Projet Adreis

Forum de discussion autour de ce futur RPG en PHP.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Bonjour et bienvenue sur Adreis.
Pour plus de commodités, n'hésitez pas à vous inscrire dans les groupes qui vous correspondent.
N'hésitez pas faire des demandes aux administrateurs si vous avez des questions ou suggestions.
Passez un bon séjour !
Vous voulez communiquer entre vous ?
Plutôt que d'utiliser les moyens du bord, optez pour notre Voxli : https://www.voxli.com/Adreis
Que ce soit oral ou écrit, vous pourrez de cette manière rencontrer tout le monde plus facilement.

Partagez
 

 Palais de Sentence

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Thanos
Responsable Communication
Thanos

Réputation : 777
Age : 30

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeMar 18 Nov 2008 - 0:26

Des chuchotements... Des voix... Des cris... Des larmes... Des pensées innombrables... La douleur... La joie... La faim... Les sentiments les plus divers... La Mort, qui rôde... Les Ombres, partout... Il entendait tout cela. Il était tout cela. La vie incessante, le pouls monstrueux et unique des milliers d'âmes pensant, s'agitant, volant, tuant, à chaque seconde, chaque instant.

Un tressaillement, dans l'Ombre. Le miroir noir avait été rompu... Les Ombres avaient réagit, car ce qui avait traversé la surface ne leur était pas familier, non... Un corps étranger, une intrusion dans le vaste corps à la pensée unique, dont le sang était les Ombres, gouverné par une seule tête pensante à la puissance démesurée.

Dans l'Ombre de la capuche, le Roi Sentence ouvrit les yeux. Du moins, ce qui en tenait lieu, mentalement. Physiquement, il n'en avait plus besoin. Ses doigts gantés croisés devant lui se désentrelacèrent dans un grincement de cuir, et les paumes de ses mains vinrent se poser doucement sur la pierre froide et noire des accoudoirs de son trône. Dans la grande salle qu'il dominait, pas un humain ne vivait. Mais l'immobilité ne régnait pas pour autant, pas plus que l'obscurité. Des flambeaux éclairaient la salle, accroché à intervalles réguliers le long des murs, projetant une lumière dansante. Partout, dans chaque recoin, chaque interstice, chaque faille, chaque creux et chaque faille de la pierre, les Ombres s'agitaient, impatientes, affamées, volatiles.

Mais soumises. Toujours.

L'une d'elles s'échappa d'un creux, glissant sur le mur puis sur le haut plafond sans faire le moindre bruit, épousant les obstacles rencontrés au passage, changeant de forme comme un nuage de fumée en pleine tempête, étirant des appendices curieux, agressifs, se rétractant, s'étendant, se compressant. L'Ombre se glissa jusqu'au trône, coulant le long du dossier noir jusqu'à la cape du Roi...

Dans laquelle elle se fondit. Quelques secondes plus tard, elle en ressortait, continuant à glisser comme si de rien n'était... Vers la sortie de la salle. Vers la Guilde.


_________________
Palais de Sentence Thanos10
L'imagination gouverne le monde.
Napoléon.
Revenir en haut Aller en bas
http://thanos.cowblog.fr/
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeJeu 29 Jan 2009 - 17:09

Fanaa resta interdite devant l’immensité du bâtiment. Il s’en dégageait une impression de puissance contenue. Hésitante, elle commença pourtant à en faire le tour à pas lents, cherchant l’entrée. La pierre utilisée pour les murailles était obscure et veinée d’une teinte plus sombre encore. Au-delà du noir. L’édifice était vivant, les ombres, qui étaient Shalanos et qui étaient, surtout, Sentence, l’habitaient.

Fanaa se sentait minuscule devant une aura si écrasante. Mais pas effrayée. Juste curieuse. Toutes ces voix et ces présences fourmillant dans sa tête l’empêchaient de ressentir ses véritables émotions. Ce brouhaha incessant posait comme un voile sur ses perceptions extérieure. Elle avançait vers l’entrée mais ne savait plus trop qui la faisait marcher ainsi, sans hésiter : elle-même ? Sentence ?

Soudain, une voix claire se fit entendre dans son esprit :

*N’y va pas, tu n’es pas prête !*
La jeune fille s’arrêta soudainement. Enfin quelqu’un se manifestait, se séparant du reste du bazar qui avait élu domicile dans sa tête !
*Prête ? Mais à quoi ?*
Seule certitude, ce n’était pas Plume. Fanaa ne reconnaissait pas cette voix.
*A le rencontrer. Tu seras incapable de lutter. Viens me voir. Va t’en d’ici et rejoins moi. Je t’apprendrai, tu seras plus forte.*
*Où êtes vous ?*
Elle cherchait mais la voix ne lui rappelait vraiment rien ni personne. Qui pouvait elle bien être ? Etait elle amie ou ennemie ?
*Je suis dans le Ringèm. Viens !*
Le timbre se faisait insistant. Le Ringèm ? Qu’était le Ringèm ? A sa question non formulée, Fanaa reçut une réponse en image : un lieu désolé, terne, triste, peuplé de créatures fantomatiques et de monstres camouflés derrière des lambeaux de brouillard. De la brume, partout, masquant de terribles dangers.

A l’instant où elle réalisa qui lui parlait, son cœur s’arrêta et son sang quitta son visage, lui donnant une pâleur mortelle.
La sorcière des brumes ! La compagne de l’homme sans visage ! Et si elle était dans sa tête alors lui, où était il ? Son pire cauchemar l’avait il retrouvée ? Même ici à l’abri sous le Dregnir ? Non ! cela ne se pouvait pas ! Jamais elle ne retournerait à lui, jamais ! Et s’il était déjà là ? Prêt à la reprendre par tous les moyens, à l’écorcher vive, à la torturer encore et encore sans jamais la laisser mourir ?

Des images qu’elle avait oubliées envahirent son esprit, des sensations qu’elle avait enterrées au plus profond de sa mémoires lui revinrent violemment. C’était pire que le chapitre de Fedoran, c’était pire que tout.
Elle se boucha les oreilles, ferma fort les yeux et hurla :

- Noooooooooooooooooon !

La voix parla de nouveau, mais Fanaa ne comprit pas un traître mot, obnubilée par une angoisse virulente, une horreur sans nom. Des jours et des jours passés sans pouvoir bouger dans une pièce sombre avec cette douleur dans le dos, oh cette douleur… et elle ne pouvait même pas pleurer, même pas gémir, son corps ne lui appartenait déjà plus à cette époque. Elle n’était que souffrance sans fin.
- Je ne veux pas me souvenir, laissez moi !
Une sueur glacée coulait le long de son dos, son visage était inondé de larmes amères. Elle était perdue, si il revenait, elle était perdue !
Ce flot tumultueux de souvenirs et d’horreur empêchait la concentration de la jeune fille et l’ombre, sentant que l’emprise que Fanaa avait sur elle diminuait, commença à bouger.

La Danseuse souleva les paupières et à travers un voile de larmes rougies, elle vit la porte, la grande porte du Palais Noir. Son salut. Son seul et unique salut. Prise de panique elle bondit, entra, referma la lourde porte et se laissa glisser au sol, vidée, tout contre le battant. Enfin elle était en sécurité derrière les si épaisses murailles. L’homme sans visage ne pourrait pas entrer. Elle était sauve. A l’abri.
A l’abri ? Vraiment ?
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Maître du jeu
Narrateur

Réputation : 112

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeJeu 5 Fév 2009 - 23:45

Dans l'Ombre de sa capuche, immobile sur son trône noir, le Roi Sentence s'amusait beaucoup. Il était rare qu'il soit confronté à des nouveautés, aussi appréciait-il grandement le remue-ménage qu'il venait de provoquer et ses conséquences. Il n'avaot pas besoin de bouger pour être au courant de toute ce qu'il se passait dans sa ville, car il en faisait partie, tout comme les Ombres elles-même.

Une partie de son esprit suivait chaque étranger qu'il parvenait à détecter, tandis que le reste faisait son travail désormais habituel d'espionnage générale de la cité entière... La Dédrane était passée très près de la mort, avant d'être accompagnée à la sortie. Encore un peu et son âme rejoignait la masse des Ombres qu'il contrôlait, ou du moins ce qu'il en aurait resté après avoir été dévorée... Et là voila qui revenait, la damnée aventurière ! Pourtant consciente du danger qu'elle encourait, elle avait choisi de revenir seule vers Shalanos, s'offrant aux Ombres... Mais à quoi pensait-elle ? Sauver son amie ? Mais qui la sauverait, elle ? Usant des Ombres du portail comme de ses propres membres, Sentence desserra imperceptiblement l'étau qui enserrait la Dédrane. Piégée comme un vulgaire insecte dans la toile des Ombres, le Roi pouvait les empêcher de la dévorer vive comme elles en mourraient d'envie... Mais ce n'était pas son but. Avec amusement, il se contenta de freiner le processus, laissant les Ombres grignoter petit à petit l'être insignifiant, corps et âme qui osait tenter de pénétrer dans leur sanctuaire. Le Souverain était curieux de voir qu'elle pouvait être sa résistance à la douleur...

Quand à l'amie en question, elle était parvenue -enfin!- jusqu'au Palais. Elle y était même entrée, après que le Souverain ai mentalement intimé au gardes de la laisser passer. L'appel qu'il exerçait sur son esprit était puissant, relayé par toutes les fibres de la ville. Mais quelque chose la tirait en arrière, plusieurs choses même occupaient son esprit tourmenté, rendant le contrôle plus difficile -et nettement plus intéressant, il est vrai. La encore, le Roi était curieux de rencontrer, ou du moins d'éprouver, la jeune femme... Si frêle d'apparence... Mentalement, si proche de la folie et de la destruction... Mais renfermant un tel pouvoir ! Inexploité, insoupçonné d'elle-même, sans doute, mais si particulier ! Un instrument de choix, malgré son incontrôlabilité...

**Allez, viens... Viens vers moi... Personne ne t'en empêchera, personne ne se mettra en travers de ma volonté... de TA volonté...**
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeVen 6 Fév 2009 - 2:23

L'épaisse porte en se refermant avait étouffé tous les bruits, toutes les voix. Le sol froid aurait pu être apaisant pour la silhouette qui semblait d'un coup si frêle, recroquevillée là. Derrière ses paupières closes, Fanaa se débattait avec de moins en moins de vigueur et de conviction contre les griffes acérées de ses cauchemars. Finalement, submergée, désemparée, elle abandonna toute idée de s'en sortir et se laissa sombrer.

C'est Cerise qui s'éveilla à sa place. Elle fit un rapide état de la situation et celle-ci ne lui plut pas du tout. Elle n'allait pas vivre longtemps dans ces conditions. Fanaa évaporée, c'est l'emprise sur l'ombre qui s'amenuisait. Bientôt, ce corps ne serait plus reconnu comme Shalos et alors il serait détruit. Cerise commençait à peine à vivre, elle ne sarrêterait pas tout de suite. Dut elle partager son corps encore un peu, elle profiterait de son existence.
Mais pour cela elle dépendait de Fanaa.

Cerise la secoua, mais il n'y eut aucune réaction. Elle recommença de plus belle et lui demanda de s'éveiller mais rien n'y fit. Mais l'ombre continuait de s'évaporer et quand elle ne serait plus... ce serait la fin. Et elle ne le voulait à aucun prix.


*Fanaa, bouge toi maintenant! Réveille toi à la fin!*
La jeune fille tourna vers elle de grands yeux tristes. Elle répondit d'une voix absente:
*Laisse moi...*
*Non! J'ai besoin de toi! Ouvre les yeux!*
*Je te laisse la place alors laisse moi où je suis. Pitié.*
*Ecoute moi : je ne sais pas Danser. Si tu ne fais rien on mourra toutes les deux. Tu t'en fiches peut être mais pas moi! Je veux vivre, je veux profiter à mon tour! Je veux voir le soleil!*
Fanaa gémit.
*Laisse moi...*
Cerise paniquait.
*C'est facile pour toi de dire ça! Tu as tout vu! Mais pas moi! Laisse moi une chance ce n'est pas juste!*
Fanaa éclata en sanglots et se roula en boule, tremblante.
*J'ai peur... Ils m'ont suivie jusqu'ici. je ne m'en sortirai pas. Que me feront ils cette fois? J'ai si peur!*
Le temps était compté. L'ombre filait comme le sable d'un sablier obscur. Cerise prit une grande inspiration, se força au calme et prit Fanaa dans ses bras. D'une voix qu'elle voulait rassurante :
*Ils ne te feront rien. Danse, redeviens Shalos, pendant ce temps j'enfouirai ces affreux souvenirs au plus profond de toi. Je t'en protégerai, je te le promets. Jusqu'à ce que tu nous fasses sortir d'ici. Ensuite, ce sera à mon tour. Tu pourras rester là autant que tu voudras. Tu n'auras plus à t'occuper de rien. Mais je t'en supplie, Danse maintenant!*

Sont-ce vraiment les suppliques de Cerise qui réveillèrent Fanaa? Peut-être bien. Mais la voix pleine de puissance qui se glissait dans son esprit et y résonnait y fut pour beaucoup.


- J'arrive...

Epuisée, Fanaa se releva péniblement et essuya les trainées de larmes qui avaient commencé à sécher sur ses joues. Elles étaient mêlées de sang. L'ombre, résignée, reprit sa place en elle. Fanaa regarda autour d'elle. Les murs, le sol et le plafond étaient d'un noir d'encre, pourtant il ne faisait pas totalement obscur. La jeune femme parcourut les couloirs sans rencontrer âme qui vive. S'il y avait des gardes, ils ne se montrèrent pas. Au fur et à mesure de son avancée, Fanaa reprenait confiance en elle. La curiosité remplaça bientôt sa peur et même si elle se demandait où ses pas finiraient par la mener, elle ne le craignait pas vraiment. Il lui semblait que tout serait préférable à retourner entre les mains de... elle frissonna, soudainement glacée. Ne pas penser à lui.

Un autre porte. L(aura qui la traversait était sombre, épaisse, puissante et s'insinuait dans les moindres fissures des murs. L'être à qui elle appartenait faisait clairement passer le message suivant "JE suis tout et tu es insignifiant, qui que tu sois." Pour décourager les visiteurs importuns, cette attitude faisait surement son petit effet.
Fanaa regarda une dernière fois derrière elle, songea à Sendaë, Syld, Soghann, Michael, comme pour se vider l'esprit de leur présence, de leur souvenir. Ils ne pouvaient pas l'accompagner là où elle allait maintenant. Elle sentait que c'était mieux. La Danseuse détacha ses longs cheveux plus noirs qu'une nuit sans étoiles et, ses iris ayant repris une teinte violet profond, elle entra dans la grande, ou plutôt l'immense salle où l'attendait sur son trône, Sentence.

Calme maintenant, elle s'avança gracieusement vers lui, si légère qu'elle semblait à peine effleurer le sol. Elle pencha la tête sur le côté, cligna des yeux et dit simplement :


- Je suis là.
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Maître du jeu
Narrateur

Réputation : 112

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeDim 8 Fév 2009 - 2:22

Le mur d'Ombre bougea, s'épaissit, sans pour autant lâcher Sendaë... Et vint enserrer Syld aussi, sans pour autant l'écraser. La voix à la fois rauque, murmurante et doucereuse, donnant l'impression d'être composée de milliers d'autres voies, s'insinua dans l'esprit de Syld et s'y imposa.

**Pourquoi cherches-tu à la protéger ? Qu'est-elle pour toi ? Je peux la briser d'une pensée, tout comme toi. Pourquoi risque-tu de me contrarier pour cette insignifiante étrangère ?**

Un léger ricanement suivi cet enchaînement de question qui n'attendait pas de réponses.

**Tu as de la chance, je suis d'humeur joueuse. Je vais lui laisser la vie. Pour l'instant. Mais... Pas sans contrepartie, évidemment. Pas pour toi, mais par curiosité. Tout se paye...**

Sur cette diatribe énigmatique, les Ombres lâchèrent Syld, lui laissant le plein contrôle de ses mouvements. Mais autour de Sendaë, elles s'activèrent un peu plus, tourbillonnèrent dans un flou indiscernable, la masquant au regard de l'assassin. L'une d'elles, une minuscule parcelle du mur, s'en détacha et s'infiltra dans le corps de la Dédrane, forçant sa bouche comme un parasite vindicatif. Puis le mur se rétracta, laissant la jeune femme bouger comme elle le voulait. Vivante, entière, avec un tout petit ajout du cru du Souverain. Une parcelle d'Ombre d'un type spécial, parfaitement contrôlée par le Roi, qui allait rester indéfiniment et inextricablement liée à l'âme de la Dédrane, sans qu'elle le sache ni le sente. Sans l'attaquer, sans la ronger de l'intérieur comme le faisait la précédente. Une Ombre capable de voir, d'entendre, de situer la jeune femme où qu'elle soit et quoi qu'elle fasse, la transformant en une formidable espionne malgré elle et sans le savoir.


Devant le souverain, Fanaa attendait, semblant perdue, d'une fragilité dérisoire au milieu de l'immense salle du trône. Telle une enfant attendant la punition de son père. Elle fixait le souverain, attendant une réaction de sa part, ne voyant de lui que ses vêtements noirs, sa capuche sans visage et ses gants de cuir. Sans le montrer, Sentence l'étudiait sous toutes les coutures, toutes les Ombres de la salle, son sanctuaire, le cœur de son pouvoir, à l'affut. La voix retentit de nouveau, dans l'esprit de Fanaa cette fois.

**Tu m'intrigue. Tu es détentrice d'un pouvoir spécial, qui m'est inconnu, et dont tu n'as ni conscience ni maîtrise. Qui es-tu ?**

Le ton était doux, curieux, mais derrière planait la menace sous-jacente. Le Souverain était parfaitement maître de son pouvoir, et sûr de lui. Il pouvait, d'une pensée, la détruire entièrement, l'annihiler comme il aurait écrasé un insecte insignifiant d'un doigt vengeur. Il le savait, mais quelque chose le poussait à étudier, à chercher à comprendre, cette chose dont il ne saisissait pas la source, mais dont il devinait l'importance insoupçonnée. Il se sentait comme un chercheur se retrouvant devant un livre renfermant la clef d'un immense savoir, mais écrit dans une langue inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeLun 9 Fév 2009 - 20:39

Les iris de Fanaa bleuirent.

- Je... vous intrigue? Elle semblait troublée. Vous devez vous tromper de personne. Je n'ai pas vraiment de pouvoir sinon celui de danser. Et aussi... elle baissa la tête. De m'attirer des ennuis je crois. Vraiment, ce ne peut pas être de moi dont vous parlez.

Fanaa n'avait pas peur mais elle se sentait mal à l'aise. Elle était tout de même en présence du Roi de Shalanos. Dire qu'il était un personnage important eut été un doux euphémisme. Et elle se trouvait en tête à tête avec lui, sans savoir comment réagir. Il y avait sûrement des codes de conduite à respecter dans ces moments là. Mais elle n'en avait jamais appris aucun. De plus en plus mal, la jeune fille se tordait les mains, en proie à une nervosité croissante. Elle se préparait à demander pardon au souverain de son manque de connaissances dans le domaine de l'étiquette, quand elle se sentit reléguée au dernier rang de son propre esprit.

Lorsqu'elle releva le visage, ses iris étaient devenues d'un violet intense, presque translucide. Il semblait qu'en plongeant le regard dans ces joyaux, on pouvait aller effleurer l'infini. Elle fixait le souverain sans ciller et l'ombre d'un sourire se dessina sur son visage.


- Et bien cher Sentence du clan des Vol'Drak, ayant fui la lune rouge, sache que tu as face à toi une descendante des Chandlune, ayant fui la lune bleue à la même époque. Tu ne dois pas te rappeler de notre existence, si tant est que tu en aies eu vent. Les vôtres ont refusé de nous transporter et nous avons dû voyager par nos propres moyens. Cette tâche s'est avérée plus ardue que prévue mais nous y avons réussi. Et nous ne vous en gardons même pas rancune.

Elle croisa les bras sur sa poitrine, se tenait droite et fière. Visiblement, elle estimait que Sentence devait saisir comme une grâce le fait qu'elle ne lui en veuille pas. L'aura de douceur et d'humilité que le souverain avait pu percevoir autour de Fanaa s'estompait petit à petit.

- Je vois que tu as fait du chemin depuis lors. Tu es devenu un roi. Tu as un peuple. Tu as une vie qui s'éternise. Tu n'es pas heureux car tu penses que le bonheur est une faiblesse, mais je pense que tu peux te sentir comblé n'est-ce pas?

Son regard se fit aussi dur que le plus dur des diamants. Son ton était des plus fermes et sans appel lorsqu'elle prononça :

- Il faudra t'en contenter. Ce pouvoir n'est pas pour toi. Oublie tout de suite ce que tu avais en tête, quoi que ce fut.
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Maître du jeu
Narrateur

Réputation : 112

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeLun 16 Fév 2009 - 19:52

Le Souverain observait, scrutait la jeune femme qui se tenait devant lui. Il l'écoutait parler en étudiant la moindre modulation de sa voix, cherchant son origine et son passé à travers tout cela. Mais il n'eut pas besoin de chercher bien longtemps... Un esprit plus ancien et plus puissant prit possession du corps de Fanaa, et parla par sa bouche, lui révélant le secret de ses ancêtres... Bien proche des siens, en vérité. Un léger rire secoua la cape noire.

- J'ai, de toute évidence, fait un peu plus de chemin que toi. Mais nous ne sommes pas là pour parler de mon passé. Ce qui m'intéresse est la situation actuelle, et ton apparition est quelque chose d'aussi inattendu qu'intéressant. Ce corps héberge plusieurs âmes, dirait-on... Aussi différentes l'une de l'autre qu'elle peuvent l'être...

Du bout de ses doigts, le Souverain caressait négligemment l'un de ses accoudoir de pierre. De toute évidence, il réfléchissait à mesure qu'il parlait.

- Quand au pouvoir qui t'habite... L'esprit de Fanaa n'en a même pas conscience, n'est-ce pas ? Elle assimile cela à de la danse, la chère enfant. Quelle naïveté, quelle fraîcheur malgré ses terribles secrets ! L'enfance qu'elle a vécu... Aurait pu, aurait du la détruire... Et elle ne cherchera même pas la vengeance, même si elle prends conscience de ses pouvoirs, n'est-ce pas ? Haha...

Tu dis qu'il n'est pas pour moi... Qu'en ferais-je ? Je suis déjà tout, ici. Je peux t'écraser, malgré toute ta puissance, car je suis non seulement un descendant de lunaire aux pouvoirs décuplés par l'elixia, comme toi, mais aussi bien plus que cela... Ne le ressens-tu point ?

Je ne suis plus humain... Je suis différent, et ce depuis longtemps. Finariel et Belo ont encore augmenté ma puissance depuis, alors comment peux-tu espérer me résister, quelque soit ce que j'ai envie de faire de toi ?

Tu as réussi à tromper la vigilance de mes Ombres en en absorbant une... Mais moi, je ne t'ai jamais perdue... Et échapper à la mort par ce biais...

Les doigts du souverain s'écartèrent, et une onde parcouru la salle, faisant vaciller la flamme des torches. Dans le corps de Fanaa, l'Ombre s'agita, s'étir, se renforça, faisant vaciller les défenses magiques qui la retenait prisonnière.

...n'était pas le meilleur moyen de m'échapper...
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeMar 17 Fév 2009 - 15:46

La Danseuse posa un regard dépité sur le Roi et secoua doucement la tête.

- Sentence, voyons. Qu’essaies-tu de faire ?

On se serait attendu à ce qu’elle ajoute « petit garnement » à la fin de sa phrase au vu du ton qu’elle employa. Elle le sentait renforcer la part d’ombre enfermée en Fanaa. Il voulait reprendre ce contrôle qu’il se croyait incapable de perdre.
Elle tendit la main et y apparut l’ombre, se tortillant comme un petit reptile.


- C’est cela que tu cherches ? Je n’en ai plus besoin.

Elle souffla dessus et l’ombre devint lueur un court instant puis ne fut plus du tout et elle secoua négligemment la main pour bien montrer qu'il n'y avait plus rien.

L’esprit habitant la Danseuse se sentit lassé. Elle avait imaginé sa rencontre avec quelqu’un partageant les mêmes origines plus constructive et intéressante. Mais cela tournait à une quelconque démonstration de force.

Le Roi était un être imbu de lui-même et il avait de quoi l’être : il était réellement extrêmement puissant, quand bien même il oubliait qu’il n’était ni immortel, ni invincible. Mais qu’il garde ses illusions était pour le mieux. Adreis avait besoin de lui et il serait plus utile en ayant foi en lui-même qu’en étant frustré par la réalité.

La Chandlune temporisa le début d’agacement qu’elle sentait poindre et se força à prendre une voix calme.


- Si tu as fait plus de chemin, comme tu dis, c’est simplement que tu as commencé à avancer avant moi. De plus, ne poursuivant pas les mêmes buts, nous ne suivons pas la même route. On ne peut pas vraiment comparer nos deux parcours. Et ce n’est pas une course, Sentence.

Le Souverain devinait beaucoup de choses… et en ignorait d’autres. Son interlocutrice hésitait à compléter son savoir, redoutant ce qu’il en ferait, comment il le comprendrait.

Sentence agissait comme un serpent ayant enfermé une pauvre souris dans l’un de ses anneaux, le resserrant lentement afin de la déstabiliser, la terroriser. Seulement la Chandlune n’était pas impressionnée, elle l’observait démontrer sa supériorité en se demandant qui d’eux deux avait le plus vécu au final.

Lassée de son manège, elle décida d’être franche.


- Sentence tu agis comme un enfant qui craint de perdre sa place à la tête de sa bande. Ce n’est pas seulement ton intérêt ou celui de ton peuple qui est en jeu. Tu dis être « tout » ici, soit. Mais c’est parce que tu es ici, justement. Terré sous le Dregnir. Si tu sortais au grand jour, les données seraient changées. Mais baste, je fais presque la même chose alors il ne me viendrait pas à l’idée de critiquer ta façon de faire. Si elle te convient tant mieux.

Elle fit une pause et reprit avec un timbre adouci.


- Non, elle ne cherchera pas à se venger. L’un de ses bourreaux est mort de toute manière et elle craint beaucoup trop celui qui reste. Elle ne s’imagine pas se rebeller. Elle s’occupe de survivre et c’est déjà bien.

Elle hésitait à jouer carte sur table. A le dire au Souverain. Le scrutant de haut en bas, elle tenta de le jauger. Il pouvait autant protéger Fanaa que lui nuire. Il en avait le pouvoir et jouissait d’avoir la possibilité de choisir le seconde solution. C’était celle qu’il choisissait toujours car elle était sa façon de rappeler à tous son rang et son pouvoir supérieur à tout autre.

Ancrant son regard violet infini à la pénombre de la capuche, elle tenta quand même quelque chose.


- Son nom aurait pu être Elixia.

S’il comprenait le message, si il devinait ce qu’elle était, il ferait quelque chose. Pour elle ou contre elle.
S’il ne saisissait pas l’allusion… et bien tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Maître du jeu
Narrateur

Réputation : 112

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeDim 22 Fév 2009 - 22:05

Jouer au chat et à la souris avait toujours été un jeu fort divertissant pour Sentence. Il avait été confronté à nombre de fortes têtes, parfois très puissantes, mais jamais autant que celle-là. Lorsqu'elle anéanti l'Ombre, la curiosité pris un peu plus le pas dans l'esprit du Souverain. Il croisa de nouveau les mains devant lui, et se redressa légèrement dans son fauteuil.

- Pardonne moi pour ce petit jeu. Tu comprends que je me devais de vérifier un peu l'étendue de ton pouvoir, avant de pouvoir discuter franchement. Nous avons tous nos petits divertissements

Un silence qui n'attendait pas de réponse suivit. Le ton du Roi, d'amusé devint soupçonneux.

- Qu'attends-tu de moi, en me disant cela ? Que je la protège ? Au nom de notre origine commune, peut-être ? Ou du fait qu'elle soit d'une nature plus particulière, pas tout à fait humaine ? Que je l'éduque, que lui apprenne à maîtriser ses pouvoirs ? Représenterais-t-elle un danger, si elle n'apprend pas ? C'est cela que tu essaye de me dire ? Pourquoi me l'a-tu amené ?

Il y a quelque chose de plus, n'est ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeLun 23 Fév 2009 - 0:58

La Danseuse haussa un premier sourcil de surprise aux excuses du souverain. Bien. Il la traitait donc enfin à égal. Son second sourcil se leva à la fin de la tirade de Sentence. Comment cela "pourquoi me l'as ru amenée?" Avait il déjà oublié que c'était lui et lui seul qui l'avait attirée ici?
Bien. Reprendre du début.


- Je suis soulagée de voir que nous pouvons discuter. Tout d'abord, je me présente, je me nomme Altarielle. Je connais ton nom, il est normal que tu connaisses le rien même si cela n'apporte rien. Question de courtoisie. Je... Je...

Son visage se déforma, plusieurs expressions se montrèrent, il y avait une lutte.

Fanaa posa de grands yeux angoissés sur le Roi.


- J'ai mal à la tête... Qu'est-ce que vous faites? C'est bizarre...

La lutte intérieure fut visible quelques minutes puis disparut.

Altarielle reprit le plein contrôle du corps et une ombre voila son regard.


- Je l'ai rendormie. Il vaut mieux... -elle soupira- qu'elle ne sache rien.

Elle baissa la tête, porta la main à son front, soupira longuement et quand elle se redressa elle avait retrouvé son aplomb, son calme.

- Sentence je ne te l'ai pas amenée. Tu l'as fait venir ici, rappelle toi. Et il a bien fallu que je vienne alors, elle était entrée dans la fosse du serpent. Je n'allais pas la laisser seule, d'autant que je ne sais pas ce que sa destruction aurait entrainé. Peut être juste les ruines de ton palais. Ou alors l'effondrement du Dregnir. Peut être pire.

Elle le regardait droit dans ses yeux invisibles.

- Je n'attends rien de toi mais c'est proposé si gentiment.

Son ton était mi-ironique et un demi sourire s'installa sur son visage.


- Ta proposition d'être son professeur est très généreuse... mais tu en profiterais pour la modeler à ton envie n'est-ce pas?

Elle secoua la tête et eut un petit rire.

- Je ne t'en blâmerais pas. Tu aurais une réaction normale. Tu pourrais y apposer ta marque. Ce serait... une sécurité.

Un silence passa. Altarielle hésitait toujours à parler. A partager avec le Roi des Shalos ce qu'elle savait. Elle continuait de redouter ce qu'il adviendrait ensuite. Il était prêt à l'écouter. Mais après? Qu'y aurait-il après?
Elle fit un geste de la main et un siège sombre parut derrière elle. Elle s'y installa, le dos bien droit contre le dossier, les bras sur les accoudoirs, le port de tête altier et son attitude générale très digne. Elle semblait elle-même une Reine.


- Tu as raison, elle n'est pas tout à fait humaine. Moi-même je ne sais pas tout et je cherche encore une raison à ce qui est arrivé mais la preuve est sous tes yeux. C'est arrivé. Fanaa est une source d'Elixia.

Alors que Sentence ouvrit la bouche pour répliquer, elle fit un geste pour lui demander de ne pas l'interrompre et il la laissa continuer.

- Nous savons tous deux que l'Elixia pure ne vient que du coeur d'Adreis, les sources des coeurs des 3 lunes ayant été annihilées avec elles.

Sa voix se brisa. A chaque évocation du cataclysme elle se le remémorait... Mais elle se reprit bien vite.

- Quelques rares créatures peuvent avoir muté et posséder une infime quantité d'Elixia en elles. Mais si le coeur d'Adreis était de nouveau scellé, leurs petites réserves ne feraient pas long feu. Fanaa en revanche, n'est pas une source d'appoint. Elle est LA Source Ultime. J'ai quelques doutes quant à la façon dont c'est arrivé mais rien de sûr.
Le monstre qui s'imagine l'avoir créée n'a pas su estimer son réel potentiel, elle est bien au-delà de ce qu'il croit. Si le coeur d'Adreis avait pris forme humaine, voilà ce qu'il donnerait. Et en cette petite danseuse insignifiante que tu vois se cache plus d'énergie et de puissance qu'aucun de nous ne l'imagine.
Si tu la détruis, pour peu que tu y arrives ce qui est plus qu'incertain, les effets ont beaucoup de chance d'être désastreux. Tu pourrais imaginer de l'enfermer quelque part et la ressortir au besoin. Mais je ne te laisserai pas faire. je tiens à ce qu'elle reste libre.
Je ne sais pas si elle peut apprendre à se servir de ce qui se cache en elle. J'avoue que cette idée me déplaît mais j'admets que je manque de données pour donner une réponse éclairée, objective.

Je ne comptais pas te demander quoi que ce soit. Mais si tu as une suggestion, maintenant que tu sais ce que je sais, je t'écoute.

Comprenait il seulement la portée de ce qu'elle lui disait? L'enjeu de la simple existence de Fanaa?
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Maître du jeu
Narrateur

Réputation : 112

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeMar 24 Fév 2009 - 2:41

Une intense réflexion occupait l'esprit du Roi, tandis qu'à l'extérieur, les Ombres s'agitaient, fébriles...

- C'est... inattendu. J'avais deviné que Fanaa représentait bien plus que ce qu'elle ne le semblait au premier abord, mais à ce point là...

Le souverain se leva dans un froissement de soie, et descendit les marches comme s'il flottait au dessus, jusqu'à se retrouver face à la jeune femme. Qui n'avait de jeune que l'apparence, d'ailleurs. De sous la capuche, il la fixait avec une intensité effrayante comme s'il cherchait à voir à travers elle le destin qui l'attendait et la force cachée au plus profond d'elle.

Les mains croisées derrière le dos, il se mit à arpenter lentement la pièce, tournant autour de Fanaa.


- Une source d'Elixia infinie... C'est alléchant, mais je doute que quiconque à part elle-même puisse réussir à appréhender et domestiquer un tel pouvoir. Et si Valnor apprenait cela...

Une pause dans la ronde silencieuse, et le ton du souverain devint beaucoup plus sombre.

- Cela pourrait signifier notre fin à tous...

un soupir.

- Tu me mets face à un sacré dilemme, Altarielle. Je pourrais, bien sûr, m'en occuper, tenter de l'éduquer et surtout la cacher. Shalanos est certainement l'un des endroits les plus sûrs pour cela, et je suis certainement l'un des seuls êtres -en dehors des trois lunaires- à pouvoir éventuellement contenir son pouvoir si elle perd le contrôle.

Mais... un tel pouvoir entre des mains si jeunes et si instables... n'est ce pas trop dangereux ? Ne serait-il pas préférable de faire appel à Finariel et à Belo, et de sceller définitivement son pouvoir ? Encore que, je doute que cela soit possible. Et si on ne peut ni la détruire ni l'emprisonner...

Le Roi lâcha un soupir. Tout en continuant à marcher à travers la salle du trône, le souverain se parlait à lui-même, rassemblant ses idées, chacune soulevant un nouveau problème... Les Ombres, quand à elles, tremblaient, semblaient fourmiller dans le moindre recoin. L'une d'elle se détacha de la paroi et vint se glisser le long de la cape noire du Souverain, montant jusqu'à son bras autour de laquelle elle se lova comme une serpent, mouvante comme un fluide.
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeMar 24 Fév 2009 - 20:55

Elle avait donc toute son attention. Sentence la prenait au sérieux et elle n'était plus seule à se pencher sur cet épineux problème. C'était... un soulagement quelque part. Elle eut un sourire triste.

- Tu es le seul à part moi à connaître son secret. Et je suis... désolée quelque part de l'avoir partagé avec toi.

Elle ferma les yeux et renversa sa tête en arrière.

- Elle sait qu'elle est à l'abri ici. Elle le sent. Pour elle le danger réside partout ailleurs que dans Shalanos. Ce qui l'amène à des actions inconscientes parfois.

Le secret le mieux gardé est celui qui est le moins partagé. Si aucun de nous ne parle de ceci à personne, alors nul ne pourra transmettre l'information à Valnor. Il est si occupé à sa conquête qu'il ne peut perdre de temps à courir après un phénomène qu'il n'imagine même pas.

Pour ce qui est de la sceller...

Altarielle ouvrit les yeux, fixa Sentence et lui tendit la main.

- Touche moi.

On ne pouvait deviner l'expression du roi sous sa capuche mais elle pouvait l'imaginer plutôt surpris de cette demande. Elle se mit debout.

- Je veux tenter une expérience. Touche moi, et essaie de lancer un sort minime. N'importe quoi. Je jouerai le rôle de la Source, ce rôle pour lequel Iskandar croit l'avoir créée. Et là tu sauras. Tu sauras vraiment ce qu'elle renferme. Tu comprendras pourquoi, étant en elle, je n'avais pas à craindre tes menaces.

Les yeux d'Altarielle brillaient d'un éclat un peu fiévreux. Si elle n'avait eu son attitude toujours aussi digne, son geste aurait pu ressembler à une sorte d'appel à l'aide. Son corps se trouvait bien loin d'ici et pourtant projeter son esprit en Fanaa avait été d'une facilité déconcertante. De même que détruire l'ombre. Ce pouvoir était enivrant, il faisait perdre la tête. Jusqu'alors, elle n'y avait pas encore goûté. Elle résistait à en jouer, à l'utiliser à des fins personnelles. Et elle luttait contre cette envie. Même si cette puissance pouvait peut être faire d'elle aussi une Reine, même si, au lieu de continuer sa vie de privation dans une vallée morte, elle aurait pu, elle aussi être investie d'un royaume, de responsabilité... et de compagnie.
Résister était dur, mais elle avait assez de volonté pour y arriver. Etrangement c'était ce face à face avec le Roi qui renforçait sa volonté. Et elle allait partager, le temps de quelques instants, le puissance sauvage de l'Elixia bouillant en Fanaa.
L'utiliser était comme puiser dans le coeur brut d'Adreis. Toute cette puissance non canalisée à portée... c'en était effrayant.


- Je te conseille de préparer un bon bouclier. La première fois on n'arrive pas à se contrôler et ça secoue.
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Maître du jeu
Narrateur

Réputation : 112

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeMer 25 Fév 2009 - 20:01

L'invitation d'Altarielle était très tentante. Trop pour que le Souverain y résiste, malgré sa méfiance envers une telle source d'énergie probablement impossible à maîtriser entièrement. Fébrile, Sentencejoigni les mains puis les écarta dans un mouvement grâcieux, formant autour de lui un bouclier invisible.

Il n'avait pas utilisé les Ombres, car il les savait trop fragiles pour cela : il leur avait préféré l'Elixia des ténèbres dans sa version pure, bien plus puissante et docile. Quand on savait la maîtriser, bien entendu.

Il s'était arrêté face à la jeune femme, et la fixait toujours. Mettant de côté les doutes qui le tenaillait, poussé par sa soif de savoir, le souverain tendit la main vers celle d'Altarielle et s'en approcha lentement...


- Le gant que je porte n'atténuera pas le flux, si tu te pose la question.

Enfin, il rentra en contact avec peau fraîche de la jeune femme, qu'il sentait parfaitement malgré le dit gant, dont la nature était un autre des petits secrets du Roi. Sous la peau, il senti une puissance brute incroyable, tout juste restreinte dans le frêle corps qu'elle habitait. C'était un miracle que Fanaa ne rayonne pas purement d'énergie comme un artefact vivant. Ce qu'elle semblait être, réflexion faite.

Avec appréhension, le souverain lança un sort d'une puissance dérisoire, un simple souffle qui devait être suffisamment léger pour coucher la flamme des torches et éteindre quelques chandelles.
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeLun 2 Mar 2009 - 1:13

Il n'y eut pas vraiment de surprise dans le fait que le petit sort lancé par Sentence voie ses effets décupler. Certes, peut être ne s'attendait il pas tout à fait à la violente tempête qui déferla au sein même de son palais. Altarielle avait plutôt imaginé une tornade mais l'effet alla bien au-delà. Fort heureusement, la vaste salle n'était que chichement meublée pour ne pas dire vide. Toutes les chandelles furent non seulement soufflées mais aussi arrachées du mur. Le siège d'Altarielle fut projeté avec violence et s'éclata contre le sol. Le trône du Souverain, lui, ne bougea pas. Il était fait de pierre et faisait partie intégrante du palais. Ces effets-là étaient prévisibles, la lunaire ayant prévenu le Roi du risque encouru. Ce qui fut une totale surprise par contre, ce fut lorsque les murs de la grande salle prirent une teinte jaune canari du plus aveuglant effet. La pièce s'en trouva ainsi agrandie et illuminée. Les ombres, ne trouvant plus aucun recoin où s'abriter filèrent en tous sens, affolées, tellement à découvert dans cet environnement devenu terriblement hostile en un instant à peine. On les entendait presque gémir de peur. Même si, bien sûr les ombres de gémissent pas. Ce n'était pas vraiment un son, plutôt une sensation.

La lunaire cligna des yeux, au moins aussi atterrée que Sentence par l'effet secondaire totalement illogique de l'affaire. Le Roi avait légèrement hésité, méfiant quant à ce qui allait se dérouler sous ses yeux et entre ses mains. Peut-être que cela avait-il joué. De plus, l'Elixia de Fanaa était totalement brut et pas tout à fait identique à celui d'Adreis, celui dont Sentence avait une maitrise quasi-parfaite. A moins que l'énergie de Fanaa n'ait des effets aléatoires.
Altarielle rompit le contact avec le Roi et en un clignement d'yeux, la vaste salle recouvrit son aspect d'origine, les chandelles revinrent à leur place et surtout, la pierre du dregnir retrouva son noir naturel.

Et Altarielle se mit à rire. Cet écoulement de pouvoir brut en elle, tout cette puissance à portée la grisait, la rendant euphorique. Son rire clair résonnait dans le palais. Comment ne pas se sentir ... bien? Non mieux que bien ! Tout était si facile!
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeMar 3 Mar 2009 - 13:32

Comment? C'était déjà fini de jouer? Cerise était déçue. Elle avait beaucoup aimé son idée de repeindre la salle. Elle l'avait totalement transformée! Les couleurs, avaient un pouvoir, Cerise adorait les couleurs!

Hélas, Altarielle, bien trop respectueuse avait en moins d'un instant rendu à la vaste pièce son aspect d'origine si sombre. Cerise était déçue. Elle boudait un peu. Mais sans tourner le dos, elle observait ce qui se passait, à la recherche d'une nouvelle espièglerie à commettre. Altarielle était concentrée sur Sentence et ne s'occupait pas d'elle. Si la lunaire avait accès à la source de pouvoir en Fanaa, Cerise aussi, c'était évident. Mais comment s'en amuser sans se faire remarquer? Pas facile.

Elle soupira. Ce n'était pas drôle d'être enfermée.
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Maître du jeu
Narrateur

Réputation : 112

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeDim 8 Mar 2009 - 15:52

Autant la tempête ne surpris pas vraiment Sentence, qui s'attendait plus ou moins à cela, autant le changement de couleur le choqua, le laissant abasourdi par l'illogisme de l'affaire. Fort heureusement, avant qu'il ne réalise pleinement que l'effet pourrait être définitif, Altarielle rompit le contact et la salle retrouva son habituelle et "rassurante" couleur noire.

Le souverain croisa les bras, ne sachant comment prendre tout cela. Avec des pincettes, en tout cas ! Il ne prit pas ombrage du rire soudain de la jeune femme, qui l'aurait surement prit lui aussi s'il n'y avait eu cette histoire de couleur.


- Ce n'est pas qu'une source de puissance, dirait-on. J'ai sentit le flux qui passait à travers ces doigts, et il était parfaitement contrôlé, hormis en puissance. L'afflux était parfaitement dirigé, il n'était simplement pas maîtrisé. Comme un barrage qui se rompt dans un canyon. Il y a une composante aléatoire là-dedans, mais ça ne vient pas de l'énergie elle-même. Elle a beau être légèrement différente, elle se manie exactement de la même façon. La preuve, c'est que tu arrive à faire ce que tu veux : tu as parfaitement remis la salle en place, alors que ce n'était pas qu'une simple illusion.

Et tant que cette part d'aléatoire est là... Fanaa est incontrôlable par quelqu'un qui n'est pas à l'intérieur même de ce corps, j'en ai peur.
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeMer 8 Avr 2009 - 17:39

Altarielle réprima une pointe d'agacement.

- Ta sagacité légendaire m'étonnera toujours. En effet, c'est aléatoire et pour la contrôler, le plus facile est d'être en elle. Seulement ce n'est pas ce que je cherche. je ne souhaite pas la donner à n'importe quel mage qui s'en amuserait. Elle n'est pas un jouet, elle n'est pas qu'une source, une arme. Elle a un coeur, un corps, une personnalité. Je ne désire pas détruire ce qu'elle a eu du mal à construire.

La Magicienne se tut. Titiller la corde sensible du Roi n'était pas la meilleure façon de faire. Le Souverain de Shalanos était un Grand Être et préférait se dire au-dessus de tout cela.

Elle le regarda droit dans les yeux qu'elle ne pouvait voir, cachés qu'ils étaient dans l'ombre épaisse de la capuche.


- Je ne sais que faire d'elle. Si elle est née ainsi, puissante et incontrôlée, peut-être que c'est pour jouer un rôle dans cette guerre. Une histoire de destinée. Ainsi que la tienne est de mener et protéger ton peuple. Seulement je ne peux me résoudre à faire une confiance aveugle en ce destin. Quand je vois là où ils nous a menés.
Sentence, je te demande de ne pas l'enfermer. Tu peux la former ou la laisser à l'état brut si tu le désires. Juste... ne la détruis pas. Les effets en seraient... terribles. Même pour toi.
Il faut que je parte, que je rentre chez moi. Mon "peuple" s'agite. Fais ce que bon te semblera. Mais évite de partager ce savoir. Ne répands pas ce que tu sais. c'est bien trop risqué.
Je vais la faire sortir d'ici. Tu la rappelleras quand tu le voudras. Tu sais comment faire.

La Lunaire inclina la tête devant son compatriote. En se relevant, elle haussa un sourcil étonné avant de tendre la main vers la capuche du Roi. Altarielle saisit un petit éclat jaune qui s'y trouvait et, le ramenant vers son visage, elle reconnut une toute petite plume.
Elle leva un regard plein d'incompréhension vers Sentence et secoua doucement la tête. Décidément...

Enfin elle prit congé et se dirigea vers la sortie. Tout en marchant, la Magicienne renforçait les défense de Fanaa, afin au possible d'empêcher, sinon les intrusions comme celle de Sentence ou la sienne, la prise de contrôle.

En quittant le corps de sa petite fille, Altarielle lui donna l'équivalent d'une caresse mentale et réintégra son propre corps. Quand elle ouvrit la yeux, la Lunaire ressentit les effets de son escapade. Elle n'avait plus la force infinie de Fanaa et sentait la fatigue. Elle se demandait si elle avait bien fait de partager son secret. C'était sûrement mieux ainsi. Elle était bien trop loin pour être présente. De plus, cela lui avait permis de rencontrer un autre Lunaire et ainsi, de se sentir moins seule, ne fut-ce que quelques minutes. Quelques précieuses minutes.


Fanaa cligna des yeux. Il y avait de la brume dans sa tête, elle avait du mal à se rappeler de ce qui s'était passé. Elle sentit une étreinte rassurante et entendit une voix dans sa tête : "tu as promis". Puis elle s'endormit.

Et Cerise, enfin de sortie, se mit à gambader gaiement, quittant la proximité du palais noir pour retrouver les rue de la ville des Ombres.
Revenir en haut Aller en bas
Syld
Shan of the Dead
Syld

Réputation : 1428

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: palais   Palais de Sentence Icon_minitimeDim 12 Juil 2009 - 23:57

Fanaa a écrit:
Fanaa leva les yeux. l'imposant palais noir les écrasait de toute sa puissance spirituelle. C'était impressionnant. Il semblait encore plus immense.

- J'y suis déjà allée. Je me suis cachée dedans pour échapper à l'homme sans visage. Mais après... je n'ai pourtant rien fait de mal. J'ai été respectueuse.
Elle parlait tout bas en se torturant l'esprit à la recherche de ce qu'elle avait bien pu dire ou faire pour mettre le Souverain en colère... mais rien. Elle en était sure !


- Dis plutôt que tu ne te souviens pas avoir fait quelque chose qui sorte de l'ordinaire, soupira Syld. Ce ne serait pas la première fois, il me semble.

Il resta un instant à contempler l'écrasant portail noir qui se dressait devant eux.

A Shalanos, il y avait toujours de l'activité, un brouhaha qui ne tenait aucun compte du cycle jour-nuit mais qui à part ça n'était guère différent de la rumeur qui baignait chaque ville importante. Mais dès qu'ils avaient franchi l'istme qui rattachait la presqu'île du palais au reste de la cité, ce bruit avait disparu, dévoré par un silence tout juste troublé par les clapotis du lac.

Syld avala sa salive puis jeta un coup d'oeil à gauche et à droite. Pas trace de garde. Pourtant il devait y en avoir. Il sentait le poids d'yeux sur leur petit groupe, sans pouvoir déterminer où se tenaient ceux qui les observaient.
Le jeune homme fit un pas en avant, et l'immense porte à double battant s'ouvrit en silence devant eux. Apparemment, on les attendait déjà.

A bien y regarder, on pouvait se demander si c'était Fanaa qui se raccrochait à la main du brigand, ou bien l'inverse, tandis qu'ils s'avançaient dans un couloir éclairé par une volée de torches à la flamme bleuâtre. L'assassin n'avait pas vraiment l'air dans son assiette.

Le corridor s'élargit sur une vaste salle occupée par une forêt de colonnes. Une haute porte se devinait, tout au bout, entre les piliers. Deux couloirs plus modestes ouvraient leur gueule, dans chacun des angles au fond de la vaste pièce, pourtant Syld semblait littéralement hypnotisé par la porte monumentale.
Il fit malgré tout un effort pour balayer les lieux du regard.


- Il devrait y avoir une espèce d'intendant auprès duquel nous devons solliciter une audience, pas loin...

Il déglutit péniblement, la gorge soudain sèche comme du parchemin.

- ... enfin je crois que c'est comme ça qu'on procède.
Revenir en haut Aller en bas
Soghann

Soghann

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeLun 13 Juil 2009 - 0:14

Soghann était resté silencieux tout le long du trajet, appréhendant le moment où ils allaient être confrontés au Roi. Il avait posé sa marque sur Fanaa, il avait donc quelque intérêt à la protéger. Comment allait-il réagir en la voyant acoquinée avec eux ? Enfin, en partant de l'hypothèse de moins en moins probable qu'il ne soit pas déjà au courant.

Lorsqu'il releva la tête, émergeant de ses pensées, il se trouvait devant les formidables portes du palais. Il s'en dégageait une aura de puissance effroyable, d'autant plus intense qu'ils étaient proches. Le groupe s'immobilisa, comme s'ils étaient encore indécis sur la conduite à tenir. Le fallait-il vraiment ? Puis la porte s'ouvrit, et ils entrèrent comme s'il s'agissait d'un ordre incontestable.

Alors qu'ils avançaient vers une nouvelle porte, un soldat de la Phalange noire se dirigea vers eux. Enfin, "apparut" serait un mot plus adéquat.

Sa démarche, presque aérienne, ne produisait aucun bruit, comme s'il flottait plutôt qu'il ne touchait le sol. L'air, comme la gravité, ne semblaient offrir aucune résistance à ses mouvements. Son visage était masqué et l'on ne voyait que ses yeux. Des yeux si sombres, que l'on avait presque du mal à les discerner. Sa tenue était intégralement noire, de cuir et de métal. Une ceinture ornée tenait le fourreau d'une épée recourbée, qui paraissait aussi dangereuse que son pommeau était ouvragé. Il fit un geste au groupe, et une voix sépulcrale se fit entendre.


- Entrez. Il vous attend.

Et, sans attendre de réponse, l'homme (mais en était-ce vraiment un ?) masqué disparu, aussi rapidement qu'il était venu. La porte s'ouvrit alors, sans un bruit ni aucun effort perceptible, comme poussée par une main fantomatique. Une énorme main.

Soghann jeta un regard vers ces compagnons. Ils n'avaient pas l'air rassurés... Mais, a leur décharge, lui non plus. Il déglutit avec un demi-sourire et haussa les épaules. Sur un ton légèrement fataliste, histoire de rompre le silence, il lança le sempiternel :


- Quand faut y aller...

et entra.
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Maître du jeu
Narrateur

Réputation : 112

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeLun 13 Juil 2009 - 0:34

Ils étaient entrés, enfin. Sentence, depuis son trône, commençait à se demander s'ils auraient un jour l'idée de venir jusqu'à lui. Finalement, la marque posée sur Fanaa n'avait pas été utile. Enfin, elle le serait certainement à l'avenir. Le Souverain, immobile, regardait les trois compères s'avancer dans l'immense salle. Il pouvait sentir leur coeur battre à tout rompre... Comme quoi, il restait tout de même un peu de la peur qu'il avait installé dans l'âme des Shalos. Justement afin d'empêcher la situation présente de ce produire.

Mais... Quelque chose avait cloché, entraînant sa réaction. Fanaa aussi avait été un imprévu. Tant mieux, après tout : la vie ne serait pas drôle si tout se déroulait selon les plans. Tant qu'on parvenait à les modifier suffisamment vite et bien pour parvenir malgré tout à ses objectifs.
Après tout, un stratège des temps anciens avait dit un jour :

"Il n'y a que deux espèces de plans de campagne, les bons et les mauvais. Les bons échouent presque toujours par des circonstances imprévues qui font souvent réussir les mauvais."

Cela, il avait eu l'occasion de le vérifier à maintes reprises. L'esprit du Roi revint se focaliser à l'instant présent. Les trois visiteurs se trouvaient maintenant au bas de son trône, à distance respectueuse. Le Souverain décroisa les doigts et fit un geste négligent de la main droite, comme pour congédier un serviteur. Un courant d'air coucha les dizaines de torches qui éclairaient l'immense salle, et la grande porte se ferma sèchement. Mais presque silencieusement. Sentence étudia ses sujets un moment, avant de parler de sa voix si caractéristique.


- Et bien, qu'avons nous là ? Que puis-je faire pour vous, chers sujets ?

La question était purement rhétorique : il connaissait très bien la réponse. Mais il fallait bien commencer par quelque part, et il était curieux de voir comment ils allaient expliquer tout cela.
Revenir en haut Aller en bas
Soghann

Soghann

Réputation : 870
Localisation : Taverne de Veis

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeLun 13 Juil 2009 - 12:45

Enfin arrivé devant le souverain, le groupe s'immobilisa. Soghann s'agenouilla, marquant ainsi respect et soumission à son Roi. Sa voix semblait assurée, malgré le fait qu'il n'était pas du tout à l'aise dans l'immense salle.

- Seigneur, nous nous présentons devant vous pour informer, et vous faire un présent.

Sans hâte, l'assassin plongea la main dans sa veste et en ressorti la pierre, qu'il présenta au Souverain. Qui n'eut aucune réaction. Sans se laisser perturber, le Shalos continua.

- Cette pierre provient de la Harpe Sacrée de Medievir. Elle est venue en notre possession de manière complètement fortuite, après que nous l'ayons découverte dans une cachette, où l'avait laissée celui qui était probablement le voleur.

Depuis, nous avons été poursuivis, espionnés, attaqués même, par des gens qui voulaient apparemment la récupérer. Nous nous sommes donc renseignés par nos propres moyens, afin de savoir qui pouvait bien vouloir cette pierre au risque de s'attaquer à nous, qui avons pourtant la réputation d'être dangereux.

Il s'est avéré que l'affaire remontait bien plus loin que nous le pensions. Il s'est avéré qu'il ne s'agissait pas d'un voleur ou même d'un groupe isolé, mais d'une véritable conspiration dont la hiérarchie remonte dans les hautes sphères de Shalanos.

Leur but, nous ne sommes pas parvenu à le découvrir. Cependant, nous savons que tout ceci se fait dans le dos du Maître de la Guilde des Assassins, qui est comme nous votre fidèle serviteur. Quelque chose qu'on s'emploie à vous cacher ne pouvant être que néfaste, et la Guilde étant devenu un endroit dangereux même pour nous, nous avons résolu de venir directement prendre audience auprès de vous.

Soghann jeta un regard en coin vers Syld, qui signifiait "j'ai bien résumé ?", et attendit la réaction du Roi.
Revenir en haut Aller en bas
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
Fanaa

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeLun 13 Juil 2009 - 13:01

Une fois qu'ils furent entrés et face - mais à un niveau plus bas - que le roi, les sentiments de Fanaa changèrent. Sa peur se mua en une sorte de colère. L'attitude hautaine et omnisciente du personnage lui déplaisaient fortement. Pourtant, pour quelqu'un d'aussi puissant, il était normal qu'il ne cache en rien qu'il se savait plus puissant que quiconque. Indétrônable. Pourtant, la Danseuse rejeta automatiquement cette façon d'être.
Il était certes puissant, mais injuste. Et puis, quelque chose l'empêchait de se laisser écraser par tant de prestance. Fanaa, têtue? ben voyons...

Elle lâcha la main de Syld de façon à ce que Sentence n'imagine pas une faiblesse chez l'un ou chez l'autre puis, après avoir incliné son buste en une révérence, elle se tint droite, debout et les bras croisés sous sa poitrine.

Elle avait beau chercher, impossible de se rappeler ce qui s'était passé quand elle était venue ici la première fois. Car sa terreur irraisonnée l'avait perdue. Cette fois, elle dompterait sa frayeur et resterait consciente.
Revenir en haut Aller en bas
Syld
Shan of the Dead
Syld

Réputation : 1428

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeLun 13 Juil 2009 - 17:34

Il choisirait ceux devant qui il s'inclinerait.
Il choisirait ceux à qui il obéirait.
Il n'obéirait qu'aux ordres qui lui conviendraient.

Telle était la ligne de conduite que Syld avait décidé de suivre quelques années auparavant, peu avant son arrivée à Shalanos. Il était peut-être né en tant que serviteur, mais il serait son propre maître à sa façon.

Il avait fini par accorder sa fidélité au souverain de Shalanos. Mais après, bien après...

Le jeune homme aurait voulu marquer son allégeance à son propre rythme. Mais ils s'étaient à peine immobilisés qu'il sentit sa nuque ployer, ses jambes se dérober comme sous une charge formidable. Ses genoux heurtèrent le dallage de la salle du trône avec un bruit sourd.

Syld ravala la vague de révolte qui montait en lui. C'était le prix de la première "faveur" que Sentence avait bien voulu lui accorder. Une précaution, aussi.

Le regard baissé vers le sol, l'assassin put voir ses griffes qui avaient commencé à se former, en réponse au chaos de sentiments contradictoire qui l'habitait.
On les avait laissé entrer avec leurs armes. Marque de confiance ou simple test ?
Le brigand ne se faisait pas d'illusion à ce sujet. Le roi utilisait ses "chers sujets" comme des pions. Et là, il s'amusait d'eux : avant même qu'ils aient ouvert la bouche, le souverain savait déjà ce qu'ils avaient à dire. Pourtant il les laissait parler, rien que pour voir comment ils s'en tiraient.

Reprenant une inspiration, Syld serra les poings sans se préoccuper des dix lames qui peinaient à reprendre leur forme neutre, puis releva la tête.

Il avait accordé sa fidélité à Shalanos. Et Shalanos faisait autant partie de Sentence que Sentence faisait partie de Shalanos. C'était aussi simple que cela.

Un regard du côté de Fanaa finit de le calmer : la frêle demoiselle restait debout d'un air crâne, avec un mélange d'inconscience et de courage tout à fait inattendu. Il aurait presque pu se prendre à l'admirer. Etrange petite Fanaa...

Ayant pleinement retrouvé la maîtrise de ses sens et de ses pensées, le jeune homme répondit au coup d'oeil de Soghann par un léger signe de tête.
Soghann n'avait formulé aucune accusation directe, mais son récit était construit de telle manière qu'on ne pouvait avoir aucun doute sur l'identité de la personne qui semblait à la tête de cette conspiration.

En l'état des choses, ils ne pouvaient guère en dire plus.
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Maître du jeu
Narrateur

Réputation : 112

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeMer 15 Juil 2009 - 18:44

L'impassible Souverain resta coi pendant un temps indéterminé, qui parut infini aux trois visiteurs. Enfin, un petit ricanement s'échappa de l'ombre de la capuche.

- Vous avez bien fait.

Sentence leva la main, et aussitôt, tel un chien bien dressé, une minuscule Ombre sortit d'une fissure du sol. Sans hésitation, elle grimpa sur Soghann, longeant sa jambe, son torse, puis son bras, pour venir finalement entourer la pierre. Après un minuscule frisson, l'Ombre disparu, emmenant le caillou, qui réapparut instantanément dans la main levée du Roi, qu'il plaça devant lui comme s'il plongeait sonr egard invisible dedans.

- Ne vous en faites donc pas. Toute cette histoire est sous contrôle depuis le début. La loyauté est une valeur à laquelle j'attache beaucoup d'importance, et elle ne devrait jamais se dissocier du patriotisme.

Le Roi marqua une pause. Dans sa main, la pierre se mit à trembler. Une formidable lumière s'en dégagea, illuminant toute la pièce de sa lueur bleutée pendant quelques secondes, aveuglant les visiteurs. Lorsque la lumière disparu, la pierre avait fait de même. Aussitôt, on entendit un hurlement inhumain, provenant de la ville, aussitôt suivi de plusieurs autres à intervalles réguliers. Sans qu'il ne paraissent avoir entendu le vacarme, Sentence poursuivit :

- Je vous conseille de prendre quelques vacances en dehors de Shalanos. Malgré votre propension à introduire des éléments dangereux, il se pourrait bien que lorsque vous reveniez, vous soyez récompensé pour votre... loyauté. La situation se sera calmée d'ici quelques jours.

Tandis que le groupe s'apprêtait à tourner les talons, le Souverain reprit la parole.

- Ha, une dernière chose. Soghann, Syld, s'il arrivait quoi que ce soit à Fanaa, je vous en tiendrais pour personnellement responsable.

La menace à peine voilée, autant que le ton mis dans ces dernières paroles, provoquèrent un frisson glacial chez les assassins.
Une fois sur qu'ils avaient bien compris, le Souverain agita la main, comme pour chasser un insecte trop entreprenant.


- Allez.

Le ton ne souffrait aucune contestation.
Revenir en haut Aller en bas
Syld
Shan of the Dead
Syld

Réputation : 1428

Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitimeMer 15 Juil 2009 - 19:39

Quitter dignement la salle nécessita presque plus d'efforts qu'y entrer.
Il fallut commencer par se relever sans piquer du nez sur le dallage, ce qui n'était pas évident en soi : cette rapide entrevue avait suffi à drainer presque toute l'énergie de Syld. Il se sentait faible et tremblant comme une feuille qui risque de s'envoler au premier éternuement de boring.
Et ensuite, il fallut se retenir de sortir en courant. Pas évident non plus.

Par quelque miracle de volonté, le brigand parvint à faire relativement bonne figure jusqu'à ce qu'ils aient franchi le seuil du palais. Mais à peine eut-il mis un pied dehors qu'il abandonna son attitude stoïque pour se précipiter vers un des parapets qui bordaient chaque côté de l'isthme étroit menant à la ville. Plié en deux par dessus la balustrade, il s'appliqua à vider une nouvelle fois le contenu de son estomac dans le lac.


- Ja-jamais... retourner... supporte pas...

Le jeune homme toussa encore une fois ou deux puis releva le nez tout en s'essuyant les lèvres d'un revers de manche, la mine piteuse.

- J'ai bien cru que j'allais carrément tourner de l'oeil si on restait en face de lui une minute de plus.

Constatant qu'il était bien le seul à être affecté à ce point, Syld se redressa précipitamment.

- Je dois être fatigué... vraiment fatigué, marmonna-t-il nerveusement. Je ne demande qu'une chose : rentrer, et aller dorm...

Il s'interrompit et ferma l'oeil un instant avant de soupirer :

- Ah, oui, dès que nous serons "hors de Shalanos".

Le brigand s'ébroua, achevant de se reprendre.

On pouvait dire qu'ils s'étaient fait avoir, et en beauté. La pierre était un faux. Ce n'était même pas une pierre, mais plutôt un...
Syld crut percevoir les derniers échos des cris qui avaient résonné dans la caverne et réprima un frisson.
La pierre était un faux, mais le reste ne l'était pas. Ni les tentatives d'assassinat, ni la conspiration qu'il y avait eu derrière.
Un test. Un piège dans lequel certains avaient sauté à pieds joints, et où eux-même avaient failli faire figure de "dommage collatéral".

Le jeune homme se sentit à nouveau malade.


- On repasse par la maison, ou pas ? Tout doit être sens dessus-dessous, là bas...


Dernière édition par Syld le Mer 15 Juil 2009 - 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Palais de Sentence Empty
MessageSujet: Re: Palais de Sentence   Palais de Sentence Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Palais de Sentence
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Palais de Perséphone, Déesse des saisons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Adreis :: Vie d'Adreis (Rôle Play) :: Histoires d'Adreis :: Zone des peuples :: Shalanos-
Sauter vers: