Projet Adreis

Forum de discussion autour de ce futur RPG en PHP.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Bonjour et bienvenue sur Adreis.
Pour plus de commodités, n'hésitez pas à vous inscrire dans les groupes qui vous correspondent.
N'hésitez pas faire des demandes aux administrateurs si vous avez des questions ou suggestions.
Passez un bon séjour !
Vous voulez communiquer entre vous ?
Plutôt que d'utiliser les moyens du bord, optez pour notre Voxli : https://www.voxli.com/Adreis
Que ce soit oral ou écrit, vous pourrez de cette manière rencontrer tout le monde plus facilement.

Partagez
 

 Rues de Shalanos, boutiques

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeJeu 27 Mar 2008 - 23:29

Fanaa qui revenait vers eux à ce moment là (elle s'était rendu compte qu'elle ne connaissait pas la direction à prendre. pas très pratique pour guider...), entendit les dernières réflexions de Syld.

Elle sauta à califourchon sur le dos du chenapan et mit les bras autour de son cou.


- Mais les deux bien sûr! ronronna-t-elle. Il m'en faut plusieurs tu sais, je ne suis pas un garçon.
Dis Soghann c'est par où? Et il fait jour ou nuit là? Et comment faites vous la différence? Et il fait toujours la même température? Vous avez des saisons ici?

Une fois au "grand air", l'excitation de la découverte de la mystérieuse Shalanos piquait de nouveau la curiosité de Fanaa. Des questions elle en avait des tas. Et avant qu'elle ait pu se freiner, elles avaient commencé à fuser tandis qu'elle gigotait accrochée à Syld.


- Et l'eau du lac elle est à quelle température? Et il est grand comment? Vous l'avez déjà traversé à la nage? On ira?
Revenir en haut Aller en bas
Soghann

Soghann

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeVen 28 Mar 2008 - 1:28

Sans s'empêcher de sourire, Soghann leva les yeux au ciel sous la rafale de question de l'enthousiaste jeune femme. D'un ton posé, il prit son temps pour répondre, tout en fermant la porte et en empochant ses clefs.

Alors, là, il fait jour... On doit être en début d'après-midi. Nous, on fait la différence, car on sort souvent, et qu'on est quand même habitué au rythme jour/nuit. En revanche, certains habitants, qui ne sortent jamais, on des cycles de vie assez originaux... La température est toujours la même, ici... Un peu plus frais qu'à l'extérieur en plein jour.

Quand à l'eau du lac... Sans s'en rendre compte, il coula un regard vers l'étendue sombre que l'on pouvait apercevoir à travers quelques demeures.

Elle est assez froide. Idéale pour se réveiller le matin, mais pas assez chaude pour y passer plus de temps qu'il n'en faut pour faire quelques brasses... Et non, personne n'a jamais réussi à le traverser à la nage, ni en barque, d'ailleurs. Il est trèèèès grand, et ceux qui ont été trop loin ne sont jamais revenus.

Réfléchissant un instant sur la direction à suivre, il se mit ensuite à marcher, arpentant une rue bien précise.

La lingerie, c'est par là... Oui, on ira faire un tour vers le lac, si tu veux voir. Mais pas tout de suite, parce que j'ai eu mon compte d'eau pour la matinée !

Il avait lancé la dernière phrase par dessus son épaule, mais l'on pouvait sentir dans sa voix le sourire de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Syld
Shan of the Dead
Syld

Réputation : 1428

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeVen 28 Mar 2008 - 16:54

A chaque réponse, Fanaa frétillait encore un peu plus sur son dos, de toute évidence toute pleine d'une myriade d'autres questions.

- Glarg ! Fanaa, calme-toi... Tu m'étrangles à moitié !

Syld put enfin reprendre sa respiration dès que les bras autour de son cou déserrèrent légèrement leur étreinte.
Il allongea le pas pour remonter à la hauteur de Soghann puis tapota gentiment une de cuisses fuselées de sa "cavalière" sous le manteau.


- Merci de ménager votre monture, gente dame ! Si vous persistez à l'étreindre avec autant d'énergie, je doute qu'elle vous mène bien loin...

Ils empruntèrent un passage voûté éclairé par de étincelles volantes qui ressemblaient à des lucioles.

- On arrive bientôt... Ah, nous y voilà !

Après avoir descendu un escalier, ils avaient débouché sur une rue passagère, rue par ailleurs assez semblable à toutes les artères commerçantes de la cité.
Le jeune homme indiqua d'un signe de tête une échoppe à laquelle on accédait en descendant deux marches.


- Les plus jolies filles de Shalanos viennent ici...

Il décocha un sourire tout à fait charmant à une jeune femme qui sortait justement de la boutique.

- Les plus belles, et même les plus aisées. Il y a de jolies choses... mais il faut y mettre le prix.

Syld déposa Fanaa au sol et lui adressa un clin d'oeil insouciant.

- Mais ne te préoccupe pas de ça !

Il prit la demoiselle par la main comme il l'aurait fait avec une dame de cour.

- Eh bien ? Y allons-nous ?

Le filou jeta un coup d'oeil rieur du côté de Soghann.

- Je suis sûr de pouvoir entrer dans ce temple dédié à la féminité sans encombre : j'ai dû y accompagner de jeunes personnes... oh, une ou deux fois... ou peut-être plus. Mais je plains le pauvre type qui essayera de s'y glisser tout seul. Le malheureux finira écorché tout vif par un ost d'amazones. Allez, mon grand, essaye toujours de ne pas avoir l'air aussi... "célibataire endurci". Sinon on va te reprocher de faire mauvais effet sur la clientèle.
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeSam 29 Mar 2008 - 6:52

- Syld voyons, n'embête pas Soghann. Grand et fort comme il est il risque plutôt de se faire attaquer tendrement que de faire fuir les clientes voyons!

Elle eut un petit rire et tendit son autre main à Soghann.

- Viens Sogh, donne ta main. Voilà. On est venus ensemble, on rentre ensemble, hein?

Ils entrèrent alors dans l'échoppe et Fanaa lâcha ses deux compagnons pour joindre les mains, émerveillée. C'était superbe! Partout il y avait profusion de dentelles, de soie, de satin, de velours, de rubans, de brillants, mais aussi de cuir et de vinyle. Tant de modèles différents pour de simples sous vêtements! Enfin "simples"... c'était vite dit. Il n'y avait pas à douter, les femmes shalos s'y connaissaient en mise en valeur des charmes féminins.

Fanaa, s'émerveillait, tapait dans ses mains, effleurait parfois un bout de tissu, n'osant en saisir aucun au début, se perdant dans tous ces froufrous, apostrophant Syld, Soghann, voire même d'autres clientes présentes. Ceci dit ces dernières ne firent même pas attention à sa présence. Elles n'avaient d'yeux que pour Syld.


- Sogh, regarde! tu as vu celui là? le noir en dentelles! oh! et la guêpière là!

- Syld, tu as vu le corset? oh et le porte jarretelle! et c'est quoi ça? ça ne cache rien c'est bizarre... mais c'est rigolo!

Finalement elle arrêta son choix sur l'ensemble soie noire avec bas et porte jarretelles (couleur de Soghann), un autre de soie écarlate façon en lambeaux (couleur de Syld - et ça faisait sauvage en plus!), un bleu tout sage et un ensemble blanc à jolis petits laçages aux endroits stratégiques (il avait l'air assez innocent mais en fait il suffisait de tirer le bon ruban et... finalement c'était coquin).
Bon. Il fallait savoir s'arrêter. Elles avaient de la chance les shalos de vivre à côté de ce temple de la féminité!


- S'il vous plait, vous voulez bien qu'on prenne ceux là? Je ne les essaie pas car tu vas t'ennuyer Sogh. Mais tu es d'accord?


Dernière édition par Fanaa le Dim 30 Mar 2008 - 3:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Syld
Shan of the Dead
Syld

Réputation : 1428

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeSam 29 Mar 2008 - 17:34

Dans la boutique, il faisait assez chaud (il n'aurait pas fallu que les clientes aillent s'enrhumer pendant leurs essayages, non plus). Au milieu de cette avalanche de froufrous hautement suggestifs, l'endroit pouvait rapidement devenir intenable pour tout individu de sexe masculin... enfin, pour "presque tout" individu de sexe masculin : messire Syld semblait pour sa part très à son aise.

Il allait et venait, flânait dans les recoins, souriait à toutes les clientes.

De temps en temps, il s'intéressait à un modèle, soulevait un volant de dentelle... et poursuivait sa promenade sans s'apercevoir de la bataille rangée qui s'organisait par la suite autour de la délicate pièce de lingerie qui avait retenu son attention.

Du coin de l'oeil, le jeune homme surveillait les choix de Fanaa, faisait parfois la moue, et souriait lorsqu'elle délaissait le sous-vêtement incriminé pour aller papillonner vers quelque chose qui lui irait certainement mieux. Point trop d'inquiétude à avoir : la demoiselle semblait tout à fait capable de choisir ce qui conviendrait à ses formes.

Le damné plaisantin leva un ensemble joliement travaillé à hauteur d'oeil et, le tenant entre Soghann et lui, s'arrangea pour l'imaginer sur le dos de son compère.
Syld manqua s'étouffer de rire, jusqu'à ce qu'un regard noir du compère en question vienne lui clouer le bec et l'inciter à reposer ce qu'il avait à la main là où il l'avait déniché.

La question de Fanaa arriva bien à point.

Le jeune homme s'ébouriffa machinalement les cheveux puis examina chacune des trouvailles de la demoiselle d'un oeil critique.
Il souleva un délicieux assemblage de soie rouge d'une mine appréciatrice, l'observa, puis observa Fanaa.


- Je pense que tu peux te passer des essayages, en effet. Sauf erreur de ma part, c'est exactement ta taille.

Le sacripant avait largement eu le temps de prendre ses mensurations au cours de la matinée, il fallait bien l'avouer.

- Sogh ? Aucune objection ?
Revenir en haut Aller en bas
Soghann

Soghann

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeDim 30 Mar 2008 - 15:07

**Célibataire endurci, je t'en ficherais, moi...**

Soghann entra dans la boutique à la suite de Syld et de Fanaa. S'il attirait quelques regards, l'attention de la majorité des clientes était fixée sur son compère, ce qui lui permettait d'être plus tranquille. Suffisamment pour examiner un certain nombre de chose, et les imaginer portées par Fanaa ou une autre jolie dame de sa connaissance. Si toutes la gent féminine de la capitale connaissait Syld, lui connaissait beaucoup de gens. Il observait, se mêlait à la foule, et, souvent, imaginait qu'il doive remplir un contrat sur une personne choisie au hasard dans la foule.

Cela entraînait son imagination, et faisait qu'il connaissait -au moins de vue- bien plus de gens qu'il n'y paraissait. Même si eux ne le connaissaient pas, et c'était tant mieux...

Il reposait un article particulièrement affriolant lorsque qu'il croisa le regard de Syld, visiblement occupé à l'imaginer dans un ravissant petit ensemble, quoique peu adapté au physique de l'assassin. Cela dit, à Syld, il irait certainement...

Un regard fit comprendre à son compère que s'il s'amusait à lui faire essayer ce genre de choses, il aurait à s'en repentir. Il garda cependant pour lui le sourire qui lui venait aux lèvres. Ce fut à ce moment que Fanaa annonça avoir fait son choix, et leur demanda leur approbation.

L'assassin s'approcha, étudia les "prises" de la jeune femme, les tenant entre deux doigts, ses yeux faisant des aller-retours entre Fanaa et les articles. Avec un regard appréciateur et un sourire engageant, il répondit :


Aucune objection... Mais j'ose espérer que tu les essaiera tout de même, lorsque nous serons rentrés... Que l'on apprécie ce à quoi sert notre or, n'est ce pas ?

Un sourire mutin plus tard, il sortait de sa veste une bourse de cuir noir, dont il sorti plusieurs pièces d'or, avant de les poser sur le comptoir.
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeDim 30 Mar 2008 - 15:55

Soghann allait ranger son argent quand Fanaa l'arrêta en posant une main sur son poignet. Elle était tombée en arrêt sur un article derrière le comptoir. Sa bouche était entrouverte et ses yeux fixés sur une courte et charmante tunique moirée.

Le vendeur suivit son regard. En voyant l'aspect de la jeune femme (quel accoutrement je vous jure!) il songea tout d'abord à dire que ce vêtement était déjà réservé. Mais l'éclat des pièces dans la bourse de l'homme qui l'accompagnait lui fit ravaler ses paroles. Il se força à prendre un ton agréable et professionnel:

- Désirez vous le voir de plus près?

La fille hoche vivement la tête. Une simple d'esprit probablement. Mais avec de très jolis yeux. Quand elle tendit les mains pour recevoir la tunique, il put aussi observer la peau délicate, l'effleurant mine de rien, il eut un frisson de plaisir. Il faisait un des plus beaux métiers au monde.

Fanaa reçut la tunique et le contact avec la merveilleuse étoffe la ravit. C'était parfait. Elle savait déjà... elle avait les mouvements en tête, elle... elle en aurait pleuré de joie. Son coeur battait plus vite. Elle avait envie de l'enfiler là tout de suite! Ses mains étaient cramponnées au tissu. Elle l'emmènerait. Coûte que coûte.


- Combien?

Le vendeur vit là l'occasion de faire une affaire. Il énonça un prix. Et à sa grande surprise, la fille, qui n'était ni muette ni ralentie finalement, se mit à discuter allègrement le prix. Sans qu'il ait pu trop rétorqué, encore sous le coup de la surprise, elle avait déjà opté pour un coût plus que raisonnable ainsi que des rubans et un gadget qu'il alla lui fabriquer de suite. Il s'absenta quelques instants et revint avec un objet long et enveloppé dans du tissu.

L'homme paya. La fille le remercia avec un charmant sourire. Le vendeur se dit qu'ils avaient raison de la cacher sous de telles hardes. C'était plus sécurisant.

Ils ressortirent de nouveau dans la rue. Fanaa serrait contre elle ses nouvelles acquisitions. Elle était rose de plaisir. Elle embrassa chacun de ses compagnons et les remercia chaleureusement.

Un pause. Puis:


- vous avez vu? Il y avait quand même des drôles de trucs. Leurs menottes elles existaient en cuir, en acier, et même en dentelles! Et il y avait des choses bizarres au fond du magasin. Je n'en avais jamais vu.
Dis Syld, tu leur fais toujours ce genre de cadeaux?
Revenir en haut Aller en bas
Syld
Shan of the Dead
Syld

Réputation : 1428

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeDim 30 Mar 2008 - 16:40

- Heu... disons que ça dépend des circonstances.

Heureusement qu'ils étaient dehors, parce qu'avec le sourire coquin qu'il affichait, l'intégralité de la clientèle féminine en présence se serait saisie de sa personne pour l'entraîner vers l'arrière-boutique qui servait d'atelier... et l'heureux jeune homme aurait mis un bon moment avant de pouvoir en ressortir.

Syld enfouit les mains dans ses poches et pencha la tête sur le côté avec une mine polissonne.


- Bien, à présent...

Il ressortit une main pour compter sur ses doigts.

- Qu'est-ce qu'il te faudrait encore ? Une nouvelle cape ou un manteau... des bottes neuves (celles que tu as aux pieds bâillent tellement qu'on aperçoit un orteil qui frétille)... robes, jupes, corsages...

Le Shalos finit par sortir aussi sa deuxième main afin de poursuivre son énumération.

- ... une ceinture, un sac pour mettre tes affaires, un truc pointu pour te défendre (je sens que Soghann y tient), et... voyons...

Il agita ses doigts avec un froncement de sourcil perplexe, puis fit un geste fataliste.

- Et... et bah ! On verra bien ! Il y a un bon cordonnier par là, il me semble. Un tailleur quelque part par ici...

Le jeune homme pirouetta sur ses talons comme une girouette indiquant successivement la direction de toutes les échoppes nécessaires à l'habillement d'une douzaine de demoiselles au moins, puis attrapa au vol les doigts fins de Fanaa avec un rire gamin.

- Alors, princesse ? Qu'est-ce que tu veux acheter, maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeDim 30 Mar 2008 - 17:35

Un bras serrant ses affaires contre elle et l'autre main dans celle de Syld, Fanaa regardait son chenapan d'un air à la fois émerveillée et incrédule. Tout ça? Pour elle? Elle se mordillait la lèvre inférieure en souriant. C'était trop, c'était beaucoup trop! Mais c'était si bien! Finalement le filou avait raison. Le paradis ça existait bel et bien! C'était la ville de Shalanos en compagnie de Syld et Soghann!

En riant elle se mit à gambader vers une des boutiques indiquées en tirant Syld pour masquer son trouble.

Et ce fut la tournée de boutiques. La demoiselle acquit une paire de bottes neuves d'un bleu très sombre, de fines chaussure à lanière de cheville, encore de la lingerie (pas beaucoup), un sac, une cape moirée magnifique et surtout très résistante et ce fut le tour des vêtements à proprement parler.

Elle essaya un haut bandeau de cuir avec mini mini jupe assortie. Elle voulait tenter de ressembler à ces femmes sexys des ruelles de la ville. Celles qui restaient discrètes mais que ceux qui les cherchaient remarquaient de suite. Devant l'air ravi de Syld et Soghann, elle le prit. La robe de mousseline blanche lui allait très bien, contrastant avec le bleu de ses yeux et le noir de ses cheveux, mais elle se trouvait trop angélique avec, trop virginale. Avec un regard un peu triste elle la laissa à la boutique. Elle ne pouvait porter ce genre de chose. Elle n'en avait pas le droit.

Elle arrêta son choix sur une robe violet sombre fendue des deux côtés (très pratique), une robe corset bleue et noire lui arrivant au dessus du genou et une robe de soie noire laissant les épaules découvertes. Cette robe asymétrique arrivait à mi cuisse devant et aux genoux derrière.
A cela elle ajouta de l'ombre à paupière noire. Elle savait que ce n'était pas utile ni vital, mais elle en avait eu envie.

Elle n'avait mis aucune de ses nouvelles affaires à part ses nouvelles bottes (et jeté les anciennes, il n'y avait plus rien à en faire).

Elle était folle de joie.

Et maintenant c'était l'heure des... trucs pointus comme disait le sacripant.
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeMer 23 Avr 2008 - 23:01

Les hommes ont un fort appétit, c'est bien connu. Pour y palier, Fanaa avait pris deux fois plus de venaison que la dernière fois. Et un énorme pain. Elle hésita puis prit de la bière aussi. Même si ce n'était pas un petit déjeuner très saint, Soghann aimait ça. Il restait des fruits et du lait à la maison. Alors elle avait tout. Elle se retourna et sentit qu'on tirait sur le bas de sa robe. Elle baissa les yeux. Un môme.

- Oui?
- Tu me donnerais un truc à grailler?
Fanaa haussa les sourcils, surprise.
- Bien sûr! Que voudrais tu? Mais j'ai que du pain et de la viande.
- Ca me va, file!
ordonna-t-il en tendant la main. La jeune femme déchira un bout de pain, y fourra une tranche de viande et lui tendit le tout. Le mioche l'engloutit de suite, puis tendit de nouveau la main.
- encore!
Fanaa lui tendit une deuxième part, qu'il engloutit aussi vite, comme s'il craignait qu'on ne la lui chipe. Amusée, elle fit une remarque:
- attention, tu vas t'étouffer!
- *miam miom* t'es pas une shalos toi *miom*
Fanaa fronça un sourcil en gardant un demi sourire et mit ses mains sur ses hanches.
- Que tu ne me remercies pas, passe encore, mais pourquoi vouloir m'insulter?
Il avait fini.
- C'est pas une insulte, c'est vrai.
- hélas, oui.
Le môme ouvrit de grands yeux.
- hélas? T'es trop bizarre toi!
Fanaa s'accroupit pour être à la même hauteur que son vis à vis.
- Et quel est ton nom, monsieur l'affamé pas bizarre?
Il recula, la mine outrée.
- C'est le mien! je ne le donne pas à n'importe qui.
- Bon, bon, comme tu veux. Tu as encore faim?
Il la regarda encore, il ne savait pas trop comment la prendre. Méfiant, il tenta un :
- mouais... mais plein paske chui pa tout seul.
Fanaa fit un rapide calcul dans sa tête. Oui elle avait apporté assez d'argent pour faire d'autres courses. Et ça ne faisait pas très longtemps qu'elle était sortie donc Syld et Soghann ne remarqueraient pas son absence. Bien.

Elle se redressa et tendit une main au gamin.
- c'est d'accord. Viens, on va voir les autres. Juste le temps de reprendre du pain et du lait.
- pas la peine la bière ce sera parfait.
Bien sûr il ne prit pas la main. Il avait du mal à croire qu'elle allait le suivre. Qu'elle était bête cette fille!



Il la mena dans des chemins bizarres, tordus, étroits, parfois pas tellement praticables. Ils approchèrent vite de la partie de la ville qui n'était plus très éclairée. Tous deux marchaient en silence. Elle parce qu'elle ne voulait pas le brusquer et lui parce qu'il tournait et retournait une idée dans sa tête. Subitement, il s'arrêta et se tourna vers elle.
- Mais t'es stupide ou quoi! Pourquoi tu m'as suivi?
Les yeux de Fanaa s'agrandirent. Incompréhension totale.
- Pour apporter à manger à tes amis bien sûr, comme tu me l'as demandé?
- Mais tu réfléchis parfois? Tu sais que je pourrais te tuer ici et maintenant et que personne n'en saurait rien?
Ses yeux se firent encore plus ronds.
- Pourquoi me tuerais tu?
- Pour te voler évidemment.
Il se prit la tête dans les mains. mais c'était quoi ce phénomène? Fanaa s'accroupit de nouveau. Elle avait un ton sérieux.
- Pourquoi me voler alors que je te donnerais mon argent si tu me le demandais?
Le gamin plissa les yeux.
- Tu m'en crois incapable parce que je suis un enfant?
- Je n'ai jamais pensé ça. Tu es sûrement capable de bien des choses. mais je pense que tu sais autant attirer les gens dans des pièges que simplement demander de l'aide. Et les deux marchent aussi bien.
- Faux! Toi t'es bizarre, t'es pas d'ici alors je t'ai demandé et tu m'as donné. T'aurais pas dû.
- Pourquoi?
- bah parce que c'est pas comme ça. Au moins t'aurais dû me demander un truc en échange. Chaipa moi, tuer quelqu'un par exemple.
- Pour un bout de pain? Jamais de la vie. Je ne te demande rien. Je veux juste t'aider.
- gratuitement?
- gratuitement.
- t'es bête.
- Je ne pense pas.

Il ferma les yeux et posa ses deux mains de chaque côté du nez, signe d'une intense concentration. A près un soupir quelque peu exaspère, il la fixa durement et tendit la main.
- d'accord. Alors file moi la bouffe et rentre chez toi.
- pourquoi je ne peux plus venir? j'ai dit que je t'accompagnais, je tiens parole.
- Mais ma parole t'es tombée du ciel ou quoi? Tu n'as aucune idée de l'endroit où je vais!
- je ne le saurai jamais si je n'y vais pas. Alors?
Il secoua la tête dépité. Haussant les épaules d'un air las, il reprit sa marche en grommelant tandis qu'elle le suivait en souriant dans les quartiers sombres de Shalanos.

- J'te jure. Comme shalos t'es vraiment nulle. t'aurais pas tenu 2 jours toute seule. pas idée. Franchement...
Revenir en haut Aller en bas
Kyara

Kyara

Réputation : 1268
Age : 37
Localisation : Mazamet

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeJeu 24 Avr 2008 - 10:54

La femme aux cheveux violine s’était installée dans un coin de la rue marchande. Elle observa quelques instants les personnes qui passaient à coté d'elle. Personne ne fit vraiment attention à elle jusqu’au moment où elle sortit son instrument et commença à jouer de l’archet.

Tout en jouant, une demoiselle attira ses yeux vairons, elle la suivit du regard, on remarquait tout de suite qu’elle n’était pas d’ici, encore plus quand elle donna à manger au gamin…

** Elle est idiote ou quoi ?**

La ménestrel leva les yeux au plafond, s’arrêta de jouer, rangea son violon dans le fourreau qu’elle portait dans le dos, et se mit à suivre la non-shalos et le gamin. Elle grimpa sur les toits pour les suivre, passant un peu plus inaperçue. La jeune femme se déplaçait aussi silencieusement que possible.
Quand ils s’arrêtèrent, la shalos s’installa sur un mur pour les observer. S’il devait se passer quelque chose, elle interviendrait.

La jeune femme ne se posa même pas la question de savoir pourquoi elle les avait suivis…
Revenir en haut Aller en bas
http://kyara.cowblog.fr
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeVen 25 Avr 2008 - 0:06

Ils marchèrent encore et le gamin lui fit signe de s’arrêter avant de lancer un :
- C’est bon, elle est avec moi !

Lui et Fanaa arrivèrent alors en un lieu qui n’avait plus rien à voir avec le quartier qu’habitaient Soghann et Syld. Le sol était de terre battue et boueux par endroits. Des débris de bois plus que des vraies planches étaient sommairement assemblés et tentaient désespérément de ressembler à des cabanes dignes de ce nom. En fait on eut plutôt dit une rangée de petits casiers. Des hardes bonnes à jeter, sales, en lambeaux parfois servaient soit de portes, soit à tapisser les intérieurs. Fanaa réalisa qu’il n’y avait aucune couleur ici, sauf celle de la boue et de la poussière. Un monde monochrome. Maintenant qu’elle prenait le temps d’observer celui qu’elle accompagnait, elle remarqua le tissu élimé et terne qui l’habillait. De la même nuance que ce lieu.
- C’est ici que tu vis ?
- Ouaip ! S’cool hein ? Allez sortez de là, j’ai ramené à bouffer !

Sous le regard ébahi de Fanaa, de sous les tissus émergèrent d’autres gosses, plus jeunes. Ils étaient 6. Leurs vêtements et leurs peaux crasseuses leur donnaient à tous la même teinte que leur lieu de vie. Avec le premier gamin, c’était comme être entourée de 7 petits caméléons. Ils étaient si sales qu’il était difficile au premier abord de distinguer les garçons des filles. Et pas la peine de compter sur la longueur de leurs cheveux pour s’aider, ils étaient emmêlés au possible et plein de vermine. Et ces gosses vivaient dans un endroit terriblement insalubre !
Fanaa n’avait pas bougé. Le premier gamin lui prit le panier pour le poser à terre et à son signal, tous sautèrent dessus. Ils se bousculèrent bien un peu mais dans l’ensemble chacun eut sa part. Le guide de Fanaa lui-même se resservit. Elle crut bon de les mettre en garde :

- Ne mangez pas trop vite. Et pas trop d’un coup surtout, ou vous allez être malades.
Entre deux bouchées l’un d’eux demanda :
- S’qui ?
- Une « tombée du ciel ». Pas dangereuse. Connait rien à la vie. Vous imaginez ? Elle est gentille
Le ton sur lequel il avait laissé tomber le dernier mot (et la grimace qui l'avait accompagné) indiquait que la gentillesse était pour eux une tare honteuse. Quand à « tombée du ciel », ce terme si joli désignait pour eux une simple d’esprit. Eh bien, eh bien, quel charmant portrait… Le meneur ajouta ensuite :
- Mais elle a pas tort. Pour une fois qu’on mange, autant tout garder dans nos ventres. Faites gaffe, allez y doucement.

Fanaa s’assit au sol et entoura ses genoux de ses bras. Elle osa un :
- Mais à Shalanos les gens sont gentils, non?
Un des gamins manqua s’étouffer.
- T’es pas bien ? Dis ça à un shalos et il t’étrangle.
- Etre gentil c’est être faible. Renchérit un autre. A Shalanos on est que des forts.
- Sinon on ne survit pas. Termina le petit chef.
- Merci de l’information. Je ne le dirai plus alors.
Elle attendit un peu, n’osant poser sa question puis finalement…
- Pourquoi vivez vous ici ?
- Ben quoi ? S’cool ici !
Attention, elle ne devait pas les braquer, elle avait tant à apprendre !
- Oui mais… tous les enfants shalos vivent dans la rue ?
L’un des caméléons, qui vu sa taille devait avoir 4 ou 5 ans demanda, méfiant :
- On peut lui parler ?
- Ben ouais r’garde la. Y a rien à craindre.
Fanaa coula un regard vers le petit chef et soupira intérieurement. Il était dur quand même. L’opinion qu’il avait d’elle était au ras du sol. Mais c’était normal au fond. On ne faisait pas confiance à n’importe qui. Un caméléon de 7 ans lui répondit :
- Ouais. A part les gosses de riches là-haut. Mais c’est des mauviettes. Nous on est des hommes.

Ils avaient fini de manger maintenant. Dans le panier ne restaient que le lait et la bière. Pourvu qu’ils… ouf. Gavés (avec si peu les pauvres) ils n’avaient même plus soif. Heureusement, Fanaa ne savait pas vraiment comment elle s’y serait prise pour les empêcher de boire l’alcool. Bon. Continuer la discussion.
- Et tous les enfants vivent en bande comme ça ?
- Ca non. En fait c’est plutôt du chacun pour soi ici. Mais parfois, peut arriver qu’on se regroupe. Comme nous. Faut bien tenter. Et ça marche pas trop mal.
Fanaa les observa encore. Celui qui était à leur tête devait avoir 10 ans. Les autres étaient tous plus petits. Jusqu’à 4 ans. Seulement 4 ans et déjà dehors ! Sogh et Syld avaient ils vécu ainsi ? Sûrement vu ce que son chenapan lui avait rapporté. L’homme qui avait abusé de lui. A cette pensée, Fanaa serra les poings. Qu’il soit maudit !

Elle détecta un mouvement du coin de l’œil et porta sa main à sa cuisse, quand soudain il se jeta sur elle, la faisant tomber en arrière. Avec son poignard (merci Soghann), elle avait réussi à bloquer le truc dangereux – et en état inquiétant – qui pointait vers sa gorge. Le gamin qui le tenait ne faisait pas partie des caméléons. De sa main libre, il l’agrippa à l’épaule pour gêner son mouvement, tandis qu’elle lui maintenait le poignet pour entraver son geste. Dans les yeux du gosses, elle lut rage et quelque chose qui ressemblait à la démence qui lui fit froid dans le dos.

- Grenaille ça suffit ! La voix du petit chef.
A quoi l’autre persifla, rapprochant son visage du sien et soufflant une haleine putride :
- Ta gueule ! Ta poule tu l’as plumée, à moi d’me la farcir.
Ces paroles ne plurent pas du tout à Fanaa. Mais alors pas du tout du tout. Elle remonta une jambe et la détendit du plus fort qu’elle le put, projetant le gamin assis à 2 pas d’elle. Dans la seconde qui suivit elle lança son premier poignard, le faisant siffler juste à côté de son oreille et enchaina avec le second qui alla se ficher juste sous ses noix. Le visage de Fanaa était dur. Et quand elle parla, la colère grondait dans sa voix :
- Tu ne te farciras personne. Et si je dois te couper ce qui fat ta virilité pour t’apprendre à respecter les filles, je le ferai vu ? Disparais !
Grenaille resta quelques instants immobiles à fixer le manche de la lame. C’était passé si prés ! Beaucoup trop près à son goût. La haine s’alluma dans son regard et il se saisit de l’arme mais le petit chef fut plus rapide. Le frappant au visage, il récupéra le couteau d’un geste vif, tandis qu’un autre enfant ramassait celui qui avait volé plus loin.
Les deux garçons se défièrent du regard puis Grenaille cracha par terre.

- Imbécile !
Reportant ses yeux fous sur Fanaa il lança :
- Toi tu perds rien pour attendre. Je te tuerai et te violerai juste pour le plaisir !
Puis il partit, non sans lancer des coups d’œil assasins au petit groupe. A part le petit chef, et un autre, aucun enfant n’avait bougé ou bronché. Ils avaient juste regardé. Ils n’auraient pas aidé Grenaille bien sûr. Mais ils ne pouvaient pas non plus prendre parti pour une inconnue.

Fanaa sentit ses jambes flageoler et se laissa tomber par terre. Elle était choquée.

- Mais comment peut il menacer de viol et de meurtre ? Il doit avoir 12 ans !
Le petit chef lui mit ses poignards dans les mains. Il avait été stupéfait par la réaction de la fille. Déjà, il ne l’imaginait pas armée. Elle était donc moins inconsciente qu’elle ne le semblait à première vue. Puis par sa dextérité. A un poil près… il posa la main sur ses bijoux de famille, comme pour les protéger. Ca aurait été horrible ! Mais il était tout aussi épaté par sa bêtise. Ce qu’il ne manqua pas de lui faire remarquer :
- Mais t’es idiote ou quoi ? Si tu donnes tes armes à ton adversaire, c’est du suicide ! Et c’est pas une histoire d’âge. T’as toujours pas compris où t’étais tombée, hein ?


Dernière édition par Fanaa le Ven 25 Avr 2008 - 16:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeVen 25 Avr 2008 - 12:53

Fanaa passa sa main sur son épaule endolorie. Le gosse avait une poigne du diable, elle aurait une marque c’était sûr. Elle revoyait son arme, une sorte d’énorme clou. Les blessures faites avec devaient être sérieuses, d’autant plus que la rouille dont le métal était recouvert provoquait d’affreuses infections.

- Tu as raison, je ne sais pas vraiment où je suis. Mais je vais apprendre on dirait.
- Çuilà s’pa pareil il a une case en moins.
- S’t’a cause de son frère.
- Vous savez bien que personne n’a de lien du sang.
- Ouaip. N’empêche, ils avaient la même folie Febrile et lui.
- Ca y a pas de doute.
- Il est où ?
- Tu sais pas ? Il est mort. Massacré.
- Dommage que Grenaille l’ait pas rejoint.

Tandis que les gamins discutaient entre eux, le petit chef avisa la mine défaite de Fanaa. Avant qu’elle ait pu faire une remarque, il lâcha sèchement :
- Te mets pas à avoir pitié de lui. Tu ne sais pas ce qu’il nous a fait.

Puis il se leva.
- Allez. S’pa pask’on a bouffé aujourd’hui qu’on doit se ramollir. Tout le monde au boulot.
Deux petits caméléons retournèrent se camoufler tandis que les quatre autres s’éparpillaient dans les rues adjacentes.
- Toi tu rentres. Debout !
Docilement, Fanaa se leva et récupéra la bière de Soghann mais laissa le lait. Le petit chef s’en aperçut mais ne fit pas de remarque. Il fit un signe et l’un de ses camarades le rangea.
- Où les as-tu envoyés ?
- Bosser. Faut gagner sa croûte. Jamais rester à rien faire ou alors on crève.
- Et… que font ils ?
- S’débrouillent. Chapardent. Mendient. S’dépend.
- Dis, tu me parlerais encore de vous ?
- Pourquoi ça ?
- J’ai envie de vous connaître. J’aimerais savoir ce que vous êtes, ce qu’est un shalos.
- Tu m’files quoi en échange ?
- A manger ?

Il la regarda de haut en bas, suspicieux.
- Mouais. Vu qu't'as tout à apprendre on risque plus de mourir de faim. Mais j’te préviens, fais gaffe à ce que tu dis.
- Comment ça ?
- Ben on va causer alors y aura sûrement les autres. Et je t’interdis de leur fourrer des idées bizarres dans la tête. Des rêves, tous ces trucs nazes.
- Ce n’est pas bien ?
- Tu commences déjà à dire n'importe quoi... La notion de bien et de mal ça n’existe pas ici. Mets toi ça dans le crâne. Le but c’est de survivre jusqu’au lendemain. S’tout. Même si il faut faires certaines choses. Si au moment de tuer son ennemi on hésite pask’on s’demande si c’est bien, ben on aura plus jamais l’occasion d’hésiter. Pigé ?
- Je comprends. Je ferai attention, promis.
- T’façon j’surveille.

« promis » maintenant, mais qui lui avait fichu une fille pareille ? Il leva les yeux au ciel. Puis la regarda de nouveau.
- Puisque tout est clair, tope là !
La main crasseuse et calleuse vint taper la fine main blanche et douce.

- T’sais, s’pa mal s’que t’as fait à Grenaille.
- Ah oui ? C’était peut être un coup de chance.
- Mais tu l’aurais fait ? Tu lui aurais coupé ?
- Bien sûr que non ! C’est un enfant !
Il se retourna et la fixa droit dans les yeux. Durement.
- Lui, il le fera. Il mettra sa menace à exécution. M’enfin, tu te rends compte que t’aurais pu clamser ? Et en plus de ça tu m’avoue une faiblesse !

Un sourire extrêmement doux étira les lèvres de Fanaa, elle posa un regard confiant et rêveur sur le gamin.
- Non, je ne peux pas mourir aujourd’hui. Je le sais. Je ne craignais rien, j’étais protégée… de même que ma main était guidée.
- Ah ouais ? Et par quoi ? Genre t’es mage !
- Non, on m’a offert le plus beau des présents, et il me protège mieux que le plus puissants des talismans.
- Et s’quoi ?
- Un amour partagé. En plus de la vie.
Le gamin fit une grimace de dégoût.
- L’amour ça existe pas, tout l’monde sait ça.
Fanaa rayonnait maintenant, au sens propre comme au figuré. A moins que les yeux du gamin ne lui eussent joué un tour. Elle posa les mains sur son cœur.
- Je le sais moi aussi. C’est pour cela que c’est le plus merveilleux des cadeaux !
Il fit un pas en arrière, atterré.
- T’es sérieusement atteinte.

Il voyait bien qu’elle croyait à ce qu’elle disait. Il n’avait jamais rencontré quelqu’un comme elle, et il réalisait qu’il prenait un risque en la revoyant, et en la laissant revoir les autres. Mais la vie de shalos était pleine de risques. Et une étrangère qui s’intéressait à eux, c’était bizarre, c’était anormal, mais ça changeait. Bah. Advienne que pourra. Elle ne tiendrait peut être pas parole. Ou alors elle crèverait avant. Ce ne serait pas si étonnant.
Un truc le chiffonait pourtant.

- Mais si c'est vrai s'que tu dis, pourquoi t'es pas restée avec lui? Pourquoi tu m'as suivi?
Fanaa regarda le jeune garçon et pencha la tête sur le côté pensive.
- Je ne sais pas. Mais c'est important pour moi tout ce que tu m'apprends. Ca va m'aider à mieux comprendre certaines choses je pense. Je me rends compte... que je ne me suis pas comportée comme il aurait fallu je crois. Et toi, monsieur l'instructeur? Pourquoi m'avoir menée chez toi?
- Pour la bouffe évidemment s'que tu crois?
Il haussa les épaules. Bien sûr que c'était pas pur intérêt. Et peut être aussi parce qu'elle était... non. Il se secoua. Par intérêt. Point barre. Il faut savoir utiliser tout ce qui est à sa portée : informations, choses, gens... tout.
- Faut qu'ils mangent, et qu'ils survivent assez longtemps pour être pris dans les guildes. J'veux pas en faire des assistés mais surtout, j'veux pas qu'ils crèvent trop tôt. Alors si la meilleure solution s'toi, ben j'prends. Sauf qui si tu r'viens pas, j'm'en fous, on sait se débrouiller t'façon.

Ils croisèrent 2 petits caméléons qui arrivaient dans l'autre sens en courant.

- z'êtes pas a vos postes?
- nan. y a la bande à Kastet. 'sont 5! Nous ont balancé des pierres!
Le petit chef baissa la tête, pestant intérieurement. En proie à une intense réflexion, il décida finalement.
- on laisse pour cette fois. Mais il perd rien pour attendre. Bon toi, la tombée, t'es arrivée, salut. Vous, venez avec moi.
Déjà, il s'en retournait avec ses 2 compagnons quand Fanaa l'arrêta.
- Attends!
- Quoi? Tu sais pas rentrer d'ici?
- Si si, merci. Mais regarde, ton ami il saigne, il ne faut pas le laisser comme ça.
- T'as mal?
- Ca va.
- Tout va bien, rentre chez toi la fille.
- Ecoute moi, c'est une plaie ouverte. Ce n'est peut être pas douloureux mais ça pourrait vite s'infecter, tu le vois avec un bras en moins dans quelques jours? Laisse moi juste m'occuper de ça.
Elle le suppliait presque.
- T'es même pas clerc. Mais ok. On fait quoi?
- Il faut nettoyer. On a besoin d'eau donc. Allons au lac!

Trois regard surpris et dégoutés la fixèrent, tandis que le gamin blessé faisait un pas en arrière en tenant son bra. Le petit chef craqua.

- Le lac? Mais t'es complètement folle! Il porte malheur! Jamais on ira là-bas. Jamais tu m'entends?
- Il porte malheur?
- Tu connais pas? "nage dans le lac de Shalanos et tu seras maudit jusqu'aux os".
Fanaa resta interdite. Un des gamins plissa les yeux.
- T'y as nagé?
Elle hocha la tête en se mordant la lèvre. Le petit chef coupa court à tout ça.
- Tant pis. Toutes façons c'est pas contagieux pour nous donc tu restes avec nous. Et on va trouver un autre point d'eau.

Et le petit groupe reprit le chemin en sens inverse, vers les hauteurs de la sombre Shalanos.
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeLun 28 Avr 2008 - 0:53

En route, Fanaa avisa une petite fontaine et la montra du doigt.
- Là, c'est parfait, non?
- Nan. S'pa notre quartier ici. Faut monter encore.
- Ecoute... n'attendons pas, d'accord?
Ainsi elle se rebellait? Le petit chef jeta des coups d'oeil alentours. Il n'y avait pas grand monde. Mais on remarquerait vite les gamins de basse extraction qu'ils étaient. Et, bien qu'ils ne soient pas officiellement interdits dans le coin, leur présence n'était pas des plus désirables. Mais ils n'étaient déjà pas nombreux, il ne pouvait se permettre d'avoir un des leurs blessé à long terme.
- Bon ok, mais vite!

Fanaa s'assit au bord du bassin et souleva la "hum" manche du gamin. Les pierres qu'ils avaient reçues devaient être tranchantes, la plaie était à vif et suppurait.

- Il faudrait que tu retires ta chemise.
- Surement pas! Elle est à moi!
La jeune femme gardait un ton ferme, mais doux.
- Je vais nettoyer ta blessure, mais il faudra la laisser s'aérer et si tu gardes ton vêtement, le tissu va s'y coller. Ca va t'empêcher de bien guérir et quand il faudra retirer l'étoffe de la blessure, ça va faire mal.
*et vu l'état de la chemise...*
- Kali, laisse la faire. Retire ça.
Docilement, le gosse s'exécuta. Fanaa lui mit le bras dans l'eau et doucement, par gestes précis et pressions bien placées, elle fit couler tout le liquide jaunâtre. Il sortit le bras de l'eau. La blessure ne saignait pas. Le gosse avait serré les dents.
- On laisse la plaie respirer. Pas de bandage. Fais attention à ne rien mettre dessus quand tu dormiras. On verra demain mais ça devrait aller.
- On rentre.
Sans réfléchir, Fanaa les suivit et ils se retrouvèrent bientôt dans le repaire des caméléons.

Ils s'assirent en cercle, vite rejoint par les 2 petits.

- Tu as parlé de guildes tout à l'heure, qu'est-ce que c'est?
- Les guildes c'est le salut. Tu vois, ici on met les enfants dans la rue dès qu'ils savent marcher seuls et parler. Ensuite, on a plus qu'à se débrouiller par nos propres moyens. Certains se rassemblent, d'autres restent solitaires. Et alors commence la vie. Enfin la survie plutôt. Dès ce moment, c'est la lutte pour rester en vie, manger juste assez pour ne pas s'écrouler, se débrouiller, ne jamais se décourager. Jusqu'au jour où une personne de la guilde te repère et décide que tu es apte à les rejoindre. Et alors tu es sauvé.
- Tu développes?
- Dans la guilde tu apprends à être le meilleur. Mais surtout, tu manges tous les jours et ton avenir est assuré. Tu sais ce que tu seras en sortant de là. On y apprend des tas de choses, c'est dur, mais ça vaut le coup. Le but de tout enfant shalos est d'être repéré et enrôlé. Y a la guilde des assassins, des prostituées, des sorciers, des clercs, des troubadours, des guerriers, des serviteurs...
- Mais alors vous ne choisissez pas votre voie?
- Non. C'est la guilde qui nous choisit.
- Comment?
- Ils nous observent. On ne les voit pas, mais il regardent chaque gamin, évalue les potentiels et un jour... tu es sauvé!
- Tout le monde va dans les guildes?
Le regard du petit chef s'assombrit.
- Oh non. Il y en a qui restent des paumés tout leur vie. Des qui sont trop dangereux même pour être dans a guilde des assassins, comme Grenaille et Febrile. Ou alors... D'autres qui n'ont pas été élus et qui ont passé l'âge... comme moi...
Consolante, Fanaa toucha l'épaule du garçon, mais d'un mouvement, il rompit aussitôt le contact.
- Je ne veux pas de ta pitié. Je ne suis pas inutile t'façon. Les autres pauvres gosses, moi j'les aide a survivre. En espérant qu'eux ils seront choisis au moins. Et ils le s'ront, parole! Les miens c'est que des bons!
Fanaa sourit doucement et acquiesça. Oui c'était sûr qu'il allait réussir à les mener où il voulait avec tant de bonne volonté. Mais elle avait un petit pincement au coeur en pensant à ce gosse si débrouillard qui n'avait pas hérité de l'avenir que tous les shalos souhaitaient. Mais que faire alors?
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeLun 28 Avr 2008 - 13:14

- Et ceux qui n’entrent jamais dans des guildes ?
- Ils meurent. Tous. Massacrés comme Febrile ou dans leur merde comme ceux qui trainent et mendient. Quand on sort pas d’une guilde, on est rien. On ne nous voit pas, on existe pas. Des rebuts. Des déchets. On peut lutter un peu, mais c’est pour mieux tomber plus tard.
- Mais pas toi… dit l’enfant dénommé Kali.
Et Fanaa réalisa que c’était une fille. Le petit chef regarda presque tendrement sa compagne puis une lueur de défi s’alluma dans ses yeux.

- Non, pas moi. Je vivrai jusqu’à ce que vous soyez tous en sécurité. Ensuite je partirai. Je quitterai Shalanos. Quite à crever, autant avoir vu le soleil au moins une fois.
Ses paroles n’exprimaient pas de regret. Il énonçait un fait, tout simplement. Fanaa s’alarma :
- Mais tu n’a que 10 ans ! Aucune guilde ne recrute plus à cet âge ?
- Ceux qui recrutent le plus tôt sont les clercs et les sorciers : entre 5 et 7 ans. Ensuite viennent les assassins, les chasseurs, les guerriers et les serviteurs : entre 7 et 9 ans. Après c’est fini. La seule guilde qui recrute à 10 ans est celle des prostituées. Et c’est pour les filles. Pour moi c’est trop tard, voilà tout.
- Il n’y a pas de troubadours à Shalanos ?
- Ah oui, la guilde des troubadours. Discrète celle là. Y z’envoient leur élèves dehors – faut dire que dans la ville, y a pas grand-chose à faire pour eux – je sais pas trop comment ça marche.
Et toi, t’as qu’à parler un peu !

Visiblement, il tenait à changer de sujet.
- D’accord, que veux tu savoir ?
Il secoua la tête, dépité.
- Oh, rien. T’es même pas un peu débrouillarde. Aucun intérêt.
Fanaa soupira. Pour qu’il y ait un vrai dialogue, il faudrait qu’elle pique leur curiosité, ou elle serait toujours mal considérée par ces gosses, voire même pas considérée du tout… et ça lui faisait de la peine. Elle les aimait bien après tout. Que dire, que raconter… oh ! La voilà l’idée !

Faisant mine de s’intéresser à ses ongles, elle lâcha négligemment :

- Tu as raison, je ne sais pas faire grand-chose. J’ai juste détroussé un shalos, une fois. Un assassin qui plus est. Rien de très passionnant quoi…
- C’est vrai ?
- Comment t’as fait ?
- J'ai sûrement été plus maline que lui ?!
- Et il t’a pas tuée ?
- Mais non bien sûr ! Vous voyez bien que je suis là !
Elle sourit et ajouta :
- Je l’ai même blessé.
Elle s’en voulait un peu de se servir de ce regrettable accident pour tenter de gagner le respect des gamins. *pardon Syld, ne m’en veux pas* Elle ajouta bien vite :
- Mais il est guéri hein, ne vous inquiétez pas !
Soupçonneuse, Kali demanda le nom de celui qui avait été sa victime. Fanaa songea que ce serait mauvais pour le shalos au foulard si ça se savait et commença à regretter ses paroles. La vanité était mauvaise conseillère.
- Vous savez, se présenter était le cadet de nos soucis.

Les gamins se concertèrent du regard. Ils n’échangèrent pas un mot mais quand croisa de nouveau leurs yeux, elle , n’y lut plus le mépris et l’indifférence qui – elle devait se l’avouer – lui pesait depuis le début.
Comme pour confirmer cette impression, le petit chef lui tendit la main, un coin de lèvres légèremet relevé.

- Je m’appelle Skif, au fait. Bienvenue.
- Moi c’est Kali.
- Moi chui Till. Dit celui qui faisait équipe avec Kali.
- Je m’appelle Nalia. C’était le caméléon de 5 ans.
- Et moi Champi. Lui c’était le plus petit.

Fanaa serra avec plaisir toutes les petites mains sales (seule celle de Kali était propre), et se présenta à son tour, mais Skif la gronda immédiatement.
- A Shalanos tu donnes pas ton nom à n’importe qui, comme ça ! Ton nom c’est une arme contre toi. On peut facilement te rechercher et te retrouver avec ton nom. Sans compter qu’ici il y a des gens qui, sans être sorciers connaissent des petits tours désagréables. Fais gaffe !
- Mais vous m’avez dit les vôtres alors j’ai pensé…
Confuse, Fanaa tentait de s’expliquer quand Nalia la coupa:
- « Brisée ».
Tous les regards convergèrent vers elle. Souffée, Fanaa demanda :
- Qu’as-tu dit ?
- « Brisée » « Détruite ». C’est ce que signifie ton nom n’est-ce pas ?
- En effet… Mais comment le sais tu ? Bien peu connaissent le langage des anciens poètes, où l’as-tu appris ?
- Je n’ai rien appris. Je le lis en toi.
- Y a-t-il autre chose Nalia ? demanda Kali. Autre chose que nous devrions savoir ?
Nalia ne parlait qu’à Fanaa.
-Il n’y a plus de scellé sur ton cœur. Depuis peu. Mais il y en a sur ta mémoire.
Fanaa déglutit, tendue.
- Des scellés ?
- Je n’en sais pas plus. Je ne suis pas vraiment medium, c’est incontrôlé. Je suis désolée. Tu resteras « tombée du ciel » pour nous. Ton nom… me fait peur.
Aux autres :
- C’est bon, on peut lui faire confiance.

Il y eut comme un soulagement général. De son côté, la curiosité de Fanaa avait été piquée par les paroles de Nalia, mais en même temps quelque chose en elle annihilait son envie d’en savoir plus. Ces enfants étaient plein de surprises. Mais ce qui comptait, là, maintenant, c’est qu’ils l’acceptaient.

* * *


- Skif a dit que tu regrettais de pas être Shalos, pourquoi ? C’était Till.
- Pourquoi ? Et bien pour vivre à Shalanos déjà. Ici au moins, on est à l’abri.
- A l’abri de quoi ?
Fanaa décrivit un large cercle du bras.
- Mais de tout ce qu’il y a dehors ! Valnor, déjà, et ses armées. Et aussi tous ces gens mauvais qui font le mal autour d’eux, qui utilisent les plus faibles et les font souffrir. Dehors ça me fait si peur !
- Mais que crois tu ? Tu vois bien que Shalanos c’est pas le paradis quand même ! Même si Valnor ne vient pas, on a déjà assez à faire avec la Fossoyeuse toujours prête à nous emmener, nos rivaux, les ogres…
- Les ogres ?
- Oui. On sait pas qui c’est. Ils prennent les petits mignons et on les revoit jamais. Et pour ceux qui ont été attrapés, c’est pire que la mort : c’est l’enfer.
- Et après on les noie dans le lac !
- Mais nan Champi, ils les dévorent !
Le petit garçon gémit et posa son visage sur la jupe de Fanaa. Tout d’abord surprise, la jeune femme caressa la masse de crasse grouillante sur la tête du petit. Malgré sa répulsion, elle se retint de retirer sa main et de grimacer, mais il lui fallut imaginer que si elle avait rencontré Soghann ou Syld dans cet état, elle n’aurait pu les laisser démunis. Il fallait vraiment faire quelque chose.

- Dites, et si je vous lavais les cheveux ?
Till la regarda, ébahi.
- On te parle des dangers de Shalanos et toi tu… ? T’es pas sérieuse ?!
Fanaa leva ses mains en signe de défense.
- Attendez, attendez ! Laissez-moi vous expliquer ma façon de voir les choses. L’endroit où vous vivez et vous-mêmes êtes… enfin tout ça n’est pas très propre. Et pas très sain non plus, je pense qu’on pourrait tout améliorer.
- Et tu proposes quoi, on va tous chez toi ? demanda Kali, sceptique.
Nalia et Skif la fixaient, attendant la suite. Ils se demandaient où elle voulait en venir.
- Oh oui ! S’exclama la jeune femme, avant de se reprendre : Euh non, non. Ce n’est pas chez moi. Enfin je pourrais leur demander mais…
- Non laisse tomber. Si on était tous pris en charge, je doute que les guildes s’intéressent à nous. Viens en au fait.
- D’accord. Vous êtes très futés, vous savez faire des tas de choses, vous avez réussi à avoir un coin à vous, à vos organiser,… mais il vous manque une chose : l’hygiène. J’y pense depuis que je suis arrivée ici mais je n’osais pas aborder le sujet. Vous savez, être propres va vous aider à subsister plus longtemps. Vous éviteriez les risques d’infection par exemple. Peut être même que ça vous distinguerait des autres gamins pour les recruteurs de guildes ?
- Je pense plutôt qu’ils vont nous prendre pour des chochottes.
- Attends Kali, laisse la terminer. Voyons si ses arguments tiennent debout, on jugera après.

L’attention des gamins se porta donc sur Fanaa, ce qui la rendait un peu nerveuse. Elle se tordit les mains sous le coup du trac. Bon. Il fallait trouver les bons mots, leur faire comprendre. Ne pas faire de gaffe, après tout eux connaissaient le système, elle pouvait se tromper. Et elle ne devait donner l’impression de faire celle qui croit tout savoir.
- Bien sûr, je ne revendique pas une meilleure des connaissances des guildes que vous mais il est évident que l’hygiène fait partie des premières choses qu’ils vont vous enseigner. Alors je me dis que peut être, si ils rencontrent des gamins déjà propres, donc en avance, ça pourrait les attirer, non ? Qu’en dites vous ?
- D’après toi, en quoi l’apprentissage de l’hygiène est important dans les guildes ?
- Mais c’est la base ! Par exemple pour les prosti… oh que je n’aime pas ce mot ! Pour les courtisanes, celle qui attirera le plus de clients sera celle qui est bien mise, propre et parfumée. Elle sera forcément plus avenante qu’une autre qui se tiendrait à côté mais qui aurait les dents noires, les yeux ternes et les cheveux emmêlés, non ? Pour les assassins, même combat : leurs outils de travail doivent être impeccables ; une lame émoussée rouillée remplira d’autant moins bien son office. Voilà comment échouer à honorer un contrat. Et vous imaginez l’assassin qui se ferait repérer avant d’avoir pu achever sa victime ? Trahi par son odeur nauséabonde ? Quant aux serviteurs, un intendant négligé ne sera jamais engagé pour tenir une maison. Vous imaginez ?
Elle marqua une pause et après sa tirade enflammée, elle osa timidement :
- Alors ?

Il y eut un silence durant lequel les regards se concentrèrent. Skif déclara :
- Ca s'tient. Nalia ?
- Je lui fais confiance. Je suis même d’accord pour passer la première. Il faut bien essayer si ça peut nous permettre d’avancer.
- Vendu alors. Tombée du Ciel, on peut dire que ta venue est synonyme de chamboulements.
- Oui, on ne dirait pas qu’il y a quelques heures à peine on ignorait tout de toi et toi de nous.
Tout d’abord soulagée et surprise de leur réaction, Fanaa se raidit et ouvrit de grands yeux en entendant la dernière phrase de Kali.
- Des heures ? Mais je dois rentrer ! Soghann et Syld vont s’inquiéter !
Les voix se turent et Fanaa fut de nouveau la cible de tous les regards. Skif répéta lentement, prononçant avec application chaque syllabe :
- Tu appartiens à Soghann et Syld ?
- On peut voir ça comme ça… Vous les connaissez ?
- Mais qui ne les connait pas ? Ce sont les meilleurs ! Les autres assassins les envient, les femmes fantasment dessus, nombreux sont ceux qui les craignent ainsi que ceux qui recherchent leurs services, et les jeunes rêvent de leur ressembler !
- A t’entendre Skif, ce sont des légendes vivantes.
- C’est tout à fait ça ! Et tu dis que tu les connais ? Chapeau !

Skif étant tout excité par la nouvelle, cette fois ce fut la petite Nalia qui s’occupa de sermonner Fanaa. C’est sur un ton tout à fait adulte qu’elle expliqua :
- Tombée du Ciel, tu ne dois jamais mentionner ton lien avec eux. Sauf quand ils sont avec toi bien sûr. Mais laisse les toujours prendre l’initiative d’en parler. Si tu te promènes seule, reste discrète sur ce point. Vu ce qu’ils sont, ils attirent autant d’admiration que de rancœur, donc certains essaient de leur nuire. Ce qui est très difficiles car, en excellents spadassins qu’ils sont, les deux hommes ne s’attachent pas. Ils renouvellent les femmes et l’argent selon leurs envies et leurs besoins. D’habitude en tout cas. Alors si tu tiens à eux, ne les trahis pas.
- Jamais je ne leur ferais défaut, tu peux me croire !
- Je sais que tu es sincère. Mais fais attention.
- Mais… mais alors je suis une gêne pour eux ?
Nalia pouvait voir la détresse affluer dans l’esprit de Fanaa et le chagrin rejoindre dans son cœur. Il était écrit en elle que les quitter la déchirerait. Pourtant, si cela devait arriver pour les sauver, elle s’y résignerait probablement. La petite devineresse se sentit de la consoler, mais toujours en disant la vérité bien sûr. Le mensonge menait à la destruction.
- Pas seulement. Tu es aussi une force. Dans le sens où tu leur as apporté quelques chose. Et une tryade a plus de puissance qu’un duo.
- Tu crois ?
- Oui. Comme pour nous. Je pense que tu nous apportes quelque chose de bien. Allez, viens t’occuper de nous comme tu as dit.
- Ouais, c’est des tueurs, z’ont autre chose à penser que ton absence.
Nalia fit les gros yeux à Skif qui ajouta bien vite :
- Mais ils la remarqueront peut être quand même?
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeJeu 1 Mai 2008 - 2:22

- Pour commencer on va couper. Je suis désolée mais là c’est quasiment irrécupérable. Et puis long c’est plus difficile à entretenir. Tu viens Nalia ?
La petite s’assit en tailleur devant Fanaa. Cette dernière sortit son couteau et se mit à tailler dans la toison informe. Les deux derniers caméléons débarquèrent à ce moment là. Skif leur expliqua ce qu’il en était et chacun vint docilement se faire raccourcir les tifs. A la fin, le tas de débris capillaires était relativement imposant. Champi se grata la tête et le désigna du doigt.
- On en fait quoi ?
- Le mieux serait de le brûler mais je n’ai rien qui…
- Attends.
L’un des deux derniers arrivés, appelé Tod, fouilla dans sa poche et en sortit un boutefeu assez usé, mais qui, d’après lui, devait faire l’affaire. Après plusieurs essais infructueux, il s réussirent tout de même à en tirer quelques étincelles qui tombèrent en grésillant sur la tas de douilles. Une odeur nauséabonde de chair grillée commença à s’élever. Heureusement pour les nez froncés de l’assemblée, le tas se réduisit assez vite à en cendres. Après avoir vérifié que tout était bien éteint, ils se dirigèrent, sous la houlette de Skif, vers le point d’eau le plus proche de Shalanos la haute. Hélas, ce fut pour le trouver pris d’assaut par une autre bande de gosses. Ceux-ci étaient deux fois plus nombreux et arguaient que la fontaine était leur propriété. Tod, Till et Kali soutenaient que c’était celle de tout le quartier, des poings se serrèrent, menaçants, des mains se portèrent à des poches et à des ceintures pour en sortir des objets intimidants.
Skif calma le jeu, du moins du côté de sa bande, même si les autres devaient les prendre pour des couards. Il préférait de loin cela au risque que l’un d’eux se retrouve diminué dans la bataille. Les avais des rivaux ne l’intéressaient pas. Seul comptait que ses camarades soient choisis. Par n’importe quel moyen. Et la, il ne fallait pas être idiot pour voir que le rapport garantissait la victoire des autres. Avec un reniflement de dédain, le petit chef rappela les siens et le petit groupe s’éloigna en direction du bas, quittant la zone des moins que rien pour arriver à celle des déjà-un-peu-mieux-lotis.

Là, ils trouvèrent un bassin de taille moyenne – quatre adultes y tenaient facilement. Fanaa scruta le système d’écoulement de l’eau, vérifiant que l’eau usée étaient bien évacuée et ne retournait pas dans le circuit pour revenir avec l’eau neuve. Mais la vieille eau coulait dans une rigole longeant la rue. Elle ne risquait donc pas de souiller la fontaine avec le shampoing. Rassurée sur ce point, elle se tourna vers les caméléons.
- C’est parfait ici ! s’exclama-t-elle.

Les gamins regardèrent autour d’eux. Skif et Nalia observèrent que le coin était d’assez moyenne condition pour qu’on ne les vire pas. Comme il n’y avait pas de taverne à proximité, il y avait relativement peu de passage. S’ils restaient discrets, tout irait au mieux.
Nalia s’approcha de la jeune femme qui la fit s’agenouiller près du bassin, tout en s’installant à côté. Elle immergea la petite tête en frottant bien sous l’eau, puis lui massa le crâne et démêla les courtes boucles aux doigts. Elle n’avait ni savon, ni shampooing mais le rinçage serait déjà un progrès considérable. Fanaa en profiter pour lui débarbouiller le visage et fut soufflée par ce qu’elle découvrit sous la crasse : sous ses cheveux sombres, la petite Nalia présentait un doux visage à la peau mate (surprenant dans un lieu qui ne connaissait pas le soleil) et de magnifiques yeux noirs, si profonds que s’y reflétait l’infini. Et sur cette jolie frimousse, un air grave et solennel, un sourire inexistant, qui firent grand peine à Fanaa. La vie de ces gosses était si dure ! Et rien n’était prêt de changer. Rien. Jamais. Ainsi en allait il des coutumes shalos.

- Tu es superbe… murmura Fanaa.
Nalia passa sa main dans ses courts cheveux humides.

- C’est froid.
Fanaa sourit et l’embrassa sur la joue puis passa au suivant. Les gosses regardaient la petite devineresse avec curiosité.
- Nalia, c’est vraiment toi ?
- Bien sûr ! Vous ne me reconnaissez pas ?
- Ben… t’es pas pareille que d’habitude.
- Tombée du Ciel, on sera tous comme ça quand tu te seras occupée de nous ?
Fanaa les regarda affectueusement.
- Mais oui, il n’y a pas de raison.
Mais sa réponse, qu’elle avait voulue encourageante, n’eut pas ‘effet escompté. Champi se mit à pleurer. Affolée, Fanaa voulut le prendre dans ses bras mais il la repoussa en criant :
- Les ogres, les ogres vont tous nous dévorer !

_______________________________________________________
Dans l’ombre, quelqu’un regardait Nalia avec un intérêt croissant.
________________________________________________________

Fanaa resta un instant interdite, frappée par la révélation du petit et son cri de détresse. Mais c’était qu’il avait diablement raison, elle réalisa qu’elle faisait quelque chose qui au lieu de les aider pouvait les mettre en danger. Elle ramassa de la boue à la base des parois du bassin et en barbouilla la figure de Nalia qui, gelée et surprise, forma elle aussi une boule de boue et la lança sur Champi. Déconcerté par le contact glacé, le petit garçon arrêta aussitôt de pleurer et regarda sa camarade avec de grands yeux ébahis. Celle-ci eut une ébauche de sourire et se baissa quand Champi répondit à son attaque et donc toucha Kali en pleine poitrine. C’est alors qu’une bataille de boules de boue s’engagea parmi les caméléons, et un premier rire résonna, bientôt suivi par d’autres, des cris joyeux, des exclamations amusées mais aussi déconcertées. Fanaa se demanda s’ils avaient déjà ri. Elle s’en donnait à cœur joie, elle aussi. Elle pensa à la bataille d’eau avec Soghann et Syld. Oui des shalos pouvaient rire de bon cœur, et ça ne pouvait leur faire plus de mal qu’à un autre !

Soudainement, Nalia fut auprès d’elle. Elle lui attrapa le poignet et la fit se baisser. La regardant droit dans les yeux, elle lui demanda :

- C’est notre enfance que tu essaies de nous rendre ou c’est la tienne que tu tentes de rattraper, Tombée du Ciel ?
L’instant d’après, elle avait quitté son air grave et son regard perçant pour rire à nouveau avec les autres laissant Fanaa interdite, immobile et pensive.
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeJeu 1 Mai 2008 - 22:41

- Hey elle est pas mal ton esclave Skif. Tu m'la passes? S'rait cool qu'elle me borde.

Dès les premiers mots de la nouvelle voix, les rires moururent d'un coup. Les caméléons et Fanaa se retournèrent pour voir un gamin faire un geste obscène avec la langue. Ledit gamin, crasseux au possible était suivi d'une douzaine de clones pouilleux. Fanaa sentit tout de suite une certaine inimitié entre elle et les nouveaux venus. Ils ne lui inspiraient pas confiance. Ils n'étaient pas comme "ses" petits caméléons. C'était peut être leurs regards malveillants, ou alors le petit tas de chiffons qu'ils trainaient derrière eux. Un tas avec un pied bot. Un tas vivant qu'ils avaient visiblement maltraité. Ils ne faisaient pas que survivre ceux-là, ils étaient mauvais. Bon. Peut être pas pour les critères shalos, mais pour les critères de Fanaa oui.

- Tombée du Ciel, va-t-en!
- Hein? Mais Skif...
Déjà, il était auprès d'elle et lui prenait par le poignet, la faisant se baisser.
- T'as peut être pas compris mais ils plaisantent pas, va y avoir de la bagarre.
- Alors je vais vous aider.
- Non. Tu vas nous gêner c'est tout. Et t'es pas shalos.

Des projectiles commencèrent à voler. Dans les deux sens. Skif tira Fanaa à l'abri derrière le bassin. Il fixa son regard dans les yeux de Fanaa, ses yeux si bleus, ses yeux qui les regardaient avec tant de douceur. Le genre de regard que jamais aucun d'eux n'avait senti posé sur lui. C'était peut être cela au fond qui l'avait décidé à l'emmener. Lui qui était contre le rêve, il avait sûrement dérogé à sa plus grosse résolution. Juste pour des yeux bleus.
- Merci Tombée du Ciel. Même si on doit tous crever, on aura connu un truc différent.
Dans un élan de tendresse mêlé d'inquiétude, Fanaa entoura le petit garçon de ses bras et le serra contre son coeur. Il y eut des cris du côté des gamins.
- Arrête de toujours parler de la mort. Je sais aussi bien que vous qu'elle est toujours là, mais en parler l'attire fais attention!
Pendant quelques instants, il se relâcha totalement. Puis la repoussa.
- Pars!
Il se redressa vite et rejoignit ses compagnons. Ils étaient moitié moins que les autres mais se défendaient comme des beaux diables. Ce n'était pas leur première bataille, loin s'en fallait.

Fanaa se releva et reçut de plein fouet une pierre sur la tempe, ce qui la fit tituber. Elle regarda ses petits caméléons. Même Champi se battait de tout son coeur. Même Nalia. Skif et Till réussirent on ne sait comment à tirer le tas de chiffon des griffes des autres et l'envoyèrent bouler plus loin avec pour consigne de raccompagner la Tombée du Ciel. Le petit tas se traina auprès d'elle et la poussa. Elle se laissa mener sans quitter des yeux la bagarre. La dernière image qu'elle vit fut Kali, un objet tranchant dans sa main valide, Kali au-dessus d'un garçon de l'autre bande. Elle n'hésita pas un instant avant d'abattre son bras. Et le petit tas la fit tourner dans une rue et donc perdre la scène de vue.

- Attends! Il faut les aider!
- S't'une bagarre a mort m'zelle.
*a mort? Serais je capable d'assassiner un gamin de sang froid? ... Non. Enfin, je ne sais pas. J'hésiterais sûrement. Et je les gênerais. Skif a raison.*
Fanaa baissa la tête et pria avec ferveur pour la victoire des caméléons.

Dans ses pensées, elle ne parla pas une fois à celui qui l'accompagnait et ne releva la tête que quand il s'arrêta. Et elle reconnut la porte de Soghann et Syld. Surprise, elle haussa les deux sourcils.

- Comment?*
- S'mon truc ça. Chui informateur.
Il sortit une petite main tendue de sous son tas de guenilles.
- Oui?
- pour la route.
- Tu veux... de l'argent?
Il acquiesça et elle fouilla dans sa bourse -qu'elle n'avait pas perdue ouf- et donna un zoris au gosse qui repartit aussitôt.

La jeune femme poussa la porte et soupira d'aise. Rentrer ici était incroyablement apaisant. Elle s'approcha du canapé et allait s'y asseoir quand elle réalisa qu'elle avait perdu la bière! Elle était sortie chercher de quoi faire déjeuner Soghann et Syld et elle rentrait sans rien! Zut! Elle fit demi tour en courant et la porte se referma peu dicrètement sur son départ précipité.


Dernière édition par Fanaa le Ven 2 Mai 2008 - 10:44, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeVen 2 Mai 2008 - 1:51

Fanaa se dirigea en courant vers la place marchande et ralentit son pas, sentant sa tête lui tourner. Que lui fallait il déjà? Bière, viande et pain. Elle ne savait pas combien il lui restait mais espérait avoir assez. Elle fit quelques pas et dut prendre appui sur un mur. Le sol tanguait sous ses pieds et elle se retrouva dans l'obscurité. La dernière chose qu'elle sentit fut le sol dur sous ses genoux...




- Mademoiselle?
- Mmmmh?
Fanaa ouvrit les yeux et considéra quelques instants le visage au dessus d'elle. La peau pâle, des yeux verts, un agréable sourire et des cheveux blonds. Blonds? Serait elle à Fedoran? Que s'était il passé? Elle força ses neurones à se reconnecter rapidement et tout lui revint en mémoire.
- Vous semblez épuisée. Avez vous mangé?
Manger... Quand avait elle mangé la dernière fois? Le jour de son arrivée ici? Ah non. C'était le matin du spayskayke. Elle sourit au souvenir du piège. Bon d'accord ça faisait peut être longtemps alors. Elle se redressa et vérifia immédiatement si elle avait sa bourse.
L'homme sourit.

- Non je ne vous ai pas détroussée. Profiter de l'inconscience d'une Dame ne serait pas honorable.
- Une Dame?
Fanaa rit doucement.
- Mais oui, ne l'aviez vous pas remarqué?
- Je suis restée évanouie longtemps?
- Non. Je vous ai vue tomber et le temps de vous installer sur ce banc, vous repreniez vos sens. Votre tempe... Vous saignez, vous vous êtes blessée en tombant.
Elle porta la main au côté de sa tête. Les caméléons.
- Ils vont s'en sortir, j'en suis sûre. N'est-ce pas?
- Euh... oui sûrement. Vous vous sentez bien?
Elle le dévisagea franchement.
- Ca existe les shalos blonds?
Ce à quoi il répondit du tac au tac, mi moqueur mi charmeur.
- Il y a bien des non shalos brunes!
Fanaa se leva d'un coup et grommela.
- Merci de me le rappeler...
Tournant le dos à l'inconnu, elle s'éloigna en direction des échoppes, le laissant pour le moins surpris de son attitude.
- Pas de merci? Pas de nom? cria-t-il à son intention.

Elle ne se retourna même pas, fit un vague au revoir par dessus son épaule et alla chercher ce qu'elle voulait. Au retour, quand elle passa devant le banc, il n'y était plus.

C'est en chantonnant qu'elle arriva pour la seconde fois à la maison. Elle entra puis se mit à disposer ses courses sur la table basse.


Oh toi fils de shalanos raconte moi
ta vie, tes coutumes et tes lois
Va vaincre le mystère, la faim, le froid
Suis Skif Champi Till et Nalia

les enfants de la vie
les enfants de l'oubli
les grands de demain
qui suivent chacun leur chemin
Revenir en haut Aller en bas
Syld
Shan of the Dead
Syld

Réputation : 1428

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: rues   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeMar 4 Nov 2008 - 2:02

- N'importe lequel, du moment que ce qu'ils servent rentre dans la catégorie "comestible" !

Pour quelqu'un qui s'était changé à la va-vite, messire Syld avait trouvé le moyen d'être assez élégant pour afficher un certain rang "professionnel" (l'échelle sociale Shalos étant indexée sur le mérite personnel, rappelons-le). Par quelle sorcellerie avait-il réussi à sécher sa crinière rebelle dans le même laps de temps, seule Dera aurait pu le dire...

- Oh, évitons quand même le Moo pendu. Je ne me sens pas la force de calmer les ardeurs d'une Shamarra, en ce moment.

Le brigand parvint à afficher une mine honteuse qui fut presque aussitôt balayée d'un haussement d'épaule.

- Je sais que je ne devrais même pas être debout, mais tu me connais... Et puis de toute façon, un bon repas plus une bonne dose d'alcool pour compenser le sang qui manque encore, et hop ! ni vu ni connu !

Riant tout seul de ses inepties, il poursuivit son discours, suivant à voix haute le cour folâtre de ses pensées :
- Voyons... rétractables, ce serait bien, mais est-ce qu'un mécanisme de ce genre serait assez résistant ? Celles d'avant représentaient un compromis idéal entre la longueur de lame et la discrétion (elles passaient inaperçues avec des gants ajustés par-dessus), mais j'aimerais bien avoir plus de... disons, d'amplitude. Et puis tant qu'à faire, si elles étaient faites en sorte que je puisse manipuler jusqu'à un verre de cristal sans riper ou le casser en deux... C'est tout sauf pratique de les enlever et les remettre sans cesse. Et...

Syld secoua la tête.

- Allons bon, si je commence à demander l'impossible ! Rien que retrouver l'équivalent de mes anciennes griffes tiendrait du miracle.

Le jeune homme ne se montrait pas toujours aussi bavard, mais là il s'arrangeait pour combler les silences qui auraient pu donner à Soghann l'occasion de ramener certaines conversations inachevées sur le tapis.
Tentative hautement inutile, Syld le savait parfaitement, mais ça ne l'empêchait pas de babiller presque aussi vite que Fanaa.
Il continua donc à pérorer sur tout et sur rien, mettant en évidence un esprit remarquablement vif, mobile, loin d'être dénué de logique, mais dépourvu de la dose de patience nécessaire qui aurait pu en faire un vrai stratège.


- ... tiens, ici ça me semble parfait.

La remarque aurait pu passer inaperçue au milieu de ce flot de paroles s'il ne s'était arrêté, le nez levé vers une enseigne qui, une fois remise à l'endroit, pouvait figurer une quelconque créature à forte dentition comme il en grouillait à tous les coins d'Adreis.

- L'enseigne n'y était pas la dernière fois, mais la boustifaille goûtait plutôt pas mal, si mes souvenirs sont bons. Je me demande ce que le malheureux artiste à bien voulu représenter... Un chewgal berzerk ? Une voratica ? Un guimauvaure, peut-être ? Ah bah, du moment que le plat du jour ressemble à quelque chose...

Sans plus se poser de questions, le Shalos descendit les deux ou trois marches usées par maintes et maintes semelles qui menaient à la porte, puis poussa cette dernière avec l'air décidé de quelqu'un qui se sent à peu près partout chez lui.

- Pas mal de monde, c'est bon signe.

A force de se faufiler entre les tables et les multiples plats véhiculés par de non moins multiples filles de salle, il finit par aboutir dans un coin un peu plus tranquille.
Renversé sur sa chaise, il héla une serveuse qui regardait dans la bonne direction puis s'étira voluptueusement le temps qu'elle se rapproche.


- Ah, on va enfin pouvoir passer quelques jours à peu près tranquilles. Pas d'embuscades, pas de sauvetages, pas d'enlèvements...



HRP : auverge de la voratica
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeMar 4 Nov 2008 - 19:47

Fanaa prit le chemin de la rue marchande et se mêla à la foule shalos. Foule était peut être un grand mot mais le quartier commercial était le plus animé après celui des tavernes. Des gens, des dizaines et des dizaines de silhouettes floues et indistinctes. Si Fanaa avait autant de mal qu’avant à reconnaître une forme d’une autre, elle était beaucoup moins nerveuse que d’habitude. Et puis maintenant, elle voyait des visages…
La jeune femme aux cheveux sombres gardait une main sur la bourse à son cou et gardait l’autre libre et prête à saisir un couteau. Elle avait bien compris que si la cité sous le Dregnir la protégeait de l’extérieur, elle comportait tout de même ses propres dangers. Et elle avait plus ou moins réussi à se fourrer dans la tête que tous les shalos n’étaient pas comme Soghann et Syld. Plus ou moins. Assurément plus moins que plus mais c’était toujours un progrès.

Elle furetait entre les différents étals et les nombreuses échoppes… mais ne trouvait pas ce qu’elle voulait. Elle poussa un soupir de découragement.

*J’aurais peut être dû demander à Sogh ou Syld ? Mais ils ne savent probablement pas où trouver ce qu’il me faut. En plus ils sauraient que je suis partie. Bon. Je fais un dernier tour et je rentre. Sans oublier de quoi grignoter pour Sendaë.*

Rassérénée par son idée, elle continua son chemin en regardant tout attentivement, mais sans oser demander des indications. Elle trouva un magasin d’étoffes. Elle en avait vu d’autres mais les tissus ne lui avaient pas plu. La demoiselle chercha, toucha, compara plusieurs pièces, puis lâcha le tout pour courir vers un éclat métallique. Soulevant un drôle de coussin, elle sortit d’une boite… des grelots, qu’elle fit tinter joyeusement. Tout sourire, elle se tourna vers le marchand et croisa son regard étincelant. Fanaa se composa aussitôt un visage neutre.


- Mademoiselle a trouvé son bonheur ?
- Peut être… je ne suis pas sure ne fait.
- Que cherchez vous exactement ?
- Des grelots qui aient un joli son. Et ceux-ci sont un peu fatigué. Mais je devine que ce sont les seuls que vous ayez ?
- Erreur. J’en ai peu, certes, mais j’en ai d’autres. Je reviens.

Le bonhomme fut rapidement de retour avec une boite contenant 3 paires de chaine de cheville à grelots. Fanaa les fit tinter un par un mais les reposa avec un soupir.
- Ils sont tous si sinistres… Les grelots de Medievir font un bruit d’eau qui est particulièrement joli.
- Vous venez de Medievir ?
- Non. Elle fronça les sourcils. J’y suis juste allée une fois. Je suis d’ici, comme tout le monde.
- Bien sûr…
Le marchand n’insista pas. Ce qui comptait était d’abord de faire des affaires.
- J’ai peut être quelque chose qui vous conviendra.
La mine de fanaa s’éclaira.
- C’est vrai ? Vous allez me sortit l’objet parfait que je recherche ? d’un coup comme cela ? Comme dans les histoires ?
Le marchand ne peut retenir un sourire, puis il ouvrit ses grandes mains et présenta à Fanaa ce qui se trouvait à l‘intérieur.
- Voyez par vous-même.
Les grelots que lui présentait l’homme étaient en excellent état, lisses et brillants. Leur couleur surprenait tout de même : ils étaient noirs. Avec quelque réticence, la jeune femme en saisit un. Son tintement devait être funèbre ; sûrement. Elle le secoua. Et fut à la fois surprise et enchantée du son clair et joyeux qu’il produisit. Les yeux brillants, elle tendit une main au marchand qu’il serra. L’affaire était conclue.

Enveloppés dans de la soie pour éviter de bruire, les grelots noirs étaient rangés dans un sac avec des voiles de mousseline. Heureuse de ses trouvailles Fanaa prit le chemin du retour.

Quelques rues plus loin, il lui sembla être suivie. Un rapide coup d’œil lui montra des silhouettes dans la rue. Qui pouvaient être n’importe qui. Pour s’assurer de leurs idées, la jeune femme tournicota dans plusieurs rues et remarqua 3 formes qui suivaient sa trace. Et ce n’était pas des gamins cette fois. Qu’à cela ne tienne. Elle tentait de se rappeler du plan du dédale de shalanos, il fallait les perdre avant de rentrer car éviter à tout prix de les mener chez ses hôtes. Malheureusement, ils semblaient avoir deviné qu’elle n’était pas sure de sa route car elle se retrouva bientôt dans une impasse du bas quartier. Et elle était sure de n’avoir pas visé cet endroit.

Elle se retourna et leur fit face. Elle avait une bourse et deux couteaux. Ils étaient trois adversaires. Elle était sure de perdre. Si elle se battait. Seulement… Fanaa n’ayant pas spécialement de tendances suicidaires, à part à des moments particuliers, elle ne comptait pas se laisser faire. Ni même les affronter d’ailleurs. La pierre sous ses pieds nus pulsait. La pierre du dregnir, la même qui faisait les murs des habitations. Cette pierre brute qui n’avait pas été poncée pour servir aux constructions. L’idéal. Elle avait autant de prises qu’elle le voulait.

Ils s’avancèrent avec lers mauvais sourires. Fanaa compta leurs pas dans sa tête, immobile et sur le qui vive.

*1 pas. Trop loin. 2 pas. Pas mal. 3 pas. Une longueur de bras, c’est le moment !*

Fanaa bondit sur le mur à sa droite et la main du shalos se referma dans le vide. Aussitôt qu’elle sentit la pierre sous ses orteils et ses mains, elle la repoussa et se projeta sur le mur d’en face. La pesanteur n’existait plus, occupée par son mouvement, la jeune femme oublia totalement l’attraction terrestre. Après le quatrième bond, elle se retrouva sous le rebord d’une fenêtre ouverte qu’elle agrippa. Une fois hissée dessus, elle se permit une grimace à l’encontre de ses poursuivants et entra dans l’habitation. A l’abri. Du moins l’espérait elle.




En bas.

- C’était quoi ça ? Comment elle a pu faire ça si vite ?
- Elle avait dû préparer son coup. Devait avoir des griffes, des trucs comme ça.
- Comment elle a pu prévoir qu’on la coincerait ici ?
- Saleté ! Bon, on se tire. Y en a d’autres des petites chattes de rue.
- Ouais mais celle là elle avait des zoris en plus.
- On laisse tomber celle là pour l’instant. On verra plus tard. Allez les gars, si vous voulez trinquer ce soir, faut trouver de quoi payer à boire !
Revenir en haut Aller en bas
Soghann

Soghann

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeMer 19 Nov 2008 - 2:37

Sans un mot, l’assassin acquiesça imperceptiblement. Le bijoux dont il portait chacun le jumeau était quelque chose de très rare mais dont seul le prix égalait l’utilité. C’était un secret bien gardé entre eux, dont ils ne se servaient qu’ne ultime recours. Un secret qui avait la fâcheuse habitude de ne fonctionner uniquement à Shalanos, où dans des endroits où la population d’Ombres était conséquente. Soghann toisa quelques instants la jeune femme désormais assise, puis, sans perdre davantage de temps, s’éclipsa dans la rue.
Immobile quelques secondes, il ne put retenir un frisson, malgré la chaleur qui régnait sous la voute invisible. D’un pas plus assuré qu’il ne l’était en réalité, le Shalos remonta la rue vers la Guilde des Assassins. C’était nécessaire, il n’avait d’ailleurs que déjà trop traîné : plus l’on attendait, plus on augmentait les risques. De se faire dérober la récompense sous le nez, ou autre. Cela faisait déjà presque trois jours que les Shalos avaient quitté Fedoran, bien plus qu’ils n’auraient normalement eu besoin pour revenir chercher leur du.
Et, pour tout arranger, Soghann savait que si quelqu’un de haut placé –voire très haut placé- cherchait à le contacter, il passerait par le biais de la Guilde… Et ce, pour à peu près n’importe quelle raison. Faisant un effort de volonté pour ne pas penser à la personne très haut placée vers laquelle son esprit dérivait, le Shalos accéléra le pas, et se fondit dans la foule hétéroclite des quartiers populaires.
Revenir en haut Aller en bas
Syld
Shan of the Dead
Syld

Réputation : 1428

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeMer 19 Nov 2008 - 3:27

Syld partit de son côté d'un pas vif.
Les rues semblaient soudain beaucoup plus tranquilles. Les quelques personnes assez réceptives pour percevoir le malaise qui planait dans l'air et qui se trouvaient malgré tout encore dehors avaient l'allure fébrile.

L'assassin se dépêcha de faire les quelques achats nécessaires s'ils voulaient éviter de trop sortir pendant un jour ou deux. Peut-être que la fatigue qui s'apesantissait brutalement sur ses épaules le rendait trop nerveux et que ses impressions étaient faussées, mais il n'y avait rien de mal à prévoir...

Syld ne s'attarda pas à flâner comme il avait l'habitude de le faire.

Il marchait vite, les sens aux aguets.

L'assassin en venait presque à regretter d'avoir autant affiné la perception qu'il pouvait avoir de son environnement.
Plus le temps passait, et plus ce sentiment diffus de menace l'envahissait, s'amplifiait de manière exagérée. La vibration qui animait l'atmosphère était en réalité très sourde, très ténue...
Et pourtant il devait se faire violence pour ne pas se retourner tout les dix pas même s'il était certain de ne pas être suivi. Pas suivi par un être humain, en tout cas.

Ah, rien d'étonnant à ce que nombre de Shalos ait l'esprit à demi malade !

Syld lâcha un énorme soupir de soulagement lorsqu'enfin il put refermer la porte de la maison derrière lui. Entre ces murs, le sentiment d'oppression s'allégeait.

Une fois les emplettes posées sur la table basse, il se laissa choir dans le coin du sofa opposé à celui où se trouvait Sendaë et ferma l'oeil, la tête renversée en arrière.


- J'aurais mieux fait de continuer à jouer les convalescents à la Taverne de Veis...
Revenir en haut Aller en bas
Adweliwen

Adweliwen

Réputation : 693

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeSam 22 Nov 2008 - 1:01

Krelvac sorti des lourdes ombres après que la shalos ait quitté le jardin. Il s'approcha de la médiovienne inanimée. Un voile d'inquiétude masquait son regard

- Et bien... comment je vais te ramener... Il ne faut pas que tu reste dehors... le temps est trop tendu et les Ombres prêtes a fondre sur quiconque....

Il soupira puis pris le corps de la jeune femme. Le garde du corps se dirigea vers les quartier de l'Hôte. Des bruits courraient déja sur la Guilde et sur les raisons de cette tension. Krelvac garda ses conclusions pour lui même alors qu'il passait devant les fenêtres de la maison hébergeant une dédrane et un shalos affalés sur un canapé
Revenir en haut Aller en bas
Lingwiloke

Lingwiloke

Réputation : 110
Age : 33

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeLun 24 Nov 2008 - 1:13

Ling ignorait quel étrange pouvoir l'Artiste pouvait bien exercer sur lui. Déambulant avec son hôte de rues en rues, d'étal en étal, il oubliait peu à peu sa condition, et jusqu'aux raisons qui l'avaient menées ici. Une nouvelle fois, il se laissait prendre au jeu dans lequel on voulait l'amener, incapable de montrer la moindre résistance.
Au début, il avait bien essayé de se défiler, lorsque son guide discutait avec un passant ou marchandait âprement pour un quelconque colifichet qui avait attiré son attention. Mais le ménestrel s'était vite rendu compte que l'Artiste, possédant sans doute des sens surnaturels, gardait en permanence une partie de son attention fixée sur lui. Qu'il sorte ne serait-ce qu'une fraction de seconde du rôle qui lui était attribué, et un regard dans lequel luisait la démence avait vite fait de le rappeler à l'ordre.
Lorsqu'ils le croisaient, la réaction des Shalos était toujours la même. L'étonnement tout d'abord, sans doute provoqué par le fait de voir un étranger déambuler dans leur ville, qui plus était accoutré de façon si voyante. Puis une déférence mêlée de crainte lorsqu'ils identifiaient son guide. Enfin, un coup d'oeil empli d'un amusement cruel lui était lancé avant que le passant ne retourne prudemment vaquer à ses occupations.
L'Artiste, volubile, ne cessait de parler. Son flot de parole capturait Ling, le berçait, le plongeait dans une douce hébétude fort malvenue étant donné sa situation.
Il se prit à considérer avec envie certains des articles présentés dans les boutiques. Particulièrement lorsqu'ils passèrent devant un magasin proposant des instruments de musique...
Son hôte, qui feignait jusque là de ne rien remarquer, s'arrêta devant le bâtiment.


- Et bien mon jeune ami, y aurait-il ici quelque chose qui éveille ton intérêt?

- Je ne suis pas que voleur, je suis musicien, et en m'amenant ici vous m'avez privé de mes instruments... alors cet endroit éveille en moi envie et nostalgie.

- Hum, à dire vrai, l'un de mes hommes a été chargé de récupérer tes affaires à l'auberge et de les amener ici. Ce ne sera pas simple, mais je ne doute pas de sa capacité à s'acquitter de cette tâche. Tu retrouveras bientôt ce qui t'es cher, ne t'en fait pas. En attendant... je dois admettre que ce que tu dis titille ma curiosité naturelle. Musicien? Aurais-tu volé la Harpe... pour tenter de l'utiliser? Non, non, inutile de répondre... Néanmoins... j'aimerais t'entendre jouer. Et te faire découvrir la musique de Shalanos! Allons, entrons. Choisis ce qui te fera envie!

- Pardon? Mais je ne peux... enfin c'est...

- Tsss, tsss, pas de discussion. Profite de ce qui t'es offert. Il est des moments dans la vie où il faut agir, et non réfléchir. Qui sait si une occasion pareille te sera un jour offerte de nouveau? Qui sait si tu verras le soleil se lever demain? Personne, et toi le dernier. J'ai les moyens de faire les cadeaux qui me chantent, rassure-toi. Quels sont tes instruments de prédilection?

- La... la flûte et la lyre.

- Parfait, parfait! Nous trouverons surement ton bonheur ici.

Le ménestrel suivi l'Artiste à l'intérieur. C'est une occasion inespérée qui lui était offerte. Non seulement un nouveau fil s'ajoutait à son tissu de mensonges, renforçant la crédibilité de l'ensemble, mais de plus il allait pouvoir jouer... et s'il pouvait jouer, il se trouverait alors beaucoup moins démuni...
La boutique était un véritable régal pour les sens. Odeurs de bois, de teintes et de vernis, harmoniques légères échappées des différents instruments lorsqu'un courant d'air venait faire vibrer une corde ou s'engouffrait dans un tuyau. Le propriétaire semblait absent... N'y tenant plus, Ling fondit sur les étagères comme un enfant lâché sur un plateau de friandises. Passant d'un instrument à l'autre, Il caressait, faisait tinter, tirait quelques notes. Comme tout musicien, le médiovien savait que chaque instrument possède une âme, et cherchait celle qui répondrait parfaitement à la sienne. Il doutait de pouvoir parvenir à une adéquation aussi parfaite que celle de sa lyre, mais il devait admettre que la flûte qu'il avait déjà ne lui convenait pas vraiment, et qu'il avait de fortes chances d'en trouver une meilleure ici.
Il allait justement en essayer une quand le vendeur sortit de l'arrière-boutique.


- Bien le bonjour messeigneurs, je vois avec plaisir que ma marchandise vous intéresse. Mais à votre place messire, je ne jouerais pas de celle-ci. Il suffit de vous regarder pour comprendre que vous n'êtes pas d'ici. -Il coula un regard en direction de l'Artiste, resté en arrière, manifestement amusé par l'engouement de Ling- Et je ne souhaite aucunement savoir ce qui vous y amène. Cette flûte ne peut vous aller, ses sonorités sont... typiquement Shalos je dirais. Je ne pense pas que vous puissiez comprendre. C'est le cas pour presque tout ce dont je dispose, néanmoins, j'ai un petit stock d'instruments habituellement réservés aux collectionneurs en quête de dépaysement... peut-être y trouverez-vous plus facilement votre bonheur. Suivez-moi s'il vous plait.

Le petit homme à la démarche trainante passa une porte située à côté d'un rayonnage. Suivant le conseil que lui avait donné son guide, Ling ne chercha pas à comprendre et lui emboita le pas. L'Artiste quand à lui, se contenta de rester où il se trouvait, de croiser les bras, de sourire, et d'attendre.
La pièce dans laquelle il entra contenait un certain nombre de boîtes, proprement rangées sur des étagères. Le marchand avait déjà commencé à fureter à l'intérieur.


- Avez-vous un souhait particulier?

- Heu... je rechercherais plutôt une flûte...

- Hum, je dois en avoir quelques-unes par ici, attendez un instant.

- Oh, et... je ne sais ce que vous vendez mais... pas d'instrument enchanté s'il vous plait.

- Ah, un homme à principes... bien bien... soit dit en passant, vous avez sans doute raison. Mais passons. Alors, flûte, flûte... celle-ci, celle-là... ou encore celle-là. Voilà! approchez, ne soyez pas timide.

L'homme avait sorti de leur emballage trois flûtes fort différentes les unes des autres. La première était une flûte à bec, assez massive, faite d'une essence sombre. La seconde, beaucoup plus fine, semblait taillée dans l'ivoire. La troisième enfin était une flûte traversière d'un noir pur veiné d'argent. Sans la moindre hésitation, c'est de celle-ci que s'empara le ménestrel. Il la porta à ses lèvres et ses doigts agiles jouèrent quelques gammes tandis qu'il soufflait en continu... Un son merveilleux. Cet instrument ne demandait qu'une chose: être utilisé. Quelque soit la mélodie qu'on lui demanderait, il la rendrait parfaitement, pourvu que le musicien sache jouer de façon fluide, et contrôler son souffle.

- Ne dites rien messire, il me suffit de regarder vos yeux pour voir que vous n'essaierez pas les autres. Un très bon choix je dirais. J'ignore d'où provient cette flûte, mais elle n'est pas de Shalanos. Il me semble juste qu'elle revienne à un étranger. Retournons dans la salle principale pour finaliser l'accord, vous voulez bien?

À peine avaient-ils passé la porte que l'Artiste fondait sur eux.

- Alors, mon ami a-t-il trouvé quelque chose? Apparemment oui, parfait, parfait. Et bien il peut m'attendre à l'entrée le temps que je règle cela. si, si, j'insiste.

Ne cherchant même pas à résister, Ling se rendit à la porte d'entrée, s'assit sur les marches et se perdit dans la contemplation de sa nouvelle acquisition.
Revenir en haut Aller en bas
Senril

Senril

Réputation : 58
Localisation : à son piano

Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitimeLun 24 Nov 2008 - 16:53

Senril avait passé une redingote noire d’excellente facture et des gants avant de saisir son violon et de rejoindre Kyara au salon. Elle était là, de rouge vêtue, magnifique comme la plus mortelle des fleurs. La parure de pierres de sang lui irait parfaitement bien, elle serait parfaite avec.

Les deux shalos sortirent et déambulèrent dans les rues jusqu’à la maison du receleur. Arrivé devant la porte, le Pianiste toqua. La porte s’entrouvrit un un petit homme au regard méfiant les détailla de haut en bas.

- Qui êtes vous ? demanda-t-il de sa voix aigre.
- Des clients. Annonça calmement Senril.
Un coup d’œil à Kyara et celle –ci ouvrit la porte d’un magistral coup de pied qui assomma le domestique au passage. Le couple s’avança dans la maison sans hésiter et trouvèrent la pièce principale. Un cabinet dont la seule lumière provenait de braises mourantes dans l’âtre.
Assis dans un fauteuil, penché sur une table de travail se trouvait leur cible. Il était si concentré qu’il ne remarqua pas l’intrusion.
Kyara émit un petit toussotement et enfin il leva la tête. Il eut l’air surpris de voir Kyara et eut un mouvement de méfiance en regardant le Pianiste.

- C’est pourquoi ?
- Une… réclamation. Dites moi que pensez vous de ces cailloux ?
Plongeant la main dans sa poche, Senril prit une poignée d’émeraudes et les lança à la tête du bonhomme avant de continuer de sa voix neutre.
- Il semble qu’elles n’aient pas la valeur que je vous les ai payées.
- Impossible, je suis spécialiste et…
Une note aigüe lui vrilla les oreilles, il s’immobilisa. Senril avait à la main violon et archet, Kyara avait fait de même. Leurs auras étaient passées du neutre au sombre. L’homme se surprit à trembler nerveusement. Il changea instantanément de discours.
- Bon peut être que je me suis trompé. Je vais vous rendre votre argent d’accord ? Je ne l’ai pas encore dépensé de toute manière.
- Cela ne suffira pas. Vous avez osé vous jouer de moi, vous allez en connaître les conséquences.

C’est alors que Senril commença à jouer. Si le piano était son instrument de prédilection favori, qu’il en avait une parfaite maestria, il savait caresser le violon de façon à en sortit de véritable sentiments, sa musique touchait aux tripes, à l’esprit. Et quand Kyara jouait de concert avec lui, c’était plus qu’un ravissement pour les oreilles. Les oreilles neutres. Car pour les autres, l’enchantement pouvait se transformer en cauchemar.

L’homme ne pouvait plus penser, sa seule sensation était que des centaines d’aiguilles chauffées à blanc lui piquaient la cervelle. La douleur. Et qu’il ne pouvait plus bouger. Il était debout, immobile comme prisonnier se con corps et à la merci de ses visiteurs. Il commença vraiment à paniquer. Il aurait voulu s’excuser, demander grâce mais cela lui était tout simplement impossible à faire. L’homme le tenait.
C’est alors que la femme se mit à jouer. Et qu’il se mit à bouger. Les deux violons s’accordaient à la perfection, les harmonies ainsi créées, quoi qu’inconnues étaient dignes des plus grandes œuvres musicales. Une toute partie de l’esprit de l’homme se rendait compte de la beauté du son. Le reste par contre était empli d’horreur. Il se vit aller chercher ses faux joyaux, en éprouver l’arrête du doigt et une fois qu’il en trouva un assez pointu, il l’approcha de son œil gauche. Il voulait hurler, crier pitié, arrêter tout cela, se repentir, mais la pointe du faux diamant continue son chemin malgré tous les efforts de l’homme pour arrêter son geste. Bientôt il fut borgne. La souffrance provoquée le rendait fébrile, il était prêt à perdre connaissance mais la musique l’empêchait de fuir dans l’inconscience. Il se vit avec horreur saisir son couteau et découper un par un les doigts de sa main gauche. Cette satanée musique l’enchaînait mieux que n’importe quel lien. Il pleurait maintenant, mais c’était bien la seule chose qu’il arrivait à faire de lui-même. Il n’était qu’une pitoyable marionnette entre leurs mains habiles. Un pantin qui finalement se trancha lui-même la gorge, rendant enfin son dernier souffle. La séance avait été courte mais au-delà de la simple souffrance. Il ne regretta pas que cela se termine finalement.

Quand il tomba à terre, le sang coulant à gros bouillons de sa trachée, Senril et Kyara soulevèrent leurs archets d’un même geste. Le Pianiste jeta négligemment ses mauvaises pierres à côté du cadavre. Il souhaita un bon appétit aux ombres dans les recoins et repartit sans un regard en arrière.
Kyara le suivit et ils se retrouvèrent bientôt à nouveau dans la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Rues de Shalanos, boutiques Empty
MessageSujet: Re: Rues de Shalanos, boutiques   Rues de Shalanos, boutiques Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Rues de Shalanos, boutiques
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» noms des rues
» Plus de routes après MAJ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Adreis :: Vie d'Adreis (Rôle Play) :: Histoires d'Adreis :: Zone des peuples :: Shalanos-
Sauter vers: