Projet Adreis

Forum de discussion autour de ce futur RPG en PHP.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Bonjour et bienvenue sur Adreis.
Pour plus de commodités, n'hésitez pas à vous inscrire dans les groupes qui vous correspondent.
N'hésitez pas faire des demandes aux administrateurs si vous avez des questions ou suggestions.
Passez un bon séjour !
Vous voulez communiquer entre vous ?
Plutôt que d'utiliser les moyens du bord, optez pour notre Voxli : https://www.voxli.com/Adreis
Que ce soit oral ou écrit, vous pourrez de cette manière rencontrer tout le monde plus facilement.

Partagez | 
 

 Aux Délices de Mani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Aux Délices de Mani   Mar 17 Juin 2008 - 14:03

Manilamaniana venait d’une famille aisée. Une famille aisée qui avait été brisée. De l’abondance, elle était passée à la déchéance. Son père était un riche négociant spécialisé en bijoux, parfums et soieries… ainsi que quelques extras inavouables. En bref, il faisait partie de ceux qui avaient réussi leur vie. Et s’il avait quelques « amis », il avait surtout des ennemis. Pervers, retors, jaloux et envieux… mais futés. Quelques rumeurs de complot visant la reine par ci, quelques allusions adroitement placées par là… Et un jour ce fut la garde royale qui débarqua, fouilla et trouva des preuves accablantes. Son père et ses esclaves furent égorgés sur place, les richesses confisquées et l’immense maison incendiée.

La jeune Manilimaniana fut jetée sur le trottoir où on la laissa seule et sans aucune possession. La demoiselle ne se laissa pas aller. Elle avait la rage au ventre et un seul but : retrouver l’aisance qu’on lui avait volée.

Elle commença donc dans le caniveau en faisant commerce de la seule chose qu’on avait bien voulu lui laisser : son corps. Par le feu merci, elle était plutôt jolie.

Les années passèrent et à force d’efforts et de persévérance, elle réussit à grimper à l’échelle sociale. De pute des bas étages, elle passa à prostituée des hautes sphères. Tout cela avait pris beaucoup de temps et pas seulement, mais aujourd’hui elle avait un nom et de la notoriété. Elle se faisait appeler Mani et avait son propre établissement : les Délices de Mani. Ses filles étaient belles et saines, n’avaient pas que des connaissances en mœurs sexuelles mais aussi de belles manières.

Mani ne faisait pas commerce de prostituées basiques, de celles que les guerriers et le bas peuple allaient voir pour se soulager. Non. Chez Mani ce n’était pas une boucherie de quartier, c’était le traiteur et elle proposait des mets de choix : des courtisanes. Des femmes de qualité qui attiraient l’œil et attisaient l’intérêt avant même d’être nues. (et une fois qu’elle l’étaient, elles excellaient dans le don du plaisir). Et Mani avait du succès ! Les puissants souhaitant épater leurs connaissances ou ceux qui désiraient un peu de nouveauté… Tantôt les clients louaient la salle, tantôt ils faisaient venir une délégation de ces filles chez eux. Ses services avaient un coût plutôt conséquent mais en général, cela passait très bien. Il avait suffit d’1 ou 2 succès pour que la notoriété de Mani se répande comme une trainée de poudre. Maintenant, ils étaient nombreux à demander après Mani et ses délices.

Seulement quand un filon est découvert, il se trouve toujours des profiteurs, et d’autres maisons de plaisir de Fedoran s’étaient mises à faire de même. Mani les avait vues au travail et les autres filles ne valaient pas les siennes, c’était évident pour un œil exercé. Elles gardaient toujours un côté vulgaire, le côté que Mani s’était efforcée de chasser chez ses filles à elle. Seulement les concurrents pratiquaient des pris plus bas, et c’est surtout ce point que Mani trouvait inquiétant.
La Dame était bien loin de la ruine, mais mieux valait prévenir que guérir. Il lui fallait trouver quelque chose qui fasse la différence. Pour pouvoir rester au top. Loin du besoin. Rester la meilleure. Toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Aux Délices de Mani   Jeu 10 Juil 2008 - 2:19

Kraa l'avait quittée avant d'arriver à Fedoran, le rapace n'appréciant pas la ville. Inutile donc, de compter sur lui. Une chose dont Fanaa était sûre : l'endroit qu'elle recherchait ne se trouvait pas près des remparts. Il était plus à l'intérieur de la ville. La jeune fille reprit donc son avancée, guidée par la certitude qu'elle serait bientôt à l'abri. Elle était de plus en plus mal à l'aise dans la rue au milieu du monde. En général cela allait, à la taverne de Veis par exemple, ça ne lui posait pas trop de problème, mais ici... c'était différent. Tant de gens passaient! Elle ne distinguait plus les visages, les allées et venues lui donnaient le tournis, chaque fois qu'elle était bousculée, elle craignait d'être reconnue. Son ancienne panique refaisait surface.

*J'aurais dû rester à Shalanos, au moins là-bas je n'avais plus peur. Grâce à Sogh et Sy... oooh...*

Un vertige la prit. Elle mit sa main sur ses yeux et se dirigea à tâtons vers un mur pour s'y appuyer et reprendre ses esprits. Il régnait une chaleur presque étouffante pourtant Fanaa ne put réprimer un frisson glacé lui parcourir l'échine. Elle se sentait comme une souris au milieu d'un terrain vague appartenant à une bande de chats errants.

Pourtant nul ne remarqua la fille pâle adossée au bâtiment. Les fédoriens passaient en discutant et riant, d'autres se donnaient de grandes claques dans le dos. Des étrangers se trouvaient là aussi. Un guerrier barbu conduisait ce qui semblait être un médiovien. Ce dernier semblait minuscule à côté du colosse qui lui servait de guide.


- Tu vas voir, là où je vais t'emmener c'est la paradis! Les plus belles filles! Et les plus douée, c'est le meilleur établissement de la ville. Ce n'est pas donné mais tu en as pour ton argent.
- Je te suis, j'ai hâte de voir ça.

Un couple passa juste après. La femme avait de plantureuses formes mais aussi des muscles d'aciers. Elle tenait son compagnon par l'oreille et celui-ci ne se permettait pas vraiment de broncher.

- Je décide d'aller te chercher à la fin de ton service et c'est dans ce quartier que je te retrouve? Tu es mécontent de ce que tu as chez toi? Tu vas voir ce que c'est que d'avoir une femme déchainée!

Loin d'écouter ou d'observer ce qui se passait autour d'elle, Fanaa était occupée à reprendre son souffle. Il fallait qu'elle retrouve son chemin ou elle passerait la nuit dehors et demain elle ne ressemblerait plus à rien. Relevant la tête, elle resta un moment immobile à fixer ce qui lui faisait face : "aux délices de Mani".
Incroyable! Alors ses pas désordonnés l'avaient menée au bon endroit! Soulagée, elle traversa la rue et frappa la porte. Un mec baraqué aux biceps tatoués lui ouvrit. Il la considéra quelques instants, puis sourit -et la cicatrice qu'il avait en travers de la joue lui donna un air encore plus menaçant- et s'effaça pour la laisser passer avant de refermer la porte. L'établissement n'était pas encore ouvert au public. Les filles se préparaient.

Dès qu'elle entra, Fanaa reconnut les odeurs d'encens et d'huiles parfumées, elle reconnut les couleurs des tentures, des coussins, des sofas. Elle repéra aussi quelques tableaux et dessins. Toujours le même thème : un visage flou avec un bandeau rouge sur l'oeil. Elle était l'auteur de tous ces dessins. Seulement, comme à l'époque où elle les avait réalisés, elle ne connaissait pas le personnage, les traits restaient flous sur le papier et sur la toile. On ne savait pas si cela représentait une femme ou un homme. Sauf quand on connaissait l'histoire.

La jeune fille observait la grande salle en silence. Sur l'estrade, des filles répétaient quelques pas d'une danse sensuelle, à côtés d'autres se parfumaient les cheveux et apportaient une ultime touche à leur maquillage ou à leur tenue, tout cela sous l'oeil professionnel de Mani. Fanaa hésitait à faire connaitre son arrivée quand une des filles s'écria :


- Plume!

Avant de s'élancer vers elle. Ce fut comme un signal. Une à une elle arrêtèrent leurs activités pour s'approcher et se mirent à poser des questions toutes en même temps.

- Où étais tu passée?
- Pourquoi es tu partie?
- Tu vas bien?
- Tu as grandi non?
- On t'a manqué?
- Où étais tu?
- C'était comment?

Submergée par le nombre de personnes, les questions, les caresses, embrassades et calinades, Fanaa persit de son asurance et son sourire se fit crispé. Aucun son ne sortit de sa gorge. Les demoiselles devaient en avoir l'habitude car aucune ne s'en offusqua.
Mani les rapela au calme en frappant dans ses mains.


- Mes chéries cela suffit. Les clients vont arriver, finissez de vous préparer je vous prie.

Papotant et riant, chacune reprit son activité en souriant et en lançant des coups d'oeil curieux à la nouvelle arrivante. Mani se leva et se dirigea vers Fanaa. Elle la serra dans ses bras puis lui releva le menton et la regarda attentivement.

- Plume, tu as embelli. Tu es devenue une femme... je parie qu'il y a un homme là-dessous!

La jeune fille rosit.

- En fait... il y en a deux...
- Fantastique! Bon tu sembles épuisée. va dans ma chambre, mange et te repose toi. je ne vais tout de même pas te faire reprendre le travail dès ton arrivée.
- Le travail? Mais je...
- Monte vite te coucher, nous allons ouvrir les portes. Oh et Plume...
- Oui Mani?
- Tu dors dans le lit et pas en dessous, n'est-ce pas?

Fanaa sourit mais ne répondit pas. Mani la connaissait bien. Elle ramassa son sac et monta à l'étage dans la grande chambre de Mani. Ca lui faisait tout drôle d'être de retour. A vrai dire elle ne s'était jamais imaginée revenir ici. De passage oui, pour présenter Sogh et Syld mais pour "reprendre le travail"... Non. Elle ne pouvait pas faire ça. Elle détestait faire cela. Elle en parlerait à Mani demain. En attendant elle se déshabilla, s'enroula dans un drpa de soie ocre et s'endormit d'un coup. Elle était épuisée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Aux Délices de Mani   Mer 23 Juil 2008 - 14:37

Fanaa n'avait pas tellement dormi finalement. 2 heures peut être 3 mais pas plus. Fedoran n'est pas une ville calme, au contraire elle reste vivante à toute heure du jour et de la nuit. Il parait que même le soleil se couche plus tard que partout ailleurs car il essaie chaque fois de grappiller du temps pour profiter de l'ambiance festive.

Ce n'était pas le bruit qui l'avait empêchée de dormir plus, non, elle reprenait juste le rythme de la ville du feu. Après avoir enfilé sa tunique de danse, elle avait noué ses cheveux du foulard rouge, s'était saisie d'un fusain et d'une feuille blanche avant de descendre à la grande salle. Les bruits, les mouvements, les couleurs, les odeurs, tout lui était familier ici, son visage se détendit et elle s'installa dos à de belles tentures. Elle observait tout ce qui se passait dans la pièce, se remémorait tout ce qu'elle avait connu. Les filles de Mani connaissaient leur affaire. Leurs peaux étaient parfumées, leurs visages peints, leurs coiffures très travaillées. Leurs vêtement dévoilaient juste ce qu'il fallait, ils jouaient de voiles transparents ou de tissus si léger qu'ils se soulevaient au moindre souffle. Au premier regard, cela pouvait ressembler à n'importe quelle soirée, le décor était élégant sans être ostentatoire. Chacun aurait pu se trouver chez lui, dans la pièce réservée aux réceptions. Si l'on regardait de plus près, on voyait que les filles savaient rire au bon moment, effleurer telle ou telle partie du corps de leur hôte, mine de rien, que les mains des hommes glissaient parfois sous une étoffe... l'ambiance était agréable, détendue. Fanaa appréciait cette partie du spectacle. Les regards échangés, les rires, les filles au centre qui dansaient sous le regard de ceux qui, dans leur tête faisaient déjà le choix de leur dessert.
Et tandis que les yeux de Fanaa embrassaient l'ensemble de la scène, la main qui tenait le fusain s'activait, reflétant sur le papier tout ce qu'elle percevait.
Quand les filles sentaient leurs hommes prêts, elle les menaient vers les chambres privées et faisaient preuve de beaucoup d'adresse. Elle savaient y faire aussi dans l'intimité... A y réfléchir, il semblait à Fanaa qu'elle n'avait jamais entendu parler de client mécontent. Il devait sûrement y en avoir, mais peu.
Elle regardait et dessinait. Il fallait qu'elle s'occupe car si elle avait envie de dessiner, elle ressentait encore plus le besoin de danser, oui, elle aussi désirait se mouvoir avec les autres... mais non. Elle ne pouvait pas. Le fait innocent de danser entrainerait une suite d'événements ... qu'elle ne souhaitait pas.

Absorbée dans sa contemplation et ses traits, elle ne vit pas le regard de quelques clients sur elle, et encore moins que Mani elle, n'avait rien perdu du spectacle.

La nuit aux délices de Mani prit fin quelques heures plus tard. Le soleil allait se lever. Les derniers hommes rejoignirent leurs pénates ou leur travail. Les filles allèrent se démaquiller et se reposer. Les personnes du ménages se chargèrent de remettre la salle à neuf.

Fanaa se reposait sur le lit de Mani. Au réveil de filles, elles devraient se préparer pour le soir. La routine. Ou presque songeait Mani en regardant son petit élément perturbateur dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Aux Délices de Mani   Jeu 24 Juil 2008 - 13:29

Dans la grande salle toute ordonnée, sur l'estrade du milieu, une silhouette se mouvait. Les volets étaient fermés et elle n'avait emmené qu'une bougie. A la faible lueur vacillante de la petite flamme, Fanaa dansait. son ombre déformée décorait les murs de la pièces qui n'étaient pas dans l'obscurité complète. Légère, gracieuse, elle esquissait des mouvements très aériens, elle était un oiseau porté par le vent, découvrant le monde de si haut qu'elle ne craignait plus rien, la peur était anihilée, ne restait alors que la joie de pouvoir danser librement au dessus de Soghann et Syld, de les voir, de n'être pas loin d'eux. Si Fanaa aimait tellement danser, c'était parce que cette activité lui permettait de tout oublier, mais aussi et surtout c'était l'héritage que sa mère lui avait laissé. Aquarelle avait une telle maitrise de son art, chacun de ses ballets était tellement parfait que l'on ne savait plus si c'était elle qui aimait la danse ou la danse qui aimait Aquarelle. En c'est en utilisant son apprentissage que Fanaa perpétuait la mémoire de sa mère bien-aimée.

Alors qu'elle s'arrêtait, épuisée mais completement détendue, elle entendit quelqu'un applaudir et sursauta. La lumière de la pièce s'alluma. C'était Mani.

- Bravo ma chérie, tu es toujours aussi douée, sinon plus. Je suis fière de toi!
Rassurée, Fanaa sourit et la remercia.
- Les filles sont levées maintenant. Monte te préparer, ensuite tu viendras déjeuner.
- Me préparer?
- Mais oui. Kenya s'occupera de toi. Tu veux monter sur scène n'est-ce pas?
Fanaa se troubla.
- Pour danser, oui, mais...
- Alors c'est entendu. File!

Le ton de Mani, sans être brutal, avait une fermeté qui n'admettait pas de réplique. Alors Fanaa obéit.


* * *


Après un bon bain, Kenya trouva pour Fanaa une très jolie tenue bleu marine. L'ensemble était composé d'une ample jupe longue fait d'un tissu très léger, d'un bustier court qui n'habillait que la poitrine. Sachant que Fanaa haïssait que l'on voie son dos, Kenya avait ajouté un drapé sur l'épaule. Le tissu, d'un bleu sombre irisé jouait de transparence, laissant voir le ventre plat mais ne laissant pas deviner les ailes.
Kenya n'avait pas choisi ces vêtements au hasard, avec leurs reflets et leur légèreté, ils ne gêneraient en aucun cas les mouvements de la danseuse et même, embelliraient l'ensemble. Kenya tenait à ce que Fanaa soit à son avantage, mais elle la sentait tendue.


- Fais moi confiance, tu seras éblouissante!
- Ce n'est pas ça Kenya. Je... Je ne veux pas que l'on me reconnaisse. Cela me fait peur. A shalanos, il y avait un homme qui m'a appelée la "putain de Fedoran", devant Soghann. J'étais atterrée et j'avais si honte.
- Tu n'as pas à avoir honte, c'est grâce à des gens comme nous qu'il y a moins de violence dehors. Nous apportons le bonheur tu sais. Quand les hommes ressortent d'ici ils sont heureux, c'est bien. Et... c'est qui ce Soghann?
- Soghann c'est ... mon amant de l'ombre. Il n'a pas eu l'air gêné ce jour-là. Et il a tué l'homme! Pour me défendre!
Fanaa souriait de nouveau. Dans sa voix, l'excitation montait. Kenya le vit et durant une seconde, sa main se crispa sur le manche de la brosse à cheveux qu'elle tenait en main.
- Laisse moi faire, je vais faire de toi une autre et personne ne te reconnaitra, c'est promis.
- Merci Kenya, tu me comprends.
- Oui, et ça me fait tellement plaisir de t'aider. Un silence passa. Et ce Soghann, c'est l'homme au bandeau rouge que tu cherchais? Celui que tu as dessiné partout?
- Non. C'est son compagnon.
- Mais alors tu l'as trouvé?
La main de Kenya trembla légèrement. Les yeux dans la vague, Fanaa répondit :

- Oui... et je l'ai perdu. Ils m'ont abandonnée, je crois. Mais j'ai des souvenirs d'eux, j'ai...
- Est-ce qu'il pourraient te retrouver ici?
- Heureusement non. Ils ne fréquentent pas ce genre d'endroit. Et ils ne savent pas que j'en viens. Et surtout, je sais qu'ils ne me chercheront pas.

Durant la conversation, Kenya s'était activée. Elle avait réussi l'exploit de camoufler la masse de cheveux bruns de Fanaa sous une perruque de longs cheveux blonds et raides, ce qui changeait beaucoup la physionomie de Fanaa. Elle lui avait teint les sourcils de même lais avait laissé les cils de leur naturelle couleur d'ébène, ainsi ses yeux bleu myosotis ressortaient de fort jolie façon. Kenya avait peint ses lèvres, coloré ses paupières de façon à accentuer les forts jolis traits de la jeune fille.
- Qu'en dis tu?
- C'est... parfait...
Fanaa resta un moment interdite. L'image que le miroir lui renvoyait... ce n'était plus celle de Fanaa la jeune fille perdue qui avait peur de tant de choses, c'était Plume, une très belle illymis. Et elle se dit que si elle avait été cette belle illymis, alors Soghann et Syld l'auraient peut être gardée? La jeune fille se leva, se regarda encore. Elle ne serait plus cette idiote de Fanaa alors, puisqu'elle ne faisait pas une compagnie acceptable. Elle serait Plume l'illymis. Quelqu'un de bien, de pratique, qui n'était pas une gêne.

Et, forte de sa résolution, la blonde Plume rejoignit les autres filles en bas. Une fleur de plus dans le bouquet de délices, songea Mani. Mais tout n'était pas encore gagné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Aux Délices de Mani   Ven 25 Juil 2008 - 1:31

En la voyant descendre, Mani la félicita -Elle était superbe, ainsi- puis l'invita à se restaurer tandis qu'elles parleraient un peu.

Plume mangea des litchis, quelques grains de raisin juteux, une tranche de melon... et réalisa qu'elle n'avait plus faim. A force de très peu manger, son estomac s'était rétréci, zut!


- Pourquoi être revenue?
Plume pencha la tête, semblant entendre la réponse d'une autre et répéta docilement:
- Pour être à l'abri. Et aussi parce que je n'avais plus d'argent, qu'il me fallait manger. (pour elle-même) mais vu ce que j'avais l'habitude de picorer jusque là, je m'étonne de pouvoir connaitre la sensation de faim.
- Bien. Alors ma chérie, puisque je vais t'héberger, te nourrir et t'habiller, tu vas bien faire quelque chose pour moi je te prie?
Elle piocha un autre grain de raisin.
- Hein? Mais oui je bosserai ici, je coucherai avec qui tu voudras. Pas de prcblème. C'est normal.
Si Mani fut surprise de ce revirement de situation -et de la façon de parler de Plume qui avait d'habitude une voix plus douce et des termes moins directs- (et elle le fut), elle n'en montra rien, mais tenta une approche différente.
- Tu sais tu es revenue au bon moment. J'ai vraiment besoin de toi et de ta danse. Les puissants de Fedoran qui demandent des soirées privées faites pour éblouir leurs amis -et non amis aussi d'ailleurs- il faut leur en mettre plein la vue. Et tu en es capable. Ils vont aimer te regarder. Mais après ils voudront sûrement ... te voir de plus près disons.
- Mmmh. Oui oui.
Sa réponse était bien évasive. Mani insista.
- Mais tu avais certains problèmes avant. Cette panique... tu es guérie?
- Ecoute, ne me parle pas de ces "problèmes" comme tu dis, je déteste ça! Si je te dis que ça ira, c'est que c'est bon, voilà!
- Bien... Tant mieux. Tu as bien fait de partir alors, je vois que tu as fait énormément de progrès.
Plume fronça les sourcils, elle semblait en confrontation avec elle-même. Elle resta crispée quelques minutes, puis son visage se relâcha. Elle semblait plutôt résignée quand elle ajouta en soupirant :
- Prévois du naÿs quand même. Juste au cas où...

Mani sourit, lui tapota le crâne et s'en fut rassembler les filles. Elle appela Plume et lui précisa qu'elle devait préparer une chorégraphie pour le lendemain.
Puis ce fut l'heure de se faire les ongles, de se parfumer les cheveux, de choisir les bijoux...

Dans le groupe, Kenya n'avait pas lâchée Plume des yeux. Elle la trouvait différente sa petite poupée. Plus dure. Peut-être plus forte. Plus sèche aussi. L'expression de son regard avait perdu de sa douceur. Le timbre même de sa voix n'était pas pareil qu'avant. La courtisane Kenya-aux-doigts-de-fée se demandait si tout cela était bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Aux Délices de Mani   Dim 27 Juil 2008 - 15:49

- Plume, un client pour toi!

Occupée à choisir une parure qui la mettrait en valeur sans pour autant gêner ses mouvements, la blonde illymis releva la tête, surprise.

- Si tôt? Mais je croyais qu'ils ne venaient que le soir?
- Oui mais celui-là est spécial. C'est un habitué et il a droit de tester toutes les nouvelles en avant-première. Alors occupe toi bien de lui, ne me déçois pas et tu pourras danser autant que tu voudras.

Si Fanaa se crispa légèrement, Plume n'en montra rien et suivit Mani jusqu'à une chambre. En entrant, elle le reconnut tout de suite, c'était le Fedorien qui lui avait proposé son aide quand elle était arrivée la veille. Fanaa se détendit un peu, il semblait gentil, ça devrait aller. Et si elle réussissait, elle pourrait danser sans avoir à faire la suite. Et puis il y avait Plume. Si elle laissait agir l'illymis, tout se passerait bien. Ladite illymis était plus que d'accord avec elle sur ce coup-là.

Prenant une voix de velours, la blonde se rapprocha en ondulant de la taille.


- Bonjour Monseigneur...

Sans lui laisser le temps de répondre, elle plaqua sa bouche sur la sienne. Chez Fanaa pointa un certain malaise mais elle réussit à se contenir. Plume allongea l'homme sur le lit, se mit à quatre pattes, avança, se pencha et feula à son oreille :

- Préférez vous vous laisser faire ou être le maitre du jeu?

Sa main effleura le torse et se dirigea vers l'entrejambe qui se dressa brusquement. Le sang battait aux tempes de Fanaa, tout autant que la panique qu'elle sentait monter en elle. ce n'était pas une bonne idée, oh non c'était même loin d'en être une. La main de Plume se crispa, celle-ci fronça un sourcil, secoua son poignet, puis reprit son exploration. Une lueur avide s'alluma dans l'oeil de l'homme et il perdit son air de gentillesse. Remontant le bras, il saisit l'autre poignet de la jeune fille. Fanaa ne put retenir un cri que Plume étouffa avec peine. L'homme fronça les sourcils.

- Quelque chose ne va pas?
- Non... tout va bien... Laissez...

Plume baissa la tête et se concentra. Inspirant et soufflant, elle tenta de recouvrer son calme. Pour masquer son trouble, elle se mit à agacerles tétons de l'homme du bout de la langue, puis descendit ainsi le long de son buste. Elle défit la ceinture et approcha ses lèvres du membre rigide et... de dimension colossale quand...

- Non!

Elle se rejeta brusquement en arrière, essoufflée. L'homme fronça les sourcils de nouveau. Il ne semblait plus gentil du tout. A vrai dire, frustré d'être arrêté en pleines caresses, il était même plutôt furieux.

- Bon alors, ça vient, oui?!
- Bien sûr Monseigneur. Tout de suite.

Plume luttait avec Fanaa, une sorte de bras de fer intérieur s'engagea et l'illymis gagna. Résignée, Fanaa se prépara à subir ce que Plume lui ferait faire avec le client, mais ne voulait rien en savoir. Elle ferma les yeux. Bien fort. Et se boucha les oreilles. Plume lui indiqua de ne plus bouger, de la laisser agir. Fanaa ne répondit pas, trop occupée à oublier où elle se trouvait. Forte de sa victoire, Plume s'allongea sur l'homme, bien décidée à le combler et même plus encore. Le client passa ses mains sous l'étoffe de la jupe et Fanaa ne réagit pas. Soulagée, Plume continua à s'affairer et leur étreinte se fit plus intense, quand, dans le feu de l'action, il la fit passer sous lui et lui maintint les poignets.
Certes Plume avait le savoir-faire et la maitrise de soi, mais c'était sans compter sur la peur de Fanaa. Cette terreur même, si profondément ancrée en elle, elle était si ancienne et si vivace encore, qu'elle balaya toute résolution et toute bonne volonté.

Fanaa hurla. Son cri résonna dans tout le bâtiment, peut être même au-delà. Il exprimait un effroi et une détresse insoutenables. Il balaya Plume comme si elle n'avait jamais existé. L'homme fit un bond en arrière, les tympans explosés et toute libido exterminée pour le moment.

Mani, qui guettait derrière la porte, entra à ce moment. La scène qu'elle surprit était exactement la même que plusieurs années auparavant. Rien n'avait changé sauf que Fanaa était un peu plus grande et qu'elle avait les cheveux blonds. Mais le reste était identique : le hurlement à glacer le sang, sa position recroquevillée, ses pleurs, ses violents tremblements... Une enfant effrayée au-delà de tout.

Elle n'était donc pas guérie. Loin s'en fallait. Pourtant Mani avait besoin d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Aux Délices de Mani   Dim 27 Juil 2008 - 21:00

Mani raccompagna l'homme. Sonjak - c'etait son nom - n'était pas le meilleur client de Mani ainsi qu'elle l'avait dit plus tôt. Mais c'était une personne qu'elle appréciait et la personne idéale pour le test qu'elle avait préparé. Grâce à lui, elle savait qu'il faudrait prévoir quantité de naÿs pour éviter tout esclandre. C'était dommage, elle avait semblé mettre de la bonne volonté en début d'après midi.

Elle revint dans la chambre, s'approcha de Fanaa - qui n'avait pas bougé d'un poil - et lui caressa la tête. Elle tressaillit. Avec un soupir, Mani souleva Fanaa dans ses bras. C'était affolant comme elle n'avait pas pris un gramme depuis sa première arrivée ici! Elle la mena dans sa chambre à elle, s'assit sur le lit, la jeune femme sur les genoux et lui caressa la tête en lui murmurant des paroles apaisantes, maternelles. La crispation du corps de Fanaa diminua petit à petit. Bon point. Mani se rappelait encore qu'elle était restée prostrée 3 jours la première fois.
Une heure passa presque entièrement avant quelle ne lève enfin la tête et prononce ses premiers mots. Elle avait encore les larmes aux yeux et une voix peu sûre.

- Excuse moi...
- Chut Chut. Ce n'est rien. C'est fini.
- Je ne le ferai plus, je suis désolée.

Mani ne répondit rien et lui tapota le crâne. Fanaa s'extirpa de ses bras, s'essuya le visage et tenta de prendre un timbre ferme.

- J'ai ... été surprise, c'est tout. Je le referai plus. Je veux danser tu sais!
- Oui oui je sais. ce n'est pas important.

Bon. ce n'était pas tout ça mais le temps passait. mani devait veiller au préparatifs de ce soir. En plus de la bière devait arriver. Les dernières soirées avant la tempête de sable devaient être les meilleurs car pendant... le commerce était toujours plus difficile.
- Ma chérie, j'ai du travail. Tu devrais aller voir Kenya, qu'elle te débarbouille et te refasse une beauté d'accord. Ne t'inquiète pas, je ne t'en veux pas.
C'était un mensonge. Mais si Fanaa se sentait coupable, alors elle ne ferait aucun progrés. Donc elle devait se croire comprise et protégée. Bien. Et Mani sortit.

La tête basse, Fanaa se dirigea vers la salle de beauté où Kenya l'attendait. La belle rousse se précipita vers sa poupée préférée et la serra tendrement dans ses bras avant de jauger d'un oeil critique l'aspect général de sa tenue. Elle lui ôta sa perruque, l'aida se déshabiller et l'envoya au bain tandis qu'elle lui choisissait son costume du soir.

- Mais que s'est il passé cette fois?
- Je n'ai pas réussi. Comme toujours. J'ai eu peur.
- Je ne comprends pas ce qui te fait peur. Certes les hommes peuvent être parfois un peu brutaux mais dans l'ensemble une fois qu'ils ont ce qu'il veulent - et ils veulent tous la même chose alors c'est facile de les contenter - ils ne sont pas chiants. Alors pourquoi?
- Je ne sais pas, ils me rappellent quelqu'un.
- Qui ça?
- J'ai oublié. Celui de mes cauchemars. Il me fait peur et il me fait très mal.
- Pourtant tes shalos là... ne me dis pas qu'ils t'ont gardée avec eux sans rien en retour?!

Fanaa baissa la tête et ses pommettes prirent une agréable teinte rose.
- Non, mais eux ce n'est pas pareils. Ils ne font pas peur. ils sont gentils et puis ils ne m'ont pas jetée après...
Mais ils l'avaient laissée livrée à elle-même à la taverne de Veis. Sans un mot de réconfort. sans un regard. Elle reprit :
- Pas tout de suite après...
Sa vision se brouilla.

Après s'être rincé le visage, elle s'enroula dans une serviette et se sécha. Kenya lui présenta son ensemble du soir : semblable à celui du matin sauf que la jupe était fendue sur les deux jambes et qu'il était d'un très beau pourpre.
Elle l'assit à la coiffeuse et la maquilla.

- Tu te rappelles ce jeu que nous faisions quand tu étais petite?
- Petite... on a le même âge tu sais!
- Oui mais il a fallu te réapprendre à parler, à lire et à écrire. Alors tu seras toujours la petite poupée de la maison. Tu te souviens?
- Oui. je jouais le rôle d'une autre, comme ça j'oubliais d'avoir peur. je me concentrais juste sur mon personnage. Mais j'ai voulu le faire, tu sais. Ca n'a pas marché.
- Mais si tu vas voir je vais t'aider. Je finis de te coiffer et je m'en occupe.

Kenya remit la perruque en place, la fixa bien avec des épingles-joyaux qui décoraient ainsi la coiffure et admira son oeuvre. Qu'elle était jolie sa poupée! Enfin elle s'assit en face d'elle, saisit un collier avec un lourd pendentif, le fit balancer et commença à récietr :

- Tu es Plume et tu ne crains pas les hommes. Celle qui a peur s'endort. Tu es Plume et tu es sûre de toi. Tu es Plume ...



HRP : suite chez Kirin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Aux Délices de Mani   Mer 30 Juil 2008 - 1:28

Plume arriva enfin en vue des délices de Mani. Elle sentait qu'elle ne resterait plus très longtemps elle-même et elle devait se dépêcher car Fanaa et elle n'avaient pas une mémoire commune, et qu'il fallait prévenir Mani de la situation.
Plume entra sans peine et resta sur le seuil de la grande salle, se contentant de faire signe à Mani. La maquerelle, qui avait les yeux partout ne la manqua pas et la rejoignit. Plume la mena à sa chambre et Mani s'écria, avant que l'autre n'ait pu commencer son explication :


- Mais tu as du sang sur le ventre! Et dans le cou! Que t'a-t-il fait subir? Aurait il des pratiques tordues? Je ne peux pas laisser faire ça. Je dois annuler sa soirée de demain alors. Oh! Gâcher une telle recette! J'aurais dû me méfier! J'enrage! Le sale...
- Mani, Mani! Ce n'est pas tout à fait ça. c'est pire en fait.
- Pire?
Les yeux de Mani lui sortaient littéralement des orbites. Plume aurait pu s'en amuser mais le temps pressait.
- Mani écoute moi : Kirin est mort!
La machoire de Mani s'affaissa mais elle ne pipa mot. Plume se dépêcha d'enchaîner :
- Alors que je m'occupais de lui, et tout s'est très bien passé, une femme rousse est apparue de je ne sais où et elle lui a tranché la gorge. Je n'ai rien pu faire, c'est allé si vite!
- Tu l'as vue et elle t'a laissé la vie?
Diable! La maquerelle réfléchissait plus vite que les gardes. Dangereux. Alors Plume éclata en sanglots.
- Je ne sais pas Mani, c'était affreux. Il était vivant et juste après c'était un cadavre. Et moi j'étais là! C'était horrible, horrible...
Mani lui caressa la tête, tout soupçon oublié.
- Du calme ma chérie. c'est fini. repose toi. Tu dois te remettre de tes émotions. Et comme demain on ne bouge pas d'ici, tu ne travailleras que si tu te sens d'attaque d'accord?
- oui snif... merci...
- C'est normal. Je te laisse tranquille. Repose toi, d'accord?
Plume aquiesça en silence et Mani redescendit au rez-de chaussée. Ouf. La blonde alla nettoyer le sang et la souillure qu'elle avait sur elle, revint à sa chambre, se laissa tomber à plat dos sur le lit et ferma les yeux.

Quand elle les rouvrit quelques minutes plus tard, c'était Fanaa qui était derrière et sa première pensée fut pour Soghann. Elle l'avait vu, elle le savait. Elle se redressa difficilement, ankylosée et avec un mal de crâne lancinant. Elle ne se sentait pas bien et voulait redevenir elle-même. devant le miroir, elle retira une à une toutes les épingles joyaux, puis se mit à la recherche des épingles invisibles pour pouvoir les ôter de même. Ce fut dur et ce fut long. Kenya avait vraiment bien travaillé. trop bien à vrai dire. Mais il fallait bien ça pour que même après des ébats la perruque soit ébouriffée voire décoiffée mais sans avoir bougé de place. Fanaa soupira d'aise quand elle put enfin libérer ses cheveux. Elle arracha le filet qui les emprisonnait et secoua la tête de façon à faire cascader ses boucles sombres sur son dos et ses épaules, puis alla chercher une robe dans son sac personnel. Elle voulait la légère noire mais elle se rappela l'avoir laissée à Shalanos. Alors elle enfila la bleu clair et put enfin respirer.

Fanaa quérit une toile vierge, un fusain, des pinceaux et des couleurs et commença à dessiner. Ce soir elle ferait Soghann. En peinture. Elle ne le représenterait pas avec son déguisement mais torse nu, avec sa cicatrice, ses longs cheveux noirs, et ses yeux bleu glace. Inspirée, elle fit le bas de son corps en queue de poisson aux écailles noires. Fanaa sourit. Le rendu n'était pas mal du tout. Comme Syld n'était jamais loin de Soghann et encore moins de ses pensées à elle, elle le dessina derrière le grand triton-shalos, une main sur l'épaule de son compagnon, son sourire canaille aux lèvres, son oeil malicieux et son bandeau rouge. Les écailles du chenapan étaient rouges elles aussi. Les rayons du soleil levant entraient par la fenêtre, elle y avait passé toute la nuit, concentrée.
Fanaa bailla et attaqua le fond du tableau : les eaux d'un lac. Tandis qu'elle s'affairait, une pensée lui traversa l'esprit. sa main trembla et elle reposa le pinceau.


* Plume? *
*Oui?*
* Soghann était là. *
*Je sais.*
* Que s'est il passé? Kirin est il mort? *
*Oui. Ton ami a assuré.*
* Quand... comment cela s'est il passé? *
*Nous avions fini notre affaire si c'est ce que tu veux savoir*
Fanaa pâlit dangereusement.
* Alors... il m'a vue? *
*Mais non! C'est moi qu'il a vue. Uniquement moi. Toi, tu n'étais même pas là.*
* Tu es sûre? Et tu lui as parlé? *
*...*
* Plume réponds moi! Vous avez parlé?!*

Mais l'illymis faisait la sourde oreille. Fanaa tenta de se rappeler, se concentrant autant qu'elle le pouvait, plissant le front mais rien. Oh qu'elle détestait le naÿs! A cause de cette haïssable drogue, elle ne se souvenait de rien. C'était le néant. D'après Plume, Sogh ne l'avait pas reconnue, mais elle ressentit tout de même un pincement au coeur. Abandonnant sa toile, elle alla s'allonger. Elle se sentait tendue, tiraillée entre deux pensées. Etait elle réellement rassurée que Sogh n'y ait vu que du feu, ou bien éprouvait elle, au contraire, des regrets? Des regrets de ne pas avoir été enlevée, sauvée cette nuit?
Le sommeil se laissait désirer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Aux Délices de Mani   Jeu 31 Juil 2008 - 15:42

Fanaa avait la tête lourde, elle ne se sentait pas bien. Elle voulut porter la main à son front mais ne put l'approcher. Elle tira mais sa main ne venait pas, comme entravée. Ouvrant difficilement les yeux, elle remarqua une corde autour de ses poignets qui la retenait au mur. Que se passait il? Fanaa voulut crier mais elle se rendit compte qu'elle était baillonnée. Sa respiration s'accéléra, elle sentit la sueur couler le long de sa tempe, elle ne reconnaissait pas l'endroit, il y faisait très sombre.
L'image s'effaça et elle se retrouva dans un cachot, entourée de dizaines de gamins. Ils avaient de grands yeux tristes et affolés. Résignés pour certain. Fanaa prit l'un des petit sur ses genoux, caressa la tête d'un autre assis à son côté et chanta une berceuse. Puis une autre. Des chansons très douces. Un à un les petits s'endormirent et elle put s'adosser au mur de pierres froides.
Par la lucarne de la porte de la cellule, elle vit un visage. Oh comme elle exécrait cet homme, et encore plus quand son regard trahissait de la surprise ou de l'admiration comme à cet instant. Elle aurait voulu l'insulter ou lui faire de ces signes que les enfants bien éleva n'ont pas le droit de faire, mais elle ne voulait pas réveiller les gamins. Elle se contenta donc de lui jeter un regard noir. Ses yeux à lui se firent rieurs et il partit.
Il y avait une autre personne dans la cellule. Une fille blonde. Plume? Un à un les enfants disparaissaient. A un moment, leur visage se firent plus nets et elle reconnut la bande des "petits caméléons" de Shalanos. Puis elle se retrouva toute seule.
L'homme revint et une indicible horreur s'empara d'elle. c'était son tour cette fois!

Fanaa se réveilla en sursaut et en sueur.

- Les enfants! Où sont les enfants?
Quels enfants, en réalité elle n'aurait su le dire. Mais c'était tout ce qu'elle avait retenu de son cauchemar. C'était l'aube, elle n'avait donc pas dormi plus de quelques minutes. Son regard se posa sur a toile qu'elle avait terminée et elle se rappela.
- La taverne de Veis. Ils ont fini leur mission. Sogh et Syld m'y ont laissée seule mais peut être qu'ils espèrent m'y retrouver? Peut être qu'ils ont changé d'avis et que je leur manque autant qu'ils me manquent?
Forte de cet espoir, la jeune fille brune se leva, se précipita sur son sac, y rajouta du papier, du fusain, des couleurs puis fila dans le couloir. Où se tenait Mani. Les poings campés sur les haches. D'une voix sourde et les yeux plissés, elle lui demanda :
- Et où comptes tu aller comme ça?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Aux Délices de Mani   Ven 1 Aoû 2008 - 10:34

- Je t'ai demandé où tu comptais aller. insista Mani.
- Je m'en vais voir des amis. bredouilla Fanaa légèrement sur la défensive.
- Reste ici. Tu viens à peine d'arriver, pourquoi déjà repartir?
- Ils m'attendent, il faut que je les voie!
- Personne ne t'attend nulle part. Sinon tu ne serais pas revenue.
- Mais... si...
- De toutes façons c'est trop tard, ils ferment les portes.
- Comment? Mais alors je dois me dépêcher!

Fanaa se mit à courir, au moment de dépasser Mani elle accéléra mais fut surprise de voir que cette dernière ne fit pas de geste pour l'empêcher de passer. Surprise, elle s'arrêta une seconde et posa sur le dos de la maquerelle un regard interrogateur. Mani demanda :
- Qui sont ces gens que tu dessines toujours?
- Des personnages de mon imagination. Merci Mani. Merci pour tout!

Et Fanaa disparut. Elle sortit de chez Mani, enfila les rues à toute allure, de loin elle vit que le mouvement de fermeture des immenses portes avait commencé et accéléra encore. Comme elle était à sans monture ni chariot, ce fut facile pour elle de se faufiler dans la file de ceux qui, n'ayant pu sortir, ralaient. Elle passa à une fouille rapide, eut droit à deux ou trois question auxquelles elle répondit au hasard et se retrouva dehors. Ouf.
Il faisait jour, et elle était libre. Fanaa se remit à courir, elle avait perdu trop de temps chez Mani. Oh qu'elle était bête, elle aurait dû filer dès qu'elle avait reconnu Soghann! Jamais elle n'aurait dû laisser Plume agir. Jamais. Heureusement qu'ils ne l'avaient pas reconnue. Elle devait les retrouver maintenant. Et vite!
Le coeur battant, Fanaa réduisait petit à petit la distance géographique qui la séparait de ses bien chers shalos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aux Délices de Mani   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aux Délices de Mani
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Délice & luxure rien que pour vous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Adreis :: Vie d'Adreis (Rôle Play) :: Histoires d'Adreis :: Zone des peuples :: Fedoran-
Sauter vers: