Projet Adreis

Forum de discussion autour de ce futur RPG en PHP.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Bonjour et bienvenue sur Adreis.
Pour plus de commodités, n'hésitez pas à vous inscrire dans les groupes qui vous correspondent.
N'hésitez pas faire des demandes aux administrateurs si vous avez des questions ou suggestions.
Passez un bon séjour !
Vous voulez communiquer entre vous ?
Plutôt que d'utiliser les moyens du bord, optez pour notre Voxli : https://www.voxli.com/Adreis
Que ce soit oral ou écrit, vous pourrez de cette manière rencontrer tout le monde plus facilement.

Partagez | 
 

 Rues de Fedoran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Lun 30 Juin 2008 - 22:15

Soghann ne releva pas, et se contenta de plonger à on tour une main agile dans l'un des sacs, pour en ressortir avec une grappe bien juteuse. L'esprit tournant déjà à plein régime pour résoudre les éventuels problèmes que les assassins pourraient rencontrer, il se mit en devoir de dévorer chaque raisin, l'un après l'autre, savourant le jus sucré qui lui coulait dans la gorge chaque fois qu'il faisait éclater un fruit contre son palais.

Le trajet se passa sans incident notable, et Soghann se laissa même aller à une légère somnolence, imitant son ami qui était, lui, dans un véritable sommeil. Deux ou trois heures plus tard, le Shalos réveilla son compagnon d'un petit coup de botte dans le tibia.


- Il commence à y avoir trop de circulation, on est certainement devant les portes de la ville. Mieux vaut faire notre entrée à pied.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Ven 4 Juil 2008 - 23:16

Le premier coup de botte ne reçut qu'un "Rrgnnn" inarticulé en guise de réponse, "Rrgnnn" qu'on pouvait librement traduire en langage courant par "J'suis bien là alors laisse-moi pioncer, sacré bon sang de [censuré] !".
Il fallut quelques coups plus appuyés pour qu'enfin Syld daigne ouvrir l'oeil.


- On est déjà arrivés ? J'ai l'impression de n'avoir dormi que cinq minutes...

Il se massa la nuque avec une grimace -la pile de sac vide qui lui avait servi de matelas n'avait semble-t-il pas été suffisante pour amortir tous les cahots de la carriole-, avant de se lever. Cet exploit accompli, il se traîna jusqu'à l'arrière du véhicule et sauta sur la route... ou, plus exactement, dégringola peu glorieusement par terre, à la grande joie des quelques conducteurs ou personnes à pied qui avaient pu assister à cette sortie.
Les cheveux sur le nez et la poussière sur le manteau, le Shalos salua l'assistance, aussi fier de lui que s'il l'avait fait exprès (ce qui n'était pas le cas).


- M'sieurs dames...

Et au final, ceux qui auraient pu s'étonner de les voir quitter leur moyen de transport en marche se trouvèrent trop occupés à rire pour seulement s'en inquiéter.

Syld défroissa vaguement sa mise tandis que la carriole s'éloignait cahin-caha au milieu d'une foule de congénères et de voyageurs.


- En tout cas, fait pas encore nuit...

Sur ce constat d'une lumineuse pertinence qui démontrait toute l'acuité cérébrale dont il pouvait faire preuve au réveil, le jeune homme se gratta l'occiput avec un effroyable bâillement.
S'étirant tout son content, il leva le nez et remarqua enfin les hautes murailles au pied desquelles ils se tenaient.
Il lui fallut quelques secondes de plus pour comprendre qu'en fait ces murailles de pierre rousse étaient encore assez éloignées. Mais leur allure massive, l'impression qu'elles donnaient de n'être que des prolongements arrachés aux montagnes environnantes, tout ceci contribuait à les rendre écrasantes, même à distance respectable.

Syld laissa fuser un petit sifflement en considérant la cohue qui se pressait sur la route gardée de hautes statues disposées de loin en loin comme une haie d'honneur qui aurait sans doute plus convenu à des géants qu'à de frêles voyageurs humains. Le vent et le sable avaient mordu la pierre au point qu'il fallait y regarder à deux fois pour s'assurer qu'il ne s'agissait pas de rochers informes plantés là par hasard.


- Que de monde... si tu veux mon avis, on ne va pas avoir trop de mal à passer inaperçus, soupira le Shalos en s'éventant d'une main.

La masse des charrettes et des voyageurs se resserrait, s'écrasait presque pour passer le goulot des portes de la ville. Pourtant l'entrée était des plus monumentales, visiblement faite pour voir passer des armées entières.
On se pressait, on se bousculait un peu dans un brouhaha confus de voix et de cris de bêtes de somme, de grincements de roues et de bruits de semelles. Des odeurs diverses se mêlaient en un magma indescriptible porté par une vague de chaleur moite et suffocante.
Oui, c'était bien là une ville où on pouvait faire fortune par le négoce...

Syld essuya nerveusement une rigole de sueur qui glissait sur sa tempe. Il se prenait tout à coup à regretter la "paisible" caverne de Shalanos et sa demi-obscurité complice.


- Mon royaume pour une bière bien fraîche... Soghaaaann ? On ne pourrait pas s'arrêter dans une taverne ? Juste un petit moment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Sam 5 Juil 2008 - 23:00

Soghann sauta du charriot à la suite de son compagnon, quoiqu'avec manifestement plus de grâce. Il se reçu souplement, et admira le paysage qu'offraient les très imposantes murailles de Fedoran. La chaleur était devenu écrasante, et la rase campagne que dominaient les murailles n'offrait que peu d'ombre.

Une véritable marée à la fois humaine et animale se pressait vers les portes, et après l'avoir observé pendant quelques instants, Soghann s'avança pour s'y mêler.


- Je crois qu'on va se trouver une bonne taverne, et y rester un petit moment...

Quelques minutes plus tard, les assassins s'étaient faufilés jusqu'aux portes, et Soghann s'approcha d'un des gardes qui se contentaient de regarder placidement si aucun incident ne venait gêner le trafic. L'homme semblait passablement s'ennuyer, mais arborait un gabarit impressionnant, ainsi qu'une panse indiquant un amateur de plaisirs terrestres.

- Hola, l'ami ! Je suis sûr que tu connais une bonne taverne qui saurait satisfaire deux mercenaires à la gorge tapissée de poussière !

L'homme toisa les deux compères avec méfiance, sans répondre. Le Shalos cru même discerner une lueur méprisante dans le regard du soldat.
En réponse, l'assassin baissa le tissu qui lui protégeait le visage et dévoila un grand sourire.


- Allez, amène nous à une bonne auberge et je t'y paye une bière ! ça doit donner drôlement soif de regarder passer tout ces gens !

Le sourire qui naquit sur le visage du garde indiqua au Shalos qu'il avait touché juste. Il fit un geste, et un soldat bien plus jeune vint se mettre au garde à vous à côté de lui. Il lui tapota l'épaule et lui fit d'une grosse voix qui allait parfaitement avec le personnage.

- Tiens, gamin, s'ton tour de prendre la garde. Fais gaffe, j'te surveille !

Raide comme la justice, le planton ne bougea pas d'un pouce, manifestement décidé à remplir son devoir avec honneur.

- Brave petit.

Puis, se tournant vers les assassins, l'homme déclara :

- On m'appelle Serga. J'connais un bon coin pas très loin d'ici : ça paye pas d'mine, c'est sous les murailles, mais la bière est sacrément bonne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Dim 6 Juil 2008 - 1:34

Fanaa aimait marcher. C'est ainsi qu'elle avança d'un bon pas malgré la faim qui se faisait sentir. En route elle réalisa qu'elle ne savait pas aller à Fedoran mais elle rencontra bien vite des gens capables de lui indiquer le chemin. Elle observa même que tout le monde savait y aller... en en général s'y dirigeait. Nombreux étaient les voyageurs se dirigeant vers la grande ville. On lui proposa même de l'accompagner un bout de chemin, de l'emmener à dos de moo ou autre. Fanaa refusa chaque fois, mal à l'aise en présence de tant d'inconnus. Cela ne voulait pas dire qu'elle ne remarquait pas leur amabilité, juste qu'elle était vite perdue quand il y avait du monde.

Alors elle marcha seule. Et ses pensées se tournèrent bien évidemment sur le seul sujet qui la touchait à ce moment : ils l'avaient laissée. Sans même lui parler! C'était ce détail plus que le reste qui la faisait souffrir. Et quelle ne comprenait pas.


*J'ai fait quelque chose de mal? Mais alors quoi? Ca aurait à voir avec la colère de Soghann à Shalanos? Pourquoi ils ne m'ont rien dit? C'était facile pourtant : Fanaa tu ne bouges pas d'ici. On revient. Tu nous attends sagement d'accord? Si tu es bien obéissante tu auras une surprise.*

A cette idée la jeune fille rosit et sourit. Puis les coins de sa bouche se rabaissèrent et elle secoua la tête en soupirant.

*Au moins, vu que je n'ai pas eu de consignes, on ne peut pas dire que je désobéis. Je ne pouvais pas rester à la taverne. C'était impossible. Je dois déjà subvenir à mes besoins. Après, on verra. Mais pourquoi ne m'ont ils pas dit un mot? C'était peut être juste pour ne pas me réveiller. Oui, c'était sûrement ça. Ils ont été attentionnés, une fois de plus. Une fois de trop en vérité.*

C'est ainsi qu'elle se persuadait qu'ils avaient fait cela par pure gentillesse. Elle préférait songer ainsi. En se disant que les shalos avaient fait cela dans son intérêt, elle se cachait l'autre possibilité, celle qui faisait mal à en pleurer : ils l'avaient abandonnée. Elle fut interrompue dans ses ressassements par une gourde qui apparut devant son nez et une voix masculine:

- De l'eau jeune fille?

Levant les yeux elle vit un grand gaillard à la peau tannée et la la barbe cuivrée bien fournie. Un fédorien. Un pur fédorien. Son visage était taillé à la serpe mais son regard bienveillant quoique fier. Fanaa eut un mouvement de recul.

- Non merci...

Le fédorien fronça un sourcil.

- Tu as tort, je vois à ta mine que tu as besoin de boire. mais je n'insiste pas. Par contre un conseil : ôte vite ta cape ou tu vas te vider de ton eau très vite. Quelle idée de te couvrir autant par ici! Tu veux te cacher ou quoi?

Oh non! Décidément il semblait vouloir engager la conversation. Il n'avait pas l'air méchant d'accord mais tout de même. D'une petite voix.

- Merci du conseil monsieur.

Se cacher? Oh oui elle le voulait. Elle aurait voulu être invisible. Mais il était vrai que couverte ainsi (elle avait même sa capuche sur la tête) elle mourait de chaud. Elle esquissa le geste de saisir sa cape pour la retirer mais finalement la garda. Elle ne savait pas exactement ce qu'elle craignait mais elle ne voulait pas qu'on la voie.
Baissant la tête, elle s'absorba sur la poussière du chemin et accéléra la pas, espérant ainsi couper court à la semi-conversation engagée avec le fédorien. Ce dernier se fendit quand même d'une dernière recommandation avant de faire accélérer sa monture.


- Hum. On voit de tout à Fédoran mais des gens qui se laissent mourir de chaud... à l'entrée tu risques de te faire remarquer. Ta mante n'est pas prévue pour la chaleur qui règne ici, c'est suspect de vouloir la garder sur ton dos. Enfin je dis ça... j'aurais bien voulu jeter un coup d'oeil à ton petit minois mais... tant pis!

*Il n'a pas tort... Je n'aurais qu'à baisser la tête.*

Fanaa se décida à se découvrir, le va les yeux et stoppa net devant les murailles de Fedoran. La bouche entrouverte, elle considéra l'impressionnant forteresse qu'était la capitale Fédorienne.


- Ca fait toujours ça la première fois!

Fanaa sursauta et vit le fédorien barbu. Il avait donc reculé. Celui-ci rit de son air surpris.

- Très jolie. Ca valait la peine de prendre mon temps avant de rentrer.

Durant quelques secondes, Fanaa ne pipa mot. Elle sentait la panique monter en elle et tentait de se calmer intérieurement. Les jointures de ses mains blanchirent quand elle se cramponna à sa cape. Reportant son attention sur les fortifications, elle lâcha :

- Ce n'est pas vrai.
- C'est une affaire de goût sans doute, mais je vous trouve mignonne moi!
- Je parlais de la première fois.
- Et bien? Seriez vous déjà venue? Pourtant votre attitude...
- Je rentre moi aussi. Bonne journée monsieur.

Ayant coupé court à la discussion, elle allongea le pas et dépassa l'homme sans lui jeter un regard. Elle avait beau revenir à Fedoran, c'était en réalité la première fois qu'elle voyait la ville de l'extérieur. Quand elle était y était arrivée, elle n'avait rien vu. Et quand elle était partie quelques mois plus tôt, elle ne s'était pas retournée. Une autre question se posait : comment retrouver un chemin qu'elle n'avait emprunté qu'une seule fois, en sens inverse et par hasard?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Rues de Fedoran   Mar 29 Juil 2008 - 21:57

Soghann a écrit:
Il retrouva Syld de l'autre côté du mur, dans la rue. Il se plaqua contre la pierre, et, à peine essoufflé, fit :

- C'était pas de la tarte, cette fois... Mais on en discutera plus tard. Il faut sortir de la ville et vite.

Joignant le geste à la parole, l'assassin se détacha du mur et se mit à marcher vers les portes d'un pas rapide mais sans courir. Leur signalement n'avait pas pu être déjà révélé, inutile donc de trop attirer l'attention.


Syld se contenta d'acquiescer et quitta à son tour le soutien du mur. Le sang lui battait aux tempes comme un tambour de guerre.
Traînant des semelles, il suivit Soghann.

La nuit était leur élément, et pas un des gardes rouges qui les croisèrent au pas de charge ne leur accorda un seul regard : l'activité de Fedoran ne s'achevait pas avec le jour, et les noctambules qui s'attardaient encore dans les rues à cette heure-ci était assez nombreux pour que deux de plus passent inaperçus...

Ils avaient déjà quitté les beaux quartiers lorsque Syld marqua un arrêt à un angle de rue, une main appuyée au mur le plus proche et l'autre devant la bouche. Il réprima péniblement un haut-le-coeur.

Sentant le regard de son compère peser sur lui dans l'obscurité, le Shalos passa une main incertaine dans ses cheveux puis secoua la tête pour chasser son malaise.
Sans savoir pourquoi, il se sentait malade.

Fuyant le clair de lunes qui soulignait chaque toit d'un mince liseré de lumière aux reflets dansants, il pressa le pas jusqu'à enfin pouvoir se réfugier dans l'ombre que projetait la grande muraille d'enceinte. Dans les ténèbres, il put enfin respirer.
Fedoran ne lui disait à présent plus rien, et il avait le plus grand mal à garder une démarche tranquille alors qu'une seule envie le tenaillait : courir, retrouver au plus vite le calme et la solitude du désert...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soghann

avatar

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Mer 30 Juil 2008 - 15:40

Fedoran ne dormait jamais, et cela arrangeait bien les assassins. Ils passaient facilement inaperçu, parmi les nombreux citadins qui erraient dans les rues à la tombée de la nuit. Ils arrivèrent sans mal sous les murailles, plongés dans une ombre profonde qui leur était familière, seulement troublée par la lumière s'échappant des fenêtres ou portes entrouvertes sur les activités de la nuit.

Ils auraient même pu passer le reste de la nuit en ville... Mais s'éloigner était plus important. Soghann doutait que leur signalement ait été dévoilé, mais mieux valait mettre le plus de distance entre eux et le lieux du crime avant le lever du soleil. Quite à se retrouver sur les routes en pleine nuit... Mais après tout, ils étaient des hommes de l'ombre, la nuit était leur élément.


Malgré quelques arrêts de Syld, visiblement plus ému qu'il ne voulait bien l'admettre par ce qu'il devait avoir vu dans la chambre de Kirin, les deux assassins longèrent la muraille et parvinrent donc aux portes de la cité, qui même après le coucher du soleil, restaient ouvertes et traversées par un flot constant de visiteurs. Soghann marqua un temps d'arrêt : la file était arrêtée, et chaque véhicule était contrôlée, chaque conducteur interrogé... Sur quoi, il était trop loin pour le savoir.

Un geste en direction de Syld pour lui dire de rester en place, et Soghann s'approcha des portes, ombre parmi les ombres. Invisible, il écouta ce que disaient les gardes aux conducteurs interceptés. En substance, ils interrogeaient les gens pour savoir s'ils avaient remarqué une petite femme rousse, menue, qui aurait pu avoir l'air louche.

Avec un sourire, Soghann rebroussa chemin et alla chercher son compagnon.


- On dirait que notre amie a donné le signalement de l'assassin... Enfin, de la tueuse. Une rousse, paraîtrait !

Avec un petit ricanement, l'assassin se dirigea vers l'un des véhicules qui patientaient. Le conducteur était un bonhomme à l'air débonnaire, le teint fleuri et passablement patient par rapport aux autres conducteurs qui balançaient des jurons à qui mieux mieux. Sortant des ombres, il alla toquer contre le bord du banc de bois, attirant l'attention de l'homme.

- Salut à toi. Tu va vers le nord ? Mon compagnon et moi cherchons un moyen de transport pour la Taverne de Veis...

Un éclair doré, réfléchi par la pièce d'or qui était en train de passer d'une phalange à l'autre de l'assassin, illumina le regard affable u conducteur.

- Mais bien sûr, mon bon seigneur ! Il y a toute la place que vous voulez à l'arrière !

*Ting !*
La pièce bondit vers le conducteur, qui l'attrapa au vol et la fit prestement disparaître, tandis que Soghann prenait place à l'arrière de la charette. L'assassin s'installa confortablement sur les ballots de grain, et lâcha :


- Pas de tout repos, cette ville, en fait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syld
Shan of the Dead
avatar

Réputation : 1428

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Jeu 31 Juil 2008 - 14:05

Syld prit à son tour place à l'arrière de la charrette.

- Pas de tout repos, non, en effet...

Assis sur un sac, les coudes aux genoux, il passait et repassait la main dans ses cheveux, du côté où flottait habituellement son foulard. Il avait l'habitude de froisser le tissu lorsqu'il était préoccupé.... et, de toute évidence, préoccupé, il l'était.

La carriole où ils étaient passa sans encombre le barrage des gardes. Les soldats se contentèrent de jeter un coup d'oeil aux passagers, de demander s'ils avaient remarqué une femme rousse à l'allure suspecte ou n'importe quoi d'inhabituel puis, face à leurs mouvements de tête négatifs, firent signe au conducteur d'avancer. Il y avait encore une longue file de véhicules à contrôler : les marchands qui devaient quitter Fedoran s'étaient empressés de prendre la route dès l'annonce de la tempête, et les artères principales de la cité étaient noires de monde.


- Il a dû arriver quelque chose de sérieux, fit ce dernier tout en faisant claquer les guides de ses bêtes.

Visiblement, il s'ennuyait et cherchait à engager la conversation. Mais, face au "Sans doute" que lâcha Syld dans un marmonnement peu amène, l'homme en resta là de sa tentative pour faire connaissance avec ses passagers.

Syld se renversa en arrière et croisa les bras derrière sa nuque, fixant les lunes qui voguaient haut dans le ciel nocturne d'un oeil sombre. Les sacs de grain n'étaient pas des plus confortables pour faire un somme mais il baissa quand même les paupières. De toute évidence il voulait qu'on le laisse tranquille un moment, quitte à en avoir le dos moulu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fynarine

avatar

Réputation : 175

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Lun 13 Déc 2010 - 5:11

Elle alla rencontrer le maître caravanier de la ville. Celui-ci était plutôt du genre à avoir des journées bien remplies, mais Fynarine avait choisi volontairement une heure matinale pour le rencontrer, ainsi il faisait encore frai et il n’y avait pas encore une longue file de marchands attendant devant le bâtiment. Il considéra la Dédrane d’un air sceptique, se demandant ce qu’une jeune femme pouvait bien faire ici aussi tôt.

- Bonjour. Je souhaiterais savoir quand part votre prochaine caravane pour le désert ?

- Le désert est grand et dangereux m’selle, répondit-il en la regardant de la tête au pied, un air un peu dubitatif sur sa capacité à effectuer ce genre de voyage se dessinant sur le visage. Vous voulez quoi exactement ?

Restant volontairement un peu vague pour éviter de passer pour une excentrique comme c’était arrivé avant, et qu’on lui refuse le voyage, elle répliqua à son tour.

- Je dois me rendre au sud, avancer dans le désert, je cherche à contacter une tribu de nomade.

- Vous savez, les nomades, on les voit pas beaucoup, z‘aiment pas trop les gens de la ville, surtout les étrangers. Devant le regard toujours déterminé de l’herboriste, il continua. On pourra pas dire que j’vous ai pas prévenu. Demain y’a une caravane qui approvisionne les Athuans, c’est une vieille famille de nomade qui s’est installée dans une oasis à 3 jours de marche au nord-est, ils pourront p’t’être vous aider. Mais ce s’ra pas facile, surtout taillée comme vous êtes. Et faudra payer avant, et vous rendre utile, si vous voulez qu’la caravane vous accepte. Vous savez faire quoi ?

- Je suis clerc et herboriste, et je suis prête à faire ma part des taches comme tout le monde. J’ai l’habitude des voyages, ce ne sera pas un problème.

Le caravanier haussa les épaules.

- On d’vrait pouvoir vous faire une p’tite place alors. Je préviendrais le chef de la caravane dès qu’il arrivera, revenez nous voir à midi pour arranger ca. Après une courte hésitation, il ajouta : et profitez-en pour vous trouver mieux que ca, vous n‘passerez pas une journée dans le désert avec cette tenue.

L’homme étant replongé dans ses papiers et ses calculs mentaux, Fynarine le remercia et sortit en quête de nouveaux vêtements plus adaptés au désert ; en effet, elle avait déjà du mal à supporter la chaleur et le manque de verdure en plein après midi, le désert serait forcément bien pire. Elle trouva bien vite ce qu’elle cherchait et l’acheta.
Alors qu’elle rentrait à l’auberge par un raccourci moins bondé que les rues principales, elle se retrouva face à deux individus en haillons. Elle allait faire demi-tour quand elle nota un 3ème derrière du coin de l’œil. Le plus petit et surement le chef s’adressa à elle d’un ton assuré, sortant lentement une dague de sa ceinture et jouant avec la pointe.


- He jolie minette, on a vu au marché que t’avais une bourse de cuir un peu épaisse, on s’est dit qu’une beauté comme toi devrait pas porter des charges aussi lourde, t’as qu’a nous la laisser. Et puis si tu veux après on pourra aller chez moi pour s’amuser un peu…

Les deux autres voleurs rires bêtement à la blague de celui qui avait parlé. Fynarine ne trouvant pas de chemin de fuite possible, se résout à se battre, mais à trois contre une, il lui fallait une stratégie. Elle passa lentement la main dans sa poche pour prendre sa bourse, et commença à se baisser lentement en mettant un genou à terre, sans quitter des yeux les malfaiteurs, attrapant au passage la petite dague à sa cheville et la glissant dans sa manche en prenant garde à ne pas toucher la lame avec sa peau. Puis elle recula contre le mur et attendit que les autres approchent.
La pensant sans défense, ils approchèrent d’un air triomphant et en baissant leur garde, ce qui laissa le temps à Fynarine de dégainer la dague à son coté et de la loger dans la poitrine du chef de la bande, qui s’écroula par terre, une expression d’incompréhension sur le visage. Ce ne fut en revanche pas suffisant pour tuer l’adversaire qui était derrière elle, mais la petite dague d’appoint parvint néanmoins à ouvrir une belle coupure sur le flan de celui-ci. Il ne laissa pas le temps à la Dédrane de retenter un coup et lui sauta dessus et lui attrapa les poignets. Le 3eme homme, réagissant enfin, vint placer un bon coup de pied dans le ventre de la jeune femme, lui coupant le souffle et la faisant tomber à genoux, toujours les bras retenu.


- Prend ça ! T’as vu ça Selian, elle a tué l’chef cette… Eh Selian, qu’est-ce t’as ?

L’homme qui tenait Fynarine devenait de plus en plus rouge et se mit à trembler, puis lâcha les poignets de sa victime pour les crisper sur sa tête, comme pour l’empêcher d’exploser. Ses yeux et ses oreilles se mirent à saigner pendant qu’il s’appuyait sur le mur, et tomba raide mort quelques instants plus tard.
Libre à nouveau, Fynarine se releva en brandissant les deux dagues qu’elle avait réussi de peu à ne pas lâcher. Le dernier voleur semblant avoir du mal à comprendre ce qui était arrivé à son compatriote et qui n’aimait visiblement pas se retrouver seul, fini par choisir la fuite sans se retourner.
L’adrénaline du combat retombant, l’herboriste fit de même et s’assit au pied du mur quelques instant pour se remettre de ses émotions.
Des bruits de course se firent entendre au bout de la rue, nombreux cette fois. Bondissant sur ses pieds, prête à terrasser une armée, elle se retrouva face à un petit groupe de soldat en armure rouge légèrement essoufflé et sur le qui-vive.


- Vous allez bien madame ? lui lança le gradé en tête. On est désolé d’arriver si tard, on a couru jusqu’ici dès qu’on nous à prévenu. Jettant un coup d’œil aux deux cadavres, il ajouta d’un air appréciateur : on dirait que vous vous en sortez plutôt bien sans nous.

La Dédrane se détendît et baissa les bras.

- Chef, on a attrapé l’homme qui sortait de la rue en courant !

- Amenez-le ici !

Deux soldats arrivèrent, trainant entre eux un homme visiblement peu enclin à venir.

- Non ! Laissez-moi partir, c’est une sorcière, si on la touche, on saigne des yeux et on meure, j’veux pas m’approcher d’elle !

Le capitaine se retourna d’un air sceptique vers Fynarine, en quête d’explications. Se remettant un peu mieux de ses émotions et du coup reçu, le coin de sa bouche remonta un peu et elle montra sa dague d’appoint au garde.

- Je crois qu’il parle de ça. Empoisonnée.

Le gradé éclata de rire.

- Vous êtes redoutable ! Il reprit son sérieux et se tourna pour lancer des ordres. Allez on y va, et mettez moi cette crapule au cachot, et enlevez moi ces cadavres ! Lerial, Honil, escortez cette demoiselle chez elle puis retournez à vos poste ! Tout de suite, on n’est pas là pour faire la sieste ! Il se tourna une dernière fois vers Fynarine. Mademoiselle, je vous souhaite une bonne journée, en espérant vous recroiser dans des circonstances… moins funeste.

Avec un dernier sourire, il se remit en route dans la direction d’où il était arrivé. La clerc ne chercha pas à discuter, laissant faire les gardes autour d’elle et récupérant ses affaires. Elle retourna à l’auberge comme prévu et laissa sa garde retourner à ses occupations. Elle se changea et nettoya ses dagues et les rangea soigneusement en vérifiant bien qu’elle pouvait y accéder facilement, puis se relaxa sur le rebord de fenêtre en attendant midi.

**

Les négociations ne furent pas trop dures, car la caravane ne comportait aucun autre clerc. Ainsi Fynarine se retrouva embarquée pour un voyage à travers le désert, où elle ne regretta absolument pas d’avoir suivit les conseils du caravanier et changé de tenue, celle-ci régulant nettement mieux la chaleur et la protégeant du sable. La jeune femme souffrait pourtant encore le martyr sous le soleil, et n’osait imaginer ce que cela aurait été sans.
Si la chance lui avait sourit avec les voleurs et la caravane, ce ne fut malheureusement pas le cas avec les nomades. Malgré sa tenue du désert, on pouvait clairement reconnaitre à ses cheveux noirs avec leurs reflets vert émeraude sous le soleil omniprésent, qu’elle n’était pas Fedorane. Les rares qui acceptèrent de répondre à ses questions prétendirent à la légende, que personne n’avait jamais vu un être sacré.
Perdant courage et commençant à croire que la prêtresse Ilymis s’était faite bernée, elle revint avec la caravane vide deux jours plus tard.

**

Ayant besoin de refaire un peu ses réserves d’argent avant de repartir, Fynarine repris sont commerce de menu service de clerc et remèdes naturels. C’est complètement par hasard qu’elle croisa des marchands Médioviens, qui discutaient de leur dernier voyage. L’un prétendait à l’autre en rigolant qu’il avait croisé des fanatiques Fédorien qui prétendaient être sacré, encore un des cultes bizarre de ces tribus non cultivées selon lui.
La Dédrane attrapa le négociant par le bras au passage, et lui dit d’un ton des plus sérieux :


- A quoi ils ressemblaient ces gens ? Et ils allaient vers où ?

Peu désireux de s’attirer des ennuis et ne sachant que faire d’autre pour se débarrasser de la poigne de fer, il lui dit ce qu’il savait :

- Je sais plus, des longues toges blanches, plein de chariots, avec des voiles et plein de décorations partout, vraiment bizarres. Ils contournaient la montagne pour aller au nord, Médievir j’dirais.

La clerc relâcha le bras et repris sa marche en réfléchissant, ignorant les chuchotements du marchand à son confrère comme quoi elle non plus était pas nette, le monde tourne pas rond ces temps-ci.
Enfin Fynarine fut prête à reprendre ses voyages, et c'est avec grand plaisir qu'elle s'élança vers la fraicheur du nord, la poussière et la chaleur devenant de moins en moins supportable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hakuren

avatar

Réputation : 420

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Ven 7 Jan 2011 - 15:55

Ils étaient enfin arrivés... Le voyage avait été long... et dur... Mais aussi étrangement calme, depuis les Montagnes d'Eronn jusqu'ici. Hakuren s'était enfermée dans une bulle de silence glaciale. Elle ne faisait que rafraichir le chasseur qui allait de mal en pis. Une fois dans les rue de Fédoran, elle n'y tint plus.

- Bon, les enfants. Je pensais que j'allais vivre quelque chose d'interessant ici... Et bien maintenant, je regrette presque de ne pas être partie avec les autres... Vous êtes plus ennuyeux qu'un troupeau de Moos Morts...

Elle descendit fit un signe a Mickael.

- bon, t'es chez toi, tu sais où trouver quelqu'un pour le soigner donc maintenant, je te le laisse.

Elle aida l'empoisonné à descendre de la monture reconnaissante puis s'installa sur la selle avant de tourner bride.

- Je vais me chercher une auberge. Si vous trouvez quelques choses d'intéressant, appelez moi. Sinon, je repartirais je ne sais où.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taymir La Douce

avatar

Réputation : 800
Age : 25
Localisation : Quelque part en Adreis

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Lun 17 Jan 2011 - 19:30

Arrivant enfin à destination.

Fédoran.

La Cité Ecarlate, comme il se plaisait à l'appeller, avec ses milices vêtues de rouges, et le soleil qui teintait les imposants remparts de roc de cette couleur chaude et inquiétante.

Le revoilà dans sa Cité. Humant avec délices l'air moite des rues, Delhan avait néansmoins gardé sa capuche, comme à son habitude. Même chez lui, il aimait à rester discret.
La charrette qu'il avait réussi à subtiliser à la sortie des Montagnes d'Eronn lui avait servie. Les corps de ces malheureux paysons bien dissimulés, il n'avait que l'embarras du choix en ce qui concernait les montures. Il avait donc pris avec lui un cheval, à qui il n'avait laissé aucun répit jusqu'à Fedoran.

L'équidé exténué se laissait mener par la bride, le Fédorien silencieux marchant apparemment au hasard.
Aucun désordre. La Milice faisait toujours son travail, à ce qu'il remarquait, avec un léer soupçon de fierté.

Bon, maintenant, il lui fallait se rendre dans cette fichue taverne. Voir son indic' et cette herboriste véreuse.
Quelques jours plus tôt, avant de quitter Eronn, son mandataire lui avait donné l'ordre de se rendre expressément en Fedoran.

Brusquement bouillant de rage, Delhan se mordit la lèvre en y repensant. et pendant ce temps, sa piste refroidissait. Cette idiote pouvait avoir pris un autre chemin, voire se cachait pour ne pas qu'il retrouve sa trace. Il n'avait pas pû terminer son boulot la première fois, et il détestait rester sur un échec. Son patron aussi d'ailleurs.
Fonçant tête baissée, il ruminait son échec dans ce hangar désaffecté. Soudain, ses yeux noirs d'encre rencontrèrent les sabots d'un cheval, qui visiblement avait une cavalière plutôt distraite. relevant brusquement la tête, une expression furieuse sur son visage, il interpella la cavalière.

" Pourriez pas faire attention, oui ??"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flyinsmile.deviantart.com/
Hakuren

avatar

Réputation : 420

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Mar 18 Jan 2011 - 13:14

juchée sur sa monture qui marchait d'un pas fatigué, Hakuren découvrait la ville. Ses odeurs épicées mélées au sable. Une musicalité étrangère à la lévétis semblait battre avec le rythme de la ville. C'était donc là, la ville de Mickael! Fédoran. La ville de feu...

La mage prenait mentalement des notes sur l'architecture et remarqua la milice. Elle cherchait des yeux une auberge digne de ce nom tout en absorbant les informations qu'elle mettrait par écrit plus tard.

Elle avait aussi remarqué que les gens la regardaient avec un drôle d'air. Ils étaient tous vêtus à la manière des hommes du désert et visiblement, ils ne comprenaient pas pourquoi la Lévétis restait comme insensible à la chaleur accablante en étant habillée si chaudement. La mage avait complètement oublié qu'elle portait encore son manteau de fourrure...

elle s'arrêta au milieu de la rue vide et repéra une enseigne qui avait l'air accueillante. Elle allait mettre pied à terre quand une voix masculine peu aimable la héla.


- Attention? Qui... moi? Ca fait dix minutes que je suis la! Et c'est pas comme s'il y avait de la place pour contourner mon cheval! A moins bien entendu que vous ne sachiez que marcher droit devant vous... ce qui ne doit pas être aisé.

Cynique, elle regarda de haut la silhouette encapuchonnée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taymir La Douce

avatar

Réputation : 800
Age : 25
Localisation : Quelque part en Adreis

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Mar 18 Jan 2011 - 13:28

L'expression hautaine de la cavalière n'incita pas Delhan à se montrer sympathique. Fourbu par ce voyage inopiné et surtout bouillant d'impatience, il n'attendait qu'une chose: Se décharger sur quelqu'un.
C'était ce qu'il allait faire. Mais malgré l'apparence vide de cette rue, il savait pertinemment que la milice était partout, er, malgré l'admiration qu'il vouait à ceux qui exercaient cet art militaire, il n'en avait pas moins l'envie de se faire remarquer.
Et les yeux froids de cette femme tendaient à s'interesser à la capuche. Mieux valait dissiper cette envie dès que possible en montrant son visage une fois.

Rien de l'empêchait à la faire disparaître ensuite. Ce serait excellent pour ses nerfs d'ailleurs.

Delhan rabattit la capuche et dénoua un pan de tissu qui recouvrait le bas de son visage.

Balafré d'une oreille à l'autre, celui-ci ne laissait transparaître aucune sympathie, mais plutôt ce qu'il semblait être une profonde amertume. Ses yeux noirs comme les tourbières du Ternaël fixaient Hakuren avec une lueur étrange.
Sa main était posé sur le pommeau de son épée, comme pour signaler qu'il n'était pas sans défense.

- L'humour en Fédoran peut être compris la plupart du temps comme une dérobade. Soyez directe.

Il jeta un oeil à sa monture. Fronçant brièvement les sourcils. Et parlant plus bas.

- Vous n'êtes.. Pas d'ici, je me trompe ?

D'un ton rogue, mais légèrement adouci. Delhan semblait agréablement surpris par la réponse d'Hakuren, qui ne s'était pas répandue en excuses comme la plupart des passants qu'il aurait rencontré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flyinsmile.deviantart.com/
Hakuren

avatar

Réputation : 420

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Mar 18 Jan 2011 - 15:18

Hakuren ne cilla pas lorsque l'inconnu retira sa capuche. Il n'avait pas été raté celui la... Et il semblait sûr de lui... très sur de lui... Finalement, ce n'est pas de la répulsion que le fédorien vit dans le regard de la mage. Mais un mélange ambivalent et contradictoire d'indifférence et d'intérêt.

Citation :
- L'humour en Fédoran peut être compris la plupart du temps comme une dérobade. Soyez directe.
Ce n'était pas de l'humour mais un savant cocktail de dérision mêle de cynisme avec une pointe d'ironie. Peut-être que c'est trop fin pour vous.

Citation :
- Vous n'êtes.. Pas d'ici, je me trompe ?
Et en plus, il est observateur! Fit-elle d'un air faussement impressionné.

Hakuren commençait déjà à désespérer... Si les compatriotes de Mickael étaient tous comme celui la, elle allait passer le chapitre Fédoran très rapidement. Car si le guerrier était l'élément le plus intéressant, elle avait déjà de la matière...


A présent, excusez moi, mais j'ai à faire.

Elle fit alors mine de talonner sa jument.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taymir La Douce

avatar

Réputation : 800
Age : 25
Localisation : Quelque part en Adreis

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Mar 18 Jan 2011 - 15:40

En la voyant se détourner, Delhan fronça les sourcils, d'un air beaucoup plus froid. Une étrangère en Fédoran. Ca se monnayait ça. Le regard glacial et indifférent en disait long sur le type de personne qu'était son interlocutrice, qui manifestement se moquait de lui.
Et elle n'allait pas pouvoir s'en sortir comme ça !
D'autant plus qu'elle ne ressemblait en rien aux femmes qu'il connaissait... Et pas bavarde avec ça.
D'un pas immense, le Fédorien barra la route au cheval de la Dame, et jeta un rapide coup d'oeil à la personne qui était juchée sur la selle.


D'un air parfaitement normal, il glissa, écrasant les mots entre ses dents.

- Vous n'êtes pas ici...Et pourtant vous paraissez savoir où aller... On pourrait .. en discuter ?

Louche, louche, louche ! Tout ce qui ne lui était pas habituel lui paraissait bizarre et comme à son habitude, sa curiosité était piquée à vif. Mener une petite enquête.
Surtout que d'ici à ce que les autres zozos à l'auberge arrivent, il allait largement arriver à faire un brin de causette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flyinsmile.deviantart.com/
Hakuren

avatar

Réputation : 420

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Mar 18 Jan 2011 - 17:10

Hakuren commençait à s'impatienter.

- Non, je ne suis pas d'ici. Et oui, je sais où aller puisque je souhaite aller à l'auberge que je vois la bas

La mage montra le Mitz du doigt.

- Maintenant tout ce que je souhaite c'est une chambre calme, un bac d'eau et d'un repas. Cela vous va ou je dois encore subir un interrogatoire par un inconnu défiguré et très peu aimable?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taymir La Douce

avatar

Réputation : 800
Age : 25
Localisation : Quelque part en Adreis

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Mar 18 Jan 2011 - 17:20

Delhan remit sa capuche en place, son visage abîmé éclairé d'un pâle sourire. Son travail ne nécessitait pas l'amabilité ou la sympathie.
Quoiqu'il en soit, l'attitude rebelle de l'étrangère lui paraissait interessante et l'amusait énormément.
Quoi ? Elle allait dans cette auberge. Se pouvait-il qu'elle soit l'un de ces contacts que le Prêtre lui avait donné ?
Il pencha la tête sur le côté, légèrement, et la regarda.

Non.

Elle était beaucoup trop jolie pour en faire partie.

Mais malgré sa rudesse et sa brusquerie habituelle, le peu de civilité qui subsistait en lui le poussa à incliner la tête. Et aussi inimaginable que celà put paraître, il marmonna un excuse.

- Excusez alors Madame.

Il tenta un sourire aimable, et, sans crier gare, reprit sa marche vers l'auberge désignée par la mage en pelisse.
Rien ne servait de courir. Tout venait à temps. Les femmes, les zoris... Les affaires aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flyinsmile.deviantart.com/
Hakuren

avatar

Réputation : 420

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Mar 18 Jan 2011 - 20:57

Hakuren haussa des épaules et finalement, fit aller sa monture vers le Mitz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talisham

avatar

Réputation : 390
Age : 32

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Lun 14 Jan 2013 - 1:39

Le trajet depuis les confins du désert ne leur avait pris que quelques jours et s'était déroulé sans encombre, grâce aux formidables montures dont ils disposaient. Mais pour Talisham, chaque jour passé était un jour de trop. Même s'il avait confiance en son réseau local, il avait du mal à contenir son impatience.
Heureusement, ils foulaient enfin les rues de Fédoran.
S'il s'écoutait, il aurait déjà filé chez un de ses contacts, mais il avait fallu rendre leur liberté à Raiten et Foudre, aussi devaient-ils porter toutes leurs affaires jusqu'à ce qu'ils aient trouvé un endroit où les laisser. Et il ne pouvait pas décemment laisser sa part à l'une des demoiselles pour s'éclipser.


- Vous avez une préférence sur l'endroit où s'installer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Lun 14 Jan 2013 - 2:03

Ce fut finalement un Earl tout entier qui jaillit de ce fouillis vociférant. Et, comme il n'y avait nulle porte pour l'arrêter, il trébucha à reculons jusque dans la rue principale, où il s'affala piteusement sur les chausses du premier venu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyra

avatar

Réputation : 266

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Lun 14 Jan 2013 - 2:26

- Et bien puisque tu demandes, Talisham, j'ai en effet une préférence. Là où je préfère séjourner, c'est au Mitz, les chambres y sont vraiment confortables. Bien entendu, Mellyna tu es notre invitée tant que tu voudras rester en ville.

Et voilà qu'elle faillit trébucher sur le corps d'un poivrot tombé directement sur ses bottes. Aryllë baissa les yeux vers lui, puis jeta un oeil à la taverne dont il provenait et secoua la tête.

- En pleine journée ! Décidément ...

Elle portait sa tente roulée sur son dos et ses sacs d'affaires personnelles et de matériel dans les bras. Ayllë avait du mal à voyager léger, surtout lorsqu'elle était sensée être seule. La femme se pencha un peu.

- Ca va aller monsieur ? Vous ne vous êtes pas fait mal en tombant au moins ?

La peau bronzée, des cheveux noirs. Classique. Par contre, le début de barbe était blanc et non assorti aux cheveux, et les lignes argentées sous ses yeux étaient un maquillage pour le moins original. Mais somme toute assez joli.

Tandis qu'elle observait l'homme à terre, elle devina que son ami avait son attention attirée ailleurs.


- Tal, je te vois. Ne pense même pas à aller faire un tour dans ce bouge. Vraiment pas. lui dit-elle sans tourner la tête.


Dernière édition par Elyra le Lun 14 Jan 2013 - 3:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Lun 14 Jan 2013 - 2:34

- Naon, répondit Earl avec une diction relativement honorable au vu des circonstances. T'façon y reste que des os à briser là dedans. Et les os, ça se répare.

Il se passa une main sur la figure. Ses joues commençaient à crisser... et ce début de barbe n'était absolument pas assorti à ses cheveux.
Avec effort, il s'assit sur les pavés. Il n'y avait pas de vent mais il oscillait joliment malgré tout.


- Sinan la boisson est épouvantable.

Le jeune homme se frotta la mâchoire avec une grimace.

- Par contre y cognent pas trop mal.

Et le voilà de se relever. Sa propension a tenir debout trahissait en l’occurrence un bon reste de pied marin.
Il tâtonna à son côté puis fit mine de dégainer un sabre qui résista avec la dernière énergie.


- D'ailleurs faut que j'y retourne. On m'a piqué ma chaise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talisham

avatar

Réputation : 390
Age : 32

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Lun 14 Jan 2013 - 3:05

- Moi !? Je m'offusque, jamais une idée pareille ne me serait venue à l'esprit.


*Pas avec autant de bagages en tout cas.*

Lui avait l'habitude de voyager léger et de se ravitailler souvent, mais à l'heure actuelle il transportait tout de même ses fontes. Vivement le moment de récupérer Handelë.
Il observa, amusé, le comportement de l'ivrogne.


- Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée de le laisser retourner là-dedans, les Fédoriens ne sont pas réputés pour leur tendresse, et il tient à peine sur ses cannes. C'est un coup à ce qu'il se fasse tabasser, détrousser, et balancer dans une ruelle.
Je pourrais l'endormir vite fait, mais ce ne serait pas évident de le trainer ensuite dans un coin où il ne risquerait rien.

Tout en parlant, il avait placé presque négligemment sa jambe sur la trajectoire du bonhomme, pour lui faire un croche-patte.

- Sinon, on pourrait aussi aller participer à la bagarre, ça nous dérouillerait après cette chevauchée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Lun 14 Jan 2013 - 3:19

Earl trébucha bel et bien sur la jambe tendue mais parvint à se rattraper de justesse, et surtout par hasard.
Quand des paquets de mer s'abattaient sur le pont en pleine tempête, il était autrement plus difficile de rester debout. Ici on pouvait respirer sans se noyer.
La secousse eut pour effet secondaire de décoincer enfin le sabre frileux. La longue lame bleuâtre étincela froidement au soleil.


- Aaah, quand même !

Satisfait, le Lévitis enfonça un index encore étroitement bandé entre les côtes de Talisham.

- Et j'vous signale que je suis à demi-Fédorien aussi... et seulement à demi-bourré. J'suis encore capable de faire quelques brochettes, merci bien.

Le pire c'est qu'il en était probablement capable, en effet.
La pointe d'acier oscillait de façon fantaisiste mais la poignée restait fermement serrée dans la main valide du jeune homme.


- Allez j'y vais. En plus faut que je paye mon dernier verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talisham

avatar

Réputation : 390
Age : 32

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Lun 14 Jan 2013 - 5:52

L'elven soupira. Si des armes étaient impliquées dans l'affaire, il risquait d'y avoir des blessés sérieux.

- Je suis désolé, mais je crains de ne pouvoir laisser faire ça. Là où il y a du sang, il y a des gardes. Les gardes posent des questions. Personne n'aime quand les gardes posent des questions.

Tandis qu'il parlait, il avait appuyé du pouce de sa main libre, la gauche, sous le large anneau gravé qui occupait la base de l'index de cette même main. Avec un léger sifflement, une mince aiguille avait jailli.

- Croyez-moi, ça me fait plus de mal qu'à vous. Enfin, façon de parler.

Il ponctua sa phrase d'un mouvement rapide, insérant rapidement l'aiguille dans l'épaule de son vis-à-vis, et la ressortant aussitôt.

- Vous avez de la chance, d'habitude, j'y mets un paralysant musculaire, ça provoque la tétanie et c'est très douloureux. Celui-ci vous enverra juste dans les vapes. Ça agit en trente seconde à peu près, il vous en reste donc une quinzaine pour dire quelque chose.

Talisham soupira de nouveau. À ce dosage, le produit n'agissait que pendant une trentaine de minutes. Autant de temps qu'il faudrait mettre à profit pour mettre le type là où il ne causerait pas d'ennui. Avec la cuite qu'il tenait, il n'aurait probablement pas fini de dessaouler lorsqu'il reprendrait conscience. Une complication inattendue, et une perte de temps.

- Désolé Aryllë, Dame Mellyna, je crois qu'on a gagné un compagnon provisoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl

avatar

Réputation : 935

MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   Lun 14 Jan 2013 - 8:42

- Ah, oui, c'est vrai, des questions. Faut pas de questions.

Earl considéra l'infime piqûre avec curiosité, somme toute assez peu choqué par la méthode.

- Na, l'autre aurait été plus efficace.

De fait il tenait toujours debout... enfin il oscillait sur ses pieds. Il commençait malgré tout à pâlir.

Avec un gros soupir résigné, le jeune homme tenta de rengainer, malheureusement la pointe ripa au bord du fourreau. Une fois, deux fois, puis elle glissa complètement et alla se piquer entre deux pavés.


- Oh zut. Bon. J'vous l'avais dit. Avec ces quinze 'econdes là, j'aurais eu laaaargement le temps de vous faire un sort.

Il s'appuya d'avantage sur le pommeau et secoua la tête comme pour s'éclaircir les idées.

- 'fin je suppose que ça fonctionne quand même.

Ses jambes cédèrent à ce moment-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rues de Fedoran   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rues de Fedoran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» noms des rues
» Fichier .MID "Dans les rues de Rome"
» ou aller centre ville
» rue parisienne
» Plus de routes après MAJ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Adreis :: Vie d'Adreis (Rôle Play) :: Histoires d'Adreis :: Zone des peuples :: Fedoran-
Sauter vers: