Projet Adreis

Forum de discussion autour de ce futur RPG en PHP.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Bonjour et bienvenue sur Adreis.
Pour plus de commodités, n'hésitez pas à vous inscrire dans les groupes qui vous correspondent.
N'hésitez pas faire des demandes aux administrateurs si vous avez des questions ou suggestions.
Passez un bon séjour !
Vous voulez communiquer entre vous ?
Plutôt que d'utiliser les moyens du bord, optez pour notre Voxli : https://www.voxli.com/Adreis
Que ce soit oral ou écrit, vous pourrez de cette manière rencontrer tout le monde plus facilement.

Partagez | 
 

 Lac Ryma

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Mer 13 Oct 2010 - 21:38

Se désintéressant complètement des jeux du "chat", Nuada s'étira avec volupté et se carra un peu plus dans l'épaisse fourrure du flanc de Sheitan.

- Ce soir ? Et pourquoi est-ce que je devrais retourner avec cette ennuyeuse ayh et cette flopée de serviteurs trop empressés ? Teh ! Ca te plairait à toi s'il y avait toujours quelqu'un pour t'ouvrir la porte, pour se mettre à genoux et essuyer au fur et à mesure le sol sur lequel tu vas marcher ? Ca s'était un peu amélioré dernièrement mais là ça devient encore pire !

Elle émit un un petit reniflement mécontent avant de hausser les épaules avec un petit rire un peu hautain.

- Même s'ils nous voient, il faudrait encore qu'ils puissent m'attraper.

Elle considéra Fanaa avec une mine un peu intriguée, l'air de se demander pourquoi elle n'enlevait pas tout simplement sa robe pour la faire sécher.
Ah, oui, c'était peut-être l'étrange répugnance de la plupart des peuples à exposer leur peau au regard des autres. L'ayh avait longuement péroré à ce sujet, sans prendre garde au fait que Nuada n'écoutait nullement ses ennuyeux discours. L'adolescente avait tout juste retenu des mots pris au hasard : "pudeur", "usages", "convenances"... Encore des notions barbantes.


- Enfin, s'amuser à les semer ça serait amusant un peu. Mais c'est sûr qu'au bout d'un moment ça deviendrait ennuyeux d'avoir trop de monde à regarder derrière chaque brin d'herbe.

Elle daigna enfin se relever pour aller chercher les quelques vêtements abandonnés sur le rocher. Et si elle se rhabilla aussitôt, c'était plus pour ne pas avoir les mains encombrées que par quelque soudain accès de timidité.

- En fait, les arbres, ce n'est pas trop ça qui manque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Jeu 14 Oct 2010 - 0:54

Fanaa regarda Nuada avec surprise, puis attendrissement avant de se diriger vers Sheitan, de s'agenouiller et d'entourer son cou de ses bras.

- La question ne se pose pas Nuada. Personne n'a de raison de me traiter de la sorte ... je n'ai rien de spécial ...

Elle se blottit plus fort dans la fourrure rouge.

- Tu es un esprit Nuada, tu es importante, ils vont s'inquiéter pour toi. Je comprends que cela soit ennuyeux, je crois, je ne supporterait pas d'être servie ça me mettrait très mal à l'aise.

Elle sourit doucement et caressa les poils incandescents.

- Les gens ne sont pas là pour ça ... mais ils vont s'inquiéter pour toi. Ils auront de la peine. Tu ne veux pas qu'ils aient de la peine, tu es un esprit protecteur, tu es bonne Nuada. Je crois qu'on n'est jamais content de ce qu'on a. On est protégé, on rêve d'être libre, ou alors on est délaissé et on souhaite être accompagné. Peu de gens se contentent de ce qu'ils ont. Mais tu n'as pas envie de leur faire de peine Nuada.

La jeune fille aux cheveux rouges était maintenant de nouveau vêtue. C'était sûrement mieux, même si au fond ça ne changeait rien, elle était aussi belle et charismatique avec ou sans vêtements. C'était dans son aura, son aura d'esprit du désert.
Fanaa sourit :


- Mais on fera comme tu voudras bien sûr. On dormira où tu en auras envie.

Lyrev émit un son entre un miaulement et un roucoulement.

- Oui, oui, on y va. Dis Nuada, on fait la course jusqu'à l'arbre à fleurs pourpres là-bas ? La première arrivée dessus a gagné, tu es prête ? Et pas droit de te faire aider par Sheitan !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Ven 15 Oct 2010 - 21:22

Nuada haussa délicatement un sourcil à l'arc gracieux lorsque Fanaa prétendit n'avoir "rien de spécial". Mais elle se contenta de croiser les bras en secouant la tête.

- Bien sûr qu'ils vont s'inquiéter. Mais quitte à accepter de se passer de moi dans le désert, ils pourraient au moins me laisser agir un peu à ma guise ici, alors que je n'ai aucune obligation, aucun devoir d'"être sacré" à remplir ! A quoi ça sert d'ouvrir la cage d'un oiseau, s'il est toujours retenu au sol par un fil à la patte ?

L'adolescente leva les mains entre ses yeux et les soleil, croisant les pouces et étendant les doigts pour figurer des ailes.

- Je ne suis pas stupide, je sais que j'aurai à rentrer un jour dans la cage aux barreaux d'or. Et même sans le fil j'y retournerai. Ils nous font aveuglément confiance pour le reste, alors pourquoi pas pour ça ?

Elle finit par hausser à nouveau les épaules avant de daigner considérer l'arbre désigné par Fanaa.

- Me faire aider par Sheitan ? Mais pour quoi faire ?

Nuada fit un vague signe de la main tout en se recoiffant de l'autre, l'air beaucoup plus intéressée par une libellule qui lui tournait autour.

- Oui oui, je suis prête, tu peux y aller...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Dim 17 Oct 2010 - 22:19

*La nuit ... quand arrivera la nuit ? Le temps est si long à s'écouler ...*

Le manque d'enthousiasme flagrant de Nuada refroidit Fanaa. Elle regarda son esprit de feu avec des yeux tristes.

*Mais si tu n'as pas envie de jouer, si tu estimes que tu es trop grande pour ça, si tu préfères continuer de me parler de ce que tu ressens, dis le moi Nuada, je t'écouterai ... je veux te faire plaisir, moi.* aurait-elle voulu expliquer à celle qu'elle considérait comme une amie. Mais les mots ne purent sortir, bloqués qu'ils étaient par une boule dans la gorge et par la peur de dire ce qu'il ne fallait pas.

- Oui Nuada ...

Et bien elle courrait. Et si quand elle arriverait à l'arbre et se retournerait, elle s'apercevait que Nuada s'était occupée à tout autre chose, et bien ... et bien rien. Pendant quelques instants, elle avait agi avec l'esprit sacré comme si elle avait été son égal. Ce n'était pas bien.

*Quand j'étais petite, ce n'était pas grave, je ne savais pas ce que je faisais. Maintenant je suis grande et ce n'est plus pareil.*

Fanaa courait, elle courut vite et accéléra encore, tentant de semer derrière elle ces pensées désagréables. Mais comment aller plus vite que la pensée, impossible. Les pensées -celles de Fanaa en tout cas- avaient leur vie propre. Elles venaient, tournaient, se battaient ou disparaissaient aléatoirement, sans songer aucunement à l'impact qu'elles pouvaient avoir sur elle. Les pensées ne pensent pas.

*Si on ne me dit pas quoi faire, je me perds ! Il faut me dire, pitié il faut me le dire !*

Fanaa arriva à l'arbre et le dépassa, incapable de s'arrêter, les pensées la ratrappaient toujours, comment leur échapper ? Comment par le ciel ? Non. Non pas ...

*Nuada moi je voulais juste ... non oublie. Oublie c'est mieux.*

Un autre arbre. La falaise, la falaise c'était mieux. De la pierre ... de la pierre ou autre chose pourquoi pas ? De la pierre en attendant la nuit.

*Fanaa, quand tu demandes quelque chose, mets-y de la conviction jusqu'au bout. Comment veux-tu que quelqu'un te fasse plaisir si tu oses à peine exprimer ce que tu veux ?*

Qui avait dit ça ? Qui ?

- Arrête ! Tais toi je ne veux pas t'entendre ! C'est pas vrai ! C'est pas vrai !

Sa tête, sa tête lui faisait mal. Ce n'était pas le moment, ce n'était jamais le moment. Encore moins alors qu'il faisait jour. Pourquoi avait-elle de telles crises ? Elle n'était pourtant pas malade, elle allait bien, elle allait bien !

Fanaa tomba à genoux au pied des falaises, les mains sur les oreilles, elle avaient envie de pleurer ... à moins qu'elle ne pleure déjà ? C'était vers le lac qu'elle aurait dû courir finalement. Vers le lac et vers le dragon. L'eau ... l'eau ... et la nuit ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Dim 17 Oct 2010 - 22:44

- Humpf.

Nuada croisa les bras, accroupie sur un surplomb deux ou trois mètres au-dessus de la tête de Fanaa. A quel moment avait-elle franchit la distance entre la plage de galets et la falaise ? Impossible à dire.
L'adolescente mâchonnait la tige d'une des fleurs pourpres de l'arbre qui avait été le but initial de la course.


- Héya...

Elle se laissa tomber en bas avec la souplesse d'un fauve et, en deux grandes enjambées de ses longues jambes cuivrées, vint se planter devant Fanaa. Les sourcils froncés, elle leva le poing et en l'abattit -gentiment- deux ou trois fois sur le haut du crâne de la demoiselle.

- N'im-por-te-quoi-vrai-ment, fit-elle, ponctuant chaque syllabe d'une tape... ce qui faisait finalement plus de deux ou trois.

L'adolescente affichait une moue garçonne et il fallait y regarder à deux fois pour être sûr que ce n'était pas Nuadi ou quelque impertinent jeune homme qui se tenait là.


- Finalement, tu n'es toujours pas un carra, Ti'carra. C'est pas demain que tu vas pouvoir voler de tes propres ailes.

Elle piqua la fleur écarlate dans les cheveux de Fanaa puis se détourna pour faire mine d'observer le paysage, les poings sur les hanches.

- Tu n'arrives toujours pas à te rendre compte quand quelqu'un joue la comédie pour te taquiner ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Lun 18 Oct 2010 - 2:06

Fanaa la regarda sans comprendre.

- Tu me taquines ?

Ses yeux étaient rougis et de grosses larmes coulaient sur ses joues.

- Taquines ? répéta-t-elle.

Elle cacha son visage dans ses mains.


- Je sais ce que ça veut dire "taquiner", c'est gentil, je le sais, je le sais mais je n'avais pas vu. Je suis grande maintenant, je suis grande je ne voulais pas ... pleurer pardon je ne voulais pas ... j'ai eu peur ...

*Tais toi. Tais toi Fanaa. Arrête de pleurer. Je ne dois pas pleurer. Je suis grande, maintenant. Je ne dois pas pleurer. Je n'ai même pas de raison pour pleurer.*

- Pardon ... pardon ...

*Ressaisis toi ! Ressaisis toi, tu es grande ! Tu es grande maintenant !*

Fanaa s'essuya les yeux et le visage et dut s'y reprendre à plusieurs fois avant que l'eau salée ne cesse enfin de ruisseler le long de ses joues. Elle devait se reprendre. Ce n'était pas une attitude à avoir. Nuada lui tournait le dos - ce qui était mieux car Fanaa offrait un bien pitoyable spectacle- et ses longs cheveux rouges irradiaient. Fanaa eut envie de les toucher, comme lors de la première rencontre. Toucher les cheveux des esprits portait bonheur. Non en fait, plus que les toucher comme au premier jour, elle voulait revenir au premier jour, à cette époque où elle n'avait pas la notion du temps qui passe, où elle se sentait détachée de tout.

Un miaulement. La chat était à côté d'elle, sa main alla le caresser distraitement.

Elle avait fait une bêtise. Elle savait qu'elle avait fait une bêtise. Elle avait mal réagi. Comment se rattraper ? Plaisanter ? S'amuser ? Faire comme si de rien n'était ? Mais sans avoir le cœur à ça, cela risquait d'être difficile.

Fanaa inspira et expira. Inspira et expira. Elle devait se calmer. Elle devait se calmer, il le fallait. Elle n'avait pas le bon comportement. Elle se demandait si elle l'avait jamais eu. Il devrait y avoir des livres qui expliquent comment se comporter. Comment bien se comporter. Comment ne pas être si sensible comment ne pas réagir de façon démesurée. Car elle agissait de façon démesurée, non ? Non, pas exactement. En fait elle ... il lui manquait quelque chose.


- En fait, même moi j'ai quelque chose de spécial, je ... pleure ... trop ... facilement. Tu es un esprit du feu et du désert. Si j'en étais un je serais l'esprit des larmes ... ce n'est pas très utile. Excuse moi. Excuse moi Nuada. Je n'ai pas réussi à me contrôler. Je n'ai pas su reconnaître la taquinerie, je dirais même que l'idée ne m'a pas effleurée.

Elle haussa les épaules, désolée.

- Je suis grande maintenant, pas je ne suis pas ... enfin c'est mas faute je ne suis pas très douée ... ni très intelligente ... mais je sais lire et écrire ! elle s'anima sur cette dernière déclaration.

Sa main monta effleurer la fleur qu'elle avait dans les cheveux. Nuada lui avait encore fait un présent. Un inestimable présent alors qu'elle avait si mal réagi. Très émue, Fanaa sentit de nouveau ses yeux la picoter et retint à grand peine la nouvelle montée des eaux.


- Nuada ? Tu peux demander au soleil de se coucher ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Lun 18 Oct 2010 - 9:29

*Poc*
Une nouvelle tape sur la tête de Fanaa.


- Comme si quelqu'un pouvait commander au soleil ! Et même si je le pouvais, je ne le ferais pas. Ecoute, Ti'carra ! En ce moment, ailleurs, il y a des gens qui voudraient que ce soleil ne se couche pas. Ailleurs, il y a des animaux qui ont faim et qui attendent la nuit pour sortir. Ailleurs, il y a des animaux qui cherchent désespérément à trouver à manger pour leurs petits tant qu'il fait jour et que les animaux de la nuit ne sont pas sortis.

Nuada étendit les mains, paume vers le ciel, figurant les plateaux d'une balance.

- Tu vois ? Ils ont tous de bonnes raisons, ce n'est pas pour autant que le soleil doit les écouter. Sinon...

Elle abaissa une main, secoua la tête, puis croisa les bras.

- Ce ne sont pas les connaissances, ce n'est pas ce que tu as dans la tête qui fait que tu es grande ou pas. C'est la façon dont ta tête est faite qui compte. Et... haya, j'ai beaucoup de ti'ka et ti'eka, de petits frères et de petites sœurs qui sont plus grands que toi, même s'ils sont hauts comme ça.

L'adolescente agita les doigts quelque part au niveau de sa hanche puis se retourna vers le lac. Du bout du doigt, elle souligna la forme des nuages enflammés par le couchant.

- La nuit vient seule, sans que personne n'ait à la demander, sans que personne ne puisse la presser. Et regarde ! Si elle venait trop vite, on n'aurait pas le temps de regarder le ciel au dessus des montagnes qui prend la couleur de l'or et du feu, la couleur des roses des jardins d'ici, la couleur du sable, la couleur des falaises du désert.

Elle tendit les mains en avant, comme pour englober avec tendresse le soleil qui sombrait lentement à l'horizon.

- La nuit vient, puis un autre soleil viendra, suivi d'une autre nuit. C'est ainsi que les choses doivent être, et ce n'est pas à nous d'en décider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Mer 20 Oct 2010 - 1:37

Fanaa laissa passer un silence et s'occupa à se calmer tout en réfléchissant aux paroles de Nuada, en les faisant tourner dans sa tête, en les savourant, en les classant consciencieusement dans son esprit.

- Tu as raison. Je n'ai pensé qu'à moi, ce n'est pas bien. Pardon.

Elle replia ses jambes sous son menton et les entoura de ses bras. Ses grands yeux admiraient le ciel embrasé, c'était superbe, c'était l'ordre naturel des choses, il suffisait d'attendre et tout venait. Il suffisait de patienter pour le bon moment. Il y avait des cycles, il y avait une raison à toute chose. Du moins à toute chose de l'ordre de la nature.

La voix de Nuada était un ronron apaisant et ses mots sonnaient juste. Les rayons de couchant teintaient les superbes cheveux de l'adolescente tantôt d'or rouge, tantôt de feu, tantôt de cuivre, tantôt de lave ... Fanaa s'abîma dans la contemplation de cette apparition et, priant intérieurement pour qu'elle continue de parler, elle lui posa une question :


- Dis Nuada, le désert d'où tu viens, c'est le bout du monde ?

Le timbre de Nuada était différent de celui de Mani ou de Kenya, mais ces trois voix avaient de commun qu'elles étaient comme du baume calmant sur les pensées survoltées et la pauvre tête de Fanaa. Sous son crâne, elles ne s'agitaient plus, retournaient plus ou moins à leur place, en tout cas elles ne l'attaquaient plus, mêlées de façon insensée.
Elle pouvait maintenant penser à autre chose et se contenter d'accueillir avec soulagement et délice ce savoir que Nuada lui offrait.
Elle avait dit que c'était ce qu'on avait dans la tête qui faisait si on était grand. Elle avait donc plein de choses à mettre dans sa tête. Peut être qu'elle pourrait lire des livres ? Dommage que les livres ne parlent pas. Fanaa préférait les mots oraux aux mots écrits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Mer 20 Oct 2010 - 14:39

Nuada s'absorba dans les ondulations du lac qui semblait être un creuset empli d'or et de feu liquide.

- Ce n'est pas à moi qu'il faut demander pardon. Je n'ai aucun intérêt à retenir le jour, aucun intérêt à souhaiter la nuit. Et même si tu allais demander pardon à ceux qui désirent que le jour perdure, est-ce que cela changerait quelque chose pour eux ? Est-ce que finalement le soleil attendrait davantage avant de se disparaître à l'horizon ?

Elle haussa les épaules.

- Demander pardon pour des pensées est inutile. Une simple pensée ne peut faire de mal... ce sont les actes qui le font. Or puisque tu ne peux influer sur le soleil...

L'adolescente sourit.

- "Pardon" n'est pas un mot à employer à la légère. Trop le répéter et le dire pour des choses qui ne sont pas arrivées lui ôte toute sa valeur. Il ne faut le dire qu'aux personnes auxquelles tu peux avoir fait du mal, tu comprends ? Et il faut vouloir ce pardon. Les mots ne doivent pas être utilisés n'importe comment, car ils ont une signification. Si on les emploie de travers, on risque de ne plus être compris par ceux qui les écoutent.

Elle se détourna à demi vers Fanaa tout en levant un doigt devant ses lèvres, comme pour l'inciter à garder le secret.

- Là est la sagesse des "esprits sacrés". Le vent, l'eau, la terre, les animaux ont leur propre langage. Mais, contrairement aux humains, ils n'emploient jamais les mots à tort et à travers. Il n'y a jamais de mensonge. Comprendre la voix du vent est beaucoup plus simple que comprendre un être humain : il suffit juste de connaître son langage et de savoir écouter. Et ce que le vent du désert me dit...

Elle étendit les bras.

- ... c'est qu'il y a des fleurs, loin, bien plus loin, bien au-delà des confins du désert. Le vent porte leur parfum. Ce que la roche des falaises rouges me dit, c'est que la pluie tombe parfois, très loin, sur un sol qui n'est pas fait de sable ou de pierre. Est-ce que les nuages s'arrêtent quelque part à la limite du désert ? Non, ils continuent leur voyage jusqu'à disparaître à l'horizon. Les grands oiseaux qui seuls peuvent traverser les zones les plus désolées du désert en volant très haut, portés par les vents rapides, pourraient sans doute nous raconter ce qu'il y a au-delà du sable et de la soif. Mais ils ne se posent jamais sur les falaises rouges. Ils continuent vers le nord, vers la mer... Sans doute qu'il y a aussi d'autres terres au-delà. Je n'ai pas encore pu aller écouter ce que l'océan peut dire, mais on peut sûrement entendre les vagues qui frappent d'autres rivages, les vagues d'ici peuvent déposer des pierres, des morceaux de bois, des graines qui nous sont inconnues. L'horizon n'est pas une fin, le désert non plus.

La jeune fille pointa un doigt vers Larios qui étincelait sur la cîme des montagnes.

- Regarde. A ton avis, que représenterait un petit morceau de terre comme le désert, les monts du Dregnir, d'Eronn ? Cette petite tache qu'on distingue là ? Cette ligne plus sombre, ce pourraient être des montagnes. Ces zones plus claires, ce pourraient être les restes d'un océan. Regarde toute l'étendue qu'il y a autour ! Pourquoi le désert serait-il la fin ? Ce n'est qu'une barrière, rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Dim 24 Oct 2010 - 2:58

L'esprit de Fanaa s'était arrêté aux premières phrases de Nuada. Elle avait tout écouté, et dans un coin de sa tête elle gardait le projet d'aller voir derrière les terres, derrière les déserts, derrière tout ce qui était connu puis ce que ne l'était pas encore, plus loin que tout cela elle irait.

Fanaa en ressentait l'envie et le besoin, il lui fallait aller là-bas, s'enfoncer dans l'inconnu, atteindre les limites, réussir à arriver jusqu'au bord du monde, même en prenant le risque qu'il n'existe pas. Tout son être la poussait à partir, même si elle savait consciemment qu'aucun lieu ne serait assez loin. Qu'elle aurait beau chercher, son but ne serait nulle part. Pourtant ... et si il y avait un espoir ? Si ... ?

Mais elle bloquait sur autre chose. Son regard quitta le ciel pour se poser sur l'être sacré. Sur son esprit de feu, sur celle qui partageait maintenant son avoir. Nuada était un soleil, un astre magnifique, lumineux, incandescent, la petite fleur qu'était Fanaa dégustait ses rayons ... il étaient miel, ils était doux, ils étaient bons.

Mais quelque chose la travaillait.


- Dis Nuada, tu crois qu'il est possible de ne jamais faire de mal à quiconque ? Et si on ne peut jamais revoir la personne que l'on a blessée, comment peut on lui demander pardon ? Comment peut on se racheter ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Dim 24 Oct 2010 - 16:05

- Ne jamais faire de mal à quiconque ?

Nuada laissa fuser un rire musical.

- As-tu jamais observé les poissons qui remontent la rivière ? Moi je l'ai fait en venant ici, lors des haltes. Chacun d'entre eux lutte contre le courant qui cherche à les emporter au loin. Chacun d'entre eux crée des vagues...

Elle agita la main comme la nageoire d'un poisson.

- ... et ces vagues peuvent gêner les mouvements des poissons d'à côté, tout comme elles peuvent en aider d'autres à avancer. Les animaux font ce qu'ils peuvent pour survivre. Cette petite feuille sèche que le moo mange, peut-être qu'un autre moo aurait voulu la manger. Les deux ont faim, les deux voudraient cette feuille, cette feuille si minuscule qu'on ne peut la partager. Un des moos périra peut-être, faute de n'avoir pu obtenir cette feuille. Mais l'autre moo, grâce à cette feuille, parviendra peut-être à produire la goutte de lait nécessaire pour son petit assoiffé. Et le moo qui n'a pu manger la petite feuille servira de nourriture aux animaux charognards. Cela aurait pu être ce moo là, ou bien le petit du moo qui a mangé la feuille.

L'adolescente tourna vers Fanaa des yeux d'un vert intense qui semblaient scintiller dans l'obscurité de la nuit tombante.

- Fanaa, le simple fait d'exister fait que tu crées des vagues, que tu remues des nageoires ou non. Parce qu'il y a un courant en face, un courant qui ne cesse jamais de couler. L'être humain est une existence étrange, qui a le désir, et même le pouvoir de créer son propre courant. Que ce soit en bien ou en mal, l'humain est une perturbation dans ce grand flot.

Elle leva la main vers une traînée laiteuse à peine visible sur la toile du ciel.

- La différence avec le moo, c'est que l'être humain peut choisir de manger la feuille ou non, tout en réfléchissant aux conséquences que ce geste pourrait avoir... jusqu'à une certaine limite. L'humain a aussi les mains assez habiles pour déchirer la petite feuille en deux. Mais alors, est-ce que cette demi-feuille sera suffisante pour faire vivre l'autre moo, suffisante pour fabriquer la goutte de lait ? Là est la malédiction des humains : ils peuvent créer leur propre courant, mais il ne peuvent savoir jusqu'où leurs vagues se propageront, leur devenir face aux autres vagues, aux autres courants. Ils y a ceux de la lignée des rois qui décident d'étendre leurs ailes, de s'élever dans le ciel pour mieux voir le grand flot, pour guider les autres poissons entre les écueils qui déchirent le courant et qui créent des tourbillons mortels... Mais chaque vague en crée une autre, et tous les poissons ne peuvent suivre le chemin vers lesquels on tente de les guider. Il arrive aussi que, parce que les autres poissons qui auraient dû périr sont conduits par les poissons-rois, des poissons qui auraient dû survivre seuls sont repoussés vers la rive, jetés sur la berge. Les poissons-rois voudraient sauver chaque poisson et leur coeur souffre à chaque fois que l'un d'entre eux est emporté par le courant. Parce qu'ils ont réussi à s'envoler, les poissons-rois souffrent plus que les autres, parce qu'ils souffrent pour tous les poissons qu'ils peuvent voir et qu'ils ne peuvent sauver. Ils en sauvent beaucoup si leurs décisions sont justes, mais ils ne peuvent pas ne pas voir les autres. Les poissons-rois peuvent créer un courant plus grand, plus large au sein du grand flot, mais les vagues qu'ils génèrent sont aussi plus grandes. Avoir obtenu des ailes pour voir plus loin est plus douloureux que profitable pour un poisson... mais cela reste une affaire de choix. Certains ont des ailes depuis leur naissance mais ne les déploient jamais, d'autres qui n'auraient pas dû s'envoler tentent de s'arracher au courant. Mais même les poissons-rois ne peuvent voir les deux rives qui encadrent le courant, pas plus qu'ils ne peuvent voir le grand cercle qu'il décrit dans sa totalité.

D'un bond léger qui fit à peine frémir les feuilles de l'arbre, Nuada alla se percher sur la branche qui passait au-dessus de sa tête. Les pieds se balançant dans le vide, elle continuait à observer de ses yeux verts le ciel dans lequel les premières étoiles s'allumaient une à une.

- A partir de l'instant où un être acquiert l'existence, ses vagues s'ajoutent aux autres. Non, il est impossible de vivre -ou même de mourir- sans faire de mal à quiconque.

La jeune fille cueillit un fruit rond et jaune qui pendait à l'extrémité de sa branche, et le jeta dans le lac. Les ondes concentriques produites par la chute de l'objet vinrent clapoter en courtes vaguelettes sur la rive.

- Tu vois ? Le fruit a déjà coulé au fond, pourtant ses vagues ne disparaissent pas tout de suite avec lui. Un poisson doit faire son possible pour ne pas gêner les autres mais il doit vivre, lui aussi. Il y a des poissons-fous qui se jettent contre les autres pour gagner de la place dans le courant, mais ces poissons là ne comprennent pas que faire cela finit par supprimer toute chance que les vagues d'un autre poisson soient assez fortes pour les aider à remonter le courant. Si un poisson produit de bonnes vagues, il pourra peut-être gêner certains de ses voisins, mais s'il s'y prend correctement, il pourra aussi en aider beaucoup.

Nuada tourna la tête vers Fanaa et pointa son doigt vers elle.

- Ti'carra, se n'est pas en te laissant emporter par le courant que tu ne vas gêner aucun autre poisson. Si tu ne veux pas leur faire de mal, il faut que tu utilises ta tête au mieux pour créer les bonnes vagues dans la limite de ton champ de vision. Ce n'est pas facile, mais même si tu crées de mauvaises vagues par maladresse, les poissons qui sont à côté de toi seront pour la plupart assez intelligents pour comprendre ce que tu essayes de faire. Eux aussi ils produisent des vagues, et eux aussi peuvent créer des vagues qui viendront onduler au rythme des tiennes, ou qui les aideront à prendre le bon rythme. Tu sais, demander à ce que le soleil se couche plus vite, c'est mal. C'est mal parce que le soleil brille pour tous. Ce qu'il faut demander, c'est que ce soit ce qui te pousse à désirer la nuit qui cesse. Ce qui te touche toi. Et pourquoi poses-tu des questions, alors que tu possèdes déjà les réponses ? Le pardon est quelque chose que tu demandes, quelque chose qu'on te donne à toi, rien qu'à toi. Le pardon n'est qu'un pansement pour ta conscience. C'est encore celui qui a été blessé qui doit faire un effort, l'effort de pardonner. Attendre le pardon n'est pas la bonne solution. Tu sais déjà ce qu'il faut faire : se racheter. Le courant est un tout. Si tu ne peux te racheter auprès d'un poisson en particulier, rachètes-toi auprès d'un autre. Nul ne peut prévoir comment les vagues crées par d'autres vagues atteindront un poisson en particulier s'il s'est trop éloigné. Mais elles l'atteindront. Ceux qui sont, ceux qui ont été et ceux qui seront nagent dans la même eau. Rien ne disparaît complètement.

La jeune fille lâcha un gros soupir.

- Ah, c'est tellement compliqué d'expliquer ça avec des mots humains ! Ce langage n'a vraiment pas été fait pour parler de ça. C'est le langage des poissons, au mieux celui des gouttes d'eau, pas celui du grand courant !

Elle s'ébouriffa les cheveux avec un nouveau soupir encore plus gros que les précédent.

- Vraiment, comprendre est une chose, mais essayer de traduire en est une autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Jeu 28 Oct 2010 - 13:42

Durant la fin de la tirade de Nuada, Fanaa l'avait rejointe sur sa branche. C'est ainsi que l'être sacré put sentir des mimines occupées à tresser ses cheveux.

- Merci Nuada.

Les doigts agiles savaient jouer avec les mèches et les arranger de façon élégantes.

- Je devine que tout cela n'est pas facile à traduire et à expliquer à des gens qui ... qui n'entendent pas comme toi. Je te remercie d'avoir essayé.

Elle se concentrait sur la chevelure rouge douce et tiède afin de ne pas se laisser submerger par dles vagues de pensées parasites qui guettaient, menaçantes, le moment de mettre encore une fois le bazar dans sa tête. Une mèche dessus, l'autre dessous. Voilà. Comme cela.

- Je n'ai peut-être pas saisi tous les détails mais je pense avoir suivi le fil conducteur, la direction de tous ces poissons. Tu es un poisson roi toi, n'est-ce pas ? Oui. Tu vois plus loin que les autres et tu as des ailes ... ainsi que des responsabilités. Ce doit être dur de faire les bons choix avec les pertes que cela implique.

Piquer quelques fleurettes dans les cheveux.


- Je trouve difficile ... elle déglutit ... de superposer tout cela à la réalité. Comment voir ... ?

Fanaa laissa son regard se perdre dans le vague.

- Comment voir, comment savoir que la résonance de mes actions avec certaines personnes finira par toucher celle qu'il faut ?

*Il n'y a pas même de lien.*

- Mais je tendrai l'oreille et j'essaierai d'écouter les gouttes d'eau, les feuilles, le souffle ...

Fanaa laissa les cheveux pour entourer de ses bras les épaules de la jeune fille.

- Merci d'avoir essayé.

*Encore une fois elle m'offre un présent que j'ignore comment rendre. Je suis une affreuse vilaine débitrice de gentillesse. Comment je vais faire ? Je ne possède rien ! Encore une fois. Comme toujours. Pauvre Nuada, je suis une ingrate.*

Elle lui fit un bisou sur la joue puis descendit retrouver le sol. Elle devait se débarrasser de ce qui lui faisait désirer la nuit. Nuada l'avait demandé. Alors elle devait le faire ou, tout du moins, essayer. Elle aurait voulu l'océan et un gros orage, retrouver les conditions qui l'aidaient à réorganiser ce qu'elle avait dans la tête. Mais à Medievir il faisait trop doux. Par contre le lac, lui, devait pourvoir aider. Après tout ça valait la peine d'essayer.

Au bord de l'eau, Fanaa s'agenouilla et effleura Ryma du bout des doigts.


- Lac ... me porteras tu ?

Il y eut un infime mouvement sur l'onde et lorsque Fanaa s'avança de quelques pas, elle ne s'enfonça pas. Son cœur battait très fort à ses tempes, elle n'était pas assez concentrée. Il lui fallait oublier ce qu'il y avait autour et continuer. Seulement ... ce n'était pas si facile. Fanaa frissonna.

- Lac, m'aideras tu ?

Fanaa avança encore mais elle était trop hésitante, pas assez sure d'elle. Elle devait créer un lien, elle devait construire un pont entre elle et Ryma. La Chandlune décrocha la boucle de son oreille, l'observa quelques instant puis la laissa tomber à l'eau. Une seconde passa puis une première image se forma à la surface de l'eau, sous les pieds de Fanaa...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Jeu 28 Oct 2010 - 23:09

Lorsque Fanaa la classa dans la catégorie des "poissons-rois", Nuada se contenta d'un sourire de sphinx, sans chercher à confirmer ou infirmer ce statut.
Fanaa étant partie consulter le miroir du lac, seul Sheitan put voir le pétillement amusé dans les yeux verts de l'adolescente.

Le fauve lourdement allongé dans les herbes au pied de l'arbre ouvrit largement la gueule dans un bâillement formidable. Il était arrivé au bord du lac le ventre plein, et, l'inactivité aidant, il commençait à piquer du nez dans la mousse et les fleurettes.

Nuada semblait à nouveau se désintéresser de Fanaa. Après tout ce n'était pas en maternant trop un être humain qu'on le faisait grandir. Un peuple devait être guidé, mais chaque individu devait faire ses propres expériences par lui-même. Cela, tous les esprits le savaient.

La jeune fille se mit à claquer des doigts sans bruit au dessus de la grosse tête ensommeillée de Sheitan, faisant tomber des étincelles qui flottaient avec paresse dans la brise telles des lucioles tantôt dorées, tantôt rougeoyantes. Le fauve agita une oreille agacée lorsqu'un de ces curieux insectes qui se contentaient de crépiter tout bas sans brûler vint se poser dessus. Une deuxième parcelle de lumière vint lui frôler le museau et il la goba au passage.
Un coup de dent, puis un autre, et encore un autre.
Les lucioles s'ingéniaient à dévier leur chute au moindre souffle d'air. Celles que Sheitan n'arrivait pas à attraper se posaient en douceur sur les brins d'herbes qui murmuraient dans la brise nocturne. Les étincelles luisaient encore un petit moment avant de s'éteindre en clignotant. L'espace de quelques instants, le sol semblait refléter un ciel dans lequel les étoiles auraient été d'or et de feu au lieu d'argent.


- Héya, Sy-elde ta nuara ! C'est le ciel des esprits.

Peu soucieux de ces considérations, Sheitan commença à se rouler par terre et à sauter sur les étincelles qui avaient le malheur de choir à terre. Avec un petit rire presque silencieux, Nuada se laissa glisser au bas de sa branche, aussi légère qu'une luciole flamboyante. Elle attrapa le fauve parce le cou et lui enfonça le mufle dans la mousse.

- Shh, pas de bruit. Ne fais pas trop le fou.

Il répondit à son murmure par un petit miaulement et se calma presque aussitôt. Seule sa queue continuait à battre les hautes herbes avec un froufrou soyeux.
Nuada le lâcha pour s'allonger à ses côtés, les yeux tournés vers la voûte céleste.

Le vent fraîchissait un peu mais la terre humide des rives restait tiède, encore toute emplie de la chaleur du soleil. Ah, pas étonnant que les royaumes du nord soient si verts et si fertiles !
Les dernières fleurs se refermaient, leur parfum laissait place à l'odeur plus discrète de l'humus.
Quelques libellules filaient encore dans les airs dans un vrombissement à peine audible. Quelque part, des grillons faisaient crisser leur rouet. La rumeur de la ville s'était assourdie, tandis que les lumignons étaient plus nombreux à se balancer sur les pontons et terrasses, se mirant dans les eaux du lac.
La nuit était claire et sereine, annonçant une autre belle journée à venir.

Les étoiles étaient nombreuses, si nombreuses... et le monde si grand qu'on ne voyait pas toujours les mêmes selon l'endroit où on se trouvait. Mais le ciel était le même pour tous. Alors quand une personne chère se trouvait loin, il suffisait de lever la tête pour le regarder. Peu importait que les yeux se posent sur des étoiles différentes, puisqu'elles appartenaient au même ciel.
Bercé par la voix de Nuada qui lui expliquait tout cela à l'oreille, Sheitan se contenta de poser sa grosse tête sur ses pattes avec un profond soupir. Les étoiles semblaient assez peu l'intéresser.
Après tout ce n'étaient que des lucioles, et des lucioles qui ne daignaient même pas descendre assez bas pour qu'on puisse jouer avec...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Ven 5 Nov 2010 - 2:51

Combien de temps avait duré la transe de Fanaa ? Elle aurait été bien en peine de le dire. Ce voyage parmi ses souvenirs l'avaient bouleversée à plus d'un titre ... et ne lui apportaient guère la réponse qu'elle souhaitait, juste de nouvelles questions. Elle glissa jusqu'à la rive et reprit pied sur la berge. Sur la terre. Dans la réalité.

Le chat miaula pour attirer son attention et elle baissa les yeux vers lui. Que faisait il déjà ici ? N'avait il pas été "là-bas" avec elle ?


- Tu es venu me ramener. Ce n'était pas une question.

*C'est comme tu le souhaites. Rien ne t'y oblige. Je peux te montrer le chemin si tu le désires mais le choix t'appartient.*

- J'ai senti que je devais y aller mais ... laisser tout le monde ... les abandonner comme j'ai déjà été abandonnée ... je ne sais pas si ...

*Rien ne t'y oblige.* Répéta-t-il sentencieusement, tandis que sa queue battait de l'air.

- Mais si je reste je risque d'attirer encore Lunelia sur eux et je ne le veux pas. Je l'ai su lorsqu'elle est venue à Illymir. Quand j'ai vu les yeux de Lynn j'ai su que je devrais m'éloigner d'eux. Si je veux les préserver, c'est le mieux à faire.

Fanaa laissa passer un silence puis osa une question :

- Tout à l'heure ... tout à l'heure tu m'as dit ...

*Il aurait pu vivre sans toi alors que toi ... toi ...*

- Il est mort ... ?

Fanaa se pencha et ramassa le bijoux d'oreille que le lac avait rejeté sur la rive. La pierre semblait teintée d'un voile sombre mais elle rougeoyait encore.

Le chat laissa passer un temps un peu trop long avant de répondre. Une hésitation au parfum de mensonge.


*Oui. Il est mort.*

Fanaa referma sa main. et leva les yeux vers le ciel, vers les étoiles. Elle regarda vers Nuada, hésita à aller la voir, à aller lui parler mais n'osa pas. Le poisson-roi qu'elle était était responsable de son peuple et non d'une jeune fille qui avait du mal à grandir.

- Je dois aller de l'autre côté du miroir ...

Ses profonds yeux de tanzanite brillèrent étrangement et elle s'éloigna du lac, le chat à ses côtés. Plus loin, un équidé l'attendait. Sa robe était noire et luisante avec de jolis motifs partant de son garrot. Ses crins étaient d'argents, tout comme les drôles cornes recourbées en haut de sa tête et ses étranges yeux de lune, sans pupilles.
L'étalon comme le chat connaissait la route. La route à suivre pour rejoindre Altarielle. La mère de la mère de Fanaa, qui la rappelait maintenant à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Ven 5 Nov 2010 - 10:12

Sheitan émit un petit grognement étouffé et Nuada haussa les épaules sans faire mine de se redresser pour regarder ce qui pouvait se passer.

- Sitelo ifa... Je sais. Tu sais bien que je ne suis ici que pour "traduire" les choses. Libre à eux d'écouter ou non, de comprendre à leur façon ou non, de prendre les bons ou les mauvais choix.

Elle agita la main, comme pour accompagner la danse des libellules au-dessus d'elle.

- Les bons choix peuvent être mauvais, les mauvais peuvent être bons.

L'adolescente croisa les bras derrière sa tête.

- Comprendre, et ne pas écouter. Ah, franchement...

Le fauve à côté d'elle retroussa les moustache avec une espèce d'éternuement.

- Mmh ? Ah, oui, ce n'est pas mon "courant", je sais, je sais. Mais ils sont tous liés d'une façon ou d'une autre, ça toi tu le sais aussi. Gaspillage.

Nuada se redressa enfin, souple, ondoyante comme une flamme alanguie, pour s'adresser à la nuit tout autour.

- N'as-tu donc pas compris que chaque poisson dans le courant est un poisson-roi ? Que ce soit seulement pour un ou des milliers d'autres poissons ? Aah, tête creuse qui quitte son eau et laisse les autres se débattre dans l'onde seuls. J'aurais essayé.

Elle secoua sa chevelure qui se déploya à nouveau librement, faisant tinter étrangement les grelots accrochés à ses vêtements.

- Eko, allons-y. Si j'ai bien compté, l'ayh devrait exploser comme une marmite fermée d'ici un peu moins d'une heure. Inutile de laisser les autres ramasser les débris dans la figure.

L'adolescente gloussa puis reprit le chemin de la ville, suivie comme par son ombre par Sheitan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Ven 5 Nov 2010 - 13:35

*Au moins elle rentre maintenant. C'est bien.* se dit Fanaa. *Les choses vont reprendre leur cours ... enfin je crois.*

Elle leva la main vers le chanfrein de l'équidé et celui-ci se baissa dans une révérence respectueuse. Surprise, Fanaa porta son poing fermé à sa poitrine. Elle se sentait compressée. Son pouls résonnait à ses tempes, l'assourdissant, il résonnait entre ses côtes. Elle rendit son salut au solven puis l'enfourcha. Le chat regarda vers les lumière de la ville, hésitant. Lynn était là-bas. Lynn ... Il secoua la tête. Lynn était parti avec un homme à cheval. Un humain véritable. C'était mieux pour elle. Il ne garderait d'elle que le souvenir de son goût délicieux, de son parfum qui embaume, de sa beauté et de ses éclats de voix. De ses humeurs aussi, son humeur changeant qui faisait qu'il ne savait plus sur quel pied danser. Lynn était une vraie femme, une femme de rêve, une femme incroyable, une femme ... au-dessus des autres.
Mais elle était parti avec un compagnon qui lui convenait mieux. Et puis il n'était pas dans le rôle de Lyrev de s'attacher à quiconque. Il devait juste ramener Fanaa.

Le chat sauta sur les genoux de la jeune fille et le solven prit le pas, puis le trot, et quitta tout à fait Medievir.




loin loin par là bas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayana

avatar

Réputation : 391
Age : 26
Localisation : La Rochelle

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Jeu 9 Déc 2010 - 15:27

Après une folle course dans la Cité.

A cette heure matinale, il n'y avait personne sur la berge du Ryma. Le soeil n'était pas levé mais quelques lueurs roses et orangées allaient poindre à l'horizon, d'ici quelques instants. Après cette longue nuit.

Ayana se sentait tiraillée. Coupable d'être intervenue dans une affaire qui ne la concernait pas, coupable d'avoir mis en danger celle qui se nommait Adwelidwen, elle et les autres d'ailleurs.. Mais en même temps, satisfaite d'avoir pu avec ces autres, mener un semblant de bataille.

Mais le sentiment de regret prenait largement le dessus. Traînant les pieds, la Chasseresse ruminait ce qu'elle considérait comme un échec. Soupir.
Et puis, elle s'était laissé déborder. Elle repensa à la morsure, au grappin, au goût du sang et de la chair sous la dent.
Frisson de dégoût.

- Pourquoi j'ai fait ça...

Pourtant, il n'était pas dans son caractère d'être aussi défaitiste. Elle prenait toujours la vie dans un bon côté, malgré son instinct qui faisait souvent des siennes.

L'air fraid et humide du matin, elle ne le sentait pas, tellement engoncée dans ses reflexions.
La fuite ne la gênait pas plus que ça. Ce n'était pas une fuite pour elle, juste ... Une manière de se faire oublier, elle et ses bêtises, elle avit d'ailleurs oublié son arbalète. Tant pis. elle ne savait plus ce qui était important ou non. L'adrénaline se répandait sans cesse en elle, coupant sa capacité à réfléchir de façon lucide. Elle leva les yeux vers le ciel pâlissant.

La voilà enfin devant le Lac, a l'extrémité de la berge. Du bout d'un des ses pieds nus, elle troubla la surface paisible de l'étendue sombre. D'un geste, elle retira son capuchon noir et le jeta à terre. La jeune femme avait besoin d'un contact. Celui de l'eau froide. Celle qui allait dissoudre pour un temps ses anxiétés.
Surement ses gènes à moitié Médioviennes qui ressurgissaient. Elle ne chercha pas à aller contre celà. Le Ryma était tellement beau. C'était comme un cadeau que lui faisait son origine honteuse.
D'un autre geste, Ayana retira sa tunique, sa jupe et fit un pas dans l'eau bleu profond du lac.
Un autre pas. L'eau montait jusqu'aux genoux. Pas si froide que ça, songea-t-elle. Elle inspira l'air chargé de rosée.

Puis elle plongea.

Nue.

Le maquillage, tout comme ses reflexions, s'effacèrent peu à peu dans cet élément. Elle se retrouvait comme une enfant dans le ventre de sa mère. Sa seconde maison. Malgré sa préférence marquée pour la Forêt, son refuge permanent, elle évoluait avec aisance dans l'eau subitement claire du Lac. Ses cheveux ondoyaient autour d'elle, lui faisant oublier à quelle point elle avait été pataude dans la Cité.
Dans cette nature à demi-sauvage, elle était complètement à son aise. Personne ne la voyait. Personne ne ferait aucune reflexion sur son corps ni son visage.
Une minute de réconfort.
Les yeux grands ouverts, elle examinait chaque parcelle de peau qui avaient fait les frais de l'attaque du Sorcier Ténébreux. La Chasseresse étrange qui l'avait soignée avait réalisé un merveilleux travail. Aucune cicatrice, hormis celles qui la marquaient déjà.
Quelques bulles s'échappèrent de ses lèvres.

Elle remonta. Et émergea dans une dentelle d'écume.

L'air gonfla sa poitrine. Les pensées torrentielles d'Ayana s'écoulaient à présent en une rivière tranquille, calme et lucide. Elle ne rouvrait pas les yeux.

Puis elle replongea une seconde fois. Clarifier encore le débit de ses reflexions dans l'étendue figée de ce lac. Les poissons dormaient encore, songea-t-elle. Une pensée enfantine qui lui traversait l'esprit.

Elle tourna sur elle-même, et, son corps tourné vers la surface, elle se repassait son combat.

Lynn ne l'avait pas repoussée. Son aide avait été la bienvenue. Et puis, elle avait fait mouche avec sa dague. Dague qu'on lui avait offerte et qu'elle avait pris soin de récupérer prestement.

Elle gisait sur la berge avec ses vêtements.

Maintenant, qu'allait-elle faire ?

Elle souffla quelques bulles d'argent. Il lui fallait attendre, mais Ayana n'était pas de cet avis.

Une grosse bulle brillante s'échappa de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thexwolfxshadow.deviantart.com
Medala_Eroult



Réputation : 67

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Sam 11 Déc 2010 - 2:10

Malgré la proximité de la ville, Medala n'avait pas choisi d'entrer dans la cité au crépuscule. Il préférait y pénétrer de jour quand les honnêtes gens circulent et que les commerces sont ouverts. Selon lui, une nuit à la belle étoile près d'un lac est amplement plus appréciable qu'un mauvais lit dans le premier tripot rencontré.
Mais qui dit nuit à l'extérieur, dit lever à l'aurore. C'est donc avec un soleil levant encore bien timide que le prêtre commença sa journée. Essuyant la rosée qui mouillait ses maigres affaires, il se mit en quête de trouver sur les rives du lac son petit déjeuner, persuadé de trouver diverses baies dans les environs. Et si quelques champignons pouvaient se mêler aux trouvailles, ce serait idéal.


-Aller hop, en avant! dit il à lui même en se tapant sur le ventre. Une bien belle journée s'annonce!

Et il se dirigea vers des buissons repérés la veille au bord de l'eau. Il y trouva en effet quelques baies qu'il ramassa dans une petite poche de toile et continua son chemin. Repérant au loin quelques arbustes réputés pour accueillir sous leurs branches une certaine variété de champignons très utiles, il commença à s'y diriger quand il aperçut une forme étrange au bord de l'eau. Un animal? Parfait pour le déjeuner!
Il sortit d'une poche de sa robe un petit couteau qu'il déplia et commença à s'avancer à pas de velours vers sa cible. Mais en avançant, il s'aperçut que ce qu'il avait pris pour un petit animal n'était autre qu'un tas de vêtements. Il remarqua aussi le corps de ce qu'il estimait être une femme, plutôt jeune, allongée dans l'eau sans réaction. Prêtre au fond de l'âme, il ne pouvait laisser une éventuelle victime en danger. Tant pis si il la dérangeait, autant s'assurer puis repartir si tout allait bien.

Il s'avança donc sans plus chercher à dissimuler sa présence et parla à voix haute négligeant le couteau qu'il tenait toujours dans la main.


-Euh.... Mademoiselle ? Mademoiselle ? Vous allez bien ? Vous avez un problème ? je peux vous aider ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayana

avatar

Réputation : 391
Age : 26
Localisation : La Rochelle

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Sam 11 Déc 2010 - 14:48

Perdue dans la contemplation du ciel rosissant, Ayana était remontée et flottait sur le dos dans l'eau pure et claire. Un bruit la fit émerger de ses songeries. Une voix.

Les oreilles dans l'eau, elle ne comprit pas de quoi il était question. Surprise et un peu embêtée, elle se remit à la verticale et se dirigea vers le bord.

Ce fut là qu'elle le vit. Grand, très grand, il était sur la berge et semblait inquiet.

Soupir.

-On n'a plus le droit de se baigner ?

Elle ne voulait pas être désagréable ni méchante quand elle dit celà. Simplement embêtée d'avoir été dérangée dans sa baignade, mais c'était pour une bonne raison. Ses yeux bleux avaient exprimé une inquiétude qu'Ayana ne comprenait pas forcément, mais appréciait mine de rien. Les cheveux trempés, Ayana passa la main sur son visage pour mieux voir l'inconnu.
Il tenait dans sa main un petit couteau.
Levant un sourcil, l'air légèrement narquois, elle s'avança vers la berge sans se préoccuper de lui. Cachant de sa main son épaule abîmée.

Entièrement nue, elle sortit de l'eau et exprima l'eau de sa chevelure d'un brun roux flamboyant. Puis ses yeux argentés revinrent à l'homme immense qui l'avait sortie du Lac, brillant d'une lueur interrogative.

- Qui êtes-vous ?

Furtivement, elle eut un regard vers ses vêtements, et surtout, sa dague.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thexwolfxshadow.deviantart.com
Medala_Eroult



Réputation : 67

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Sam 11 Déc 2010 - 16:49

C'était bien une jeune femme. Et très jolie en plus. Mais manifestement, elle aurait pu être sa fille.
D'abord un peu surpris de la voir sortir nue de l'eau sans manifester la moindre gêne, il éluda rapidement le problème. La nudité n'était pas un sujet tabou pour lui, ses années de pratique de la médecine l'avaient amené à voir un certain nombre de femmes nues et n'éprouvait plus grand chose dans ce genre de situation. Tant qu'elle n'essayait pas de lui faire du charme, tout irait bien.


-He bien euh... désolé, je ne voulais pas déranger. J'ai tout d'abord cru à un petit animal qui aurait pu agrémenter mon déjeuner, mais manifestement ce n'était que vos vêtements.

Il s'aperçut alors qu'il tenait toujours son couteau à la main. Il le replia et le rangea dans sa besace tout en continuant de parler, fixant les yeux magnifiques de la jeune femme.

-Je vous ait ensuite vu et ait eu peur d'un accident. Vous ne bougiez pas. Mon travail est de soigner les gens, pas de les laisser se noyer. Je suis Medala, prêtre de la Lumière et je parcours les routes pour étudier les techniques médicinales des différents peuples.

Tout en se présentant, Medala examina discrètement les affaires de la demoiselle, essayant d'en savoir un peu plus sur elle. Son regard porta alors sur une dague et son visage jusqu'alors calme se troubla légèrement. Son œil droit se referma à moitié tandis que sa joue droite se crispait, relevant la commissure de ses lèvres.
Il porta sa main gauche à sa taille, à l'entrée de sa tunique.


-Vous, je... je... vous... euh...

Il remarqua alors qu'elle se tenait l'épaule. Une blessure ? Peut être, au pire, cela alimenterait la conversation. Ne pas perdre le contrôle.... surtout pas. Le rictus diminua mais son œil resta mis clos.

Son flot de paroles s'accéléra légèrement.


-Et vous, vous êtes de la région ? Vous vous tenez l'épaule ? Un problème ? je peux essayer de faire quelque chose si vous voulez, je vous ait dérangée dans votre baignade après tout.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayana

avatar

Réputation : 391
Age : 26
Localisation : La Rochelle

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Sam 11 Déc 2010 - 17:50

Elle eut un sourire. Un sourire vraiment amusé quand elle l'entendit dire qu'il pensait être tombé nez-à-nez avec un petit déjeuner. Ayana passa sa tunique et le regarda à nouveau, le sourcil toujours levé, un signe d'attention.

Manifestement qu'elle s'était rapprochée, il n'était pas aussi grand qu'il lui avait semblé de prime abord, ce prêtre n'allait lui pas lui être une menace. Elle se permit de relâcher son attention et ceignit son pagne. Tout en bouclant sa ceinture, elle l'écoutait. Son attitude calme et posée ne lui posait pas de problèmes.
Jusqu'à ce qu'il pose les yeux sur sa dague.

Ayana vit son visage se tordre légèrement, comme s'il avait dans la bouche quelque chose de déplaisant. Une sorte... Une sorte de sourire ou une grimace de douleur, elle hésitait entre les deux. Son rythme cardiaque était toujours tranquille mais son adrénaline recommençait à faire des siennes. Elle souffla légèrement, et comme si de rien n'était, attacha son arme à la ceinture.
En ébouriffant ses cheveux, elle écouta son flot de paroles, partagée entre son perpétuel qui-vive et son indéçision.

-
Un prêtre d'Ilymir ? Sur ces routes de nuit ? N'est-ce pas dangereux ?

Ayana s'approcha de lui, toujours sur ses gardes. Son visage tatoué ne laissait paraître qu'un léger étonnement.

- Vous êtes bien gentil. Mais ca m'étonnerait fort que vous puissiez faire quelque chose pour ça. Déclara-t-elle en montrant son épaule du menton. Mais c'est gentil tout de même. Quant aux lieux d'où je viens, je suis.. Comme ceci l'indique, sa voix avait une petite note d'humour quand elle montra son tatouage vert mousse sur le contour de ses yeux, c'est en provenance directe de Dedride !

Un voile passa sur le visage de la jeune femme, âgée de vingt-deux ans. Mais son visage s'éclaira. Elle semblait humer l'air.

-Ca sent.. Ca sent les champignons ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thexwolfxshadow.deviantart.com
Medala_Eroult



Réputation : 67

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Sam 11 Déc 2010 - 19:20

Medala se relâcha et rougit un peu. La demoiselle n'était pas agressive, au contraire. Tout était de nouveau sous contrôle. Il retira sa main de sa hanche et ôta sa besace de son épaule. Tout en fouillant, il sourit à son interlocutrice qui ne s'était toujours pas vraiment présentée.

-Oui, je suis sur les routes mais rassurez vous je ne voyage seul que si je ne peux faire autrement. Je suis arrivé hier soir avec des marchands mais n'ayant rien prévu ou dormir, j'ai décidé de passer la nuit au bord du lac. J'ai l'habitude, c'est agréable de dormir dehors. Je sais un peu me défendre aussi.

Un peu oui... héhéhéhé... un peu. Il sortit une petite bourse de cuir et la tendit à la jeune femme qui s'était approchée.

-C'est de ça que vous parliez ? C'est mon mélange qui sent le plus fort, je pense que c'est ce que vous savez senti. Vous avez un sacré odorat soit dit en passant. Même habitué, je suis incapable de sentir l'odeur des champignons de ma besace tant que je ne met pas le nez dedans! Vous devez tenir ça de vos origines je suppose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayana

avatar

Réputation : 391
Age : 26
Localisation : La Rochelle

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Sam 11 Déc 2010 - 19:33

La tension chez le prêtre s'était relâchée, l'estomac d'Ayana fit de même. La nuit avait été longue et rude. Elle n'avait plus vraiment envie de rester en état de veille permanente.. Ni de repenser à ses bourdes.
L'odeur de champignons était forte et elle dut faire un effort pour ne pas froncer le nez comme le ferait un chien. Il lui avoua qu'il avait l'habitude de dormir à la belle étoile, ce dont elle répondit par un air compréhensif. L'herbe comme matelas et le ciel comme couverture, quelque chose dont elle n'arriverait pas à se passer elle non plus d'ailleurs.

Il avait sorti de sa besace une petite bourse en cuir en la complimentant sur son odorat. Y avait pas de mal à sentir ce parfum, faillit-elle dire avec sa malice habituelle. Mais les expériences de cette nuit ne l'incitaient guère à trop tenter le sort par ses bêtises. Medala lui tendait la bourse, qu'elle prit et soupesa.
Puis elle leva les yeux avec une expression espiègle, celle qu'elle avait toujours et fit une petite révérence.

- Ayana, pour vous servir ! Et.. Je sais que soit, vous avez acheté ces champignons très chers soit vous êtes allé dans la Forêt les chercher ! Ils sont.. Ils ont un bon parfum !

Elle avait rapproché de son nez la bourse et inspirait les arômes que dégageait le cuir imprégné.

- Mmmh.. On les sentirait presque sous la langue !

Son ventre gargouilla. Ayana eut un grand rire et se tapota l'estomac.

- Désolée ! Mais je crois que cette baignade m'a ouvert l'appétit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thexwolfxshadow.deviantart.com
Medala_Eroult



Réputation : 67

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Sam 11 Déc 2010 - 19:50

Une connaisseuse! Génial! Cette nouvelle aventure commençait de la meilleure des façons! Il refouilla dans sa besace et sortit le tissu dans lequel il avait entassé les baies cueillies un peu plus tôt.

-Oulah! Autant vous avouer tout de suite qu'en matière de commerce, je suis un néophyte. Si ces champignons ont une quelconque valeur marchande, je suis bien incapable de vous la donner. Tout ceux que je possède sont cueillis par mes soins à la main. J'ai passé quelques temps en compagnie de vos frères de race, c'est eux qui m'ont appris ce que je sais sur ces petites merveilles.

Il s'assit, déplia le tissu faisant rouler quelques baies sur le sol. D'ici, la demoiselle paraissait assez grande.

-J'avoue que moi aussi je commence à avoir faim. J'étais en train de chercher de quoi manger tout à l'heure, je n'ai trouvé que ces quelques baies avant de tomber sur vous. Allez y Ayana, servez vous. Ce n'est pas grand chose mais ce sera un bon début! A moins que vous ne sachiez cuisiner ces champignons. Personnellement, je ne les utilise qu'a des fins médicinales.

Et il commença à piocher dans le tas de baies.

-Exchélentes! Toutes fraiches et juteuses comme je les aime! Allez y, allez y!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayana

avatar

Réputation : 391
Age : 26
Localisation : La Rochelle

MessageSujet: Re: Lac Ryma   Sam 11 Déc 2010 - 20:14

La figure de Medala s'était éclairée et hop, le revoilà à la recherche de quelque chose dans son sac. Il sortit un petit paquet de baies qu'il lui montra tout en déplorant son incapacité dans le domaine commercial.
Il s'accroupit et ouvrit le paquet, quelques baies s'en échappèrent.

</SPAN>
Citation:
-J'avoue que moi aussi je commence à avoir faim. J'étais en train de chercher de quoi manger tout à l'heure, je n'ai trouvé que ces quelques baies avant de tomber sur vous. Allez y Ayana, servez vous. Ce n'est pas grand chose mais ce sera un bon début! A moins que vous ne sachiez cuisiner ces champignons. Personnellement, je ne les utilise qu'a des fins médicinales.

Et puis il commença à manger. Ayana se pencha elle aussi pour inspecter le contenu. Avec sa main gauche, elle poussa du bout de l'ongle quelques baies et en trouva une à son aise. Et la mit dans sa bouche.

- Mmh.. Pas mauvaise du tout ! Vertus médicinales vous dites ? Ca je ne saurais vous dire. Les baies sont tellement nombreuses que je ne pourrais me souvenir de chacune. Par contre, on m'a appris à faire des bandages, des flèches, des arcs.. Des choses plutôt axées sur la chasse, voyez-vous !

Concernant les champignons, elle préférait les lui laisser, si il avait besoin d'un peu d'argent, ils lui seraient utiles. Par contre, pour un repas plus consistant, elle savait où trouver !

- Mais si vous voulez manger, les omelettes aux champignons servies à l'auberge sont excellentes !

Elle picorait volontiers les petites baies que lui offrait son compagnon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thexwolfxshadow.deviantart.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lac Ryma   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lac Ryma
Revenir en haut 
Page 9 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Adreis :: Vie d'Adreis (Rôle Play) :: Histoires d'Adreis :: Zone des peuples :: Medievir-
Sauter vers: