Projet Adreis

Forum de discussion autour de ce futur RPG en PHP.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Bonjour et bienvenue sur Adreis.
Pour plus de commodités, n'hésitez pas à vous inscrire dans les groupes qui vous correspondent.
N'hésitez pas faire des demandes aux administrateurs si vous avez des questions ou suggestions.
Passez un bon séjour !
Vous voulez communiquer entre vous ?
Plutôt que d'utiliser les moyens du bord, optez pour notre Voxli : https://www.voxli.com/Adreis
Que ce soit oral ou écrit, vous pourrez de cette manière rencontrer tout le monde plus facilement.

Partagez | 
 

 Mélopée de Dide

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Mélopée de Dide   Mer 18 Fév 2009 - 0:35

Une multitude de son, un chahut de note, une musique.

La mélodie était lente, douce respiration, comme rythmé par le mouvement des vagues d'une plage lointaine. Derrière cette cadence paresseuse, une symphonie compliquée, joué avec gràce et habileté. Un air triste, entre lassitude et nostalgie, appelant a la fois les souvenirs de passés glorieux et les envies d'aventures refoulés.

C'était dans un jardin spectaculaire que la musique résonnait. La nature y était agréablement apprivoisé. Massifs de fleurs, buissons sculptées et arbres taillés étaient disposés agréablement. Mais la particularité de ce jardin était ses immenses fontaines et les multiples cours d'eau séparant les différentes parties du parc.

Le concert ne provenait que d'un seul instrument, un violon. Assis sur un banc de pierre froide, les yeux a demi clos, Dide faisait glisser tendrement son archet sur le délicat instrument. Il ne parraissait pas concentré, la mélodie prodigieuse ne semblait lui couté aucun effort. Il était grand, mince et svelte. C'était un jeune Médioven aux cheveux bleu et a la peau claire. Même si la nuit était fraiche, il ne portait qu'une simple chemise d'un bleu plus pale que ses cheveux, et un pantalon de soie noire. Sous les lunes, Dide fit raisonner les dernières notes de la musique, et s'allongea sur le banc pour savourer les derniers échos mourant dans la pénombre, puis le silence simple et si fragile.

Quand il rouvrit les yeux le jardin était redevenu ce que le temps et le manque d'entretiens avait fait de lui. La mystérieuse illusion suscitée par la symphonie s'était évanouie. Malheureusement ce qui restait était un vieux jardin mal entretenue. Oublié les fontaines, oublié les buissons sculpées. Seul quelques massif et certains arbres avait survécu. Le conservatoire de Médievir avait était construit sur l'ancien parc et ce qui restait du jardin regrettait l'époque ou les enfants et les amoureux venait s'émerveiller devant la finesse de son entretien.


-Monsieur Labedeli. Que faites vous ici a cet heure ? lança une voix grave

Dide se releva, et vit maître Uthee s'approcher.


-Ne devriez vous pas être dans votre dortoir ? reprit le vieux maître

Le jeune violoniste ne répondit pas. Il observa son professeur. Le vieil homme au cheveux grisonnant avait été l'un des précurseur de l'utilisation de la musique lors des combats. Les aventures et les années avaient marqués les traits du Médioven.


-J'ai entendu dire que vous avez décidé de quitter le conservatoire sans avoir repasser vos examen, poursuivi Uthee. En tant que professeur je doit vous dire que même si vous avez de grave lacune, notamment pour ce qui est de la création des paroles, et des récits, vous devez persévérer et qu'avec le temps vous finirez par vous amélioré.

Dide avait déjà pensé a cela. Il n'avait jamais réussi a créer des jolies textes et de bonnes paroles pour ses chansons. Et ses ainés ne pardonnait pas de tels manque dans l'éducation. Les troubadours étaient les gardiens de l'Histoire et des récits guerriers. C'étaient eux qui allaient de village en village répandre le savoir dans les tavernes. Devant le mutisme de son élève Uthee continua.

-Croyez en mon expérience. Vous vous débrouillerez très bien. Votre talent pour la musique compense bien votre maladresse avec les mots. L'agilité que tu as développé avec ton violon fera de toi un homme précieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Mer 18 Fév 2009 - 1:09

bon c'est pas fini mais je me permets quelques mots.

J'adore! c'est calme, doux, je vois le jardin tel que tu le décris, le jeune Dide avec la brise qui souffle dans sa cheveux bleus, il est concentré sur sa mélodie...

c'est vraiment vraiment très joli.

merci pour ce texte si apaisant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Mer 18 Fév 2009 - 18:26

Merci.
N'hésitez pas de souligner les erreurs que je fait. Je connais pas encore les détails du travail des architectes de cet univers.
Et désolé pour le massacre de mon avatar, mais c'est dur de trouver une image de jeune homme aux cheveux bleu jouant du violon.
Néanmoins, enorgueillit par ce compliment, je continue.

---

Dans le silence du dortoir, Dide n'avait pas fermé l'oeil de la nuit. Attendant, assis en tailleur sur son lit, le violon prêt, impatient, que le rituel de l'aube débute. Un oiseau vint se perché au bord de la fenêtre, et soudain tout s'anima comme allumer par l'étincelle de son chant. Tiber se réveilla, sourire au lèvres, d'un geste fluide il attrapa sa flute et accompagna l'oiseau. L'étrange duo, dont les sons se superposé et s'éloigner tel deux danseurs tantôt évoluant de concert, tantôt évoluant l'un contre l'autre, défiant leurs talent musical dans l'allégresse, fut bientôt rejoins par l'archet de Dide glissant sur son instrument. La mélodie ainsi transformée finit de réveiller les occupants des lits voisins. D'autres oiseaux vinrent gonfler la voix du premier mais personne ne s'étonna de voir ces animaux primitifs chanté en choeurs étoffant admirablement la joyeuse ballade. Les autres troubadours prirent leurs instruments et s'imprégnèrent de la vitalité de la musique, et ajoutèrent leur touchent a la symphonie grandissante. Deux flutes reprenait les trilles de Tiber, plusieurs voix d'hommes agrémentait celles des oiseaux, et une lyre accompagnait le violon de Dide. Il y avait des oiseaux dans toutes la pièce, le dortoir respirait la gaité.

Malheureusement, comme tout les matins, des bruits de pas précépités vinrent écourté le concert. Dans une nuée de plumes, les oiseaux s'envolèrent par la fenêtre et les instrument furent rangés. La porte s'ouvrit avec fracas dévoilant un gros homme aux cheveux blancs. Insensible a la magie de ses élèves le vieux maitre Aece avait était nommé surveillant du dortoir.


- Tiber ! Dide ! Quand allez vous cessez ces sons idiots ? Des troubadours de foire ! Des musicien de taverne ! Bon à rien d'autre qu'a amusé la gallerie.

Le violoniste n'avait jamais comprit pourquoi le viel homme était si aigris. Il n'appréciait pas la beauté de la musique et avait poussé à l'extrème l'utilisation de son art comme arme à la souffrance. Dide releva la tête pour apercevoir la colère dans les yeux de son professeur.

- J'attendais mieux de vous pour votre dernière journée monsieur Labedeli. Non content de rater les examens les plus élémentaire, vous ne pouvez pas partir sans une dernière cohue. Vous êtes la honte de l'établissement. Il vous reste une heure avant de déjeuner. Soyez pret a l'heure

Sur ces phrases, l'homme sortit de la pièce. Le dortoir sortit de sa torpeur et les élèves commencèrent a s'habillé en silence. Seul Tiber continuait a fixé Dide. Le garçon a la queue de cheval lui lançait des regards interrogateurs. Dide finit de faire sa valise et sortit évitant les questions de ses camarades.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Mer 18 Fév 2009 - 19:23

pour info, les teintes capillaires des médioviens sont un peu plus diverses que cela. Ils vont du noir à reflets bleutés à un vrai bleu franc. et puis il y a des bleus pâles, presque blancs, et des bleus rois comme le tien.
ben oui faudrait quand même pas que chaque peuple ne soit qu'une succession de clones!
après y a toujours des exceptions : des blonds des roux... ah la génétique !!

ton histoire est toujours aussi agréable à lire, j'adore ta vision des choses ^^

et qui sait? peut être que plus tard tu feras du RP à plusieurs? (Taverne, tout ça...)
j'espère.

j'attends la suite ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Jeu 19 Fév 2009 - 18:15

Merci

Effectivement je préfère souvent les rp a plusieurs joueurs ^^ ! J'attends qu'en démarre une !
Mais bon en attendant je suis motivé a écrire celui la alors j'en profite ...pourvu que ca dure.
----



Violon dans son étuis, épée à la ceinture, sac sur l'épaule, il sortit du conservatoire. Sans un coup d'oeil derrière lui, Dide descendit les marches et s'engouffra dans les rues sinueuse de Médievir.

La ville était silencieuse, le soleil était encore bas dans le ciel, les habitants se réveillaient lentement. Le violoniste sentait les vagues de bien être et de calme rayonner des médioviens. Tout êtres diffusaient leur propres vibrations. Mélanges de leurs émotions et des battements de leur coeurs, ces ondes irradiaient d'eux, criant au monde l'état d'esprit de leur propriétaires. Dide était une sorte d'empathe : il pouvait entendre ses vibrations et les sentir comme si elles faisaient partie de lui. Grâce a ce don, il avait appris a écouter ce qu'il appelait la musique des gens, la musique des choses, et en jouant correctement de son violon, certaines mélodies il pouvait les influencer. Ce matin une douce sonate flottait dans l'air, prélude à un jour ensoleillé.

Tandis que les boutiques ouvraient, le violoniste alla chercher des provisions. Le boulanger oeuvrait paresseusement, machinalement, il émanait de lui une musique calme, une rengaine traditionnelle et joyeuse, la satisfaction du travail bien fait. Le jeune boucher était différent, impatient, excité, il n'était pas concentré a sur qu'il faisait, et regardait furtivement par la vitrine. La chanson de son coeur s'accélérait, petit à petit, battant avec envie, comme tentant d'accélérer le temps. Quand enfin apparut la maraichère de la boutique d'en face, les tambours du boucher firent place a une délicate romance. Le sourire au lèvre il tendit sa viande séché au violoniste, qui continua son chemin un sourire similaire sur son visage.

Il avait fait un détour pour faire ses achats et devait rejoindre le port pour traverser le lac. Dide pris donc une ruelle, et avança dans un labyrinthe de rue désertes. Peu de gens habitait ces quartiers. Le silence régnait. L'inquietude envahi le jeune homme. Il continua d'avancer d'un pas rapide, les sens en alerte. Soudain, il sentit une présence derrière lui. Il jeta un coup d'oeil. Personne. Cela ne le rassura guère et il accéléra de nouveau. A peine eut il fait vingt mètre que la sensation revint, plus forte. Comme pour le boucher, Dide sentait l'excitation, l'envie, émaner de la présence mais différemment. Le son semblait étouffé. Il s'accélérait et ralentissait subitement, comme tentant de passer inaperçu. Une traque en conclut Dide. Dés qu'il eu comprit il paniqua et se mit a courir sans se retourner.

Il entendit un juron puis des buits de pas. Ses poursuivant le rattrapait. Il courait le plus vite possible, tenant son violon entre ses bras pour le proteger, mais ses adversaires étaient bien trop rapide. Il tourna sur sa gauche, puis vers la droite, et le port fut en vu. Il ne restait plus qu'une centaine de mètres et il serait en sécurité dans une rue plus fréquentée. Les bruits de pas stoppèrent net. Beaucoup plus tôt que Dide s'y était attendu. Surpris il trébucha. Un carreau d'arbalète siffla là où se trouvait son épaule la seconde précédente. Il se releva en souplesse et repartit de plus belle. Il rejoignit le port et continua sans s'arrêter. Quand il fut certains qu'il n'était pas suivit il s'arrêta et repris son souffle. Puis il ouvrit délicatement son étuis et s'assura que la course n'avait pas abimé son bien aimé violon.

Une trille le fît sursauter. Arrivant derrière lui, Tiber avait encore la flute au bec. Il le regarda en souriant.[i]

-Et bien ! C'est pas la première fois que je te fais le coup d'arriver comme ça mais je t'avais encore jamais vu être ne serai ce surpris, remarquant la mine inquiète de Dide son sourire retomba. Qu'est ce qui se passe, on dirait que tu as vu un fantôme ?

[i]Dide inspecta les alentours.


- A tu vu les gens qui couraient après moi ? demanda t il.
- Non. Je te cherchait depuis un moment quand tu as débouler de cette rue là. Ça va ? Il ne t'ont rien fait ?

Le violoniste frotta son pantalon de soie

-Non ! Ça va ! Il se tourna vers son ami. Mais, que fait tu ici ?

Tiber détourna le regard et le posa sur la lac, gêné.

- Je tombe mal. Je suis désolé. C'est que tu es parti si vite...

Dide observait son ami, il respirait l'incompréhension, le doute : une musique incomplète. Le violoniste commença doucement à jouer, comblant les trous dans la symphonie du flutiste. Celui ci ne remarqua rien et continua a parler.

-Je n'ai pas compris. Personne n'as comprit. C'est vrai que tes examens ne sont pas très bon, pour ce qui est de la composition de texte ça laisse à désirer, mais tu es meilleur que nous dans bien d'autres domaines. Tiens, comme le cours de monsieur Uthee ! Il t'a vraiment à la bonne. Tu sais qu'il a dit au filles que tu pourrais faire cours à sa place ! C'est vrai que tu as le chic pour manipuler les impressions des gens... Tu as plus rien a apprendre de ce coté la. Mais l'école pourrait encore t'apporter tant de choses, même si les mots t'intéresse pas ! Le gros Aece est un peu bouru, mais c'est un excellent prof de combat. Il prend son art très au sérieux. Tu n'es pas mauvais là dedans, même si je sais que tu n'aime pas ça. C'est violent et contre nature, mais ça a de l'avenir en es temps troublé... Même si je te vois mal utiliser ce genre de torture...

A ce moment là il se tus, et se contenta d'observer Dide jouer. En comblant la musique incomplète de Tiber, le violoniste ne faisait rien d'autre que de lui révéler e qu'il se cachait inconsciemment. Répondant ainsi au question dont Tiber connaissait lui même les réponses. Quand il eut fini, Tiber lui tendit un livre.

-En venant ici je t'ai pris ce livre d'Histoire. Elle y est raconté comme une multitude de contes. Ça compensera un peu tes faiblesses.

Dide ne su pas quoi dire il le fixa les yeux plein de gratitudes son ami rougissant. Tiber ajouta simplement.

Si tu n'es pas doué avec les mots c'est parce que tu ne les utilises pas assez.





-----

J'ai un peu plus de mal avec celui la. J'en ai peut être fait un peu trop en tentant d'expliquer le fonctionnement de ma magie. Je le modifierai peut être. J'attends avec impatiente les conseils de ma fan...


Dernière édition par Dide Labedeli le Jeu 19 Fév 2009 - 18:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanaa
Petite étoile !
Petite étoile !
avatar

Réputation : 2826
Localisation : ailleurs...

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Jeu 19 Fév 2009 - 18:30

ta fan? xD tu en as de la chance ^^

je trouve qu'il n'y a rien à changer. Tu as fait le choix d'expliquer cette empathie et la capacité de pouvoir discrètement moduler les humeurs voire les attitudes des gens.
mais à mon sens, tu n'en as pas mis des tartines étouffantes, c'est juste ce qu'il faut.
les petites corrections à apporter seraient pour l'orthographe et les répétitions. donc sur la forme.
mais le fond me plait tout à fait ^^
et oui, continue tant que tu es inspiré vu le résultat que cela donne!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Jeu 19 Fév 2009 - 19:07

Ayé ! Je crois en avoir corriger une bonne moitié. Je plaide coupable ! Après 6h d'écriture j'ai pas eu le courage de relire.
Demande à Thanos, il te dira a quel point je me suis amélioré en orthographe ! Il y as un temps c'était catastrophique. Petit à petit je progresse.

Je suis content de ne pas en avoir fait des tonnes, c'est difficile de juger quand on a passer tant de temps a penser, écrire et réécrire les mêmes idées.

C'est bon j'ai fini ma journée ! Maintenant, je passe à la lecture... Et oui ! Il y a plein de texte qui pourraient m'inspirer ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanos
Responsable Communication
avatar

Réputation : 777
Age : 29

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Ven 20 Fév 2009 - 14:50

Dide Labedeli a écrit:
Demande à Thanos, il te dira a quel point je me suis amélioré en orthographe ! Il y as un temps c'était catastrophique. Petit à petit je progresse.

Je confirme Wink
Il y a encore quelques erreurs qui traînent, mais bravo pour tes progrès !

_________________

L'imagination gouverne le monde.
Napoléon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thanos.cowblog.fr/
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Sam 21 Fév 2009 - 23:23

Tiber accompagna son ami jusqu’à la navette. Sur le chemin il lui posa des questions sur son voyage et sur ses projets. Dide inventa qu’il compté se rendre chez ses parents vivant plus loin au delà du lac, puis qu’il comptait commencer sa vie de troubadours sa vie de voyage.

En réalité, Dide n’avait aucun gout pour l’aventure. Il ne voulait pas révéler ses intentions réelles, de peur que le flutiste se moque de lui. Il projetait un pèlerinage. Sur les traces encore fraiche de Hydra, la référence de tous les musiciens modernes.

Quand elle arriva sur le continent à la poursuite de Valnor, personne ne comprenait ce qu’elle faisait dans une troupe de combattant, elle était très jeune malgré ses cheveux blanc et son air grave, mais quand elle commença à jouer tout le monde fut séduit par sa maîtrise. Avant elle, personne n’avait jamais vu aucun musicien influer sur le comportement des gens. Sa magie était impressionnante. Dide connaissait deux personnes qui l’avaient rencontré, deux de ses maitres au conservatoire qui avaient passé une soirée en sa précieuse compagnie. L’un d’entre eux avait même assisté à une mélodie puissante et dévastatrice. Le violoniste les avait écouté avidement raconter comment elle leur avait appris à faire couler l’Exidia dans la musique, et avait noté leur envie quand ils avaient mentionné les carnets qu’elle transportait et ou elle archivait les partitions des mélodies qu’elle créait. Les mélodies que l’on étudiait en court n’étaient d’ailleurs que des dérivés de berceuse qu’elle avait consenti à leur recopier.

Ainsi Dide préparait un voyage, la recherche des symphonies perdues d’Hydra.

Tiber et lui arrivèrent aux quaix de la navette, ils se serrèrent la main et se séparèrent. Dide regarda son jeune ami, repartant à travers les rues sinueuses de la Médievir. Il n’avait toujours pas résolu le mystère des brigands qui l’avait poursuivit. Surement des voleurs qui voulaient l’alléger de quelques piécettes. Il se rassura en prenant que le soleil était trop haut dans le ciel pour que Tiber ne risque quoi que ce soit maintenant.

Le trajet fut court et agréable. Il improvisa un air apaisant, rythmé par le balancement des vagues. Les doux embruns lui caressant le visage lui suggérait des accords délicats enchainés avec souplesse. Il semblait entendre des animaux marins chanté derrière la musique. Même les craquements de la coque, ronflement du bateau, s’intégraient parfaitement à la mélodie. Les passagers somnolaient, des enfants s’endormirent.

Le bateau accosta brisant la magie de l’instant. Dide rangea son violon dans son étui et commença son chemin, reposé. Il suivit sur la route qui longeait le fleuve


Dernière édition par Dide Labedeli le Mer 25 Fév 2009 - 18:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Lun 23 Fév 2009 - 20:28

Up de celui au dessus ! Complètement changé ! Personne ne regrettera l'autre version ! Beaucoup trop inutile ! Beaucoup trop pompeuse ! Je m'accordai des pouvoirs trop grand et ca me saoulais ! Si je suis déjà superpuissant, j'ai plus rien a faire. Néanmoins c'était pas si mal et je le garde dans un coin pour plus tard.
Et up de mon avatar ! Nouvelle couleur un peu plus "naturelle"
pour finir up de ma signature

-----

Quand la nuit tomba, Dide n’était pas fatigué. Le trajet en bateau avait eu un effet vivifiant sur lui, et la premier crépuscule qu’il admirait loin de la ville n’avait été qu’une raison de plus pour ravivé son impatiente de découvrir les mélodie qui lui permettrait d’égaler cette splendeur. Ce moment de la journée avait toujours eu une vibration à part, la mort et le renouveau mélangeaient dans une symphonie d’espoir. Ainsi il continua a suivre le chemin qui quitta bientôt le fleuve pour s'engouffrer dans une foret

Dide était habituer a la ville ou il avait grandit, et une fois seul dehors, il n’avait pas saisi l’utilité de s’arrêter et de faire un feu de camps après cette journée plutôt chaude, mais bientôt les ombres le ramenèrent à la réalité. Plus la nuit s’installait, plus le silence se faisait lourd, seulement ponctué par des bruits étranges et étouffés tout autour de lui. Ses yeux scrutaient nerveusement les alentours. Se fixant sur chaque endroit d‘ou il pensait avoir entendu un son. Parfois il lui semblait voir une ombre, mais souvent ce n’était qu’illusion. Il continuait a avancer lentement. Ses muscles se tendirent, prêt a réagir aux moindre dangers.


Soudain, il entendit un cri. Il se figea se tourna lentement dans la direction. Rien. Puis a loin il vit une faible lumière, un feu. Il hésita un instant, puis se décida pour aller jeter un coup d’œil. Il n’avait pas l’habitude de se déplacer silencieusement dans une forêt et dans le noir, et sa tentative de s’approcher furtivement échoua. Il vit des silhouettes se lever et se tourner dans sa direction.

-Qui est la ? lança une voix grave et rauque, entre murmure et grognement. Elle provenait d‘une silhouette imposante. Surprit ide ne répondit pas.

-Dernière chance ! Identifiez-vous !

Dide aperçu que certaines silhouettes étaient munies d’arbalètes pointés dans sa direction. Effrayé il cria.

-Ne tirez pas ! Je ne suis qu’un barde ! Dide Labedeli ! Médiovien ! Seul.

Les silhouettes eurent un mouvement. Dide ressentit une vague d’allégresse parcourir le camp. Le plus grand qui l’avait héler lui fit signe d’avancer.

-Approche ! Dit-nous ce que tu fais dans les bois au milieu de la nuit.

Dide s’avança dans la lumière, doucement, aveuglé. Eu le temps de noté que la plupart de personne présentes avaient les cheveux dans les teintes vertes, avant d’être frapper sur la nuque, et de s’évanouir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agonie

avatar

Réputation : 472

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Lun 23 Fév 2009 - 20:58

C'est vrais que l'annimation 3D de l'anciène version faisait un peu kitch, mais tant que ça ne dépassait une illusion contennu dans un litre d'eau, on ne peut pas appeler ça un superpouvoire (c'est surtout l'expression étonné des marins qui rendait ton personnage trop imposant).

La nouvelle version est bien aussi. Le trajet semble bien plus court car il n'y a pas de dialogue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.viadeo.com/fr/profile/jacques.duflos1
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Mar 24 Fév 2009 - 1:15

J'avoue que c'est ma faute ! j'ai tellement mis de temps a écrire la version précédente, décrivant les eaux, la musique, formant les alexandrins, que j'ai eu du mal a tout effacer et recommencer même si je savais que c'était une nécessité. Alors pour compenser j'ai décider de ne pas recommencer, d'écrire complètement autre chose en occultant le passage ou je m'était laisser emporter.

Créer une illusion est un superpouvoir pour un artiste ! Même si c'est pas tout a fait le summum de l'art, je prefere voir mon personnage grandr et utilisé sa première particularité : l'empathie, avant de lui en distribuer d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Mar 24 Fév 2009 - 15:26

Dide vit de magnifiques couleurs. Il se sentait étrange, déboussoler, complètement perdu. Soudain il sentit un liquide froid sur ses lèvres. De l’eau fraiche coulait dans sa gorge. Il sentit cette boisson pure et revigorante lui redonner des forces. Il ouvrit les yeux.

Ils étaient deux, un homme et une femme, d’autres mouvement au fond du la pièce sombre indiquaient qu’ils n’étaient pas seuls
Rassemblant ses esprits, une multitude de questions s’imposèrent, mais une pensée, insistante vint recouvrir les autres. D’une voix faible le troubadour demanda


-Où est mon violon ?

Ils se regardèrent, inquiets.

-Sais pas ! Ils l’ont surement pris. Quoi que ce soit.

C’était la demoiselle a la peau mat, caramélisé, et aux cheveux roux, très court qui avait parlé. Dide n’avait jamais vu que des Médioviens, il était évident que cette femme était d’un autre peuple, d’après ce que Dide avait lu, ce devait être une Fédorien du peuple de feu. Il connaissait leurs réputations de barbares sans pitié. Mais rien ne l’avait préparer a ce qu’il rencontra. Sa vibration était particulière, tellement différente de celle qu’il avait entendu jusque la, ce n’était pas clair, c’était changeant, crépitant, une mélodie qui semblait attirante et dangereuse, imprévisible. Surpris les muscles de Dide se tendirent, il tenta un mouvement de recul mais une violente douleur a la tête l’arrêta.

-Ne t’agite, l’arreta l’homme, tu dois te reposé. Ils ne t’ont pas raté. A croire qu’ils en veulent aux Médioviens.

Il était nettement plus agé que la Fédorien, ses cheveux blanc le vieillissait encore. Il irradiait d’une musique passez similaire de celle des Médioviens. Les tons étaient très clair, et beaucoup plus purs de tous ce que Dide n’avait jamais entendu, et ils restaient suspendus, résonnant dans l’air. Des question continuaient à se bousculer.

-Qui êtes vous ? Et où on est ? Comment je suis arrivé là ?
-Hum ! Tu t’occupe de lui ? Tache de lui faire comprendre qu’il doit rester tranquille. Pour le moment.

Sur ce elle s’éloigna, et rejoignit deux enfants. Elle n’eut pas loin a aller pour rejoindre l’opposé de la salle. Dide observa de plus prêt ce qui l’entourait. C’était minuscule, sombre.

-Tu te trouve dans une carriole de cirque. Elle devait transporter des animaux de foires, dans le passé. Son rôle actuel n’est pas très différent.

Les barreaux qui formaient deux murs étaient recouvert de l’exterieur par une grande couverture. La lumière passait par-dessous, non a travers. Le plancher, les deux autres mur et le plafond étaient du même bois vieillit et mal entretenu. De la paille recouvraient le fond du chariot.

-Comme toi nous somme prisonniers. Sophia et moi nous nous occupions d’un orphelinat. Ses derniers temps on avais pas de quoi chômer, de plus en plus d’enfant perdaient leur parent. Ces briguant se sont introduit a l’intérieur du monastère en pleine nuit et nous on attaqué. Nous avons réussir à faire s’enfuir la plupart des enfants par des passages secret avant d’être capturé. Nous savons qu’ils sont au moins cinq, mais ils étaient masqués, et nous ne connaissons ni leur race ni leur but. Nous avons beaucoup voyagé, chahuté dans cette charrette. Il y a une semaine, on s’est arrêté. Ils ont capturé un médiovien, mais il était gravement blessé et il est mort. C’était il y a deux jours. Voila à peu prés tous ce qu’on sait.

Dide remarqua que la Fédoran avait pris dans ses bras une petite fille qui lui ressemblait beaucoup. Cette fille émettait aussi cette vibration imprévisible, mais dans une variante nettement plus tremblante, hésitante, elles semblaient n’être complètes que grâce à la musique de l’adulte. La deuxième fille était plus discrète, prostré sur elle-même. Elle avait caché son visage. Dide avait de la peine pour elle, sa mélodie n’était plus qu’un souffle.

Il avait enfin réussi à s’assoir sans que sa tête ne tournent, soudain quelqu’un fit tomber le mur derrière lui. Une vive lumière l’éblouit. Quand ses yeux s’accoutumèrent, quatre hommes masqués, armés d’arbalètes chargés avaient emporté de la nourriture, de l’eau et un seau vide pour les besoins. Le plus grand tendit l’étuis de son violon à Dide


-Qu’est ce que c’est ?
-Un violon. Un instrument de musique. Je suis barde.

Le violoniste tendit le bras pour le prendre, mais l’homme le lui reprit et repartis. Ils s’en allèrent en remontant la passerelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Mar 24 Fév 2009 - 22:02

La première journée fut horrible. Dide restait pétrifié. Il observait ses compagnons de cellules. Ils étaient là depuis des semaines, mais restaient toujours sous le choc. Les enfants étaient vides, leur vie leur semblait avoir été volé, ils n’étaient plus que peur. Les adultes tentaient de s’occuper des enfants en silence. Ils n’essayaient même plus d’avoir des paroles rassurantes, se contentant de les nourrir et de les serrer dans leurs bras. Le vieil homme passait son temps a dévisager le nouvel arrivant. Il tenait dans ses bras la plus jeune des filles. Dide pouvait mieux la voir maintenant, elle était blonde avec de grands yeux noisettes et sa peau était blanche, plus pâle qu’il n’avait jamais vu.

Elle lui lança un regard apeuré, elle poussa un cri et se débattit dans les bras du vieillard.


-Chut ! Calme-toi. C’est pas lui, ne t’inquiète pas. Regarde-le ! Vous pouvez approcher. Je crois qu’elle pense que vous êtes le Médiovien qui est mort avant hier.

Dide s’avança. Peu a peu la terreur disparut des yeux de la demoiselle, remplacé par des larmes qui perlèrent doucement, puis coulèrent a flot. Ses pleurs ne s’arrêtèrent que quand elle se rendormit.

- Il faut l’excuser, la mort de cet homme l’a anéantit. On n’y croyait déjà plus beaucoup avant sa venue, mais ils l’ont mis avec nous, et ca a été terrible. Il avait une plaie béante dans l’épaule, il aurait survécu si la plaie ne s’était pas infectée. Il a hurlé toute la nuit. A l’aube, il était mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Mar 24 Fév 2009 - 23:10

Le soir venu, Dide ne pu dormir. Il s’allongea néanmoins et profita de ses instants de calme pour méditer. Au moment ou il pensais que tout le monde dormait il entendit quelqu’un fredonner. C’était un rythme lent, une berceuse. Dide releva la tête, et vit qu’elle provenait de la Fédoran. Surprise elle s’arrêta.

-Je suis désolé, je savais pas que tu étais réveillé chuchota t elle.
-Non, je ne dormais pas. C’est quoi cette musique ?
-Un chant de mon peuple, une berceuse. Elle as une belle histoire. Il y a longtemps, les Fedorans furent amené en ses terres par un grand chef, Gregarian. En plus d’être sage, c’était un guerrier puissant. On dit que, la nuit, alors qu’il dormait, sa femme le regardait reprendre des forces et lui chantais cette berceuse. A l’aube, il était frais, reposer et plein de force. Gregarian ne perdit jamais un combat. Cette chanson a traversé les âges. C’est celle que Doria préfère. Je lui fredonne pendant son sommeil.
-C’est ta sœur ?
-Oui ! Ma mère est morte en la mettant au monde. J’avais 12ans. On as été confié a l’ophelinat.

Le silence s’installa de nouveau.

-Tu peux me chanter la berceuse ? demanda le violoniste.
La Fédoran rougit.
-Elle est transmise de mère en fille. C’est un secret des femmes de mon clan. Mais je pense que vu la situation dans laquelle on est cela n’as pas d‘importance.

Elle caressa les cheveux de sa sœur et commença d'une voix douce.

Dors, mon grand combattant
Dors, ne t’en fait pas,
Tu f’ra couler le sang,
L’honneur tu en auras

Avancant a travers les monts et les plaines
Ignorant la tristesse, la peur et la peine
T’affronteras le danger et les pièges
Braveras la magie et les sortilèges

Dors, mon grand combattant
Dors, ne t’en fait pas,
Tu f’ra couler le sang,
L’honneur tu en auras

Ton épée tranchera les cou et les têtes
Coupera jambes, bras, corps et chair
Finira par enlever les vertèbres
Décimera les armée de nos adversaires

Dors, mon grand combattant
Dors, ne t’en fait pas,
Tu f’ra couler le sang,
L’honneur tu en auras


-----

Profitez en avant que je change d'avis ... Faut que je trouve une chanson plus jolie !


Dernière édition par Dide Labedeli le Mer 25 Fév 2009 - 0:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanos
Responsable Communication
avatar

Réputation : 777
Age : 29

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Mer 25 Fév 2009 - 0:04

Paye ta berceuse xD
Bon sinon très jolis textes, j'aime beaucoup comment tu parle des mélodies des autres en utilisant ton don d'empathie. Tu t'es nettement amélioré et ton récit est intéressant, je ne peux donc que t'encourager à continuer ! Ton style est doux, calme et frais

N'hésite pas à me demander si tu as besoin de détails sur les peuples (oui, on dit peuples et non races), il y a un topic prévu pour ça.

Quand à Grégarian, bien trouvé comme nom, très Fédorien ^^ L'idée de la berceuse est sympa, mais j'aurais plutôt vu ça comme un truc de clan plutôt que du peuple entier - chaque clan ayant ses spécificités culturelles.

_________________

L'imagination gouverne le monde.
Napoléon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thanos.cowblog.fr/
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Mer 25 Fév 2009 - 0:19

Merci ! Je crois que je dit peuple quand il s'agit d'une caractéristique culturel et race pour physique... enfin bon, je corrigerai.

Je corrige aussi, je met que c'est une berceuse de clan ! Ça fera un peu mieux et ça excusera sa mauvaise qualité.

Merci pour le compliment sur le nom, nommé les pnj'est ma hantise. J'arrive jamais a en trouver des bons. C'est un petit blocage, j'espere que ça va s'améliorer.

Compte sur moi pour aller faire un tour sur ce topic. J'ai nettement du mal a voir les différences physiques. Je prend pour excuse que mon bonhomme ne les connais pas très bien.

J'en profite pour une petite suite, très courte



----------

Ils passèrent le reste de la nuit à se taquiner. Dide soutenait que leur chant étaient risible, qu’une berceuse ne devait pas parler de combat ou de sang. Sophia elle maintenait que ce chant était glorieux et tout a fait adéquat. Il n’y avait, à la connaissance de Dide, aucun chant équivalent dans son peuple. Il lui chanta alors quelques berceuse de son cru, qui relancèrent le débat. Au bout d'un moment, sans qu'ils ne s'en rendent compte, ils s’endormirent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Mer 25 Fév 2009 - 13:25

Ils se réveillèrent quand on ouvrit la porte. C’était l’aube et les oiseaux chantaient dehors. Alors que leur geôlier entraient, toujours masqué, les cinq prisonniers s’entassèrent au fond. Le plus grand s’approcha d’eux. Dide était le plus proche. Il le prit par les cheveux, le forca a se mettre a genoux, et posa la lame d’une dague sur sa gorge. Le Médiovien sentit le froid de la lame sur sa peau, et rien d’autre n’existait plus. Il se paralysa. Il sentait que l’homme n’hésiterait pas à le tuer. Pour l’exemple. C’était trop tôt. Il entendit à peine son tortionnaire quand il s’adressa aux autres.

-Bien, ça fait un moment que l’on voyage ensemble, mais nous ne nous connaissons pas. On se présente, nous sommes vos hôtes. Maintenant a vous, je vous conseille de répondre correctement a mes questions si vous ne volaient pas avoir la mort d’un autre Médiovien sur la conscience… Hum ! Tu es bien Médiovien toi ?

Il lui enfonça son genou dans son dos.

-Oui ! Oui !
-Bien… Aux autres. Je crois connaitre plusieurs réponses mais c’est toujours bien d’avoir confirmation. Vous deux, les rousses, vous êtes Fedoriennes non ? Laissez-moi deviner … sœur ?

Dide ouvrit les yeux et vit que Sophia bouillait de rage contenu. Le vieil homme répondit a sa place.

-Oui, elles sont bien Fedoriennes, même si la plus jeune est née dans l’orphelinat sur les limites du territoire Dreadique.
-Comment tu t’appelle vieillard ?
-Umani

La dague de l’homme bougea à la vitesse de l’éclair. Quittant le cou de Dide elle vint plonger dans son mollet. Dide hurla. La douleur l’aveuglait. Il aurait voulu s’allonger et serrer sa blessure, mais ses cheveux était toujours fermement maintenu. Des cris d’horreur s’étaient élevés. L’homme retira sa lame. Dide sentit son sang se déverser abondamment. La dague poisseuse était revenu sur sa gorge.

-Umani. La prochaine fois que je pose une question a quelqu’un, ce n’est pas pour t’entendre me répondre. Puisque tu es si malin, c’est a ton tour. Raconte moi vos origine a toi et a ta fille.

La douleur n’avait pas diminuée, mais Dide retrouva l’usage de ses yeux. Doria se cachait le visage dans la chemise de sa sœur, qui semblait vouloir sauter au cou de l’ennemi, alors que la deuxième enfant continuait de regarder, le visage déformé par l’effroi, l’horreur qui se jouait devant ses yeux. Le vieil homme plein de tristesse rassembla son courage.

-Je suis un Ilymis, je me suis installer dans la région pour prendre la relève d’un ami devenu trop vieux. Cette fille n’est pas mienne. Ses parents fortunés étaient en route vers Médievir quand ils se sont perdus et sont tombé sur une bande de Shalos. Son père à réussir à s’enfuir avec elle. Il a déposé sa fille chez nous quand elle n’avait de trois ans. Il voulait repartir chez lui, et revenir avec une escorte. Ca fait bientôt deux ans.
-D'où viens t elle ?
-Lévitas.

L’homme éclata d’un rire triomphant. Il balança Dide sur le sol, puis sortit. Avant de refermer la porte il lança.

-Préparez vous, on s’en va dans quelques heures

Ils remontèrent la passerelle. Dehors on entendit des pas précipitée s’approcher. Puis une voix de femme.

-Que leur as-tu fais ? On as entendu l’homme crier !
-Chut … Ils peuvent nous entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Mer 25 Fév 2009 - 15:41

Le trajet débuta. Désagréable est un doux euphémisme pour décrire les soubresauts qui secouaient la charrette. La blessure de Dide n’arrangeait pas les choses. Chaque mouvement rouvrait sa blessure. Umani et Sophia, ses deux soigneurs s’afféraient, ils avaient arraché son pantalon au dessus de sa blessure, et avaient perdu beaucoup de temps à nettoyer la blessure, sans grand succès. Toutes l’eau y était passée. Dans son martyre, Dide salua le sacrifice. Ils s’étaient délibérément privés d’eau pour lui éviter des souffrances. Ils avaient déchiré l’autre jambe du vêtement et tenté à présent d’en utiliser des morceaux comme bandage. La souffrance de Dide était insoutenable à chaque fois qu’ils effleuraient la plaie, mais il tentait de ne pas la montrer aux enfants. La petite fille dont il ignorait le nom le regardait toujours. Dide sentit qu’il devait la rassurer.

-Tu as l’air d’une petite fille courageuse…. Quel est ton nom ?

La petite fille tressauta. Dide entendit sa vibration, c’était comme une note raté d’une flute. Umani répondit a sa place.

-Elle s’appelle Hydra.

Ce fut au tour de Dide d’être surpris. La petite fille rougissait. C’était un son perdu dans un souffle qu’elle émettait. Le violoniste comprit qu’il avait toujours entendu la musique de la petite fille. Ce souffle était ce qu’il en restait. Il attendit que ses soigneurs en ai finit avec son pansement, et qu'il se soit accoutumé a la douleur, pour demander

-Tu connais l’origine de ton nom ?

Tout le monde le fixa, stupéfait. La petite fille secoua la tête, intéressée. La musique de tous les prisonniers semblait se réveiller, attiré par la curiosité.

-C’est mon histoire préféré, j’ai étudié cette héroïne toute ma scolarité, j’ai lu tous ce qu’il y avait sur elle dans notre cité. Si tu veux je te la raconte.

La mélodie d’intérêt qui émanait des spectateurs gonfla le barde d’assurance. Oubliant ses craintes et ses réticences a manipuler les mots, il commença a leur raconter l’histoire d’Hydra, championne troubadour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Mer 25 Fév 2009 - 17:17

Il raconta son enfance sur Cerune, comment elle admirait sa mère qui lui chantait des berceuse, lui racontant qu’elle les aimait tellement qu’elle inventa vite les siennes. Très vite, Dide inventa des morceaux de l’histoire de l’enfance de cette héroïne, afin de faire durer le plus longtemps possible ce moment de relative sérenité. Ainsi, il leur fredonna des berceuses qu’il décrit comme les premières de la championne. Puis leur conta comment elle monta sur scène lors d’un opéra parce qu’il manquait une chanteuse, et alors qu’elle n’avait jamais entendu les paroles avait réussi a chanter a la perfection une chanson difficile. Il imagina qu’elle avait rencontré les plus grand spécialiste pour apprendre leurs secrets, mais que finalement c’est elle qui leur avait fait la classe. Et d’autres fables qui semblaient avoir été directement soufflé par une muse.

Ces histoires semblaient avoir un effet ressourçant sur les enfants, et reposant sur les adultes. La jeune Lévitis avait repris sa place sur les genoux de Umani, mais n’étais plus blotti dans ses bras, elle était assise dessus, comme perché, savourant chaque miette du récit. Les contes avaient un tel bienfait que le violoniste cru entendre le chant d'un oiseau au dehors.

Dide était obligé de faires de longues pauses dans son récit. Ce n’était pas pour inventer la suite, les mots lui venaient tous seuls, c’était reprendre des forces. Son mollet le faisait toujours souffrir et il devait souvent reprendre son souffle. Il tachait de faire correspondre ses arrêt avec son récit mais ca devenait de plus en plus difficile. Vers le milieu de l’après midi, il s’endormit.


Dernière édition par Dide Labedeli le Mer 25 Fév 2009 - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Mer 25 Fév 2009 - 20:49

Dide était fiévreux. La chaleur l’étouffait. La douleur ne s’estompait guère. Le chariot s’était arrêté. La lumière l’avait réveillé. Des gardes étaient venus apporter à manger et a boire. Dide ne comprit pas ce qu’ils disaient. Ils repartirent. Dide sentit de l’eau fraiche sur ses lèvres. Il avala, et se rendormis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Jeu 26 Fév 2009 - 0:35

Il s’éveilla de nouveau, un peu plus tard. Le violoniste était un peu plus lucide. Il faisait surement nuit. Les enfants et le vieillard dormaient. Seule Sophia restaient au chevet de l’homme. Elle lui épongeait le front avec un chiffon humide. Elle fredonnait sa berceuse. Elle était sale, mais elle sentait bon. Sa vibration était un curieux mélange de douceur et de vivacité. Dide ouvrit les yeux et lui chuchota.

-C’est pas … une berceuse

Sophia lui lança un regard sévère mais les lèvres s’étirèrent quand même en un sourire. Elle ne répondit pas. Dide continua.

-Ca c’est infecté ?

Dide essaya de lever la tête pour voir les dégâts, mais il n’eu pas la force.

-Jte conseille pas. C’est pas joli joli.

Le silence se fit. Gênée la Fedorienne changea de sujet.

-C’était beau ce que tu as raconté tout a l’heure. Cet enfant donne du courage aux nôtres. Je n’avais pas vu ma sœur sourire depuis un moment.

Ce fut au tour de Dide de rougir. Le Médiovien se remémora la journée. Il ne savait toujours pas comment il avait imaginé ces récits. Au conservatoire, il n’avait jamais réussi à aligner 3mots.

-Merci

Ils entendirent des bruits de pas. Et la passerelle s’abaissa. Sophia se précipita pour prendre sa sœur dans ses bras. Umanis et Hydra se réveillèrent en sursaut. Ils étaient nombreux. Six. Trois hommes lourdement armée, celui qui l’avait torturé, et deux femmes. Comme d’habitude tous masqués, les femmes avaient un voile sur les cheveux. Le bourreau s’avança, menaçant.

-Arrête !

L’une des femmes, très droite, avait ordonné à cet homme d’une voix sèche et glaciale. Elle fit signe aux autres de tenir en respect les trois filles et le vieillard. Puis elle se penche vers Dide avec un sourire.

-Il est pas mal. Ca serai dommage qu’il meurent.

Elle avait une musique sobre, grave, mais pas triste, majestueuse et sauvage. Elle inspecta sa plaie, puis elle ajouta plus fort.

-Oh ! Tu m‘entend ? Tu veux vivre ? Bon alors tu va boire la potion qu’on va te donner, et rien tenter de stupide pendant qu’on te fait un vrai pansement. Mais, tu nous seras redevable. Tu va vite apprendre que tous se paie.

Alors elle se leva, fit demi tour et sortit.

La deuxième femme était plus petite. Elle lui fit boire dans une fiole un liquide sucré. Ensuite elle prit un seau d’eau fraiche et nettoya sa plaie. Elle avait des gestes doux. Dide la douleur fut supportable. La mélodie de cette fille était morose, résigné. La fatigue envahit le Médiovien. Il se comprit que c’était l’effet d’un calmant dans la potion. Avant de pouvoir protester, il perdit conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Jeu 26 Fév 2009 - 14:39

Le lendemain, la douleur avait disparu. Il se sentait encore étrange, et sa jambe était rigide, mais la douleur s'était évanoui. Dide allait beaucoup mieux. Le trajet avait repris. Les grands yeux de Sophia était apaisés, et même si il était évident qu’il n’avait plus de fièvre, elle passait ses mains régulièrement sur sa joue.

Umani, discutait volontiers de ce qui s’était passé la veille. D’après lui, la femme, qui lui avait donné la potion et fait un pansement, n’était pas mauvaise. Sophia n’était pas d’accord. Cet échange anima un peu le voyage. Le reste du temps les jeunes filles demandaient a Dide de continuer son histoire sur Hydra. Le violoniste eu une petite appréhension en se demandant si il allait retrouver la même inspiration. Mais a peine leur eut il demander a quel endroit il en était resté que la suite coula de source. Ainsi, leur apprit il comment et pourquoi elle avait été repérer par un général et entrainer au combat. Il imagina avec détails ses entrainements, ses premiers combats. Il dut leur fredonner plusieurs fois « harmonie marine » tellement elles aimaient la chanson. Il continua après que le soleil se soit couché, et elles s’endormirent un peu après que Dide leurs ai narré la fausse note dans qui transforma la mélodie bienfaitrice en chant assassin. Il s’arrêta. Sophia fit mine de râler qu’il stoppait alors que le récit devenait juste intéressant. Une nouvelle fois ils étaient les seuls a ne pas dormir. Le Médiovien frissonnait. La Fédorienne, avait toujours sa sœur dans ses bras, mais elle s’approcha de lui. Il s’allongea doucement contre elle. Elle lui passa le bras sur le torse.

C’était agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Jeu 26 Fév 2009 - 20:21

Une semaine passa en suivant cette routine.

Le matin et le soir des hommes passaient les nourrir et changer leur seau.
Dans la journée la charrette avançait. Dide racontait des histoires. Après celle d’Hydra suivit Ael, puis Paladus, mais la jeune Lévitis demandait souvent d’entendre à nouveau des passage de la vie d’Hydra, ainsi que ses chansons.
Le soir, Dide et Sophia restaient éveillé, il ne discutait pas beaucoup, ils échangeaient des chansons, et comme le registre de la Fédorienne fut vite épuisé, ils se mirent a écrire leur propre berceuse. Sophia n’était pas aussi mauvaise qu’elle y paraissait, et elle prenait un malin plaisir à marchander l’ajout de mots étranges dans les paroles.

L’un dans l’autre ils passaient de bons moments.


----

Ça se vois que j'ai pas de vie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dide Labedeli

avatar

Réputation : 1479

MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   Lun 2 Mar 2009 - 17:19

Un soir, Doria se sentit assez a l'aise pour arreter de dormir blottie contre sa soeur. Sophia, ne se fit pas prier. Aucune des deux n'arrivait a se reposer completement dans cette position. Ainsi, il fallut moins longtemps pour l'endormir, et la soirée ne faisait que débuter quand Dide et Sophia finirent par se retrouver ales derniers éveillé.

Dés qu'elle fut sure que sa sœur était profondément endormi, Sophia s'approcha, et s'assit sur les genoux du Médiovien. Elle devait être du même age que lui mais il était bien plus grand qu'elle, et la tête de la belle rousse s'appuyait sur son épaule. La chaleur de leur deux corps se mélangeait, les battement des deux cœurs s'étaient accélérés a l'unisson. Le silence régnait.

Dide se mit a fredonner l'air qu'ils avaient inventé a deux. Le sourire de la Fédorienne s'élargit, elle tourna la tête et déposa un baiser dans son cou. Le Médiovien rata une note, et interrompit son chuchotement. La belle continua a l'embrasser en suivant la mâchoire du jeune homme. Baiser par baiser elle s'approchait de la bouche de Dide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mélopée de Dide   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mélopée de Dide
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Adreis :: Vie d'Adreis (Rôle Play) :: Biographies-
Sauter vers: