord, optez pour notre Voxli : https://www.voxli.com/Adreis
Que ce soit oral ou écrit, vous pourrez de cette manière rencontrer tout le monde plus facilement.

Partagez | 
 

 Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 17 ... 31  Suivant
AuteurMessage
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Jeu 5 Juil 2012 - 0:42

- Oh euh ...

Elle avait choisi la mauvaise histoire. En fait c'était en la racontant qu'elle s'était rendu compte qu'elle n'était pas très ... enfin qu'elle trop sérieuse pour des enfants. Elle aurait dû y penser. Pourquoi n'avait-elle pas trouvé un conte avec des princesses, des arc en ciel, de la magie ? Oh. Parce qu'elle n'en connaissait pas. Et sûrement aussi qu'elle avait pris cela trop au sérieux.
Le petit faisait bien de la recadrer sur ce qui, pour des enfants du moins, était important dans cette histoire.

Fanaa sourit d'elle-même puis consentit à répondre à la question. Il ne s'agissait pas de les décevoir.


- Pour faire une forêt il faut au moins autant d'arbres que vos doigts et vos orteils à tous. Et encore cela ne ferait qu'une petite forêt. Les plus belles forêts en ont bien plus ! Il y a des arbres immenses, et aussi des tout petits, des verts, des jeunes, des rouges, et même des roses et des bleus selon les fleurs qui poussent dessus. Et ce n'est pas tout, une forêt c'est aussi de la mousse, des buissons, des insectes, des animaux ... c'est un ensemble de tout cela. Les arbres touffus sont parfois si hauts qu'ils cachent le ciel, mais ce n'est que pour mieux garder l'ombre, la fraîcheur, l'humidité ... tout ce qui sert à maintenir les arbres et les bêtes. C'est beau une forêt.
Cela te convint-il comme réponse ? Et quel est ton nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Jeu 5 Juil 2012 - 1:48

- Ishen. Et ça peut aller. Même si je n'ai jamais vu de "fleurs" ou de "mousse".

Il leva le nez et le fronça en essayant de s'imaginer un endroit où des plantes pouvaient occulter la grande coupole bleue du ciel.

Le garçon renifla et haussa les épaules.


- Et c'étaient des imbéciles. Un peuple qui passe son temps à "créer" en se moquant de l'ordre des choses, des gens qui se sont enfermés eux-même et n'ont pas entendu leurs arbres mourir... Aussi stupides que ceux de l'autre côté du mur. Les "Anciens Dieux" n'étaient pas très doués pour choisir leurs enfants. Sans doute pour ça qu'ils sont "Anciens", aujourd'hui.

Ishen leva les yeux du gribouillage qu'il faisait dans la poussière des marches pour tenter de se représenter une forêt. Son regard d'un brun chaud affichait une étonnante sévérité, assez peu en adéquation avec son âge.
Mais, à bien y regarder, aucun de ses camarades ne semblait contrarié ou choqué par son verdict.

Apparemment, il ne fallait pas juger la maturité des enfants du désert d'après leurs questions qui auraient paru naïves n'importe où ailleurs. Dans cet environnement isolé, où les camarades de jeu étaient rares, ils avaient tout le temps pour développer leurs aptitudes à la réflexion. Et le système décisionnel si particulier des campements nomades qui accordait le même poids à la parole d'un enfant ou d'un adulte les incitait très tôt à développer leur esprit critique. Leurs centres d'intérêts étaient différents de ceux des enfants des autres contrées.

Une fille déjà plus grande dont les dents de devant ne partaient pas très droit fit mine d'épousseter ses genoux rougis de poussière. Avec dignité -elle faisait presque partie des "aînés", ceux qui étaient censés "savoir", quand même-, mais avec aussi une sincère curiosité, elle demanda :

- Et "nager", qu'est-ce que c'est ? Et "fleuve" ? C'est de l'eau qui coule... des "rivières", alors ?

Sous l'effort de réflexion pour rassembler les indices du récit de Fanaa, une ride barrait son front cuivré. Elle glissa un regard vers Earl qui haussa les épaules en réponse à sa question muette. Il n'existait pas de terme adapté dans leur langue. Le Lévitis ne pouvait faire la traduction... et puis il était curieux de voir comment Fanaa allait s'en sortir face à ce public si spécial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Ven 6 Juil 2012 - 15:04

- Oh non ce n'étaient pas des imbéciles. Peut-être l'ai-je mal raconté si tu l'as perçu ainsi. Le peuple de la vallée était au contraire très respectueux de leurs arbres, de leurs animaux, de leur eau ... Ils respectaient la vie. Ils la respectaient tant qu'ils étaient pacifistes. Et c'est pour éviter qu'ils soient massacrés que les Anciens Dieux leur ont donné ces murs. Pour les protéger de l'extérieur. Entre les murs c'était comme un autre monde, un monde beau et doux. Mais la graine des sorciers était un poison. Un poison qui a asséché la terre et tué les arbres en quelques jours, a pollué l'eau des rivières. Les animaux qui ne sont pas morts ont muté en d'horribles bêtes qui ont dévoré tout le monde. A l'extérieur ils n'ont rien vu, rien senti du cauchemar qu'ils avaient créé de l'autre côté.

Le visage de Fanaa exprimait sa tristesse en apportant ces précisions. Elle baissa ses longs cils noirs.

- En quelques cycles lunaires, le poison et la mort avaient tout ravagé. Tout.

La jeune fille se tordit les mains.

- Les Anciens Dieux disparurent donc. Les expéditions des peuples extérieurs se firent décimer à chaque fois donc la vallée devint un lieu que tous évitaient. Et puis un jour un groupe de personnes l'atteignit, non dans le but de piller, mais dans celui de nettoyer la vallée. La purger de la plus vile des créatures qui y vivaient, celle qui risquait de ne pas se contenter du périmètre de la vallée morte. La lutte fut difficile mais ils réussirent à enfermer le monstre sous un arbre immense. Du moins ils enfermèrent la moitié physique du monstre. L'autre, l'esprit sournois, aussi sombre et mortel que la vallée, ne put être capturé. Il a perdu beaucoup de sa force et de son pouvoir en étant ainsi scindé en deux, mais il est toujours là. Il se tapit dans une obscurité plus épaisse que des murailles. Il a pour but d'exterminer totalement le peuple de la vallée. Car eux ne sont plus, mais leurs esprits sont encore dans la vallée. On les voit certaines nuits. L'esprit-poison a donc créé des monstres capable de dévorer les âmes. Il ne les laissera jamais en paix.
La vallée maudite a été recouverte d'un toit de brume si opaque que les rayons du soleil n'y sont pas parvenus depuis un temps infini.

Enfin elle s'autorisa un sourire.

- Une femme les a vus, elle a vu les esprits, elle les a même entendus. Quand elle a été au fait de leur histoire, elle s'est attelée à préserver les âmes qui restaient. Elle a fait reculer le monstre et a protégé les âmes. Elle s'est retrouvée seule dans la vallée mais elle n'avait pas peur. Elle n'a pas fui. Elle a consacré une grande partie de sa vie à l'impossible mission d'aider la vallée à ressusciter. Elle était seule et elle est restée. Elle l'a fait jusqu'à la fin, jusqu'à son dernier souffle.

Ses doigts vinrent jouer avec une mèche échappée de ses tresses.

- Je me doutes que raconté comme cela ça n'a pas l'air de grand chose mais c'était une grande dame. Courageuse et forte. C'était son histoire que je voulais raconter mais au final, elle n'y a qu'une place réduite. Mais c'est parce que je raconte mal.

Elle tapa dans ses mains.


- Bon. Atelier pratique maintenant. La mousse c'est comme un ensemble d'arbres tout petits petits petits. Une fleur est une plante colorée et parfumée assez souvent. J'en ai apporté une à Nuada. Si j'avais su j'en aurais pris une autre pour vous. Ruisseau, rivière, fleuve ce sont chaque fois des cours d'eau. Le nom change ... enfin j'utilise un nom différent selon la taille de chacun. Quant à nager, c'est se déplacer dans l'eau. Car quand on n'a de l'eau au dessus de la tête, on ne peut pas respirer. Alors il faut réussir à flotter pour ne pas couler. Hmmm. Je suppose que même avec des explications ce n'est pas plus clair, hein ? Alors on va essayer le dessin comme l'a conseillé Nuada, d'accord ? En trichant juste ce qu'il faut peut-être. N'hésitez pas à vous approcher.

Il aurait été bon de mouiller le sable pour pouvoir le sculpter mais il ne fallait pas gâcher l'eau. Et un dessin à plat ne serait peut-être pas assez parlant... mais il fallait bien commencer par quelque chose. Le sable était presque brûlant malgré qu'ils soient encore dans la zone d'ombre (qui se rétrécissait). Il n'y avait pas de bâton trainant au sol mais ... ah ! Un éclat de pierre. Voilà.

Fanaa traça les premiers sillons pour signifier un cours d'eau, puis dessina des arbres autour, une feuille d'arbre en grand avec ses nervures, une fleur, un oiseau, une plume, des buissons, un cours d'eau plus large, un lac, des gens sans le lac ...


- Bon. Ca c'est pour donner une petite idée. mais en couleur ça serait mieux, non ?

Du bout des doigts, la danseuse colora le sable, en bleu pour l'eau, en vert pour les arbres, en noir pour l'oiseau (car elle avait dessiné Kraa), puis, avec des gestes précis et beaucoup de concentration, tel une meneuse de musiciens ou de danseurs, elle fit s'élever les arbres et le dessin passa de 2 dimensions à 3. A une échelle réduite par rapport à la réalité. Cela avait beau être une illusion, si elle la créait en taille réelle elle ne pourrait la maintenir longtemps car la barrière des Ruines Blanches drainait son elixia et la protection de Khamsin aussi.


- Venez plus près si vous voulez. Ah. L'eau. C'est mieux si elle bouge, l'eau ce n'est pas statique, c'est plein de vie.

Quelques moulinets et les ruisseaux se mirent à couler. Fanaa avait l'air radieux, elle s'amusait beaucoup.

- Les bruits. J'ai oublié les bruits.

Mais à l'échelle de la maquette mouvante, les sons étaient difficiles à entendre.

- Oh non ! Je voudrais vous faire entendre le vent dans les feuilles, les oiseaux qui chantent, les poissons qui nagent ... Bon. On va agrandir tout ça. Vous allez fermer les yeux puis les rouvrir de suite d'accord ? Puis il faudra essayer de regarder partout. Parce que ça ne va pas durer longtemps. Ce ne seront pas de vrais arbres, mais des images. Ca va aller très vite. Tenez moi la main. Ne lâchez pas. Plus longtemps on reste accrochés, plus longtemps durera l'illusion. Et on n'oublie pas Nereyn, vite vite attrapez ses deux mains pour l'inclure dans le cercle ! Prêts ?! Baissez les paupières ... Et ouvrez ! Remplissez vous les yeux mais ne lâchez pas !

Des arbres. Des grands arbres partout. Si grands et touffus que le soleil peinait à traverser les frondaisons, et les ombres des feuilles faisaient comme de jolis motifs sur les visages et les bras. Une brise souffla, fraîche. Oubliée l'écrasante chaleur du désert. Un rongeur sur une branche les observait en grignotant une baie. Des oiseaux survolèrent leur cercle et y laissèrent tomber des fleurs. Fanaa disait le nom de chaque chose mais il n'était pas aisé de tout montrer quand on n'avait pas les mains libres pour désigner.

- Shen regarde sur le tronc, ce qui est vert, qui ressemble à de l'herbe toute douce, c'est cela la mousse.

Le paysage changea, ils se retrouvèrent les pieds dans l'eau. Le contact était frais et agréable, ils en avaient jusqu'aux genoux. Le ruban argenté du ruisseau se déplaçait vert une étendue comme un miroir, bleu, un joyau entre les joyaux ... le lac Ryma. A ce spectacle le coeur de Fanaa s'emballa. Elle aimait énormément cet endroit. Un oiseau plongea dans l'eau et en ressortit en tenant un poisson aux reflets verts dans ses serres. Le ciel était bleu, dégagé, il faisait chaud mais, même sans le couvert des arbres pour les protéger, la température était moins agressive que dans le désert rouge.

Enfin les images s'effacèrent en poussière bleue et Fanaa se laissa tomber au sol, un peu fatiguée mais détendue.


- Ca a été rapide. Mais c'était joli. Est-ce que ça vous a plu ? Ca vous aide à comprendre un peu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Ven 6 Juil 2012 - 16:36

Un silence de pierre succéda à l'illusion si réelle.
Les enfants fixaient Fanaa de tous leurs yeux, aussi immobile que les statues millénaires.
Puis ce fut la ruée.

Dans un grand nuage de poussière, ils se précipitèrent pour tirailler dans tous les sens chaque centimètre carré de ses vêtement qu'ils pouvaient atteindre.
Intérieurement soulagé que l'attention générale se soit détournée vers une autre cible que lui, Earl se demanda fugitivement si les habits du désert étaient assez résistants pour éviter que Fanaa ne se retrouve dans le plus simple appareil face à un tel assaut d'enthousiasme. Cette pensée redoutable fit monter une nette rougeur aux oreilles du Lévitis qui fit mine de toussoter pour dissiper son trouble.


- Et une "montagne" ? Tu peux faire une montagne ?
- ... avec de la "neige" !
- Moi je veux la "mer" !
- Nereyn ne décrit pas aussi bien que Nuada, mais on veut les voir !

Et les bambins de commencer à se disputer pour savoir qui verrait son vœux exaucé.
Deux poings serrés se levèrent et s'abattirent sur le chef des deux plus grands de la mêlée. Les larmes aux yeux, les enfants se retournèrent vers l'agresseur tout en se frottant le sommet du crâne.


- Ne-yn, ça fait mal !
- Tch ! Vous n'apprenez vraiment rien.

Les enfants louchèrent sur les index gantés de fil blanc qui s'appuyaient avec sévérité sur le bout de leur nez.

- Si vous tenez vraiment à en voir d'avantage, il faudra aller le voir en vrai.
- Mais...
- ... les Anciens disent que...
- Rah ! Peste soit de ces débris radoteurs ! Ecoutez.

Avec une docilité assez surprenante, ils firent grâce à Fanaa et à ses vêtements pour reposer en coeur leur derrière sur les marches.
Earl poursuivit :

- Pour votre peuple, vous êtes précieux. Les enfants sont peu nombreux, et la vie n'est pas aisée dans le désert. Alors ces vieux k'sebeh voudraient bien éviter de vous voir partir au loin.

Les enfants échangèrent des regards attristés, l'oreille basse.

- Alors on ne pourra pas voir une "île" ?
- Ou un "arc-en-ciel" ?

Le Lévitis lâcha un gros soupir.

- Bien sûr que si. Ce n'est pas la bonne question. Ce qu'il faut vous demander, c'est "est-ce que vous reviendrez ici après ?"

Les petits froncèrent les sourcils avec une gravité presque comique. Mais Earl se garda bien d'en rire.
Ce fut Ishen qui ouvrit la bouche le premier. Un futur meneur de tribu, celui-là.


- Ce qu'il y a au delà des dunes est sûrement aussi joli que ce que tu nous as montré...

Il regarda Fanaa avant de se retourner vers les yeux d'or du Lévitis.

- ... et il a peut-être des choses encore plus belles. Mais ici...

Ses petites mains brunies et déjà un peu rugueuses jouèrent avec le sable accumulé dans les interstices des marches.

- C'est notre maison.

Earl soupira mentalement, soulagé. Ce n'était pas passé loin.
A quoi pouvait bien penser Nuada en faisant cela ? Certes, elle avait longtemps été cloîtrée, alors le fait qu'elle cherche à pousser les enfants à voler de leurs propres ailes n'avait rien de surprenant. Mais les Anciens n'avaient pas complètement tort. S'ils ne voulaient pas voir leur civilisation s'éteindre en quelques décennies, ils devaient garder leurs jeunes. Et leur emplir la tête de rêves lointains n'était pas forcément la meilleure option.
Il glissa un regard vers Fanaa.
Nuada devait savoir ce qui allait se produire en l'envoyant auprès des enfants. Car c'était sûrement elle qui l'avait envoyée.
Ah, la flamboyante gardienne du sanctuaire aimait décidément jouer avec le feu...

Earl ébouriffa la tignasse d'Ishen avec un sourire en coin.


- Ecoutez-moi parler ce fils du désert !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Ven 6 Juil 2012 - 17:56

Fanaa ne s'était pas attendue à cette tornade d'enthousiasme ! Oh elle avait espéré leur faire plaisir, pour sûr, mais elle avait craint que les plus petits prennent peur ou que les plus grands se fâchent, mais ... non. Et lorsqu'ils avaient tiraillé sur ses vêtements, c'est elle qui avait eu peur. Un tout petit instant. Puis les demandes avaient plu. Et Earl avait frappé Ishen, faisant ouvrir de grands yeux à Fanaa, il ne méritait pas d'être grondé quand même ! Mais finalement la conversation dériva légèrement et l'enfant de pleura point.

Fanaa ouvrit la bouche plusieurs fois pour intervenir mais n'osa jamais proférer un son et risquer de couper la parole à Earl ou à un des petits. Ce n'est qu'une fois que le levitis sembla en avoir terminé qu'elle osa :


- Ce n'est pas tout. Vous ne vous contenterez pas de voir les lieux et les choses, vous rencontrerez aussi des gens. Et si vous avez la possibilité de trouver loin du désert des compagnes ou des compagnons, des épouses ou des époux, il ne faudra pas hésiter à les remmener ici avec vous. Tout d'abord parce que votre désert, votre pays, votre maison a autant de splendeur que les forêts et les lacs qui sont loin d'ici mais surtout parce qu'ils apporteront du sang neuf à votre peuple. Et si certains enfants ont les cheveux de Nereyn ou les miens au lieu d'avoir vos teintes habituelles, ce ne sera pas grave. Cela sera bon signe au contraire, car le métissage aura marché. Il faut du sang neuf pour ne pas vous éteindre, pour que les prochaines générations soient plus nombreuses.

Elle passa sa main dans les cheveux flamboyants de la fillette plus proche d'elle et ajouta :

- Ce serait plus amusant tout de même si vous étiez encore plus nombreux à demander des histoires à Nereyn. Il ne pourrait pas vous résister !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Ven 6 Juil 2012 - 20:00

- Mais... il n'y aura plus d'êtres sacrés ?

Earl sursauta en entendant ce murmure hésitant de la part d'un des grands. Plusieurs des plus jeunes ne semblèrent pas comprendre ce que leur aîné voulait dire.

Les "êtres sacrés" naissaient, vivaient et mouraient. Ils étaient humains, après tout.
Il était déjà arrivé que, pendant plusieurs dizaines d'années, les vastes salles du sanctuaire restent vides. Ces périodes avaient toujours été terribles pour les nomades. Les tréfonds du grand désert s'étaient montrés sans pitié, et leur nombre s'était à chaque fois amenuisé de façon dramatique.
Les Ilahi étaient toujours deux, garçon et fille, de même âge et de même mère. Les naissances se faisaient rares chez les nomades, et les naissances de jumeaux encore d'avantage. Une chose était sûre : c'est qu'il n'y avait jamais eu deux générations d'êtres sacrés "actifs" en même temps. A chaque fois que leurs guides disparaissaient, les nomades ne pouvaient qu'attendre, espérer que la génération suivante arriverait le plus vite possible.
Le dernier critère pour identifier formellement les être sacrés était l'existence des "tutélaires". Les Ilahi ne prononçaient leur premier mot dans le langage des hommes que le jour où ils trouvaient leur reflet, leur âme-soeur animale, la créature qui devait leur apprendre le parler des êtres qui volent, qui rampent, les mots du sable et du vent. Il y avait de nombreuses histoires sur les grands reptiles découverts lovés autour des berceaux, ou sur des adolescents muets qui disparaissaient dans le désert et refaisaient surface des mois plus tard avec la parole et des rapaces géants sur l'épaule. Les capacités des guides des nomades pouvaient mettre des années à émerger.

L'anxiété des enfants qui connaissaient ces histoires étaient compréhensible. S'ils en venaient à se mêler à d'autres peuples qui n'avaient pas subi l'influence extrême de l'elixia du désert, est-ce que les merveilleuses facultés des êtres sacrés continueraient à se manifester chez des enfants de sang-mêlé ? Les bêtes du désert sauraient-elle toujours entendre leur appel ? Ou devraient-ils se résigner à abandonner le royaume des sables pour aller s'établir dans des contrées moins hostiles ?


- Ne racontez pas de bêtises.

Earl se leva avec raideur, ankylosé d'être resté si longtemps assis.
Le soleil à présent au zénith tapait déjà fort.


- L'âme de ces terres réside dans la pierre. Elle est aussi forte, aussi dure que le roc. Elle ne disparaîtra pas si aisément.

Il secoua la poussière qui rougissait sa tunique.

- Oh, et je ne cèderai pas à l'ennemi sous prétexte qu'il est plus nombreux.

Quelques appels étouffés par la distance se firent entendre du côté des abris de toile des caravanes. Les mères battaient le rappel de leurs rejetons pour le repas de midi. Un ou deux des petits qui avaient reconnu la voix maternelle rentrèrent la tête dans les épaules, la mine butée. Quoi déjà ? Roh, ils n'avaient même pas encore faim !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Sam 7 Juil 2012 - 11:05

- Allez, on y va. Je vais vous accompagner.

Elle souleva le plus petit garçon et prit la main de la plus petite fille.

- Il faut manger pour grandir et avoir plein de forces ... pour le voyage ! Ca se prépare dès maintenant !

Oh cette chaleur ! Nager serait si agréable !

- Il y aura toujours des êtres sacrés. Toujours. parce qu'ils font partie d'ici, et parce le monde entier serait un peu plus triste et un peu plus perdu si ils n'étaient pas là. Et il y aura toujours un Nereyn pour jouer avec. Et il craquera si si j'en suis sûr ! ajouta-t-elle avec un clin d'oeil.

- Et puis si vous voulez revenir cet après midi, on pourra encore s'amuser ! Surtout qu'après manger on sera "plus tard" et donc ... ce sera le moment de l'autre histoire !!! Celle qu'il a promise ! On pourra s'installer dans une salle du temple comme cela sa voix résonnera et en plus nous serons au frais !

Elle traversa jusqu'aux tentes, offrit des sourires et laissa les enfants aller.

- A tout à l'heure !

Et de retraverser dans l'autre sens, de jeter un coup d'oeil à Earl, de ne rien oser lui dire (ou de ne rien trouver d'assez intelligent pour le partager), de poser sa main sur son avant-bras une seconde puis de réintégrer le temple.

*sauf que je me sens toute ankylosée. je veux bouger, bouger, bouger !! Mais dans la fournaise de dehors ? Non. Mauvaise idée. Enfin un peu risqué en fait. Quoi que ...*

En fait elle savait où elle avait envie d'aller. Fanaa avait envie de hauteur. Elle aimait la proximité de l'eau en premier lieu mais son deuxième choix était le ciel. Se rapprocher du ciel.
La jeune fille reprit donc l'escalade du temps et du ... dragon ? tigre ? usé tout là haut. Elle s'installa entre les pattes antérieures et laissa aller sa tête. En plus d'ici elle verrait facilement les enfants revenir.


- Je manque d'inspiration et Earl a dit que tu gardais en toi l'âme de la pierre. Aide moi à trouver une idée tu veux bien ?

Sa main caressa la surface rugueuse de l'immortelle pierre rouge et elle tenta d'imaginer comment avait pu être ce temple avant ... Avant tout ça ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Sam 7 Juil 2012 - 13:37

Earl considéra l'astre ardent dans le ciel puis soupira. Il n'était plus temps de prendre l'air, sauf si on tenait à se brûler les poumons rien qu'en respirant l'atmosphère brûlante.
Il tourna donc les talons pour regagner la douce pénombre des salles antiques. L'activité matinale avait cessé, et seuls de rares bruits de pas résonnant sur les dalles troublaient le silence de la mi-journée.
Le Lévitis remonta à la pièce qui lui avait servi de chambre et fut accueilli par une grande femme à la silhouette sèche mais vigoureuse.


- Vous devriez éviter de faire trop d'efforts, fit-elle d'une voix exagérément neutre qui parvint à faire monter une légère rougeur sur les pommettes encore pâles d'Earl.
- Je n'ai pas fait "d'efforts".

La femme haussa les épaules. D'un geste, elle indiqua le lit au sommier de natte légère.

- Otez votre tunique et allongez-vous. Vous avez encore besoin de soins.
- Je vais très...
- Et la Ilah m'a bien recommandé de ne pas vous écoutez si vous affirmiez que "tout va bien".

Cela eu pour effet de couper aussitôt la parole à l'ex-clerc qui maudit intérieurement la clairvoyance de Nuada. D'un geste brusque, il jeta la tunique blanche sur le sommet d'un des paravents et s'installa. Il laissa la femme faire ce qu'elle avait à faire jusqu'à ce qu'elle effleure les bandages de ses mains.

- Je m'occuperai de ça moi-même, merci.

Sans protester, elle lui fit signe de se retourner.

- Vos plaies cicatrisent assez mal.

La tête au creux des bras, Earl ne fit aucun commentaire. Il était pratiquement certain de ne pas avoir pu se blesser dans le dos pendant sa crise dans les tunnels. Les blessures qui le brûlaient à présent étaient censées remonter à plusieurs années. L'impression qu'il avait eue de sentir toutes ses plaies anciennes se rouvrir n'avait donc pas seulement été le fruit d'une hallucination.
Il tressaillit au contact des mains fraîches de la soigneuse. Les onguents qu'elle appliquait avec une imperturbable concentration picotaient un peu, mais la sensation de brûlure s'estompa rapidement.


- Restez tranquille quelques heures. Profitez-en donc pour dormir un peu. Si vous persistez à vous démener par cette chaleur, la fièvre va revenir, et vous n'aurez plus vraiment le choix.

La femme remballa son matériel puis s'éclipsa en silence, laissant le Lévitis seul.
Earl plia et déplia lentement les doigts. Il n'avait eu aucune difficulté à réparer la poupée abîmée un peu plus tôt. Les os, les muscles, nerfs et tendons délicats étaient à nouveau fonctionnels. C'était déjà ça, même si...

Avec un grognement, il se força à fermer les yeux et à cesser de réfléchir. Il avait besoin de repos, que cela lui plaise ou non. Ensuite il lui faudrait manger quelque chose, et puis ensuite... ensuite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyrev

avatar

Réputation : 134

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Mar 10 Juil 2012 - 18:07

La route avait été longue et pénible. Non en fait elle avait été pire que ça. Le désert ... Kraa était résistant, il était un rapace et pouvait vivre à la dure, seulement il restait un oiseau de forêt. De plaine à la limite mais en aucun cas d'un lieu aussi affreusement chaud et sec. Les Kraa étaient tous noirs, sans exception, de la pointe du bec au bout de leurs serres effilées et la couleur noir a entre autres comme propriété d'attirer lumière et chaleur sans pouvoir en rejeter. Le pauvre Kraa passa donc quelques heures en ayant l'impression qu'on le faisait rôtir. Le seul point positif de cette chaleur était que les courants chauds l'aidaient en le portant haut, vite et loin. Si il avait fait plus doux, le voyage aurait presque pu être agréable. Presque.

Après, un oiseau, surtout un kraa va bien plus vite qu'une bande d'humains chargés et à pied. C'est ce qui sauva l'oiseau, à coup sûr. Pour Lyrev, c'était autre chose, les premières heures furent très difficiles, mais plus il se rapprochait de Fanaa et mieux il se sentait. Telle était la conséquence de leur lien dont elle et la raison pour laquelle il devait se rapprocher d'elle. Il savait dans quelle direction courir, il filait telle une flèche argenté sur les dunes. Il avait soif d'eau mais plus que tout il avait besoin de l'elixia de Fanaa ...

Epuisé, le rapace entra par la fenêtre et se laissa tomber au sol (frais ! enfin !) tandis que le félin escaladait la muraille pour le suivre. Lyrev sauta sur le lit et posa sa patte sur le nez du levitis assoupi. Il était soigneur, le chat s'en souvenait. Alors il devait remettre l'oiseau d'aplomb. Car si il mourait, Fanaa serait très triste. Alors hop ! Debout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Mar 10 Juil 2012 - 19:22

Earl émit un marmonnement inintelligible, mais la chose qui lui tapotait le nez refusait de cesser son manège. Une main toute enveloppée de bandages qui avaient à nouveau eu le temps de se teinter de rouge sombre par endroits jaillit, saisissant au jugé la source de cette gêne.
Avec un grognement mal réveillé, le Lévitis rouvrit les yeux et se redressa sur un coude. Il considéra le chat qu'il avait attrapé par la peau du cou.


- Je peux savoir qui tu es, toi ?

Il se massa les paupières du bout des doigts pour éclaircir sa vue encore embrumée par le sommeil. Il avait dû réussir à dormir quelques heures, mais si ces heures l'avaient un peu soulagé de sa fatigue physique, il se sentait particulièrement vaseux. La chaleur avait réussi à rentrer suffisamment pour le mettre en nage.
Une forme noire remuait sur les dalles.
Qu'est-ce que cet oiseau fichait dans le désert, lui aussi ?
Et...
... ah mais, pourquoi avait-il l'impression de l'avoir déjà vu quelque part ?

L'esprit vif quoique mal réveillé de l'ex-clerc ne tarda pas à remettre les pièces du puzzle en place. Dans la case "bizarreries", il avait un dossier étiqueté "Fanaa" tellement épais qu'il menaçait de s'effondrer. Un... chat et un krobeau qui atterrissaient en plein milieu du désert, c'était aussi une foutue "bizarrerie". Et il était presque sûr d'avoir aperçu un volatile noir comme celui qui se traînait misérablement par terre en compagnie de Fanaa le jour pluvieux où il avait été la chercher sur la jetée de Faélanir.

Avec un gros soupir, Earl laissa retomber le félin au sol pour s'appuyer des deux mains au bord du lit et se lever.
Pas moyen d'être tranquille quelques heures sans qu'il se passe quelque chose d'exagérément étrange quand cette fichue donzelle était dans le coin... par Ael, comment est-ce que l'autre paire d'assassins avait pu endurer ça sans céder à l'envie dévorante de s'en débarrasser d'une façon ou d'une autre ?

Bon, où pouvait-elle bien être fourrée ?
Il y avait gros à parier qu'elle n'était nulle part où une personne "normale" aurait pu logiquement se trouver, donc inutile de poser la question à un des résidents du sanctuaire.

Earl traîna un peu des pieds vers une des arches qui donnaient sur la galerie extérieure. Se massant la nuque, ankylosé par les coussins quasiment inexistants de son lit, il s'appuya à une des colonnes qui formaient les montants de la porte et prit une inspiration.


- Fanaaaa !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Mar 10 Juil 2012 - 20:43

Fanaa s'était plongée dans une semi-inconscience en restant allongée au sommet du temple. Elle avait voulu comprendre l'esprit du désert afin de réussir à le restituer dans une danse et pour ce faire, avait tenté d'entrer en transe. Mais sans eau, sans une étendue d'eau, elle en avait été incapable. Elle avait pourtant attendu, espérant que cela ferait effet mais ce fut plutôt une sorte de fièvre qui l'assomma. Son esprit brumeux entendit son nom résonner entre les pierres et elle fit l'effort d'associer la voix à la personne puis de décider quoi faire et ...

*Earl. C'est Earl! Olala vite vite ! Mais qu'est-ce qu'il a cette fois ? J'ai été super sage !*

Reprenant ses esprit, elle entama la descente des statues et atteignit bientôt l'ouverture de la chambre du convalescent. Elle essuya son front couvert de sueur puis présenta un visage interrogateur.

- Oui Maître ? Qu'y a t il pour votre service ? Oh tes mains ! Mais par les lunes tu saignes encore ? Tu as besoin de quelque chose ? Tu veux que j'appelle ... c'est à ce moment qu'elle perçut la forme à terre. Kraa ?

Elle ouvrit de grands yeux et se précipita vers l'oiseau.

- Mais Kraa mais qu'est-ce que tu fais là ?

Un miaulement attira son attention et Lyrev sortit de dessous le lit.

- Toi aussi ? Il s'est passé quelque chose de grave ? Ah non ? Mais alors pourquoi être venus ?

Elle ramassa tendrement le rapace et le souleva dans ses bras. Sa tête pendait, ce qui n'était pas rassurant mais il respirait calmement, elle le sentait. Il siffla, elle le caressa en se mettant debout et en se retournant vers Earl.

- Comment as tu fait ? Tu les as appelés ? Kraa est solide, il va vite se remettre. Mais le chat ? il est tout frais ? Tu l'avais emmené en cachette Earl ?

Elle leva la main.

- Non, ne dis rien. Tu vas encore te fâcher et ça va te fatiguer.

Dans ses bras, le krobeau s'agita et se redressa puis alla s'installer sur l'épaule de Fanaa qui ne grimaça pas quand les serres lui piquèrent la peau.

- Je vais te trouver un peu d'eau et tu te reposeras Kraa. Earl ... enfin Nereyn ... souhaites-tu que je change tes bandages ? Tes mains ... Tu as mal ? Tu veux ...

Elle se mordit la lèvre avant de s'approcher et de lever les mains vers lui, sans toutefois oser le toucher, craignant de lui faire mal sans le vouloir.

- Tu veux que j'appelle Monsieur Ridel ? Ou quelqu'un d'ici ?

Comme elle savait que la fierté levitis, et masculine tout court d'ailleurs, allaient le vexer, elle tenta de saisir le problème différemment. De façon plus acceptable pour lui.

- Tu as besoin d'être en forme pour pouvoir grogner et rugir correctement. En forme ça veut dire tout guéri et reposé. Tu ne veux pas t'asseoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Mar 10 Juil 2012 - 21:30

- Hey...

Une petite veine commençait à palpiter dangereusement sur la tempe du Lévitis dont les narines aristocratiques se dilataient au rythme de ses profondes inspirations un peu forcées.

- ... je crois que je n'ai plus cinq ans. Alors si tu pouvais éviter de me parler comme si j'étais encore accroché aux mamelles de ma mère...

Presque par inadvertance, il avait repris les expressions assez peu distinguées qu'il avait héritées de ses pérégrinations avant Lévitas. Même son phrasé traînant typiquement lévitis s'était changé en une accentuation beaucoup plus rude.

Il fit un pas en arrière, s'éloignant des mains tendues de Fanaa.


- Je n'ai besoin de personne, merci bien.

Renonçant à demander toute explication sur les deux nouveaux pensionnaires du Sanctuaire, Earl se détourna assez sèchement pour se saisir de sa tunique et finir de se rhabiller. Mais le tissu glissa entre ses doigts sans force et le vêtement tomba sur les dalles avec un froufrou soyeux qui sonnait comme une moquerie.
Le Lévitis considéra ses pansements, souillés d'un côté comme de l'autre. Il pouvait bouger les doigts sans difficulté quelques heures plus tôt, alors pourquoi ?

Tandis qu'il fixait les minces bandelettes tachées, un bourdonnement lui emplissait les oreilles.
Tout d'abord, son elixia qui était devenue rebelle, aussi maniable que le flot d'un barrage éventré.
Et maintenant ça.
Ses mains, les longs doigts fins et habiles qui savaient si bien déceler la plus petite imperfection d'un muscle, d'un os, d'un tendon, les perturbations infimes de la circulation elixienne ou sanguine...
Il avait mis des années à les perfectionner, ces mains, cette foutue elixia !

Le Lévitis partit au pas de charge, non sans lancer par dessus son épaule à Fanaa :

- Je t'interdis de me suivre, tu entends ?

Même sa voix le trahit, trop enrouée, un peu tremblante. Presque au pas de charge, il s'éloigna vers un corridor au hasard, s'escrimant vainement sur les pansements qui se teintaient d'un rouge plus vif. Il finit par saisir l'extrémité d'une des bandes avec ses dents pour parvenir à la desserrer.

Ah non, il n'allait pas laisser le destin lui jouer un nouveau tour cruel !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Mer 11 Juil 2012 - 1:36

- Non, je ne voulais pas dire ...

Elle l'avait blessé, ce qui était plus que prévisible. Evidemment. Et bien qu'il veuille faire le grand, le fort, son corps, sa santé le trahissait. Et voilà qu'il se sauvait d'elle.

Elle se tourna vers Lyrev.


- Je ne sais pas pourquoi vous êtes venus vu que ce n'était pas pour me prévenir d'une urgence au Ringèm et je ne suis pas très contente. Ce n'est pas un jeu. Ici tout est précieux, l'eau, la nourriture, et avec vous ça fait 2 imprévus de plus à nourrir. On va peser sur leurs réserves ce n'est pas bien ! Et ne fais pas ces yeux là Lyrev ça ne marche pas. Alors Kraa, tu vas boire. Il y a de l'eau ici pour Earl mais il ne dira rien, il est parti. Minou, pareil. Donc vous buvez, vous vous reposez, vous êtes sages. Et moi ... ben je vais le suivre. Bien obligée !

Elle sortit de la chambre puis revint.

- Vous êtes sages !

Et elle fila à grands pas à la poursuite d'Earl, le suivit dans le corridor, hésita à appeler quelqu'un à l'aide mais appeler qui ? pour leur dire quoi ? Elle aurait voulu aller chercher Nuada mais l'esprit se préparait pour la fête et elle n'avait pas de temps pour cela. Alors en son absence elle comptait que l'on veille sur Nereyn, qu'il le veuille ou non.
Elle accéléra le pas jusqu'à courir. Occupé comme il l'était, le bandage en bouche il ne pouvait ni accélérer ni même parler. Une fois à sa hauteur, elle lui saisit le poignet contre lequel il s'escrimait.


- Arrête !

Comment parlait-on à quelqu'un d'aussi fier ? Que pouvait-on trouver à lui dire qu'il ne prenne comme une attaque personnelle ?

- Ou laisse moi le faire ! Je ne suis pas aussi douée que toi mais tes bandages gênent tes mouvements ce n'est pas de ta faute. Alors s'il te plait, laisse moi m'en occuper. Voyons ça ensemble.

Elle craignait que ses jambes faiblissent et qu'il ne tombe, mais comment lui dire de s'asseoir sans qu'il sous-entende qu'elle le trouvait faible ?

Ses doigts agiles lui avaient déjà retiré le tissu de la bouche et elle se mit à dérouler doucement -le coeur battant très fort, le tissu s'imbibait de sang frais- en quel état allait-il être ? Nuada avait confiance, elle avait dit qu'il pouvait guérir. Elle l'avait dit, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Mer 11 Juil 2012 - 9:42

L'image de Mara, à demi allongée dans un lit, le dos appuyé contre les coussins.
Sa chevelure de flammes s'écoulait en vagues somptueuses sur ses épaules de cuivre. Elle aurait pu être incroyablement séduisante, mais il n'y avait nul sourire pour animer ses lèvres boudeuses. Un mince filet de salive glissait sur son menton, aussitôt essuyé par une servante qui s'escrimait à nourrir la belle courtisane à la cuillère.
L'état de la jeune femme n'avait jamais cessé d'osciller entre des éclats de rage confinant à la folie furieuse -essentiellement dirigés contre son fils-, de brèves périodes où au contraire elle se montrait particulièrement câline, affectueuse... et de telles crises où son esprit trop fragile semblait comme absent, ne laissant derrière lui qu'un joli corps de poupée incapable de subvenir à ses besoins les plus élémentaires.

Earl revoyait très clairement le reflet de la cuillère, la trace brillante de la salive au coin des lèvres abondamment fardées.
Cela n'avait rien à voir.
Son problème à lui était physique, pas mental.
Et pourtant le spectre de l'impotence continuait à lui tourner autour, se riant de son orgueil.

Si Fanaa ne l'avait pas attrapé par le poignet, il ne l'aurait même pas entendue.
Il esquissa un mouvement de recul, aussitôt stoppé par une colonne dans son dos.
Le Lévitis resta appuyé contre le pilier de pierre qui seul l'empêchait de se retrouver par terre.
Le souffle bloqué quelque part dans la gorge, il regarda Fanaa défaire les bandages.

La dernière couche de tissu se détacha avec un bruit visqueux, presque écœurant.

Les yeux baissés vers ses mains, Earl se força au calme et prit une profonde inspiration.
Brûlé à l'acide.
C'est le premier diagnostic qui lui serait venu à l'esprit sans connaître le contexte.

Lentement, il leva d'avantage le poignet et le retourna. Sa peau semblait avoir éclaté en suivant le réseau délicat des veines. Entre ce lacis sanglant, on aurait dit que l'épiderme avait comme fondu, avec un aspect à la fois trop irrégulier et trop lisse, comme des coulées de cire froide.
Cette vision sembla finir d'apaiser l'ex-clerc. Face à un problème précis, concret, les chimères du passé n'avaient plus leur place.

Il replia les doigts. Les articulations jouèrent docilement, mais en produisant un bruit feutré de déchirure. Un ruisselet de sang trop visqueux s'écoula au creux de sa paume.
Il pouvait toujours bouger ses mains, il avait simplement été induit en erreur par l'absence totale de sensation. Ce constat était rassurant, mais...


- On dirait que les effets du ziral on suffisamment progressé pour être visibles. Je suppose que ce que tu as fait dans la grotte aura simplement atténué ou ralenti les changements.

Sa voix avait cessé de trembler, sans pourtant retrouver sa sèche assurance habituelle.

- Pendant un moment j'avais espéré que...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mellyna

avatar

Réputation : 537

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Mer 11 Juil 2012 - 16:30

Mellyna avait marché une longue heure sous le soleil de plomb. Bizarrement, il avait rechargé ses bâteries au lieu de brûler sa peau bronzée mais fragile. Elle devait avoir tissé un lien avec le dragonnet, c'était impossible autrement. Il faisait trop chaud pour qu'une personne saine d'esprit et consciente de son corps puisse se balader tranquillement (enfin elle espérait toujours faire parti de ce groupe là).
Elle cheminait dans le sable se rapprochant des imposantes falaises et de leur ombre maintenant familière. Son esprit vagabondait, elle n'était pas plus avancée qu'au début de son périple mais avait rencontré des gens intéressant. La forêt ne lui manquait pas, pas encore. Elle y avait vécu trop longtemps et elle pouvait encore l'entendre murmurer même si ce n'était qu'un bruit vague et lointain. Les esprits l'appelleraient s'ils avaient besoin d'elle, toute la question serait de revenir à temps.
Mais elle n'en avait pas envi, elle voulait vivre pour elle, égoïstement pendant quelque temps encore, le temps de trouver ce qui lui manquait, pour trouver ce qui lui donnerait envi de prolonger sa vie ici ou ailleurs.
Sinon elle finirait comme les autres. Ils ne bougeaient plus et finissaient par arrêter de respirer pour se fondre dans un arbre tout simplement. Il ne restait pas beaucoup de dédranes semblables à elle. Mellyna n'en avait rencontré que trois dans toute sa vie et un était mort avant son départ. C'était ce qui l'avait en partie incitée à partir, à ne pas se laisser glisser dans le lac aux féeries.
Tout en ressassant ces pensées sordides, elle finit par arriver sous la tente où Thani soignait un des animaux domestique des nomades.


-Salut Thani, tu as dormi ?

Il releva la tête vers l'apparition, le contre-jour ne lui permettait pas de distinguer les traits de la jeune femme qui venait de parler, mais la silhouette, la voix musicale et cette façon désinvolte de s'adresser à lui, ne lui laissèrent aucun doute. L'Eyerash grommela sa réponse :

-Mellyna, déjà de retour ! Tu n'es pas arrivée au sanctuaire ? Les anciens ne t'ont pas laissé approcher les Ilahi ?
-Tu ne réponds pas à ma question.

Elle s'agenouilla à côté de lui, retira sa capuche et sa cape. Elle ne sortit pas son turban le petit dormait encore. Ses épaules frôlèrent Thani. Il sentit la chaleur du désert, elle irradiait depuis qu'elle avait découvert le dragon.

-J'ai bien trouvé le sanctuaire, les jumeaux. Nuada a pris la peine de m'écouter..
Hélas ils ne peuvent rien pour moi.

Thani ne sut pas quel sentiment il éprouva alors. Du soulagement ? De la compassion ? Il savait en tout cas quel comportement il devait montrer à son amie si triste.

-Je suis désolé, je pensais vraiment qu'ils seraient en mesure de t'aider.
-Ce n'est pas grave, je n'avais pas de meilleure idée et le voyage en valait la peine. Ton peuple est vraiment unique.

L'homme se gonfla d'orgueil.

*Bien sûr que son peuple était unique ! Ce mode de vie, cette magie, ces gens. On n'en rencontrait nulle part ailleurs !*

-C'était un compliment, pas la peine de monter sur tes grands chevaux.
-Arrête de lire mes pensées, tu sais que ça m'énerve.
-S'il n'y avait que ça qui t'énerve... Et je n'ai pas lu tes pensées, je commence à te cerner c'est tout.

Mellyna n'avait qu'un sourire contrit à lui présenter en guise d'excuse, elle n'était pas d'humeur à faire le dos rond devant cet homme trop sûr de lui.

-Bref, je suis venue te dire que Nuada te demande, elle n'est pas pressée mais je me suis dit que tu voudrais le savoir le plus tôt possible.

Un moment d'hésitation.

-Je finis mon soin ici et j'y vais. Le soleil sera un peu descendu d'ici là, ce sera supportable.
Tu ne t'es presque pas reposée. Dors un peu je te réveillerai.
-Tu veux bien de moi ?
-Tu me suivra de toute façon, n'est-ce pas ?
-Ce n'est pas faux !

Mellyna sentit sa bonne humeur revenir, son rire cristallin retentit, comme des clochettes.

*L'atmosphère change avec son état d'esprit, elle est vraiment quelqu'un d'unique elle aussi.*

L'homme aux yeux noirs d'ébène et aux cheveux châtains ondulés l'invita à s'étendre dans un coin de la tente pour ne pas le déranger. Elle se roula en boule, le petit dragon repris sa place contre son buste. Sa respiration devint rapidement régulière et elle s'endormit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://menolly-48.deviantart.com/
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Mer 11 Juil 2012 - 17:29

Les mains de Fanaa ne tremblèrent pas lorsqu'elle dénuda la main blessée, par contre à l'intérieur d'elle c'était la folie, la panique. Elle posa un regard désespéré sur l'état qu'elle découvrit. Ses yeux la picotèrent. Sensation familière.

- Tu ne vas pas mourir, hein ?

Qu'est-ce qu'elle allait dire à Nuada ?

- Je suis désolée que ça n'ait pas marché. J'ai fait ce que j'ai pu mais je n'ai pas vraiment su m'en servir. Pourtant j'ai aspiré, j'ai purifié tout ce que je pouvais, en théorie ça aurait dû donner quelque chose ... ne meurs pas encore Earl !

Sa main se crispa sur la bandelette souillée qu'elle tenait encore. Elle regardait fixement le sang rouge et la peau ... la peau ...

- Mais ?

Elle cligna des yeux et attrapa la seconde main pour la mettre à jour aussi. Elle était dans le même état.

- Mais tu mues ?

Elle l'observa de ses grands mirettes sans comprendre.


- Le changeant, ce n'est pas parce que tu es un caméléon, c'est parce que Nuada savait que tu allais muer ? Comme un siairpan ? Mais elle a dit que tu n'étais pas le rampant. Alors quoi ?

Elle retourna la main pour en voir le dos.

- Un lézard ?

Elle hocha puis releva la tête.


- Le reste de ton corps, il est comme ça aussi ? Qu'est-il en train de t'arriver Earl ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Mer 11 Juil 2012 - 18:53

- Mais ne raconte pas de bêt...

Earl s'interrompit.
Les modifications physiques dues à une exposition aux terribles fragments d'elixia cristallisée du désert étaient censées suivre un schéma complètement différent. Les changements étaient extrêmement brutaux, les résultats souvent anarchiques, avortant parfois en un organisme tout sauf viable. Et cette métamorphose s'accompagnait toujours d'une dégradation rapide des facultés mentales.
Alors quoi ?
Est-ce que ce minuscule fragment avait déclenché autre chose ?
Quelque chose qui avait peut-être commencé depuis longtemps...


- Je ne suis pas...
- Mais bien sûr que tu l'es.

Nuada apparut, sereine et presque royale dans une tenue si somptueuse qu'elle semblait irradier. Le repas du soir précédant la fête de l'abondance était traditionnellement un festin tenu en présence des deux guides du désert. Les petites caméristes attachées à la personne de l'Illah avaient dû y passer tout l'après-midi. Pareille débauche de perles, de pierres et de métaux précieux aurait pu sembler écrasante sur toute autre personne, et exagérée ailleurs que dans le désert où ces ornements n'avaient finalement de prix que d'un point de vue esthétique.

La jeune fille s'approcha et prit doucement les poignets abîmés du Lévitis entre ses mains brunes, tout en le fixant dans les yeux.


- Du moins tu aurais dû l'être. Si vous n'aviez pas été séparés...
- Depuis quand est-ce que vous savez pour Aesheera ? Même moi je ne l'ai appris que...
- Depuis le début.

Avec une moue ennuyée, Nuadi se détacha de la colonne contre laquelle il s'appuyait.

- Enfin, nous savions que tu avais eu une sœur, et que tu l'avais perdue il y a longtemps. Ecoute, les êtres sacrés sont ceux qui "entendent", qui "comprennent". Pas seulement le langage parlé, et pas seulement celui des hommes, ni même uniquement celui des animaux. Oh, évidemment, tu n'entends sûrement rien si tu écoutes une pierre. Sans le lien, vous n'avez pas pu trouver votre créature-guide et communiquer avec elle comme nous avons pu le faire avec Sheytan et Rayah. Mais par contre tu sais déjà entendre ça.

Le jeune homme pointa un doigt droit vers le coeur d'Earl.

- Comment est-ce que vous appelez ça pour les humains, déjà... épa... empé...
- Empathie, compléta Earl d'une vois sourde.

Nuada acquiesça en souriant.


- Et je suis sûre qu'elle aussi savait écouter la voix du cœur. Pas vrai ? Et même lui répondre.
- La "contrôler", plutôt.

Sans relever cette dernière remarque, Nuada baissa le regard vers les mains rougies qui tremblaient légèrement.

- Comme tu le sais, nous pouvons adopter une forme qui nous permet de mieux entendre les voix du vent et de la terre, une forme similaire à celle de nos créatures-guides. Simplement nous ne pouvons le faire que parce que nous sommes deux, et qu'il en faut un pour "ramener" l'autre vers le monde des hommes. En l'absence de cette attache, un "changement" complet serait...

Elle fixa à nouveau Earl. On percevait à présent de l'anxiété sur ses traits.

- Nereyn, tu dois faire attention. A présent que cela a commencé, on ne peut le stopper, et même nous nous ignorons quand cela va s'arrêter.

Nuadi fit mine de se curer les dents du bout de l'ongle.

- Il y a aussi des chances que ce ne soit pas réversible.
- Nuadi !
- Eh quoi, je dis juste les choses telles qu'elles sont ! Il est assez grand pour qu'on ne tourne pas autour du pot pendant un siècle !

Earl lui décocha un regard dur.

- Je ne suis pas sûr que tu sois le mieux placé pour aborder le sujet de la réversibilité et de ses difficultés, toi...

Le garçon haussa les épaules en reniflant, les bras croisés d'un air boudeur. Nuada réprima un soupir puis se reporta vers le Lévitis.

- Cela peut prendre des heures comme des jours. Pour le moment il te faut de nouveaux bandages. Le premier changement est toujours assez... désagréable. Tu le sentiras toi-même si cela va trop loin. Mais en attendant il n'y a aucune raison de paniquer ou d'agir différemment.

Était-ce une impression ou cette dernière phrase ne s'adressait pas seulement à Earl ?

- Vas-y juste doucement, d'accord ? Et arrête de froncer des sourcils comme ça, parce que si en plus tu as des rides...

Nuadi fit un geste nonchalant de la main, comme pour balayer une mouche tenace.

- Oh oui, là tu commencerais vraiment à faire peur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mellyna

avatar

Réputation : 537

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Mer 11 Juil 2012 - 20:47

Thani avait fini sa tâche, le reste des soins attendrait le lendemain. Il ne voulait pas faire attendre Nuada.
Il s'approcha en silence de la dormeuse, tendit la main vers son épaule pour la secouer en douceur. Le petit dragon surgit de sa cachette montrant ses petites dents asserrées et poussant des grognements.


-Mmmh ! Poussin arrête ! Qu'est-ce qui te prend ? C'est Thani ! Tu le connais !

L'Eyerash en était tombé à la renverse, jamais un animal qu'il connaissait n'avait eu ce genre de réaction envers lui. Des animaux sauvages et carnassiers ça oui ! Mais cette petite chose était bien possessive, il faudrait le surveiller de près.

*Quand il sera énorme ça deviendra un problème. Il faudra que Mellyna le dresse ou s'en débarrasse. Il faut surtout qu'elle arrête de le gâter.*

Mellyna était tout à fait réveillée, la colère du dragon l'avait tirée brutalement de son sommeil. Elle en était la première surprise, il avait montré de la curiosité dans le sanctuaire. Mais de l'agressivité c'était la première fois. Il grandissait si vite.

-Tu devrais l'engueuler ! Pas avoir cet air enamouré !
-Laisse le tranquille, c'est encore un bébé, il ne comprendra pas.
-Il comprend très bien et il en joue ! Ecoute moi sur ce point. Les carnivores de ta forêt, même les plus dangereux, n'arrive pas à la cheville des dragons. Je ne sais pas ce qu'il va naître de votre attachement, mais si tu veux qu'il vive à tes côtés, et toi avec des humains, tu as intérêt à lui offrir une éducation. Et qu'il ait les mêmes valeurs que les deux pattes.
-Je vais y réfléchir...

Le dragonnet se laissait bercer dans les bras de la femme, les paupières mi-closes, un léger ronron commençait à se faire entendre. On aurait dit un chaton. Mellyna se leva et coupa court à la conversation.

-Bon, on y va ?
-Oui, oui, tu es une tête de mule tu sais ça ?
-C'est dû à mon grand âge, le temps n'arrange rien !

Thani soupira, il fallait se résigner pour ce soir.
Ils quittèrent la tente pour le sanctuaire, ils y arriveraient bien avant le diner.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://menolly-48.deviantart.com/
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Jeu 12 Juil 2012 - 0:42

Le couloir qui avait été presque vide semblait plein maintenant. Il n'y avait pourtant que deux personnes de plus ... mais pas n'importe qui. Nuadi, et encore plus Nuada irradiaient tels deux astres brûlants et aveuglants. Et puis il y avait le fantôme d'une fillette très belle à la voix divine, le premier amour de Syld, celle dont il regretterait toujours la perte, celle qu'ils n'oublierait jamais, celle qui continuait de lui faire du chagrin encore à présent. Du moins qui continuerait si il était encore là, se corrigea-t-elle. Et là, elle apprenait que la même fille à voix d'ange était la soeur d'Earl, sa soeur jumelle -il devenait assez aisé alors d'imaginer à quoi elle ressemblait- que donc Syld étaient Earl étaient liés en bien des points encore.
Fanaa s'était figée sans un mot.
Et elle apprenait qu'Earl était un être sacré lui aussi (mais il n'en avait pas l'air. trop ronchon pour cela), rôle-destin qu'il avait partagé avec Aesheera.

Lyrev, qui en avait assez d'attendre arriva en courant et sauta dans les bras de Fanaa. Cette dernière serra convulsivement ses bras autour du félin, peut-être un peu fort. Cela lui faisait beaucoup de chocs en peu de temps. Beaucoup d'informations à digérer et quelles informations !

Dire que la fête de l'abondance devait être joyeuse ! Fanaa n'aurait pas l'état d'esprit souhaité pour s'amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Jeu 12 Juil 2012 - 9:38

Le plus choqué restait quand même Earl, bien qu'il ait eu assez de jugeote pour se douter de quelque chose à partir du jour sombre où Aelred était venu le retrouver à Faélanir pour lui dire la vérité -ou du moins quelques bribes de vérité sur sa défunte fille adoptive.

Il parvint malgré tout à maîtriser son trouble.


- Oh ? Et je pourrais savoir en quelle bestiole folle furieuse je risque de me changer ?
- Ca...

Souriante, Nuada essuya délicatement ses mains sur ce qu'il restait des bandages et les posa de chaque côté du visage du Lévitis.

- Tu aurais sûrement fait un merveilleux guide.
- Ne raconte pas de bêtises.

Il tourna la tête vers la chambre d'où il venait.

- Je suppose que tu as fait apporter de quoi panser ça à nouveau.

Ce n'était pas vraiment une question, et Nuada se contenta d'un nouveau sourire. Mais l'inquiétude demeurait au fond de ses yeux verts.

- Essaye de garder ça pour toi, d'accord ? Le ziral a fait trop de ravages parmi les nomades, alors voir quelqu'un changer...

Elle effleura les longues mèches pâles du Lévitis.

- Ils en tireraient trop vite les mauvaises conclusions. Ils ne sont pas encore tout à fait prêts à...

La jeune fille haussa les épaules, faisant cliqueter les perles de verre qui ruisselaient de sa coiffure. Earl se contenta d'une moue.

- C'était bien mon intention.

Sans plus attendre, il fit demi-tour pour retourner dans la pièce qu'il venait de quitter.
Nuadi resta silencieux, apparemment indifférent, mais Nuada émit un clappement de langue excédé. Secouant la tête avec humeur dans un tintement musical, elle vint se placer derrière Fanaa et posa les mains sur ses épaules, non sans adresser un sourire au chat qui menaçait d'étouffer dans ses bras.


- Cara, ne t'en fais pas. Et ne fais pas surchauffer ça...

Elle lui tapota la tempe de l'index.

- ... il cogite déjà assez à lui tout seul. Tssk, des fois ça lui ferait du bien de laisser tomber sa carapace de térataou. Allez Cara, je veux que tu retrouves un joli sourire et que tu ailles te faire belle. De nouveaux vêtements ont dû être déposés près de vos affaires.

Trouvant sans doute que Fanaa n'obtempérait pas assez vite, elle glissa un doigt à chaque coin de sa bouche et la lui étira malicieusement en une grimace qui parvint à tirer un rire étouffé à Nuadi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Jeu 12 Juil 2012 - 13:33

Fanaa posa sa main sur le bras de Nuada pour l'arrêter.

- D'accord, d'accord. Je vais me préparer et je vais venir.

*Même si je n'en ai plus envie.*

- Je vais même sourire et être bien plus agréable que Nereyn. Qui doit avoir un animal totem donc la capacité principale est d'être en colère, entre parenthèses. Mais comment est-ce que vous connaissez Earl ? Est-il déjà venu ici ? Les enfants le connaissent et l'adorent, pourtant ils ignorent qu'il est un être sacré lui aussi. C'est bizarre, et si il est déjà venu, pourquoi avoir attendu aujourd'hui pour lui apprendre ça ? Enfin ce ne sont pas mes affaires je sais. Je me posais juste la question. Alors que tu m'as dit de ne pas cogiter. Excuse moi. C'est un réflexe je pense. Tu es resplendissante !

Voilà. Changer de sujet, Earl et Nuadi, plus l'enfant qu'elle attendait, tout cela faisait bien assez de souci à Nuada ! Inutile d'en rajouter. Fanaa plaqua un sourire sur son visage.

- De nouveaux vêtements ? Fantastique ! Tu sais parler aux filles toi ! Je vais me faire aussi belle que toi ! Elle rit. Bon ça va être du travail alors je vais commencer maintenant si je veux être prête pour le dessert ! A tout à l'heure !

Après une petite révérence malicieuse, juste pour le plaisir, et sans lâcher Lyrev -qui soupira, elle continuait de le prendre pour une peluche alors qu'elle n'avait même plus l'excuse d'avoir perdu l'esprit- elle quitta le couloir pour réintégrer la chambre où elle trouva Fynarine figée, tenant un tissu vert à breloques dorées à bout de bras.

- Fynarine ? Ca va ?

La Dedrane ne tourna même pas la tête, continuant de fixer le tissu.

- Tu veux que je t'aide à t'habiller ?
- Cela ... ne cache rien, rien du tout ...
- Hein ? Attends. Laisse moi faire.

Lui prenant le tissu des mains, Fanaa le mit sur son épaule et entreprit de mettre Fynarine en sous-vêtements, ce qui ne fut pas chose aisée.

- Ce rose aux joues te va très bien, Monsieur Ridel va adorer !

De fait, le rose passa au cramoisi sans passer par une teinte intermédiaire et elle resserra ses bras autour d'elle.

- Ridelgald ? Dans cette tenue ? Je n'oserai jamais !

Fanaa rit gentiment.

- Oui, je vois ça. Pourtant ce soir, rappelle toi ce qu'a dit Nuada, ce sont les filles qui décident. Il n'aura rien à dire, rien du tout. Il sera tout à toi !
- Et ... et le seigneur Earl, que va-t-il faire ? Pourra-t-il assister à la fête lui aussi ?

Fanaa, qui avait attaché la longue jupe verte autour de la taille de Fynarine et qui s'occupait de lui nouer sa petite brassière suspendit son geste.

- C'est Earl qui te plait ?
- Je n'ai pas dit cela! Le seigneur Earl ... est mon patient ! Nos relations sont strictement professionnelles ! Tu confonds tout.

Seulement pendant qu'elle avait soigné Fanaa, guidée par Earl, alors qu'il se tenait tout contre son dos, connecté à elle ... et bien pour faire simple le moment avait été agréable. Il aurait sûrement pu l'être plus sans jeune femme mourante à sauver et sans public autour mais ...

- Ce n'est pas grave, on a sûrement le droit de passer la nuit avec plusieurs hommes ce soir. Fais juste attention, Earl est fanfaron mais aussi assez faible en ce moment. Ne l'abîme pas.
- Deux hommes ? Deux ? Mais qu'est-ce que c'est que ces idées tordues ? Deux hommes. Je vais finir de m'habiller seule. Merci.
- Hein ? Mais pourquoi te fâches tu ? Je te dis la vérité, c'est tout?!

Fynarine, mal à l'aise n'ajouta rien. Elle prit le voile sur l'épaule de Fanaa et s'enveloppa dedans de façon à cacher la très gênant nudité de son ventre et de ses hanches. Il faisait chaud d'accord, mais de là à sortir aussi nue ... c'était perturbant. Elle était sure que tout le monde allait la dévisager et que cela la mettrait mal à l'aise.

Aux pieds de Fanaa, Lyrev miaula. Elle baissa les yeux.


- Je ne voulais pas la mettre en colère, c'était juste une question. En plus c'est vrai, si ça se trouve on a le droit à plus d'un partenaire ... Bon. Allez. Je vais déjà me rafraichir pour enlever toute cette sueur et ensuite je regarderai ce qu'on m'a prêté comme tenue. Je garde la surprise !

La jeune fille se dirigea vers la salle de sauna, se déshabilla, choisit des poudres, des huiles, versa un peu d'eau sur la pierre brûlante et s'assit en tailleur au sol pour dénouer ses cheveux. Tandis qu'elle les brossait, deux mains se posèrent sur ses épaules et entamèrent un massage. Lyrev.

- Tous ces noeuds, c'est la fête ce soir, tu devrais être plus détendue.
- La soeur jumelle d'Earl était l'amour de Syld, il l'a tuée et ne s'en est jamais remis.
- Je croyais qu'on t'avait dit d'arrêter de penser ?
- Je sais ... et puis de toute façon ça ne change rien au fond.

Elle ramena ses genoux contre elle, croisa les bras et y posa sa tête. Elle n'avait pas accepté de laisser faire un masseur du désert le jour de son arrivée. Mais Lyrev ce n'était pas pareil. Ils se connaissaient. Il savait pour la cicatrice et il ne la trouvait pas laide pour autant. Lyrev était si gentil ...
Elle s'assoupissait à demi sous les va et vient experts des mains du jeune homme-chat sur ses muscles stressés.


- Dans des années, Kraa n'aura plus que le bec de noir, toutes ses plumes seront devenues blanches, tout comme mes cheveux à moi, tandis que toi tu n'auras pas changé. Et peut-être que nous réussirons à faire refleurir le Ringèm.
- Ainsi soit-il. Conclut Lyrev.

Car ce destin lui convenait parfaitement. Ou presque. Car Lynn lui manquerait toujours ... mais finir dans le Ringèm aux côtés de Fanaa, voilà qui serait bon. Seulement pour cela, il faudrait qu'elle rentre et qu'elle n'ait plus envie d'en sortir. Pas comme Nuada par exemple, qui était trop éprise d'horizons lointains. Au vu de ce qu'elle apprenait ici, le voyage allait lui être profitable. Oui oui oui.
Lyrev raisonnait différemment selon qu'il était sous sa forme féline ou sa forme humaine. En chat ... il était chat, à la recherche de jeux, de caresses, d'aventures, c'était assez simple. En humain, il faisait des calculs et pensait à son propre intérêt.

Fanaa s'était assoupie, parfaitement détendue. Très bien. Si elle ne se réveillait pas avant demain matin, peut-être allait-elle rater la fête ? Ce serait mieux. La fête était dangereuse. Elle pourrait avoir envie de se lier à un homme. Par chance, elle n'était plus du tout d'humeur à cela.
Lyrev la saisit dans ses bras et alla l'allonger dans la chambre. Il na recouvrir d'un drap fin, regarda à droit et à gauche pour vérifier qu'il n'y avait personne, puis se pencha vers le visage assoupi, hésita encore un instant et posa sa bouche sur celle offerte. Il fit bien attention à ce que le contact soit léger, il ne voulait pas la réveiller, mais il avait besoin de son elixia, et ne pouvait en avoir que de cette façon.
Après le baiser il redevint chat, vérifia que nul n'était arrivé entre temps puis entreprit de passer sa patte derrière son oreille.

Fanaa prononça quelques mots mais si bas que le félin dut tendre l'oreille.


- Danse avec moi ... Ciel ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Jeu 12 Juil 2012 - 15:49

Un tambour géant semblait sonner, comme si le coeur géant du temple de pierre s'était éveillé. Le rythme restait lent. Ce n'était encore qu'un appel, le signal destiné aux pâtres toujours occupés à faire redescendre leurs bêtes le long des chemins étroits des falaises.
Dans un grondement sourd, les panneaux de pierre qui formaient le mur à la base du temple avaient pivoté, entraînés par des mécanismes et des contrepoids séculaires. Ils avaient repoussé le sable rouge, ouvrant complètement les salles les plus basses sur l'extérieur. Tandis que le soleil rasait le sommet des falaises, de grands feux grésillèrent tout autour du campement ménagé dans la vallée et les langues rouges des flammes s'élevèrent vers le ciel qui prenait lui aussi des reflets d'écarlate.
Tout au pied du temple, sur une grande surface circulaire tendue de ce qui devait être plusieurs dizaines de peaux de bêtes à cuir, des jeunes filles aux corps agiles dansaient, frappant la peau sonore dont les roulements s'accordaient aux tambours, la faisaient vibrer, ronfler de leurs orteils nus.

Les salles à présent ouvertes du côté de la vallée entouraient une autre vaste pièce centrale aux murs de colonnades blanches simplement tendus de longs voiles chamarrés qui s'agitaient au souffle d'une brise venue de l'extérieur. Cet endroit s'organisait un peu à la façon des salles de vapeurs, avec des marches concentriques qui permettaient de descendre à un vaste cercle dallé semblable à un bassin. Une mince couche d'eau scintillait sur la pierre, faisant osciller des pétales de fleurs qui avaient traversé le désert, conservés avec un soin extrême dans des jarres tapissées de mousse gorgée d'eau. Nul pierre précieuse, nul bijoux n'aurait pu être traité avec plus d'attention que ces éphémères coroles qui seraient fanées dès le lendemain.
Installés sur des coussins aux couleurs brillantes, Nuadi et Nuada jouaient avec l'eau du bout des pieds, tout en prêtant une oreille assez peu attentive aux quelques vieillards qui bêlaient d'inutiles recommandations dans leur dos.
Les tout premiers nomades s'approchaient timidement, osant à peine effleurer l'eau à l'opposée des jumeaux. L'eau, l'élément le plus précieux du désert, le plus indispensable, celui nécessaire à toute vie, le lien entre toute chose. Toucher une eau directement au contact des deux êtres sacrés constituait le plus grand honneur, et ce soir-là le plus grand cadeau imaginable.

Etendu au milieu d'une autre pile de coussins, Earl s'efforçait d'adopter une mine aimable. Mais il n'avait à grand peine pu que prendre un air exagérément ennuyé destiné à décourager toute tentative d'approche, quelle qu'elle soit. Pourtant l'astucieuse Nuada avait bien fait les choses et les vêtements aux couleurs chaudes qu'elle lui avait fait porter rehaussaient son teint et contrastaient agréablement avec ses longs cheveux de neige.
Ses habits n'étaient guère couvrants... mais pour le malheureux Ridelgald, on semblait avoir tout bonnement oublié de lui fournir un quelconque ersatz de chemise ou de gilet. Plus d'une jeune fille gloussait à la vue de son torse musclé et, disons-le, aussi velu que celui d'un ursa. Les demoiselles s'amusaient beaucoup du fait que cette toison arborait une teinte blond pâle au lieu du blanc auquel on aurait pu s'attendre.
Un ou deux regards curieux tentèrent timidement de se glisser entre les pans de la fine chemise d'Earl, mais le froncement des sourcils du Lévitis suffisait pour le moment à déjouer toute pensée trop familière.

Le choeur sauvage des tambours et des battements de pieds s'était accéléré, célébrant le lever des lunes dans les cieux à présent sombres. Les clochettes tintaient aux chevilles, les perles cliquetaient dans les cheveux et accrochaient l'éclat des feux.

Avachi dans ses coussins, Earl dégaina une pipe à fourneau d'argent et, non sans quelque difficulté à cause de ses doigts à nouveau étroitement bandés sous ses gants, entreprit de l'allumer. Mais une main de cuivre toute scintillante de bagues et de chaînettes d'or jaillit pour la lui soustraire.


- Nereeeeeeeyn... Tu n'as pas le droit de chercher à t’embrumer le cerveau ce soir.

Le Lévitis considéra Nuada dont le bout du pied tapait avec colère sur le sol couvert d'eau.

- Ah mais de quoi je me mêle ? De toute façon je n'ai aucune intention de servir de jouet à... rgnnn...

D'un geste définitif, la jeune fille lui avait fourré une sorte de petit pain dans la bouche, le forçant bon gré mal gré à se taire.

- Mais détends-toi un peu !

Tandis que Nuada retournait à sa place et qu'Earl se débattait avec son petit pain, Ridelgald se rapprocha avec quelque embarras, tout en scrutant les autres personnes qui allaient et venaient. Il semblait chercher quelqu'un.

- Heu, je... mon capitaine, est-ce...
- Rah !
- Hum, monseigneur, est-ce que vous avez vu... heu... ahem... vous auriez vu demoiselle Fynarine dans le coin ?

Et Earl s'étrangla à demi, une subite rougeur aux pommettes.

- De quoi ?! Oh hé, Ridel, attends une minute...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Jeu 12 Juil 2012 - 16:08

*Non je n'irai pas je n'irai pas, je n'irai pas. Si il me voit dans cette tenue j'aurai la honte de ma vie. C'est comme si j'étais toute nue ! Et puis ce n'est pas sérieux. Je suis une soigneuse. Une soigneuse ne doit pas prendre de risque d'être trop fatiguée ou enivrée et donc incapable d'aider ceux qui auront besoin d'elle le lendemain. C'est la règle.*

Fynarine resserra autour d'elle son châle à demi-transparent vert autour d'elle, ce qui fit tinter les breloques qui le décoraient. Fort heureusement, il était impossible de différencier ses breloques par rapport à celles de toutes les autres jeunes filles. Elle n'osait rentrer dans la foule et s'y fondre, rien que de regarder la masse de monde lui faisait déjà tourner la tête. Et puis comment trouver Ridelgald là-dedans ? En plus Fanaa avait tort sur tous les points. Elle ne voulait ni de Ridelgald, ni d'Earl, Grands Dieux ! Elle ne voulait personne ! Voilà.
D'ailleurs cette fête n'était pas pour les étrangers. Elle allait s'en retourner sur ses pas lorsqu'une ribambelle de jeunes gens et de jeunes filles gloussant passèrent près d'elle et l'entraînèrent dans une farandole !

Kraa, quant à lui, profita de la fraîcheur de la nuit pour aller voir si il pouvait trouver quelque chose à chasser dans cette contrée si loin de chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Jeu 12 Juil 2012 - 17:07

- Je vous ai laissés causer chiffons en tête-à-tête presque toute la journée et tu n'as pas été fichu de lui fixer rendez-vous ou d'aller directement la chercher ? Par Ael, Ridel... arrête de te prendre pour moi, à la fin !

Ridelgald manqua en laisser sa mâchoire dégringoler sur le sol.

- Comment ça "nous laisser causer chiffons" ? Et puis...

La mine boudeuse et l'oeil rogue, certes, mais Earl semblait plutôt d'humeur accommodante. Ou du moins d'humeur moqueuse.

Les dernières révélations, ou plutôt les confirmations apportées par Nuada avaient éclairci pas mal de zones d'ombres qui le préoccupaient depuis quelques temps. La façon dont il avait pu guérir après l'incident d'Ilymir était à présent claire... un deuxième réseau destiné à faire circuler l'elixia ? C'était parfaitement normal pour quelqu'un censé pouvoir modifier totalement son apparence. Si son elixia n'avait pas été réorientée vers ce réseau particulier, le ziral n'aurait probablement rien déclenché de spécial... ou peut-être que cela aurait eu l'effet dévastateur auquel s'attendait Kal'en, comme pour n'importe quelle personne normalement constituée.
Il avait trouvé des réponses.

Penchant un peu la tête sur le côté, Earl considéra une farandole de jeunes gens particulièrement joyeux qui faisaient tinter clochettes et grelots juste dans le dos de son ancien second. Un éclair vert attira son attention.


- Mmmh... Ridel ?
- Mon c...seigneur ?
- Essaye de te monter un peu plus efficace, tu veux ?

D'une main preste, il tira sur le tapis qui se trouvait sous le pieds de Ridelgald, lequel dégringola à la renverse au milieu de la farandole qui accueillit cette arrivée un peu trop enthousiaste avec de grands rires.
Profitant de la confusion, Earl quitta sa pile de coussins et se glissa vers les escaliers menant aux étages.
Nuada avait peut-être confisqué son unique pipe, mais si elle pensait avoir le dernier mot...

Les braséros étaient presque éteints, et les seules sources de lumière provenaient du dehors, des lunes et des feux. A tâtons, Earl fouilla dans les affaires qui avaient été ramenés depuis les grottes après la tempête.
Ah, il le tenait. Le manteau qu'il avait emprunté à Syld. Il ne remettrait sûrement pas ce grand machin à la coupe hasardeuse commune à tous les manteaux qui avaient l'étrange don de plaire à l'assassin ; il donnait tout à fait l'allure d'un pillard fédorien une fois à l'envers, mais le tissu était trop lourd, trop épais... c'était une véritable étuve sous le soleil du désert.
Le vêtement sur le bras, Earl sortit sur la galerie extérieure, pour palper les innombrables poches à la lueur des lunes. Il commençait à retrouver des sensations dans les doigts : même au travers des gants et des bandages, il pouvait sentir la multitude d'accros, de déchirures et de rapiéçages plus ou moins heureux qui couturaient le manteau. Des coupures nettes dues à des épées ou des dagues, quelques boutonnières excédentaires causées par un ou deux flèches... même une faible odeur de sang venait rappeler les activités de son propriétaire d'origine.

Avec un grognement de satisfaction, Earl dénicha une pipe de bois noir dans les tréfonds d'une doublure élimée.
Accoudé à la rambarde, il considéra un moment les ombres mouvantes autour des feux avant de reposer les yeux sur le manteau shalos.


- J'espère que vous vous en sortez là bas... je l'espère vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mellyna

avatar

Réputation : 537

MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   Jeu 12 Juil 2012 - 17:53

Mellyna et Thani débouchèrent au milieu d'une fête, elle n'avait jamais vu autant de nomades rassemblés et surtout ainsi parés. Thani pris son air le plus bougon.

-Zut ! J'ai trop trainé, la fête a commencé, ça ne va pas être facile d'approcher les Ilahi.
-En quoi consiste cette fête ?
-Bon, il faut les trouver, ils doivent être au bord de l'eau.

Thani avait volontairement ignoré sa question et Mellyna se rembrunit. S'il ne voulait pas lui répondre très bien ! Elle irait chercher Fanaa qui elle répondait toujours à ses questions visiblement idiotes !

-Je vais voir si Fanaa est encore dans le sanctuaire ! On se rejoint dans le hall dans une heure ?
-Mais, attends ! Tu ne vas pas ? Et puis c'est qui cette Fanaa ?

Trop tard, la jeune femme agile s'était déjà faufilée entre les badauds, s'enfonçant dans les couloirs du sanctuaire.

-Rezut !

Il aperçut les Ilahi, au loin, au milieu de la foule. Malgré le monde, les nomades le reconnurent et il put s'approcher. Ainsi Nuada pourra l'apercevoir, lui signifier si sa demande attendrait ou si elle était plus urgente qu'elle n'avait voulu le dire à une étrangère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://menolly-48.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Confins du désert - sanctuaire du Pas du Dragon
Revenir en haut 
Page 3 sur 31Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 17 ... 31  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Cowcotland] Boitier In Win Dragon Slayer, le meilleur des Micro ATX Gamer
» [SPECTACLE] How To Train Your Dragon Arena Spectacular live action
» Mapsource: à quoi ça sert?
» A quoi sert le Portail?
» Dragon Quest : L'odyssée du roi maudit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Adreis :: Vie d'Adreis (Rôle Play) :: Histoires d'Adreis :: Zone des peuples :: Fedoran-
Sauter vers: