Projet Adreis

Forum de discussion autour de ce futur RPG en PHP.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Bonjour et bienvenue sur Adreis.
Pour plus de commodités, n'hésitez pas à vous inscrire dans les groupes qui vous correspondent.
N'hésitez pas faire des demandes aux administrateurs si vous avez des questions ou suggestions.
Passez un bon séjour !
Vous voulez communiquer entre vous ?
Plutôt que d'utiliser les moyens du bord, optez pour notre Voxli : https://www.voxli.com/Adreis
Que ce soit oral ou écrit, vous pourrez de cette manière rencontrer tout le monde plus facilement.

Partagez
 

 Prison

Aller en bas 
AuteurMessage
Syld
Shan of the Dead
Syld

Réputation : 1428

Prison Empty
MessageSujet: Prison   Prison Icon_minitimeLun 9 Nov 2009 - 1:40

Auberge des 3 zoris

Earl se contenta de hocher la tête aux paroles de Fanaa, déjà occupé à sélectionner les ficelles qu'il devrait tirer pour parvenir à ses fins. Convaincre les gardiens de les laisser voir le prisonnier ne serait pas aisé, d'autant plus qu'ils étaient mêlés à cette histoire.

Il consentit malgré tout à mettre en suspens sa réflexion aux dernières paroles de la jeune femme.


- Tu n'as rien à te reprocher. Ce ne sont que des livres. Ce n'est pas ce que j'appelle un "sacrifice". Il ne s'agit que d'objets. Utiles pour les connaissances qu'ils contiennent, et utiles de par la valeur marchande qu'ils représentent. Rien de plus.

Le ton du Lévitis était un peu trop froid, un peu trop métallique. On en serait venu à se demander ce que le clerc aurait pu hésiter à rejeter hors de sa vie pour accomplir ses objectifs. Il avait les yeux de quelqu'un pour qui, sauf exception, les humains représentaient à peine plus que des bouts de cuir et de parchemin couverts d'encre.

Il traversa la salle commune sans un regard vers les autres clients, complètement indifférent aux vibrations malveillantes qui émanaient de toutes parts, si fortes qu'elles en devenaient presque tangibles.
Ah, ce Lévitis, avec ses airs méprisants... C'était le pire du groupe. Les autres étaient aussi bizarres, suspects, mais lui ! Il se comportait comme s'il était le seigneur des lieux, et son regard traversait les gens autour de lui comme s'ils avaient été de verre. Il y avait quelque chose en lui qui incitait à garder le silence, à ravaler ces bouffées de haine, mais cela ne suffisait pas à les effacer. Plus d'un aurait été ravi de le lyncher en premier, rien que pour faire disparaître cette expression hautaine de son visage.

Earl attendit qu'ils soient dans la rue pour continuer :

- Si tu veux acheter de la nourriture en passant, vas-y. Mais ils ne la lui laisseront pas. Et il n'aura probablement pas le temps de manger pendant que nous serons là... dans le cas où nous serions autorisés à le voir, bien entendu. De plus...

Il marqua une pause.

- Autant que tu sâches à quoi t'attendre. Il y a des risques qu'il ne soit pas en état d'avaler quoi que ce soit. J'espère simplement qu'il sera conscient, et capable de parler. C'est vraiment le mieux qu'on puisse souhaiter.

Ils traversèrent rapidement la ville, marquant quelques arrêts chez divers antiquaires et bouquinistes ayant pignon sur rue.
Leurs pas les menèrent finalement jusqu'à un bâtiment bas et massif, assez peu réjouissant à regarder, mais en excellent état.

Earl considéra la haute porte de bois massif qui flanquait l'entrée et prit une profonde inspiration avant de frapper à l'huis. Une petite trappe à hauteur de tête s'ouvrit aussitôt.


- Qui va là ?

Le clerc avait pris soin de passer sa veste la plus militaire en allant chercher les livres dans sa chambre, et il n'y avait aucune ambigüité sur sa qualité. Et la chevalière qu'il portait à la main qu'il avait levée de façon à ce qu'elle soit parfaitement visible portait le sceau formidable des Adennon. L'influence de l'ex-chancelier d'Ael se faisait encore ressentir hors de Lévitas en dépit des années, et l'indécente richesse qui accompagnait inévitablement ce nom suffisait à entretenir un certain respect chez ceux qui avaient eu affaire de près ou de loin avec le vieux seigneur. Il fallait espérer que les autorités de Faelanir n'avaient pas perdu la mémoire...

- Je souhaiterais m'entretenir avec la personne en charge de ces lieux.

Le garde plissa les yeux, hésita, puis referma la trappe.
Il y eut un bruit de verrou, et la porte s'entrouvrit.


- Bien, je vais vous amener au capitaine.

Earl entre d'un pas ferme. Ils traversèrent une petite cour aux pavés grisâtres, avant d'être introduits dans un large couloir qui faisait office de hall.

- Le bureau du capitaine est par ici.

Le garde glissa un oeil indécis du côté de Fanaa.

- Est-ce que... ?

Earl se retourna vers la jeune femme et demanda avec douceur :
- Fanaa, est-ce que tu pourrais m'attendre ici ? Ou dans une pièce plus confortable où tu pourras t'assoir ?

Le Lévitis tourna un regard interrogateur vers leur guide tout en posant cette dernière question. Le milicien acquiesça aussitôt et, satisfait, le clerc poursuivit :
- Juste le temps de discuter avec le responsable. J'essayerai de faire vite, mais ça risque d'être long...
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Prison Empty
MessageSujet: Re: Prison   Prison Icon_minitimeLun 9 Nov 2009 - 3:14

Finalement Earl avait trouvé le moyen de ne pas avoir à subir les bavardages de Fanaa. Quand la jeune fille se sentait nerveuse, elle enchainait les mots, les phrases, les questions et les idées pour tenter de penser à autre chose et se calmer. En général sans succès. Et puis, quand sa nervosité dépassait un certain seuil, c'était l'exact contraire qui se produisait.
Comme là.
C'est dans un silence total que Fanaa suivit Earl pour traverser Faelanir et faire les arrêts nécessaires pour changer ses précieux livres en autant de zoris possible ainsi que pour les emplettes demandées par Fanaa.
Elle était silencieuse comme une ombre et semblait comme absente. En vérité elle était au bord de l'évanouissement mais résistait.
Earl dut finir par le remarquer quand il se retourna car sa voix, lorsqu'il lui demanda d'aller l'attendre, était pleine de sollicitude. Elle acquiesça et se laissa mener dans une pièce aux murs de pierre nue.

Il y avait un banc, deux chaises et une petite table basse sans rien dessus. Les seules ouvertures étaient quelques hautes meurtrières. A l'évidence cette salle n'était pas faite pour être confortable aux visiteurs. Il n'y en avait sûrement pas beaucoup de toute façon.

Fanaa s'assit sur une chaise, le dos bien droit, ses pieds chaussés de sandales serrés l'un contre l'autre, et un petit paquet sur ses genoux. Elle portait la robe crème achetée par Syld la veille et ne bougeait pas.

Earl avait dit qu'ils ne savaient pas dans quel état ils allaient retrouver le chenapan. Par les lunes il
espérait qu'il serait conscient ! Pourquoi ne s'était il pas sauvé ? Il aurait dû fuir. Il aurait dû partir loin, très loin de Faelanir. Quelque part à l'abri où ils auraient ou le retrouver plus tard. Le pauvre, ils allaient encore lui faire du mal ! Encore... Fanaa était rongée par l'angoisse. Elle ferma les yeux très fort car elle se sentait défaillir. Et peut être qu'elle perdit pied quelques instants mais finalement se reprit.

Elle devait se calmer et se reprendre. Si ils parvenaient à voir Syld et si lui était conscient à ce moment - ce qu'elle espérait de toutes ses forces - il vaudrait mieux lui présenter un visage avenant et agréable. Des larmes de plus n'arrangeraient pas les choses et ne l'aideraient pas, loin de là. Elle elle devait être forte. Na pas pleurer, ne pas trembler, ne pas craquer. Un masque. Serait elle capable de porter un masque ? Il le fallait. Elle devrait se maitriser. Elle devrait...


*On ne sait pas dans quel état on va le trouver... Oh mon ange que t'ont-ils encore fait...*

Fanaa baissa de nouveau les paupières, laissa aller sa tête en arrière, exhala profondément, rouvrit les yeux et laissa son regard se perdre dans le vague.





Gavriel était complètement écroulé. Fanaa s'en était allée, le laissant en arrière. Alors que lui avait tant besoin d'elle. Depuis la nuit dernière, c'était la première fois qu'ils étaient séparés par plus de quelques chambres d'auberge. Et c'était horrible. Il la sentait oui, mais si ténue, elle était trop loin de lui. Il se força à manger mais tout ce qu'il ingurgitait lui semblait avoir gout de carton, au mieux. La shalos tentait de l'apaiser. Elle lui prit la main. C'était un geste gentil. Elle avait un lien avec Fanaa. Ce n'était pas très clair et cela n'était rien comparé à son lien à lui mais c'était toujours ça. Gavriel posa sa tête sur l'épaule de Kyara.


- Qu'est-ce qu'il allait lui dire à ton avis ?

De l'autre côté de Kyara, Reen s'était appropriée l'autre épaule.


- Beuh Kyara j'ai mal au cœur!
Revenir en haut Aller en bas
Syld
Shan of the Dead
Syld

Réputation : 1428

Prison Empty
MessageSujet: Re: Prison   Prison Icon_minitimeLun 9 Nov 2009 - 4:42

Comme la plupart des portes du bâtiment, la porte du bureau où Earl était entré était faite de bois épais et ne laissait pas filtrer un son.
Un long moment s'écoula.
Enfin, le battant s'ouvrit assez brusquement et le Lévitis sortit. Il marqua un arrêt sur le seuil afin d'adresser un dernier signe de tête à la personne restée à l'intérieur, avant de passer dans le hall où l'attendait un nouveau garde. Celui-ci s'inclina poliment puis, lui ayant fait signe de le suivre, ouvrit la voie jusqu'à la pièce où patientait Fanaa.


- Je reviendrai vous avertir lorsque ce sera fini.

Le soldat salua une nouvelle fois et se retira en refermant silencieusement la porte derrière lui.

Earl resta quelques instants immobile là où il s'était arrêté après être entré dans la salle. Son visage était clairement plus pâle, plus dur qu'à l'ordinaire.
Finalement, il se décida à faire les quelques pas qui le séparaient de la chaise libre et s'y assit avec raideur.


- Nous pourrons le voir. Mais il n'est... ils ne l'ont pas encore ramené à sa cellule.

Il n'alla pas plus loin. Cette déclaration sinistre se suffisait à elle-même.

Le Lévitis s'appuya contre l'inconfortable dossier. Il décompta mentalement le temps qui s'était écoulé depuis l'arrestation. Le moment de stupeur pendant lequel il était resté sans pouvoir remuer un cil sur le banc de la salle commune, le récit de Fanaa, la vente des livres, la traversée de la ville, les négociations avec l'officier en charge de la prison... Tout cela avait semblé court, mais... Bon sang, plus de quatre heures s'étaient écoulées !
Bien des choses pouvaient se passer en l'espace de quatre heures, il ne le savait que trop bien.

Il avait envie de poser ses coudes sur ses genoux et d'enfouir sa tête dans ses mains. Mais ce n'était pas une attitude digne d'un soldat de Lévitas.
Les traits tendus, le jeune homme croisa les bras, insensible au bois dur du dossier qui lui meurtrissait les omoplates. Ses cils de givre s'abaissèrent comme s'il s'endormait, cependant pas un muscle de son visage ne se détendit. Il attendait.
Earl avait déjà réfléchi aux questions importantes qu'il devrait poser à Syld pendant les quelques minutes qui leur seraient imparties en l'absence de tout garde. Cette dernière exigence avait été la plus difficle à faire accepter. Mais maintenant, à moins de partir sur des hypothèses ne reposant au mieux que sur des intuitions personnelles, il n'avait plus rien à penser. Plus rien, à part...
Non, il ne fallait pas commencer à égrener les secondes dans sa tête et s'imaginer trop clairement ce qui se produisait ailleurs pendant chacune de ces secondes.

Cela prenait du temps, beaucoup trop de temps...

Le gémissement de la porte qui pivotait sur ses gonds lui fit l'effet d'une décharge électrique.


- Est-ce que...
- Non, navré. Le capitaine a demandé à ce qu'on s'assure que vous ne manquiez de rien. Il va bientôt être l'heure du déjeuner et...

Le Lévitis se laissa retomber contre le dossier du siège avec un soupir. Il interrompit le garde d'un mouvement sec de la main.

- Je n'ai besoin de rien, merci. Vous pouvez...

Il s'interrompit, se souvenant qu'après tout il n'était pas seul.

- Fanaa ? Est-ce que tu veux quelque chose ? Même un simple verre d'eau ?

Elle avait l'air sur le point de se briser en morceaux comme une poupée de porcelaine, ainsi figée sur son siège, le regard fixé dans le vide.
Et à la réflexion, lui-même devait à peine avoir l'air mieux si on y regardait de trop près...
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Prison Empty
MessageSujet: Re: Prison   Prison Icon_minitimeLun 9 Nov 2009 - 16:57

Au retour d'Earl, Fanaa n'avait pas bougé. Tout juste avait elle acquiescé lorsqu'il lui avait précisé... ce qu'il en était. Fanaa attendait.
Quand il lui demanda si elle avait soif elle fit "non" de la tête et regarda le garde. Elle hésita. Devait elle lui sourire ? Elle n'était guère en état. Elle inclina tout de même la tête pour le remercier puis regarda Earl quand ils furent de nouveau seuls. Earl, sa pâleur, ses traits tirés, sa mâchoire crispée, sa sourde inquiétude à lui aussi.

La Danseuse ne pouvait proférer un son. Sa gorge était si crispée que parler lui semblait devenu impossible. Elle ne dit donc rien. De toute façon, quels mots auraient pu être prononcés ici ? Au lieu de cela, elle prit la main du Levitis dans la sienne et la serra tandis que son regard se perdait de nouveau. Elle attendait.

Un croassement lointain.

Fanaa dressa l'oreille. Quelques instants plus tard elle entendit des battements d'ailes et un chuintement. Il la cherchait. Laissant Earl, Fanaa se leva et alla contre l'autre mur où se trouvaient les meurtrières. Ces ouvertures n'étaient pas assez larges pour laisser passer un krobeau, ce qui faisait râler se-dernier.


*Kraa...*

L'ouverture était bien trop haut ! La jeune fille tira le banc, s'y mit debout sur la pointe des pieds, mais même ainsi il lui manquait une tête pour pouvoir regarder au-dehors. Il y avait plusieurs battements d'ailes de l'autre côté du mur épais et froid. Fanaa leva son bras pour permettre aux rapaces de l'apercevoir.

Elle tenta de faire entendre sa voix mais sa gorge était si serrée... A peine put elle produire un chuintement.


*Par ici, par ici !* leur dit elle en agitant la main. Une petite bille noire tomba sur sa tête. Quelques autres suivirent, rebondirent sur le banc et tombèrent au sol. Il y eut aussi quelques feuilles qui voltigèrent. Fanaa attrapa celles qu'elle pouvait au vol et se retrouva bientôt à quatre pattes pour récupérer le reste. Une fois qu'elle eut tout ramassé ou presque - quelques graines avaient roué dans des interstices beaucoup trop étroits - elle les serra contre elle, remercia les krobeaux d'une petite trille et retourna s'asseoir. Elle écouta et quand elle n'entendit plus les battements, elle ouvrit sa main et en déversa le contenu sur ses genoux.

Il y avait là plusieurs plantes dont des graines noires pour purifier le sang, des petites feuilles rouges contre la douleur, d'autres vert pâle contre la fièvre et de minuscules baies sombres contre les infections.

Elle choisit une petite feuille vert vif et la tendit à Earl.


- Pour toi.

Fanaa n'avait aucune idée des noms de toutes ces plantes et cela l'avait empêchée d'aller en acheter avec Earl. Mais passer par Kraa était une bonne idée déjà, elle ne faisait rien dépenser à l'ami de Syld et surtout, c'est fraichement cueillies qu'elles avaient le plus d'effet.
Mais il y en avait peu. Il y avait seulement trois feuilles de chaque, quatre baies et deux graines.

Elle prit elle-même une feuille semblable à celle qu'elle avait tendue à Earl et la plaça sous sa langue. Il valait mieux avoir l'esprit clair et vif. Ils n'auraient pas beaucoup de temps à consacrer à Syld donc il était impensable d'en perdre à cause d'un accès de faiblesse malvenue. La plante allait leur donner le coup de fouet nécessaire, faire briller leurs yeux, aiguiser leurs sens. Un certain moment. Et puis après il y aurait le contrecoup, mais Earl avait dit qu'il avait mangé. Ce serait un peu désagréable mais pas douloureux.


Revenir en haut Aller en bas
Syld
Shan of the Dead
Syld

Réputation : 1428

Prison Empty
MessageSujet: Re: Prison   Prison Icon_minitimeLun 9 Nov 2009 - 18:23

Earl tourna la feuille entre ses doigts puis, avec un hochement de tête approbateur, imita Fanaa.
Le bruit de la porte le fit se raidir.


- Suivez-moi.

Le clerc se leva et emboîta fermement le pas du garde. Ils retraversèrent le hall, empruntèrent une porte voûté dans un des angles et...

Earl s'arrêta net dès qu'il eut posé le pied dans le couloir chichement éclairé par des meurtrières horizontales à ras de plafond. Cette impression d'avoir son énergie draînée lentement mais continuellement... Il y avait des pierres d'anti-elixia scellées dans les murs. Même un sorcier aurait été incapable d'utiliser le moindre enchantement dans cette partie du bâtiment.
Leur guide s'était immobilisé aussi, comme s'il s'attendait à la réaction du clerc.


- Vous allez bien ? Il y a certains manieurs d'elixia qui le supportent assez mal...
- Ca va. Continuons.

Ils dépassèrent plusieurs portes massives sans s'arrêter. Ce corridor était sombre, froid, bref, lugubre à souhait. Mais il était propre.
Enfin, le garde ralentit et s'arrêta devant une porte qu'il déverrouilla à l'aide d'un trousseau de clefs d'aspect formidable. Il alluma la torche fichée dans un des murs à l'aide d'une de celles du couloir avant de reculer vers le seuil.


- Vous avez dix minutes.

La gorge sèche, Earl acquiesça. Une fois la porte refermée derrière eux, il se retourna vers la solide rangée de barreaux qui divisait la pièce en deux.

- Syld...

La forme étendue sur l'espèce de banc poussé contre le mur du fond remua un peu, puis le Shalos fit glisser ses jambes par dessus le bord de bois écaillé et se mit sur son séant.

- Ah, juste à l'heure, mon vieux...

S'appuyant d'une main à la paroi, Syld fit les quelques pas qui le séparaient de la grille puis se laissa glisser assis au sol, le souffle court.

- Ca va ? Tu tiens le choc ? demanda-t-il d'une voix cassée, comme s'il avait trop crié.
- C'est ma réplique, ça, crétin !

Tout en parlant, Earl tendit la main entre les barreaux pour essuyer le filet de sang qui coagulait à la commissure des lèvres de l'assassin. Ce dernier se fendit d'un large sourire qui tremblait juste un peu et appuya la tête contre la grille.

- Bah... j'ai connu pire, hein... J'ai eu le temps d'avaler un de ces philtres qui atténue la douleur, tu sais... Ceux que je planque dans mes manches.
- Je comptais bien dessus.
- Après ils ont embarqué mes affaires, soupira le Shalos en soulevant un pan de la chemise de lin grossier qu'il portait à présent.

Des taches sombres maculaient le vêtement. Le regard acéré du clerc perçut les tremblement de plus en plus incontrôlables qui secouaient Syld. Certaines des taches se bordaient d'un rouge plus vif.
Les effets de la potion commençaient à disparaître. Au rythme où ça allait, le brigand ne tarderait pas à perdre conscience. Les plantes médicinales que Fanaa avait obtenues ne suffiraient sans doute pas complètement. Ils devaient faire vite.

Le Lévitis se mordit l'intérieur de la joue, tentant furieusement de retrouver les questions qu'il devait absolument lui poser avant le retour du gardien. Feuille ou pas feuille, il avait le plus grand mal à réfléchir de façon claire.


- Hey, tu crois que tu pourras récupérer mes affaires en partant ? Mes frusques, je m'en fiche un peu, mais ils ont mes armes, ma boucle d'oreille...
- Ca devrait être possible, lâcha le clerc d'une voix sourde.

Satisfait, Syld tourna un peu la tête et réussit à prendre un de ces visages taquins qui le caractérisaient si bien.


- J'aurais autant préféré que tu ne me voies pas dans cet état, Fanaa. Ca manque terriblement de romantique, tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Prison Empty
MessageSujet: Re: Prison   Prison Icon_minitimeLun 9 Nov 2009 - 19:26

Sur le trajet, Fanaa s'était pincé les joues et mordillé les lèvres pour avoir des couleurs. Simple coquetterie ? Non. Mais présenter une mine trop défaite n'aiderait pas forcément Syld à tenir le coup.

Et alors ils le rejoignirent. Avec les mises en garde d'Earl, Fanaa s'était attendue à bien pire. Là, il était conscient, il se déplaçait, il essayait d'être comme d'habitude. Et c'est certainement ce qui rendait la scène plus terrible, ce fait que chacun veuille jouer son rôle comme si de rien n'était. Fanaa songea à son rêve éveillé sur la plage : Syld qui riait, Earl qui pestait. Et elle-même, qui ne pleurait pas pour une fois.

Elle attendit immobile qu'il la remarque, observant chaque détail, tremblement, posture, tâche de sang. Elle souhaita rester invisible mais bien sûr il remarqua sa présence. Et elle alla s'agenouiller face à lui. Il avait encore la force de plaisanter. Fanaa passa sa main entre les barreaux et la posa sur la bouche du chenapan tandis hochait la tête en signe de dénégation. Chaque geste était effectué le plus délicatement possible.
Il savait lire dans ses yeux, il comprit donc le "arrête tes bêtises".
Sa main quitta sa bouche pour effleurer du bout des doigts sa joue et son cou. Au moins il lui avaient laissé son bandeau. La danseuse se saisit de la main de Syld et la retourna. Dans sa paume elle déversa ses feuilles et graines. Elle s'était sentie si soulagée tout à l'heure lorsque Kraa les lui avait apportées ! Maintenant, face à l'étendue des dégâts elle réalisait que cette aide était bien dérisoire. Du doigt elle lui indiqua sa main pleine puis sa bouche. "allez hop!".

Dans le paquet de Fanaa il n'y avait que du pain et une flasque d'eau, elle ne savait pas ce qu'il serait en état de manger et Earl lui avait dit qu'elle ne pourrait rien lui laisser après l'entrevue. Elle en déchira un bout et le lui tendit. Son regard indiquait clairement qu'il n'échapperait pas de nouveau à son repas, non mais !

Au passage, mine de rien, elle décocha un coup de coude à Earl pour le secouer. N'avait il pas des questions à poser, lui ? Ce n'était pas le moment de perdre du temps ils n'en avaient pas.


La main vide de Fanaa se faufila entre les barreaux pour chercher celle de Syld. Elle l'effleura du bout des doigts puis se posa dessus avec mille précautions. Elle releva la tête pour le caresser tendrement du regard. Ils étaient là maintenant et ils feraient tout ce qui était en leur pouvoir. Tout pour lui.

Mais qu'il mange son pain et ses feuilles sinon gare à ses oreilles!
Revenir en haut Aller en bas
Syld
Shan of the Dead
Syld

Réputation : 1428

Prison Empty
MessageSujet: Re: Prison   Prison Icon_minitimeLun 9 Nov 2009 - 20:07

Syld faillit hausser les épaules, mais interrompit son mouvement avec un petit tressaillement de douleur.
Cédant au regard de Fanaa, il goba les baies et les graines, mâchonna les feuilles avec un soin excessif. Cependant il reposa le morceau de pain sur ses genoux avec un pâle sourire d'excuse. Il commençait à avoir du mal à remuer les mâchoires, et un mince ruisselet écarlate descendait lentement de sa tempe, glissant le long de sa joue.
La décoction qu'il avait pris agissait sur les centres nerveux afin de juguler la souffrance et ralentissait le rythme cardiaque pour limiter d'éventuelles hémorragies. La potion avait été bien faite, mais ses bienfaits étaient temporaires. Elle était prévue pour tenir le coup jusqu'à l'arrivée d'un soigneur, et ne soignait rien en elle-même.
Le jeune homme avait l'impression de sentir ses os craquer les uns après les autres.


- Hey, Earl... Secoue-toi un peu. Je te signale que j'attends juste que vous soyez partis pour tourner de l'oeil.

Le Shalos avait fait cette déclaration sur le ton de la plaisanterie, mais on sentait que le fond était sérieux. Le Lévitis parvint enfin à retrouver le fil de ses pensées.

- Oui, désolé.
- Ca rappelle de mauvais souvenirs, pas vrai ?
- J'aurais dû me douter qu'avec toi dans le coin, il ne serait pas question de se détendre... Bon, je suppose que vu le temps que ça a pris, tu as tout nié en bloc ?
- Évidemment. Même si je ne sais pas moi-même si j'ai tué cette pauvre petite serveuse ou pas. Mais cela ne suffira pas. J'ai passé une partie de la soirée avec cette pauvre fille, et c'est moi qu'elle était censée retrouver. Et puis... ils savent quelles sont mes activités.

Le clerc sursauta et crispa un peu plus la main sur les barreaux.

- Qui leur a dit ça ?
- Aucune idée. Cela pourrait être n'importe qui. Ce n'est pas comme si j'en faisais vraiment mystère. Des gens de tous horizons viennent à Faelanir, tu sais...

Le clerc serra les dents. C'était mauvais, très mauvais. Toute cette histoire s'articulait trop bien.

- Syld, raconte-moi ce dont tu te souviens. Tout, jusqu'au moindre détail.

Earl écouta avec attention le récit hésitant du jeune homme, rassemblant les pièces du puzzle qu'il avait déjà en main. Non, décidément, cela n'allait pas.

- Une nuit de "lunes noires", hein...
- Je sais ce que tu penses. Que j'aurais vraiment pu arracher la tête de cette fille dans un moment de... enfin tu vois. Même moi je me le dis.
- Cela n'a vraiment rien d'impossible. Tout s'est peut-être passé juste comme tout le monde le croit. Mais quand même... ce mal de tête persistant...

Le Lévitis jeta un rapide coup d'oeil vers l'autre extrémité du corridor. Le garde ne revenait pas. Bon.

- Est-ce que tu as une coupure quelque part ? Ailleurs qu'à ton doigt ?
- Tu sais, là j'en ai plusieurs toutes neuves...
- Je sais, mais essaye d'y réfléchir.

Syld hésita avant de lever une main pour se frotter le cou.

- Je crois... j'avais l'impression que ça me brûlait, par là.

Le Lévitis lui écarta les cheveux et plissa les yeux pour mieux voir en dépit du peu de lumière. Une minuscule éraflure juste sous l'oreille, oui. Une éraflure qui avait décoloré la peau tout autour.

- Poison. On t'a touché avec une lame empoisonnée. Probablement quelque chose pour te faire perdre connaissance. Tu as vraiment dû te battre contre quelqu'un. Quelqu'un d'entraîné. Je connais assez peu de personnes qui se promènent avec des armes empoisonnées en permanence juste pour le plaisir.
- Mais...

Un bruit de pas pesants l'interrompit.

- Allez, ça suffit. Sortez, maintenant.

Earl décocha un regard furieux au gardien, qui ne se troubla guère.

- Ca fait presque un quart d'heure, alors maintenant ça suffit.

Le Lévitis consentit à se relever et fit mine d'épousseter son manteau pour échanger un coup d'oeil entendu avec Syld. Il y avait décidément quelque chose de pas très clair dans tout ça.

- Fanaa ? Nous allons devoir y aller, fit le clerc à regret.
- Vas-y, renchérit doucement le Shalos dans un murmure. Ca ira pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Prison Empty
MessageSujet: Re: Prison   Prison Icon_minitimeMar 10 Nov 2009 - 3:49

Il ne pouvait pas même manger. Pourtant il avait besoin de forces ! Mais même le regard suppliant qu'elle lui lança n'eut aucun effet. Il ne le pouvait tout simplement pas. Tandis que Syld et Earl discutaient, Fanaa secoua le tissu qui avait enveloppé le pain, le plia, y versa de l'eau et tamponna doucement le tempe de Syld. Mentalement elle dressa la liste des blessures plus ou moins apparentes et y ajouta un certain nombre de lésions internes. Elles étaient plus que probables. Et ces affreux barreaux qui les séparaient l'un de l'autre, qui le séparaient de la liberté, qui l'enfermaient avec la douleur des tortures, de la maltraitance, de l'injustice.

Le garde revint, et malgré qu'il dise avoir laissé plus de temps que prévu, il sembla à Fanaa qu'ils venaient tout juste d'arriver. Ils ne pouvaient pas repartir quand même ! Pas déjà ! Pas en le laissant là, tout seul ! Elle voulut faire part de ces exclamations au Levitis mais ...


- ... !

Décidément sa gorge était beaucoup trop serrée. Tout son être était tendu à craquer, au supplice. Mais Earl avait raison, il fallait y aller. Il le fallait. S'agripper aux barreaux ne servait à rien. A part peut être, à la longue, à mettre le gardien de mauvais poil. Et alors il pourrait se décider de se venger sur Syld. Fanaa ferma les yeux, prit une profonde inspiration et lâcha les barreaux. Elle porta le bout de ses doigts blanc à sa bouche et alla dans le même mouvement, déposer ce baiser sur les lèvres de l'ange emprisonné. Elle fit un immense effort et lui sourit. Et son sourire était tout ce qu'il y avait de lumineux.

- Je t'attends... un souffle. Ces mots n'avaient été qu'un souffle et démentaient la confiance qu'elle avait voulu faire passer dans son sourire.

Elle se leva finalement, sortit de la salle à reculons, gardant jusqu'au dernier instant, son regard éperdu de tendresse et d'inquiétude sur celui qu'il lui semblait abandonner. Et cet état de fait lui fendait le cœur. Elle avait beau se dire qu'ils n'avaient pas le choix, elle se sentait lâche, faible et inutile. Rien de moins.

Le jeune femme songea quand même à saluer le garde pour le remercier de sa patience. Quand bien même il était l'ennemi. Après tout il était du côté de ceux qui faisaient du mal à Syld. Peut être même le faisait il aussi ...

A peine furent ils dehors qu'il y eut un cri et une forme noire descendit en piqué vers eux. Fanaa leva son bras pour se protéger, le krobeau ouvrit ses ailes pour freiner au dernier moment et agrippa de ses serres l'avant bras de la jeune fille. Elle ne cilla pas quand le sa peau délicate fut légèrement entaillée, lui caressa distraitement la tête et reprit sa marche. La sensation d'oppression ressentie à l'intérieur du bâtiment commença à s'estomper et elle fut de nouveau capable de parler mais d'une voix qui restait un peu faible. Elle devait beaucoup se racler la gorge pour produire des sons cohérents mais cette gêne allait passer. Elle avait entendu la conversation mais, ne connaissant pas les tenants et les aboutissants de l'affaire elle ne devinait pas grand chose à ce qui se passait. Tout au plus avait elle des soupçons.

Sur son bras, l'imposant rapace était lourd mais sa présence la rassurait. Elle avait envie de glisser sa menote dans la main d'Earl mais n'osa pas même esquisser ce geste qui n'eut guère été respectueux vis à vis de lui. Le temps des taquineries était passé, Syld n'était pas avec eux.

Ils arrivèrent en vue de l'auberge des trois zoris, alors Fanaa s'immobilisa.


- On ne peut pas y aller. Earl, que va-t-on faire maintenant ? On ne peut...

Elle passa sa main sur sa gorge. Peut-être aurait elle dû boire finalement. Mais si elle ne forçait pas trop elle pouvait discuter presque normalement. Quoiqu'assez bas.
De son bras sur lequel nul n'était perché, elle désigna l'établissement.


- Même quand on leur prouvera qu'il est innocent, ce sera trop tard. Ils vont toujours le regarder comme un meurtrier. C'est déjà trop tard.

Ce lieu était devenu hostile. Mais ce n'était pas la crainte respectueuse et presque drôle qui avait poussé le tenancier à offrir des chambres aux énergumènes auteurs d'une certaine la casse lors de leur précédente venue. Non. Maintenant on allait entamer l'ère des regards en coins, des chuchotements, des piques inappropriées et de l'établissement sans jamais de place pour les recevoir à moins de payer une somme équivalent à louer ma totalité du bâtiment pour la semaine.

Ce lieu était devenu un territoire ennemi.


- Je préfère t'attendre là.

Revenir en haut Aller en bas
Syld
Shan of the Dead
Syld

Réputation : 1428

Prison Empty
MessageSujet: Re: Prison   Prison Icon_minitimeMar 17 Nov 2009 - 23:03

*Crrrr*
Un tour de manivelle de plus. La corde se tendit d'avantage, vibrant comme la corde d'un violon que l'archet vient de frôler.

C'était Aelred qui était derrière tout ça.
A quel moment Syld l'avait-il deviné ? Difficile à dire. Personne ne s'était donné la peine de lui expliquer pourquoi il était à nouveau attaché sur ce chevalet encore poisseux de sang, alors même que la sentence avait déjà été rendue. Cela, il l'avait deviné aux conversations de ses gardiens.
Personne ne lui avait rien dit, mais il se doutait qu'il y avait une personne haut placée qui tirait les ficelles... ah, "tirer les ficelles"...

*Crrrr... rrr*

Qui cela aurait-il pu être à part Adennon ?
Earl devait s'en vouloir...

*Rrrr*

Les bourreaux riaient.
On leur avait imposé quelques limites : qu'il soit en état de se tenir debout le moment venu, et qu'il soit capable de voir la corde se balancer devant lui, capable de parler pour crier grâce si l'envie lui prenait. Pour le reste, tant qu'ils ne le tuaient pas avant l'heure, ils avaient carte blanche. Celui qui avait "commandé" cette séance semblait vindicatif à souhait...
Toujours est-il qu'ils se faisaient plaisir. De si jolis "clients" étaient rares. Et ceux qui ne tournaient pas de l'oeil au bout de quelques heures l'étaient encore plus.

*Rr-Crac*

Un bruit semblable à une branche qui se casse.
Syld fut parcouru d'un spasme. Sa bouche s'ouvrit brusquement pour avaler une grande goulée d'air, mais pas un son n'en sortit.


- Aha, c'est l'avant-bras qui a cédé le premier, envoyez les zoris !

Des grognements mécontents fusèrent.

- L'os est bien cassé au moins ? Ce n'est pas juste l'articulation qui est démise ?
- Vérifie-toi même, si tu en doutes ! Là, tu vois ! Oh, regarde-moi ça comme il serre les dents, notre oiseau.

La pression des gros doigts rudes se fit plus forte, encore plus forte... Une plainte étranglée refusant de se laisser contenir jaillit entre les lèvres ensanglantées.

- Ah bah voilà, il a toujours ses cordes vocales ! Je commençait à croire qu'on le lui avait arrachées par inadvertance !

Le Shalos releva un peu la tête et, entre les mèches trempées de sueur qui lui tombaient devant le visage, décocha un regard noir au bourreau que l'alcool avait rendu le plus locace, le plus féroce.

- J'aime beaucoup ton regard, mon mignon, fit l'homme en saisissant durement le menton de l'assassin pour mieux apprécier l'éclat de l'oeil bleu vert. Si tu y mets une telle envie de meurtre, c'est qu'il te reste pas mal de volonté. Ca me plait.

Il se détourna un instant pour prendre quelque chose sur une des tables qui s'étalaient sur toute la largeur du mur voisin.

- Voyons... On nous a bien recommandé de ne pas trop t'abîmer extérieurement pour ne pas effaroucher la populace qui viendra te voir danser la gigue au bout d'une longueur de chanvre, mais...

L'homme se pencha sur Syld et lui caressa le torse de la pointe d'un des solides pics d'acier qu'il avait à la main. De l'autre, il balançait négligemment un maillet de bois.

- Réfléchissons donc... Ici, peut-être ? Ou là ?

La pointe de métal glissait entre les délicats renflements des muscles qui frémissaient sous la peau soyeuse. Le pic finit par s'arrêter.

- Ici.

Le maillet se leva.
Syld ferma les yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Syld
Shan of the Dead
Syld

Réputation : 1428

Prison Empty
MessageSujet: Re: Prison   Prison Icon_minitimeDim 29 Nov 2009 - 15:03

Il n'aurait pas fallu qu'il leur claque entre les doigts sans prévenir.
C'était ce que les bourreaux avaient fini par se dire lorsque Syld avait perdu connaissance pour la cinquième fois. S'ils continuaient comme ça, son coeur allait éclater comme le ferait un grobul.
Ils avaient donc sagement renoncé à le ranimer pour poursuivre leur "ouvrage" et avaient appelé des gardes pour le ramener à sa cellule, peu après la tombée de la nuit.
Cela faisait plus d'une journée non-stop que le Shalos encaissait la souffrance, les dents serrées. Pareille résistance aurait pu les impressionner... et cela les impressionnait. Un "jouet" avec lequel on pouvait s'amuser longtemps sans le casser, ô joie !
Mais ce beau jouet avait atteint une limite critique. S'ils la dépassaient, ils n'auraient dans le meilleur des cas qu'un condamné dans le coma à traîner jusqu'au gibet et à suspendre à la corde comme un simple morceau de viande. Les badauds venus assister au spectacles seraient fort déçus. Et celui qui avait requis cette séance supplémentaire serait plus que mécontent.
Soucieux de ne pas s'attirer les foudres divines, ils avaient reposé leurs outils.

Compatissants face à ce pauvre garçon dont la tête ballotait mollement d'un côté et de l'autre, les soldats chargés d'emporter Syld jusqu'à son cachot le déposèrent en douceur sur le banc poussé contre le mur de pierre froide, plutôt que de simplement le jeter au sol avant de refermer la grille. On lui avait grossièrement enveloppé les bras de bandages, moins pour le soulager que pour l'empêcher de crever d'hémorragie pendant les quelques heures qui restaient avant l'exécution. Des os en miettes, des brûlures, des incisions pratiquées pour fouiller les muscles, les nerfs et les tendons avec des pinces et des ciseaux d'acier... Les bourreaux connaissaient leur métier, et les lésions internes étaient sans commune mesure avec ce qu'on pouvait voir au premier abord. Après tout, il ne devait rester vivant que le temps de grimper sur l'estrade montée avec diligence par des charpentiers de marine.
Demeurer plus longtemps ainsi sans le moindre soin équivalait à une lente agonie.

Les gardes ne lui remirent de fers qu'autour des chevilles. Il ne risquait pas d'aller bien loin dans cet état, mais c'était la consigne.

Syld resta inconscient jusqu'à ce que la grille s'ouvre à nouveau.
Quatre silhouettes occultaient la lueur fumeuse des torches.


- Debout. Cela va bientôt être l'heure.

Déjà...

On prit l'assassin sous les bras pour le lever. Il trébucha, chancela, mais parvint à rester d'aplomb. Sa fierté lui interdisait de se faire traîner au dehors comme un animal réticent. Il n'aurait plus manqué qu'on pense qu'il avait peur.

Les gardes l'escortèrent -ou plutôt le soutinrent- jusqu'à une petite salle complètement nue, à part un anneau dans un mur et une étroite meurtrière à ras de plafond.
Une mince bande de ciel encore noir. Mais les étoiles qu'on pouvait voir à travers la meurtrière semblaient pâles, voilées... le matin arrivait.
Un nouveau garde en tenue d'exécuteur entra à leur suite et jeta une chemise et un pantalon de toile grossière mais relativement propre aux pieds du Shalos tandis que les autres soldats lui ôtaient ses fers.


- Change-toi. Ca ferait mauvais effet si les habitants te voyaient avec des loques raides de sang sur le dos.

Syld baissa les yeux sur les nouveaux vêtements puis regarda les mains brisées qui pendaient au bout de ses bras toujours inertes. Le rire du bourreau le larda comme la mèche suiffée d'un fouet.

- Ah, c'est vrai, il faut pouvoir se servir de ses mains pour ça !

L'homme s'approcha et le saisit par ce qui lui tenait lieu de col pour commencer à lui enlever sa chemise, mais s'arrêta presque aussitôt afin de détailler le jeune assassin avec plus d'attention.
Une lueur bizarre s'alluma dans ses yeux sombres.
Ses doigts gantés d'écarlate glissèrent presque avec tendresse sur la clavicule de Syld qui se mordit la lèvre et détourna le regard. Il avait déjà saisi la signification du sourire du bourreau.
Ce dernier s'adressa aux autres gardes sans se retourner :

- Vous pourriez sortir cinq minutes ? Je vais aider ce petit mignon à se changer...

Une expression de désapprobation ou de dégoût apparut sur les visages durs des soldats. Mais ils ne discutèrent pas et quittèrent la pièce en refermant la porte derrière eux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Prison Empty
MessageSujet: Re: Prison   Prison Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Prison
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Movis-straming[100% DVDRIP]Prison break S4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Adreis :: Vie d'Adreis (Rôle Play) :: Histoires d'Adreis :: Zone neutre :: Faelanir-
Sauter vers: